Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 10:03

   Alexandre Vassilievitch SOUVOROV, comte Rymnitski, prince d'Italie, comte du Saint-Empire Romain Germanique, est un généralissime au service de l'Empire russe. Il est considéré comme le plus grand général russe du XVIIIe siècle.

Il cumule les succès tout au long de sa carrière dans des conditions parfois difficiles, face à des adversaires aussi variés que redoutables et malgré des ennuis de santé qui le poursuivent toute sa vie. SOUVOROV exerce une influence considérable sur des générations entières de militaires russes et soviétiques. En 1941, c'est vers sa mémoire que STALINE se tourne pour puiser la source morale destinée à motiver ses troupes face au Blitzkireg de l'armée allemande. L'exemple de son action militaire est plus importante qu'aucune de ses théories sur la guerre, contenues dans un ouvrage très bref, L'Art de vaincre.

 

Une carrière militaire brillante

    Entré à 13 ans au service pendant la guerre russo-suédoise (1741-1763), il se distingue contre les troupes prussienne pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763). En 1759, il participe à la bataille de Kunersdorf, où les Russes remportent une grande victoire contre FRÉDÉRIC II de Prusse. Il parvient au grade de colonel en 1762. Il gravit ainsi un à un tous les échelons de la hiérarchie militaire pour finir avec le grade de maréchal, prenant en 1799 le commandement en chef des armées combinées austro-russes. Mais il ne finit pas dans les honneurs mais dans l'exil, prit dans les multiples péripéties et retournements dans le fonctionnement des alliances contre la France. Tombé malade, alors qu'il est retiré dans sa famille en Russie, il meurt en 1800, laissant l'Empereur se repentir de sa conduite injuste et cruelle envers un homme qui avait couvert de gloire les armées russes.

 

Une expérience de la guerre théorisée surtout après sa disparition

   L'expérience, qui lui confère une connaissance des hommes et des rouages de l'armée russe, inégalable, lui permet de développer un rapport extrêmement étroit avec ses troupes. D'ailleurs, pour SOUVOROV, la dimension humaine et psychologique de la guerre est l'un des éléments clés de la victoire. Son expérience de la guerre aussi est grande : il réprime la rébellion de POUGATCHEV, combat avec succès contre les Turcs et les Polonais, et fait une remarquable campagne en Italie et en Suisse contre les Français durant la seconde coalition, marquée par sa traversée du col du Saint-Gothard et par sa brillante retraite à travers les Alpes, alors qu'il est complètement isolé, à court de munitions et de vivres, et dépourvu de pièces d'artillerie.

L'art militaire russe au XVIIIe siècle est nettement inférieur à celui pratiqué dans le reste de l'Europe. C'est grâce au génie et à l'originalité de SOUVOROV que les Russes parviennent à s'extraire de leur isolement pour construire une armée capable de résister à NAPOLÉON en 1812. Il s'instruit tout seul en approfondissant sa connaissance des langues étrangères et en se plongeant dans les grands textes militaires classiques : il lit MONTECUCELLI, MAURICE DE SAXE, FRÉDÉRIC LE GRAND et VAUBAN. Il combine ses connaissances théoriques avec une très bonne évaluation du potentiel russe en matière de guerre : mieux que personne avant lui, il sait utiliser les ressources humaines que possède la Russie et façonne son armée autour du paysan-soldat. Exposé à ses débuts à un art de la guerre défensif, favorisant le combat de sièges et la construction  de fortifications, SOUVOROV développe une approche tactique offensive dont la rapidité d'exécution, la vitesse de mouvement, et l'effet de surprise sont les principales caractéristiques. Il met en relief trois qualités militaires : le coup d'oeil, la rapidité et l'intrépidité. Lui-même est doté d'un coup d'oeil incomparable qui lui permet de déceler au plus vite que n'importe qui les points faibles de ses adversaires et de les exploiter au mieux. Pour préparer ses troupes au combat, il organise de nombreuses manoeuvres simulant les conditions de la guerre. Ces exercices ont parfois lieu la nuit et sa terminent fréquemment par un combat à l'arme blanche. Il modifie ses formations et abandonne le carré pour des formtions tactiques plus petites et plus mobiles se déplaçant en colonne.

Le grand mérite de SOUVOROV est d'abord su percevoir les changement fondamentaux qui interviennent à la fin du XVIIIe siècle dans le domaine de la guerre. Alors que le reste de l'Europe n'aperçoit cette transformation que dans la défaite, face à l'armée française, SOUVOROV aura su anticiper les événements. L'évolution tactique de l'armée russe sous ses ordres est semblable à celle de la Grande Armée conçue par NAPOLÉON au même moment : une armée en mouvement perpétuel, animée d'un sentiment patriotique vivace et d'un attachement sans bornes à son chef. Pour avancer plus rapidement, les troupes russes s'approvisionnent sur le terrain (au grand dam des populations des territoires traversés), délaissant l'usage des magasins. SOUVOROV est un adepte de la stratégie d'anéantissement et n'est satisfait de ses victoires que lorsqu'elles sont totales. Il est favorable aux actions violentes et rapides et préconise la poursuite implacable de l'ennemi. Il est conscient du rôle que peuvent avoir les populations civiles, aussi bien en terrain ami qu'ennemi, et il sera toujours soucieux de ne pas se les aliéner (exercice difficile...). Comme NAPOLÉON en France, SOUVOROV aura su exploiter les réalités politiques sociales et de son pays pour formuleer une stratégie aussi révolutionnaire qu'efficace. (BLIN et CHALIAND)

    Son Art de vaincre n'est pas réellement un traité, mais une série de préceptes militaires devant être mémorisés et intégrés en quelque sorte physiquement et psychologiquement par des recrues d'origine paysanne. Il est fondé sur une discipline à la prussienne et tourné vers l'offensive d'abord. DUBOSCAGE; officier français qui servit longtemps sous ses ordres, a écrit dans son Précis historique sur le maréchal SOUVOROV : "L'art de la guerre pour le soldat comme pour l'officier consistait, d'après Souvorov, dans la rapidité de l'exécution et dans l'intrépidité que ne pouvait arrêter aucun obstacle, ces deux vertus militaires devaient en outre être couronnés par une obéissance aveugle. Pour obtenir la rapidité et l'intrépidité, il fallait à son avis habituer les troupes aux événements de la guerre au moyen de manoeuvres, si voisines de la réalité (avec les blessures et "accidents" mortels que cela peut impliquer) que le soldat pût considérer une attaque véritable comme une simple manoeuvre. (...) Il terminait chaque inspection, chaque revue par un discours très long. (...). Il indiquait les fautes commises dans telle circonstance et adressait des éloges pour la conduite tenue dans telle autre. Il communiquait à tous dans ses discours les bases générales de l'art de la guerre." Son ouvrage n'est pas édité de son vivant et n'est connu que parce qu'il le communique aux Autrichiens, pendant la campagne d'Italie en 1799.

 

Alexandre SOUVOROV, L'art de vaincre, édition commentée par DRAGOMINOF, Charles-Lavauzelle, 1899. Extraits (Instruction aux soldats sur les connaissances qui leur sont nécessaires et Instructions données à l'armée autrichienne en 1799) dans Anthologie mondiale de la stratégie, Robert Laffont, collection Bouquins, 1990.

Guillaume Mathieu DUMAS, Vampagnes du comte de Suwarov, Hambourg, 1799. Jean JACOBY, Souvarov, 1730-1800, Paris, 1935. Philip LONGWORTH, The Art of Victory : The Life and Achievements of Generalissimo Suvorov, 1729-1800, New-York, 1965. Général Serge ANDOLENKO, Généralissime Souvorov : père de la doctrine de guerre russe, 1729-1800, Genève, Éditions des Syrtes, 2016.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens