Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 09:30

      Thomas Crombie SCHELLING est un économiste et professeur de politique étrangère, de sécurité nationale, de stratégie nucléaire et de contrôle des armes américain. Connu pour avoir notamment élaborer la théorie de la "diplomatie de la violence", aux États-Unis, qui consiste à coupler toute menace de représailles ou d'interdiction avec la promesse de retenue si l'agresseur abandonne ses ambitions, en particulier dans le domaine de la stratégie nucléaire, il est l'un des pionniers de la stratégie nucléaire, et, avec Bernard BRODIE, le stratège américain dont les idées ont marqué le plus dans le débat stratégique au début de l'ère nucléaire. Un des conseillers stratégiques les plus écoutés outre-atlantique, il élabore également une approche critique de la théorie des jeux et des mathématiques.

 

Une ample pensée stratégique

    A l'image des autres penseurs militaires des États-Unis de sa génération, Thomas SCHELLING reçoit sa formation intellectuelle dans une discipline a priori éloignée de la stratégie militaire : les sciences économiques. Mais il s'intéresse aussi à la stratégie et, très vite, entrevoit la possibilité de résoudre les problèmes complexes que pose l'invention de l'arme atomique à travers l'utilisation de modèles mathématiques. Il fréquente les stratège de la RAND Corporation (Californie), comme Herman KHAN, qui l'appliquent aussi à formuler des principes de stratégie suivant une analyse formelle.

En 1960, année féconde dans le domaine de la pensée stratégique, SCHELLING publie un ouvrage considéré comme important, The Strategy of Conflict, dans lequel il démontre l'applicabilité de la théorie des jeux, développés quelques année plus tôt par Oskar MORGENSTERN et Johannes von NEUMANN, aux problèmes de stratégie contemporaine. Il insiste, dans ce livre, sur l'importance du marchandage et de la communication entre adversaires, et met en relief les aspects sociaux et psychologiques de la guerre tout en soulignant l'importance de la logique stratégique dans la pratique des conflits. Selon lui, la nature fondamentale des conflits reste la même, quelque soit le niveau auquel a lieu l'affrontement, entre deux individus ou deux superpuissances nucléaires. Il envisage les conflits non pas comme un simple affrontement entre deux forces hostiles mais plutôt comme un phénomène complexe où se mêlent, dans diverses combinaisons, les actions hostiles et la volonté de coopérer. Le type de "jeu" auquel se livrent deux puissances nucléaires est un jeu mixte où la somme n'est pas absolue, c'est-à-dire que l'objectif n'est pas de produire un vainqueur et un perdant. Ce "jeu", fondé sur la rationalité des acteurs, implique l'usage de nombreuses techniques dont le choix est dicté par la perception de l'autre et des actions qu'il devrait, logiquement, entreprendre. Ces techniques ou stratégies comprennent la négociation, la dissuasion, la persuasion, les promesses, le "bluff", l'intimidation, la menace. Pour être crédibles, les acteurs doivent être en possession d'une force de frappe capable de dissuader leur adversaire. Ils doivent aussi manifester, le cas échéant, la volonté d'entreprendre une guerre limitée. La méfiance réciproque est toujours présente lors de cette confrontation et pousse chacun des acteurs à vouloir éliminer l'autre à l'aide d'une attaque surprise pour éviter une attaque surprise de l'autre.

 

La théorie des jeux appliquée à toute sorte de conflits...

        Dans un autre ouvrage, Arms and Influence (1966), Thomas SCHELLING développe d'autres thèmes proches de ceux qu'ils introduits dans son livre précédent, en particulier sur les stratégies de marchandage (bargaining), la "manipulation du risque" et la capacité à persuader un adversaire d'exercer notre propre volonté (compellence). (BLIN et CHALIAND)

Thomas SCHELLING cherche constamment à ancrer ses raisonnements dans la réalité de l'action concrète, ce qu'il développe plus tard dans Micromotives and Macrobehavior (1978, traduction française : La Tyrannie des petites décisions, PUF, 1980).

C'est dans le livre Stratégie du conflit qu'il présente pour la première fois la notion de Point focal, aussi appelé Point de Schelling. Le "point focal" est, en théorie des jeux, une solution à laquelle les participants à un jeu qui ne peuvent communiquer entre eux, ou dont la communication est brouillée (volontairement ou involontairement) auront tendance à se rallier parce qu'elle leur semble présenter une caractéristique qui la fera choisir aussi par l'autre. C'est essentiellement la représentation de ce que pense l'autre qui guide les actions dans un conflit.

    En 1971, dans le Journal of Mathematical Sociology, il publie Dynamics Models of Segregation (modèles dynamiques de ségrégation), article qui traite de la dynamique du partage de l'espace entre les "races", et assez fréquemment cité aux États-Unis, pays où la "question raciale" la "question noire en particulier", demeure encore lancinant, malgré l'importance  bien plus grande de la "question sociale"...

A la suite des travaux de Morton GRODZINS, créateur de l'expression "tipping point" au début des années 1960, il démontre rationnellement à quelles conditions un quartier où les "races" son mélangées peut devenir ségrégé même si ce n'est pas ce que souhaitent ses habitants : si chacune admet, voire souhaite, un voisinage différents de lui mais "pas trop" sinon il quitte le quartier, le résultat final dépendra de la proportion de départ et de ce dernier seuil. SCHELLING montre, en appliquant la théorie des jeux, qu'à raison de cette tolérance limitée, le quartier peut se retrouver dans deux situations possibles : un de ségrégation pure ou une où les deux couleurs (sic) restent mélangées. On a pu étendre, notamment dans la littérature journalistique, cette théorie de l'évolution spontanée des groupes mixtes à partir de préférences faibles à toutes sortes de traits personnels, qu'il s'agisse de l'âge, du sexe, de la langue, de l'orientation sexuelle, de la religion... Des simulations sur ordinateurs, utilisés parfois pour les stratégies d'urbanisation, représentent aujourd'hui ce genre de systèmes interactifs, selon des variantes diverses...

 

Une oeuvre, au final, controversée

       Au-delà du fait que son implication dans la politique stratégique des États-Unis attire forcément les critiques sur l'ensemble de ses arguments, des auteurs de tout bord ont mis l'accent sur certains aspects peu précis de ses écrits, émis, il faut bien le dire, dans un contexte très... conflictuel!

Par exemple, l'historien et philosophe Philip MIROWSKI (Machine Dreams, Cambridge University Press, 2002), sur le coeur de sa pensée, l'application de la théorie des jeux aux conflits, considère que, si le rationalisme non-coopératif de NASH est insuffisant, d'accord sur ce point avec Thomas SCHELLING, celui d'analyse plus ludique et allusif du stratège américain manque de rigueur. SCHELLING évite les formes restrictives de la théorie des jeux et les mathématiques exigeants de NASH, afin de faire des réflexions paradoxales sur la "communication sans communication" et "la rationalité sans rationalité". MIROWSKI minimie l'importance de SCHELLING comme théoricien, et sa compréhension des limites des théories formelles lorsqu'il s'agit de modéliser des comportements et des attentes.

En fait SCHELLING a bien plus, par la suite d'admirateurs, notamment en Europe, que d'imitateurs, tandis que NASH et son "équilibre" sont devenus un classique (Lawrence FEEDMAN, Strategy : A history, Oxford University Press, 2013).

 

Thomas SCHELLING, Stratégie du conflit, PUF ; La Tyrannie des petites décisions, PUF, 1980. Extraits d'Arms and Influence, (New Haven and London, Yale University Press, 1966), trauduction de Catherine Ter SARKISSIAN (La diplomatie de la violence, Contraste entre la force brutale et la coercition, La violence coercitive dans la guerre, Du champ de bataille à la diplomatie de la violence) dans Anthologie Mondiale de la Stratégie, Robert Laffont, 1990. 

Raymond ARON, Penser la guerre : Clausewitz, L'âge planétaire, Paris, 1976. John BAYLIS et John GARNETT, Makers of Nuclear Strategy, New York, 1991.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens