Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 08:12

    François de LA NOUE, surnommé Bras de fer, seigneur de La Noue-Briard entre autres, capitaine français huguenot durant les guerres de religion, fait partie de ces chefs de guerres, écrivains militaires qui s'inscrivent dans la grande tradition protestante de la guerre qui débute au XVIe siècle, se poursuit en Europe (principalement du Nird) au XVIIe siècle, et dont les figures les plus connues sont Maurice de NASSAU et GUSTAVE ADOLPHE.

    Descendant d'une famille illustre et dévouée aux ducs de Bretagne, appelé à la cour  par François 1er en qualité de page du futur Henri II, il fait ses premières armes en Picardie. Il est envoyé en Piémont et participe aux dernières guerres d'Italie, où il se distingue par son habilité et son courage. Sa conversion à la Réforme remonte sans doute à 1558, lorsque François de Coligny d'Andelot, au cours d'une tournée en Bretagne, fait prêcher le pasteur qu'il a emmené avec lui. Bien qu'entré dans la clientèle des Châtillon, il reste un protégé des Guise.

Sa foi l'engage dans les guerres civiles, au cours desquelles il se forge une réputation de grand capitaine. Il prend part aux batailles de Dreux en 1562 et de Saint-Denis en 1567. La même année, il s'illustre en prenant Orléans et Saumur à la tête de seulement cinquante cavaliers. Après une carrière plutôt victorieuse, même si elle est émaillée de rebondissement où il est fait plusieurs fois prisonniers (puis échangés, comme c'est la coutume à l'époque), après la paix de Saint-Germain, signée en août 1570, LA NOUE se rapproche du roi, et se trouve dans une grande politique internationale de rapprochement entre la France et les puissances protestantes. Pendant la quatrième guerre civile, Charles IX lui confie une délicate mission de conciliation entre les habitants de La Rochelle et le pouvoir royal, mais se sentant trahi, démissionne de ses engagements royaux et organise la défense de la ville. Puis ensuite, passe au camp du roi sans prendre part à la bataille... Puis après le massacre de la Saint-Barthélémy auquel il réchappe, incite les Rochelais à la résistance... Les historiens s'interrogent encore sur les raisons de son comportement : idéalisme? réalisme politique? Amitié "très proche" avec Sir Francis WALSINGHAM, ministre protestant anglais, "maître-espion" de la reine Élisabeth 1er d'Angleterre qui fait soupçonner des activités d'agent double au haut sommet?  En tout cas, pendant la cinquième guerre civile, il se range du côté des Malcontents et organise en Poitou la prise d'armes du mardi gras. Il se trouve à la pointe du combat des publicains (des défenseurs du bien public), qui recrutent parmi les modérés des deux bords. De nouveau gouverneur de La Rochelle en janvier 1577 pour le prince de CONDÉ, il signe en septembre au non de ce dernier et du roi de Navarre la paix de Bergerac.

Fatigué, comme beaucoup d'ailleurs, des rivalités à la Cour notamment, aux visées essentiellement politiques, alors que lui-même adopte plutôt des lignes de conduites en faveur du protestantisme, il quitte la France pour apporter son soutien aux protestants révoltés des Pays-Bas. Après quelques victoires, il est battu au village de Pecq par le marquis de Roubaix (1580), puis fait prisonnier par ce dernier.

Pendant sa captivité de 5 ans au château de Limbourg, LA NOUE écrit un commentaire sur l'histoire de Guichardin et compose les Discours politiques et militaires, publiés en 1587 à Bâle, en 1590 à La Rochelle, en 1592 et 1612 à Francfort. Libéré en 1585 par échange de prisonniers et rançon, en échange également de son engagement de ne plus prendre les armes contre l'Espagne ou ses allés, et de ne plus jamais revenir aux Pays-Bas, il s'exile entre 1586 et 1588 à Genève, où il rencontre Théodore de BÈZE. Il fait publier alors ses Discours politiques et militaires et laisse une abondante correspondance (publiée en 1854).

Il revient sur la scène militaire en mai 1589, où il remporte la bataille de Senlis pour le compte d'Henri III. Après l'assassinat de ce dernier, il rejoint Henri IV et participe aux batailles d'Arquès et d'Ivry (1590). Lors d'une bataille au siège de Lamballe, il est mortellement blessé. Sans doute, dans ses activités à la frontière entre le militaire et le diplomatique n'est-il pas pour rien dans la politique de conciliation d'Henri entre catholiques et protestants...

   

      François de LA NOUE préfigure le chef de guerre protestant du XVIIe siècle qu'incarnent ensuite les NASSAU en Hollande. Nourri de philosophie stoïcienne, lecteur assidu de l'Évangile et connaissant parfaitement les ouvrages historiques de l'Antiquité et les classiques de la Renaissance italienne, il est autant moraliste que stratège. Il déclare ne pas aimer la guerre et s'insurge contre certaines pratiques comme le pillage. Il fait partie de ces "intellectuels" militaires qui marque un tournant dans les mentalités collectives par rapport à la guerre, qui n'est plus synonyme d'expression de la force virile et de gloire conquérante, mais plutôt porteuse de malheurs de toutes sortes. Le spectacle des violences religieuses, les horreurs - même pour l'époque - des massacres collectifs, les désordres et les destructions (de nombreux édifices religieux par exemple), lui inspirent les réflexions nouvelles, notamment dans ses Discours politiques et militaires; ouvrage qui a un grand succès, surtout parmi les protestants (traduit en anglais, en allemand et en hollandais). LA NOUE encourage une meilleure préparation à la guerre, aussi bien au niveau de l'instruction des officiers que du renseignement et des reconnaissances. la guerre étant par définition imprévisible, il faut la préparer le mieux possible pour avoir une chance de sortir victorieux des combats. Son expérience de la guerre civile lui fait souligner le rôle des passions dans les guerres, et s'en méfier. Il attache une grande importance particulière aux fortifications, qui deviennent au cours du siècle suivant le sujet principal des débats stratégiques, mais il semble peu enclin à établir une doctrine de la guerre fondée sur des principes scientifiques, bien que ce soit dans l'air du temps, la guerre étant selon lui surtout une succession  d'événements imprévisibles et incertains. (BLIN et CHALIAND)

 

François de la NOUE, Déclaration de Monsieur de la Nouë, sur sa prise d'armes pour la juste défense des villes de Sedan et Jamets, 1588 ; Discours politiques et militaires, 1587, disponible sur gallica.bnf.fr. Ces derniers font l'objet d'une édition commentée par Myriam BAKARAT, dans sa thèse de doctorat, à l'université de Montpellier 3 en 2011.

On trouvera des informations sur François de la NOUE notamment sur le site huguenots-france.org.

Eugène CARRIAS, La Pensée militaire française, 1960. Henri HAUSER, François de la Noue, Hachette, 1892. La Barre DUPARCQ, L'art militaire pendant les guerres de religion, 1864.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens