Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 10:05

      Si dans ce blog, nous ne traitons pas volontairement de l'actualité, les moments historiques ne peuvent que faire exception.

       Nous vivons en effet un événement planétaire historique qui en train de rebattre les cartes de perception des différents conflits, et des choix de politiques économiques, sociaux, culturels... liés à ces conflits.

Si pendant longtemps l'humanité, face aux épidémies, lorsque les connaissances scientifiques faisaient défauts, où les autorités avaient tendance à les remplacer par des foi-croyances hasardeuses, tentait de trouver des coupables bouc-émissaires parmi elle-même, aujourd'hui, alors que la circulation des idées et des personnes est globale, elle choisit de plus en plus de combattre celles-ci là où elles se trouvent. Les virus, globalement, pour se développer pouvaient compter (pardon pour l'anthropomorphisme évident!), sur leurs hôtes pour faciliter leur prolifération. Les processions religieuses censées demander l'aide du Ciel pour s'épargner les résultats des épidémies, rassemblements propices à leur propagation, étaient la règle.  Maintenant que l'humanité peut connaître ses véritables ennemis, il s'agit d"éviter au maximum les relations entre individus pour freiner, précisément, cette propagation...

   Si longtemps, dans les sociétés humaines, le réflexe a été de chercher les propagateurs des malheurs parmi ses membres, prolongeant-là à la fois ses conflits picrocholines (ah, que j'aime ce mot!) et ses grands comme ses petits conflits sociaux et idéologiques, et même religieux, maintenant l'heure de vérité a en quelque sorte sonné : l'humanité est un tout indivisible et chacun comme tous doivent combattre le réel ennemi. Le pire sans doute qu'elle doit affronter, ennemi invisible et énormément petit, car il utilise les principes mêmes de l'existence (duplication et absorption de matériel génétique) des organismes qu'il phagocyte (détruisant d'ailleurs par là à terme les bases mêmes de son existence biologique, mais entre-temps, ils auront détruits bien des vies...). Enfin... les hommes et les femmes choisissent de combattre ensemble (enfin pas partout...) ce fléau commun, reléguant leurs conflits là où ils n'auraient jamais dû quitter, une sphère secondaire, même si elle existera toujours, d'un coup relativisant ces conflits et s'attaquant enfin à leurs causes. De multiples comportements vont enfin en ce sens, même si encore des nostalgiques de qui pourrait être demain le véritable vieux monde, s'accrochent à des intérêts qui contredisent celui de leurs frères et soeurs.

   Mais, et là nous mettons un sérieux bémols à cet "optimisme", car pour l'instant l'heure est dramatique. En parcourant l'expérience de nombreuses crises de l'humanité, encore vécues en particularismes géographiques, non planétaire comme aujourd'hui. Car souvent, on revient, les crises passées, aux très mauvaises habitudes. La crise financière de 2008, pourtant déjà planétaire, avait été l'occasion de grandes résolutions de changements politiques, économiques, sociaux. Mais, les classes dominantes, notamment financières, ont tout oublié, et ont maintenu leurs jeux des marchés, où les acteurs sont autant de joueurs inconscients, uniquement soucieux de leurs personnels (et éphémères) gains et pertes. Et on pourrait dire même qu'à cette occasion, la mondialisation, les conditions mêmes de diffusion dans le monde du virus aujourd'hui, s'est accélérée. Comme ces fêtards, épuisés d'un coup de bambou au cours de leur fête, qui se remettent à danser de plus belle, jusqu'à épuisement...

     Last but not least, les conditions mêmes de diffusion - de même que son arrêt apparent dans la région de Chine où il est apparu - du coronavirus baptisé, avec la bénédiction de l'OMS covid-19, laissent soupçonner le rôle du changement-rechauffement climatique en cours, facteur d'éclosions de nouvelles maladies (ne serait-ce que par la remontée vers le Nord, d'agents infectieux qui auparavant, ne s'y plaisaient pas...). Le développement de la pollution très forte en Chine, liée à la mondialisation qui y concentre une grande part de la production industrielle, plus ou moins incontrôlée d'ailleurs, en même temps qu'une grande négligence envers les systèmes de santé qui pourtant pouvaient y être mis en place (scientifiquement s'entend), a sans doute eu un effet fort sur les capacités immunitaires des populations qui y vivent. Sans doute va-t-on le vérifier pour les États-Unis dans les semaines qui viennent, probable futur épicentre de la pandémie, où des populations entières sont laissées carrément sans système de santé, donc absolument invisible aux différentes vigies épidémiologiques...

      Après tant d'alertes successives, après les incendies massifs catastrophiques d'Australie et de Californie, cette pandémie va peut-être, il faut l'espérer, sonner le moment de changer de mode de vie et dans la même dynamique de changer aussi les perceptions sur l'importance des conflits les uns en comparaison des autres...

 

MODICUS

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens