Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 09:53

   Maurice de SAXE, comte de la Raute (titre qui disparait en 1710), est un officier militaire et homme de lettres, au service successivement de la Saxe, de la Pologne et de la France. Il appartient à la puissante Maison de Saxe, et est le fils naturel du futur roi de Pologne Auguste II.

 

Une carrière militaire surtout fidèle à LOUIS XV

    Élevé très tôt dans la chose militaire, confié au comte de Schlulenburg, il assiste à la campagne de Flandre comme enseigne dans le régime de la Reine, sous les ordres de Frédéric de Württemberg. Il participe en 1712 à sa première bataille (une défaite) à Gadebusch, contre les Suédois menés par Magnus Stenbock. Le jeune colonel y apprend les bénéfices de la discipline de la troupe, en négatif, son régime se livrant à des désordres lors de la retraite.

Après la paix avec la Suède, il combat en 1717 sous les ordres du prince Eugène de Savoie et participe à la prise de Belgrade face aux Turcs. A partir de 1720, il est au service de la France et participe à la guerre de Succession d'Autriche. Il s'empare de Prague en 1741 et triomphe à la bataille de Fontenoy en 1745. Deux ans plus tard, il mène des campagnes victorieuses en Flandres et aux Pays-Bas et est nommé maréchal général.

Au fond, Maurice de SAXE reste très saxon, et le marque par ses originalités obstinées, malgré la forte hégémonie culturelle française (la France est devenue la première puissance d'Europe). Couronné de faveurs par le roi, très proche de lui en particulier au moment du mariage du dauphin Louis avec Marie-Josèphe de Saxe, qui est ensuite mère de LOUIS XVI, LOUIS XVIII et CHARLES X, il reste luthérien de religion ; il ne fait pas l'effort d'écrire autrement qu'avec une orthographe phonétique le français qu'il parle avec son accent allemand ; il reste grossier dans ses moeurs, préférant les chasses avec son demi-frère, quand il retourne d'assez longs séjours à Dresde, aux raffinements de la cour de France. Héritier de la culture de la Saxe galante, il ne s'est jamais défait de la liberté extrême qui reste, au fond, le seul terrain de réussite des bâtards princiers. Mais s'il n'avait été que ce joyeux vivant, l'histoire l'aurait vite oublié. Maurice de SAXE, dont la loyauté à l'égard du roi qu'il sert, LOUIS XV, est remarquable, malgré la longue méfiance de celui-ci, autant pour l'ambition qu'il exprime que pour l'amitié chaleureuse qu'il a toujours conservées à l'égard de son demi-frère, devenu à son tour Électeur de Saxe - alors même que LOUIS XV, gendre de Stanislas LESZCZYNSKI, lui dispute la couronne de Pologne au profit de son beau-père -, est aussi le plus grand homme de guerre de son temps. (Jean-Pierre BOIS).

Si l'on mentionne ici cet élément de biographie, ce n'est pas pour faire joli : la politique des Habsbourg, la destiné du Saint Empire Romain Germanique est orientée par une forte stratégie matrimoniale où les mariages voisinent en haut des moyens usés en politique, en concurrence presque avec la guerre. Les valses de successions à la tête des plus importants pays d'Europe (France, Espagne, Autriche, certains États allemands, Pologne, Angleterre...) - alternent lorsque des vides se font - par décès prématurés d'enfants à cause d'une consanguinité tenace - avec les guerres de Succession (Espagne, Autriche), et Maurice de SAXE, même si ce n'est pas réellement son centre d'intérêt, y est mêlé de très près.

 

Une carrière d'homme de lettres

    Homme de terrain, Maurice de SAXE est aussi homme de lettres. Il écrit en 1732 ses Rêveries sur l'art de la guerre et, un peu plus tard, L'Esprit des lois de la tactique, deux ouvrages qui ne sont publiés qu'après sa mort, respectivement en 1756 et 1762.

Les Rêveries connaissent un grand succès à leur parution et la pensée du comte de SAXE est transmise au XIXe siècle par l'intermédiaire de JOMINI. Cependant, Maurice de SAXE souffre du prestige de son illustre contemporain, FRÉDÉRIC LE GRAND, et ne connait pas, au cours de ces trois derniers siècles, le respect que mérite son oeuvre originale. Les Rêveries constituent à la fois un traité de tactique et une réflexion générale sur la guerre. Son approche est celle d'un intellectuel de son époque dont il épouse à la fois la curiosité philosophique et la rigueur scientifique.

 

Une réflexion originale sur la guerre

    Maurice de SAXE perçoit un déclin dans la compréhension générale de la guerre depuis MONTECUCCOLI (1609-1680) et GUSTAVE ALDOLPHE (1594-1632), déclin qu'il attribue à l'attention portée par ses contemporains aux formes plutôt qu'aux principes de la guerre. La guerre contemporaine se voir donc réduite à des comportements stratégiques dont on ne connait ni les origines ni les fondements. La guerre, pense-t-il, ne peut être régie selon des certitudes scientifiques. Les sciences ont leurs principes et leurs règles, mais la guerre n'en a aucun car elle est avant tout un art. Seule l'expérience et le génie militaire peuvent aider à comprendre ses multiples facettes dont beaucoup relèvent de l'inconnu et de l'imprévisible. L'ignorance et les mauvaises habitudes constituent trop souvent la source de la stratégie militaire. Cette vision de la guerre est façonnée par le néo-classicisme de son époque plutôt que par la révolution scientifique qui, elle aussi, contribue de façon significative à la manière dont est envisagée la guerre. Persuadé que celle-ci ne peut être entreprise selon des règles rigides, Maurice de SAXE entreprend de détruire certaines idées fausses, notamment sur la supériorité numérique ou sur les fortifications. Pour lui, une armée doit être de taille moyenne - il cite le chiffre de 46 000 hommes maximum. Formée par un trop grand nombre de troupes; elle ne peut que rendre les opérations difficiles. Ce constat est normal pour son époque ; le maréchal de SAXE évolue dans un univers où les conflits sont limités et où la guerre est encore un phénomène rituel. Plutôt que la puissance, il va privilégier la mobilité, la vitesse de mouvement et l'efficacité au niveau du ravitaillement des troupes. La qualité des troupes prime sur la puissance de feu. Elles doivent être disciplinées et excellemment préparées. Il est un adepte de la stratégie indirecte, d'où son goût pour la surprise et son intérêt pour tout de qui touche à l'espionnage et au renseignement.

Les fortifications et les sièges sont considérées au XVIIe siècle comme la base de toute activité belliqueuse. Ses théoriciens, VAUBAN et COEHOORN, jouissent d'un immense prestige. Maurice de SAXE, en revanche, estime que la construction de fortifications est une perte de temps. Il leur préfère les fortifications naturelles, rivières, collines et montagnes. Dans la même perspective, le siège représente l'antithèse de la mobilité et du mouvement. Les historiens militaires qui ont reproché à FRÉDÉRIC II de ne pas entreprendre la poursuite de l'ennemi ne sauraient adresser la même critique au comte de SAXE. Avant que NAPOLÉON BONAPARTE ne fasse de la poursuite de l'ennemi vaincu l'un des principes de la guerre d'anéantissement, Maurice de SAXE avait déjà compris l'importance de cet aspect de la guerre dont il avait fait l'un des piliers de sa stratégie.

Bien qu'il recherche la victoire tout en évitant la bataille décisive, une fois son armée engagée dans la bataille, il ne ménage ni ses forces ni sa puissance pour anéantir les forces ennemies. Une fois commencées les hostilités, il concède qu'aucun plan dessiné à l'avance ne permet d'établir de prévisions fiables sur le déroulement des événements. Le général doit donc choisir ses objectifs et prendre ses décisions en fonction des circonstances de la guerre. Une bonne fortune doit toujours être exploitée, même si on change les plans préétablis. De même, si la situation n'est pas bonne, le général doit éviter la bataille - s'il le peut. En tout état de cause, il ne doit jamais perdre de vue l'objectif global de la guerre, c'est-à-dire la soumission de la volonté de résistance de l'ennemi. Un commandant en chef qui comprend l'aspect global de la stratégie ne se laisse pas dominer par des considérations de moindre importance. Un bon colonel, estime-t-il, ne fait pas forcément un bon général. Le commandant en chef d'une armée est son élément le plus important. Il doit posséder les qualités suivantes : le génie militaire, le courage, et la santé. Il doit faire preuve de sang-froid et ne jamais se laisser emporter par la passion. Ses ordres doivent être simples et il doit pouvoir commander seul, puisqu'il est l'unique personne à posséder une réelle vision d'ensemble.

Maurice de SAXE a une vision moderne de la façon dont doivent être levées les troupes. Il est partisan de la conscription et prône un service militaire obligatoire de 5 ans. Un État, pense-t-il, doit être défendu par ses propres citoyens, à la fois pour des raisons morales et pour ses considérations d'efficacité. Il encourage de meilleurs conditions de travail et financières pour les officiers. L'autre sujet sur lequel il porte son attention est la santé. Les officiers doivent prendre au sérieux le bien-être physique des troupes dont la maladie peut détruire l'efficacité. Au niveau tactique, il préconise l'usage de l'artillerie et la coopération inter-armes. Il développe ses troupes d'infanterie légères afin d'accroître sa connaissance du terrain et de l'adversaire (troupes de reconnaissance), et pour élaborer les feintes auxquelles il a recours pour déstabiliser l'adversaire.

La connaissance de l'ennemi est capitale. Là encore, il se montre original, manifestant une grande curiosité pour la culture stratégique et les méthodes de combat de peuples divers. Il écrit même un essai sur les méthodes de combat chez les Chinois (Mémoire militaire sur les Tartares et les Chinois). Enfin, il est préoccupé par les problèmes de population et de natalité auxquels il consacre le dernier chapitre des Rêveries. A la fois "capitaine" de grand talent et stratège d'avant-garde, Maurice de SAXE est lu ensuite attentivement par GUIBERT et NAPOLÉON, parmi d'autres. (BLIN et CHALIAND)

    Pour beaucoup d'historiens, Maurice de SAXE occupe une place originale dans la pensée stratégique et tactique. S'il ne laisse à sa mort qu'un seul ouvrage théorique, Mes Rêveries, rapidement rédigé - en douze jours, affirme-t-il, au moins pour la version de décembre 1732, l'ouvrage retient l'attention des lecteurs intéressés par la chose militaire. L'ouvrage est destiné à l'usage de son père, le roi de Pologne AUGUSTE II, mais celui-ci meurt avant d'avoir reçu le manuscrit. L'auteur en fait faire une copie, chargée de ratures et de corrections, sur laquelle les plans et illustrations ne sont que de grossières esquisses. C'est le manuscrit utilisé par Zacharie de Pazzi de Bonneville pour la première édition de 1756. Repris en 1740, le manuscrit reçoit une forme plus soignée et 85 illustrations expliquées et peintes à la gouache. A sa mort, Maurice de SAXE lègue ce second manuscrit à son neveu le comte de Friesen, qui le confie à l'abbé Pérau, spécialiste de publications militaires, pour une nouvelle édition réalisée à Leipzig et Amsterdam en 1757, en quelque sorte l'édition originale.

Les contemporains de Maurice de SAXE sont à peu près tous convaincus que la guerre, comme tous les arts, suppose une approche d'abord fondée sur la lecture des Anciens. La première rédaction des Rêveries semble échapper à cette règle, même si son auteur a au moins déjà lu VÉGÈCE, dont l'Abrégé des questions militaires fournit la table des matières de son petit traité, et si la connaissance de POLYBE lui est évidemment acquise, par ses entretiens avec le chevalier de FOLARD. Venu tard à la lecture militaire, Maurice de SAXE préfère la méditation à une théorie d'origine livresque et savante. Il justifie ainsi le titre de son ouvrage. Cependant, la méditation n'implique pas le goût de l'abstraction. Aux fondements d'une théorie générale et à la conceptualisation, il substitue toujours une application puisée dans son expérience, dont il tire un enseignement appliqué à des situations déterminées. Chez lui, la théorie naît d'abord de l'action, et conduit à l'action. Ce sont donc TURENNE et MONTECUCCOLI, LUXEMBOURG, VENDÔME et VILLARS, MALBOROUGH et le Prince EUGÈNE, CHARLES XII ou le tsar PIERRE, qui sont au fil des pages ses compagnons de méditation, évoqués pour des exemples qu'ils ont donnés dans telle ou telle circonstance, non par des écrits - qu'ils n'ont pas laissés. Mais par l'analyse des faits de guerre qui jouent un rôle pendant toute la période couverte par sa vie, entre 1700 et 1750, qui ne conduit jamais Maurice de SAXE à une modélisation mécanique de la guerre du XVIIIe siècle.

   La réflexion militaire se donne alors pour objet de résoudre les blocages dans lesquels s'enlise la guerre moderne. L'ordre mince, en ligne sur quatre rangs, infanterie au centre et cavalerie aux ailes, permet de disposer d'une bonne puissance de feu ; mais les lignes, fragiles, n'ont aucune force offensive, un front trop étendu les immobilise sur leurs positions, et la cavalerie ne soutient guère l'infanterie. Faute de batailles décisives, la guerre se fixe sur un espace frontalier défendu par un réseau de places fortes qu'il faut enlever les unes après les autres. Lentes, ritualisées, ces opérations ne permettent pas de conclure. Maurice de SAXE, convaincu comme ses contemporains de la valeur du modèle de la guerre antique, s'en rapporte à l'exemple de l'armée romaine, dont il veut retrouver les vertus.

Rompre le blocage tactique est la première nécessité. Il prône une ordonnance qui associe infanterie, cavalerie et artillerie, dans une disposition répondant à l'organisation de son armée en légions substituées aux brigades, unités opérationnelles factices. Il dispose au centre une ligne d'infanterie en bataillons compacts, sur huit rangs, soutenue par une cavalerie en escadrons également assez lourds, et forme aux ailes le dispositif inverse, l'infanterie retrouvant ici la forme des vieux carrés, capables d'arrêter la charge de la cavalerie adverse. En formation défensive, il complète ce dispositif par l'élévation  de postes qui constituent devant les lignes de petites positions concentrant une puissance de feu formidable. A ces principes généraux, il ajoute une réflexion particulière sur l'artillerie. Il invente une "amusette", sorte de fusil de rempart monté sur un affût léger. Transportable par deux hommes, cette arme joue le rôle d'une artillerie légère et mobile attachée à la suite des régiments d'infanterie. Ainsi se trouve instituée une ordonnance de bataille qui annonce le principe divisionnaire destiné à transformer la guerre dans ses grandes opérations à la fin du siècle.

Rompre le blocage stratégique était faire montre de plus de hardiesse que d'imaginer la composition des ordonnances de bataille : c'était en exploiter les possibilités. Il s'agit de la réflexion sur les marches, mouvements et manoeuvres de l'armée en bataille, ou "grande tactique". Dans la logique de ses intuitions tactiques, il récuse la guerre de places, et lui substitue une guerre mobile, appuyée sur quelques principes : d'abord, que l'offensive ne justifie ni le siège, ni la bataille. Il privilégie les opérations de petite guerre, synthèse de la guerre des cavaleries légères d'Europe centrale ou orientale, et de la guerre de partis que, certains officiers français pratiquaient déjà à la fin du XVIIe siècle. Harcèlement, embuscades et surprises ont pour objet de créer l'insécurité et de contraindre l'adversaire de se retirer. Maurice de SAXE associe dans cette petite guerre de mouvement ses troupes légères d'infanterie et la cavalerie, et donne une démonstration de son efficacité, dans les campagnes de Flandre de 1744, et de Brabant en 1746. Seconde règle, il importe de conserver une armée unie, de "ne pas se séparer" : les troupes légères restent à la portée du corps de l'armée principale. Enfin, troisième règle, "se rendre maître des grandes rivières et des passages, former bien sa ligne de communication et de correspondance", c'est-à-dire tenir les axes, et désigner quelques objectifs majeurs au coeur du pays qui doit être conquis : telle est la fonction de l'armée principale et le seul but des batailles.

Concevoir des unités autonomes disposant des trois armes, capables par leur mobilité d'être maîtresse de leurs mouvements, et de les combiner sur une grande échelle avec d'autres unités comparables, telle est la révolution stratégique du XVIIIe siècle. L'auteur des Rêveries est mort trop tôt pour la mener à son terme - mais FREDERIC II retient plus tard les leçons de celui qu'il appelle "le Turenne saxon".

Sa postérité et celle de son oeuvre sont dans l'immédiat importantes. Il est imité par le chevalier de VIOLS, le compte d'Hérouville de CLAYE, le baron d'ESPAGNAC. Louis MORÉRI, en 1759, dans son célèbre Dictionnaire historique, laisse du maréchal un portrait magnifique. (Jean-Pierre BOIS).

 

Maurice de SAXE, Mes Rêveries, ou Mémoires sur l'art de la guerre, Amsterdam, Arkstée et Merkus, 1757 ; Mes rêveries. Suivies par un choix de correspondance politique, militaire et préivée, édition Jean-Pierre Bois, Paris, Économica, 2002. Extrait de Mes Rêveries, De la manière de lever des troupes, éditions d'Aujourd'hui, collection "Les Introuvables", 1977, dans Anthologie mondiale de la stratégie, Robert Laffont, 1990.

Jean-Pierre BOIS, Maurice de SAXE, Paris, 1992. Jean COLIN, Les Campagnes du maréchal de Saxe, 3 volumes, Paris, 1906. Henri PICHAT, La Campagne du maréchal de Saxe, 1745-1746, Paris, 1909.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. Jean-Pierre BOIS, Maréchal de Saxe, dans Dictionnaire de la guerre et de la paix, Sous la direction de Benoît DURIEUX, Jean-Baptiste Jeangène VILMER et Frédéric RAMEL, PUF, 2017.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires