Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 08:12

    Gaspard II de COLIGNY, noble et amiral français, est l'un des membres les plus connus de la maison de COLIGNY, elle-même éteinte en 1694, pour sa participation importante dans les guerres de religion du XVIe siècle. Fils de Gaspard 1er de COLIGNY, maréchal de France sous François 1er, il est un des chefs de guerre protestants les plus importants, en même temps qu'écrivain militaire, comme ses contemporains François de LA NOUE et Agrippa d'AUBIGNÉ. Il appartient comme eux à la grande tradition protestante de la guerre qui débute au XVIe siècle, se poursuit en Europe (principalement du Nord) au XVIIe siècle, et dont les figures de proue les plus connues sont Maurice de NASSAU et GUSTAVE ADOLPHE.

   Élevé dans la foi catholique, tout comme LA NOUE, il participe aux guerres contre CHARLES QUINT et l'Espagne puis devient un des principaux chefs huguenots lorsqu'il passe du côté de la Réforme, en 1560. Après avoir vainement tenter d'infléchir la politique de Catherine de MÉDICIS à la conciliation, d'abord très modéré dans son adhésion à la Réforme protestante et avoir refusé, par fidélité au roi, la conjuration d'Amboise, il est pris dans les intrigues de la Cour et écarté du pouvoir par les GUISE. C'est dans sa retraite, où la lecture des novateurs change ses opinions religieuses, qu'il adhère pleinement au protestantisme. En 1562, lorsque la guerre éclate entre le parti protestant et le parti catholique, COLIGNY s'engage auprès du prince de CONDÉ. Il participe à la bataille de Dreux qui marque la défaite de l'armée protestante face à l'armée royale. Puis dans la période de la trêve entre les deux partis, il participe à l'établissement d'une colonie en Floride avec 150 de ses co-religionnaires, avec l'autorisation du roi Charles IX. A la reprise des combats, en 1567, il quitte la cour avec CONDÉ pour se réfugier en bourgogne, puis à la Rochelle. Les armées protestantes subissent alors défaites sur défaites lors de la troisième guerre de religion et COLIGNY est contraint de fuir vers le sud avec ses troupes et rejoint l'armée des "vicomtes" en Languedoc, laquelle se livrent d'ailleurs au pillage de villages catholiques... avant d'être victorieuse à Arnay-le-Duc et de remonter en 1570 jusqu'à La Charité-sur-Loire, et de menacer Paris. Après la paix (le roi y étant contraint) de Saint-Germain-en-Laye, COLIGNY tente de rentrer dans les bonnes grâces de Charles IX, mais se trouve en butte à l'hostilité de la Cour. Malgré cette paix, les massacres de protestants continuent et il meurt lors de celui de la Saint-Barthélémy à Paris.

    C'est après une défaite subie lors du siège de Saint-Quentin (1557) que COLIGNY rédige ses Discours dans lesquels il relate son expérience d'assiégé. C'est sous sa tutelle que, plus tard, le futur roi Henri IV apprend l'art de la guerre.

 

Gaspard de COLIGNY, Mémoires de messire Gaspar de Coligny, seigneur de Chastillon, admiral de France, Paris, François Mauger, 1665. Disponible sur gallica.bnf.fr.

Eugène CARRIAS, La pensée militaire française, 1960. La Barre DUPARCQ, L'art militaire pendant les guerres de religion, 1864. Actes du colloque "L'amiral de Coligny et son temps, Paris, 24-28 octobre 1972, Société de l'histoire du protestantisme français, 1974. Jules DELABORDE, Gaspard de Coligny, 3 tomes, Librairie G. Fischbacher, 1879-1882.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, tempus, 2016.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens