Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 07:13

   Le magazine politique et littéraire trimestriel américain Boston Review publie des analyses politiques, sociales et historiques, des critiques littéraires et culturelles, des critique de livres, de la fiction et de la poésie, en ligne et dans la presse écrite. Fondée en 1975 (avec comme titre New Boston Review) et basée à Cambridge aux Massachusetts; la revue se considère comme un "forum", et comporte souvent un essai principal suivi de plusieurs réponses. Il publie régulièrement également une empreinte de livres avec MIT Press.

     Avec à sa tête comme rédacteurs en chef, Deborah CHASMAN et le philosophe politique Joshua COHEN; l'écrivain Junot DAAZ étant l'éditeur de fiction, Boston Review, d'une diffusion de plus de 60 000 exemplaires, est publié par Boston Critic Inc, une organisation à but non lucratif, et reçoit régulièrement des éloges d'intellectuels et d'écrivains notables.

     Le magazine a déjà une longue histoire derrière lui. Con!u d'abord comme un trimestriel consacré à la littérature et aux arts, le magazine a été lancé par un groupe qui comprenait Juan ALONSO, Richard BURGIN et Anita SILVEY. En 1976, après le départ de quelques uns des rédacteurs fondateurs, la publication a été co-éditée par Juan ALONSO et Gail POOL, puis par Gail POOL et Lorna CONDON. A la fin des années 1970, il est passé de la publication trimestrielle à la publication bimensuelle. En 1980, Arthur ROSENTHAL devient éditeur du magazine, qui prend alors son nom actuel, édité par Nick BROMELL. Les rédacteur sne chef ont été alors Mark SILK, puis Margareth Ann ROTH, cette dernière étant resté jusqu'en 1991. Au cours des années 1980, l'horizon thématique du magazine s'élargit et, pendant les années 1990, devient plus orienté politiquement, tout en conservant un profil fort dans la fiction et la poésie. Joshua COHEN remplace ROTH en 1991 et est rédacteur en chef depuis lors. En 2001, Deborah CHASMAN rejoint le magazine en tant que co-éditrice.

     Le texte intégral de Boston Review est disponible sur Internet depuis 1995. Et depuis 1996, comme le veut la tradition éditoriale aux États-Unis, 30 livres ont été publiés sur la base d'articles et de forums publiés dans Boston Review. En 2010, Boston Review est passé d'un tabloïd noir et blanc à un format tout-couleur brillant et en 2017, le magazine change à nouveau de format, fusionnant son magazine d'intérêt général bimensuel et ses publications de livres en bookazines trimestrielles thématiques.

Signalons que Boston Review est visible en français sur Internet.

  

       Objet très particulier aux États-Unis (de par son poids! Mais l'ensemble de la presse hebdomadaire se signale par une pagination qui ferait pâlir d'envie les meilleurs journaux de France), Boston Review offre une arène pour favoriser et explorer les questions relatives à la politique. Les thèmes de ce forum vont du travail de l'aide étrangère, à la stratégie de désengagement de l'Irak, aux nouveaux stress économiques dans la classe moyenne. Boston Review n'est pas la seule revue à suivre une évolution de publications d'oeuvres de fiction vers des discussions politiques, qui passent d'ailleurs par-dessus les préoccupations traditionnelles de non-partisan (ni Parti démocrate, ni Parti républicain)... Ce qui ne l'empêche pas de renforcer son "espace de dialogue de grande envergure sur la fiction contemporaine", son New Fiction Forum, fondée sur la prémisse simple que malgré l'intense mercantilisme de l'édition actuelle, il existe des romans originaux et vitaux publiés chaque saison.

     Boston Reviev hisse généralement les débats vers un haut niveau, qui contraste avec le pullulement de publications (qui parfois ne se prennent vraiment pas au sérieux!) - malgré la crise de la presse - à l'essentiel des articles "de concierge" (pour rester très très gentils...). Par exemple dans son numéro 13, elle publie un propos de la philosophe Agnes CALLARD, selon laquelle on ne peut être bon dans un monde mauvais, et la violence née d'une colère fondée sur des bases justes est également juste. Martha NUSSBAUM interroge la démarche rétributive et Judith BUTLER esquisse une morale de la non-violence.

Boston Review, Boston Examen, Boite P.O., Cambridge, MA 02142, Site Interne : Bostonreview.net   

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens