Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 14:38

      Il n'existe pas encore d'histoire globale de l'humanité qui intègre les épidémies dans une vision d'ensemble. Que ce soit en temps de paix ou de guerre, l'absence de prise en compte des diverses épidémies qui frappent régulièrement les êtres vivants sur la planète entraine des erreurs d'appréciation importantes que ce soit sur le plan politique, économique ou social (ou encore sociétal...). Pour ce qui concerne les conflits armés, combien de victoires et de défaites ont été mises sur le compte de l'habileté ou de la faillite des stratèges et le mérite des combattants, alors que, sans doute doute sur des batailles importantes, les véritables vainqueurs sont invisibles. En temps de paix, combien de disettes, de famines ont été mises sur le compte de politiques économiques ou de malversations marchandes ou de révoltes alors que les cycles climatiques et les épidémies balaient régulièrement les terres et les mers? En tirer simplement une leçon d'humilité est insuffisant. Un certain nombre de constantes sociologiques et matérielles se manifestent lors des épidémies et parce que leur connaissance a connu de grands progrès, l'imprévoyance de certains gouvernements n'en ressort que d'autant plus. De même que le tableau d'ensemble de l'histoire de l'humanité est incomplet, les pandémies constituant sans doute des périodes charnières sous-estimées, véritables tournants sur bien des plans - il y a un certain risque historiographique à "penser" la marche du monde à partir d'un état post-pandémique pour comprendre véritablement les ressorts de la vie "d'avant" - il n'existe pas de "sociologie des épidémies" à l'heure actuelle et il faut procéder par comparaisons entre épidémies ou pandémies à réputations semblables - les craintes suscitées, la peur étant dans ce domaine sans doute plus importes que les faits eux-mêmes - pour discerner les contours de cette possible "sociologie des épidémies"... et des conflits qu'elles révèlent ou qu'elles suscitent en propre...

    Sans établir ni les contours ni l'ensemble de la problématique d'une sociologie des épidémies, on peut s'essayer à comparer deux épidémies-pandémies, des temps modernes, dans leurs prémisses, dans leurs déroulements et dans leurs possibles conséquences sociales, économiques et politiques. Avec un certain arbitraire, tout en limitant le risque historiographique d'expliquer une épidémie-pandémie à partir des résultats et des situations postérieures, on choisit ici de comparer deux épidémies dans les Temps Modernes : l'épidémie de choléra du XIXe siècle (1832-1852) et l'épidémie du coronavirus du début du XIXe siècle (2019-?).

- On ne peut qu'être frappé par le moment où elle intervient dans les deux cas : juste au moment du triomphe d'un certain libéralisme, celle de la Monarchie de juillet née de la révolution parisienne, frustrée, de 1830 et celle d'une mondialisation libérale qui vient de loin, de la fin des années 1980, qui éclot notamment sur les ruines de l'empire soviétique et de la fin de la guerre froide. Elle éclate brutalement, l'une qualifiée de "mal asiatique" et venant à partir de mars 1832 par les côtes de la mer du Nord, l'autre, de Chine, l'un des centres du nouveau capitalisme mondialisé - concurrent direct des États-Unis, à partir de fin 2019 (les études historiques plus tard nous le diront, sans doute dès octobre...) et via les transports internationaux par mer et par air venant frapper l'Europe surtout à partir de février-mars 2020... Elles mettent fin tout deux à l'euphorie libéral, plus modestement et plus lentement au XIXe siècle, brutalement et massivement (arrêt du commerce international, confinements plus ou moins grands...) au XXIe.

- Inédite par son ampleur depuis la peste à Marseille en 1720, l'épidémie de choléra n'arrive pas par surprise pour tout le monde. Dès 1831, Casimir PERIER lui-même donne des instructions pour le renforcement des contrôles sanitaires, car on connait la progression du choléra au Bengale depuis 1817. Surprenant par sa nouveauté, le coronavirus n'est cependant pas venu complètement lui aussi par surprise. Déjà auparavant, la même région de Chine avait connu un autre virus comparable, et des mesures sont même prises en Europe dans les pays mis en état d'alerte (simple) sanitaire dès début 2020. Mais, il y a comme un effet retard dans la prise de conscience de l'ampleur et de la dangerosité du choléra comme de la pandémie du coronavirus. Se joignent, semble-t-il la volonté de sauvegarder le commerce et le système économique et l'espoir que l'épidémie ne concernera pas l'Europe ni les États-Unis (pour ce qui est de la deuxième, du XXIe siècle). Se reproduisent les mêmes comportements de dirigeants très liés à la classe économique dominante à toutes les épidémies connues. Si au Moyen-âge, on se fie à l'intervention divine réclamée avec forces processions nombreuses et variées, au XIXe siècle, on se fie à la supériorité de l'homme blanc par rapport aux masses asiatiques et au XXIe siècle, en Europe mais surtout aux États-Unis, on soupèse longuement les inconvénients et les avantages des mises en quarantaine face aux risques économiques...

- Dans les deux cas, le corps médical est pris au dépourvu. Le choléra se transmet de proche en proche, mais rien n'accrédite avec certitude la thèse de la contagion. Les cordons sanitaires et autres mesures traditionnelles - il est vrai contournés à loisir par certaines branches économiques - n'avaient, semble-t-il, aucun effet restrictif sur la diffusion de la maladie. Le coronavirus semble nouveau, induisant des attaques multiples et différenciées sur les différents individus et populations, rendant difficile l'établissement d'un étiologie et d'une méthode de combat. Même après avoir établi avec une certaine rapidité si l'on regarde l'histoire des virus et  autres êtres microscopiques, sa carte génétique, le corps scientifique, globalement, tâtonne encore en ce mois de mai 2020, pour établir tests fiables, traitements et vaccins. Ce n'est que par l'établissement de quarantaines fortes, de distanciation sociale constante et de gestes barrières contraignants que l'on peut limiter sa propagation. Il faut attendre l'aboutissement de recherches médicales au cours d'une cinquième pandémie, celles des années 1880-1890, pour que le savant allemand Robert KOCH parvienne à isoler le bacille du choléra (1883) et on ne sait combien de temps il faudra à la recherche médicale actuelle (ni combien de vagues de pandémie il faudra...) pour connaitre suffisamment bien le coronavirus pour le combattre efficacement... Dans les deux cas, une grande période d'incertitude s'installe, génératrice d'angoisse dans les populations et surtout chez les dirigeants politiques... qui tentent d'ailleurs de la faire oublier pour que l'économie et les affaires repartent... Dans la même tension des priorités entre santé et économie, les responsables dans la politique et dans les affaires (souvent les mêmes familles au XIXe et XXIe siècles) tendent à accélérer les "retours à la normale", levant parfois les quarantaines et les confinements contre l'avis de la communauté médicale.

- Le choléra exacerbe les tensions sociales et politiques, et dans les années 1820-1830, nombre de guerres "séparatistes" emmènent des soldats loin de chez eux, prenant la maladie et la transférant à leur retour au pays. Choléra et passion révolutionnaire franchissaient alors allégrement des frontières, au grand dam des pouvoirs conservateurs. Pour les élites qui avaient surtout en tête de restructurer leurs énergies autour de nations, où la question nationale était la plus importante, le mal cholérique remet au premier plan la "question sociale" et atteste la dangerosité des miasmes dans lesquels le peuple végétait. L'hygiénisme, mû par le désir de régénérer les pauvres et protéger les riches, prend son essor dans les années 1830 et 1840. Alors que pour le peuple de Paris par exemple, le choléra est le fruit d'un complot - ce qui ressemble furieusement à l'hystérie constatée sur les réseaux sociaux du XXIe siècle, de multiples initiatives, dans un très large spectre politique et moral, conduisent à construire des plans pour éradiquer à la fois la misère et la maladie endémique notamment dans les quartiers pauvres. L'éclosion des études sociologiques et des mouvements socialistes tout au long de ce siècle a peut-être de lointaines origines dans cette pandémie de choléra, d'autant que plusieurs vagues successives rappellent à toutes les classes sociales la présence du même problème. De même, la pandémie du coronavirus revivifie une "question sociale" tout à fait contemporaine, dans des sociétés aux inégalités et aux poches de pauvreté croissantes depuis des décennies. Elle touche toutes les catégories sociales, mais surtout les plus vulnérables, dans les quartiers les plus vulnérables. L'exemple des Hauts de Seine pour la France est particulièrement frappant, là où les politiques antérieures de réduction de l'espace public et des moyens publics (à commencer par les hôpitaux) se font les plus sentir. Le rappel - leur nécessité constante - des règles d'hygiène va-t-il amener à un nouvel hygiénisme? En tout cas, il provoque la prise de conscience, même dans les classes "favorisées", que l'individualisme forcené dans tous les domaines - y compris celui de l'hygiène qui est vécu comme une contrainte - dans les domaines économique (un laissez-faire des politiques de riches maximisant à outrance, au plan international, le profit à court terme, moral (la multiplication des instruments centrés sur l'individu va-t-il montré ses limites - entendez par là tous ces portables, ces mobiles, ces applications individualisées...) et social, bien entendu. De nouvelles solidarités vont-ils naitre de cette vague de pandémie? D'autant qu'elle pourrait être suivie d'autres...

- La mondialisation au XIXe et XXIe siècles, suite à la pandémie, est d'une certaine manière remise en question. A l'incertitude scientifique qui prévalut tout au long du XIXe siècle quant à la nature du choléra correspondit une interrogation tout aussi profonde sur les moyens les plus adaptés pour le contrecarrer. L'action des pouvoirs publics n'avaient de sens qu'à une échelle internationale, presque à l'évidence les transferts de troupes, les migrations et le commerce traçaient les routes par lesquelles la maladie se propageait, et ce de plus en plus vite à mesure qu'apparaissaient de nouveaux moyens de communication, tels les chemins de fer et la marine à vapeur. Mais fallait-il sacrifier le libre-échange, promesse de paix et de prospérité selon les Britanniques, aux exigences du combat contre les épidémies? Les doutes anti-contagionnistes rejoignaient les intérêts marchands dans leur critique des mesures de quarantaine, réputées aussi coûteuses qu'inefficaces. Plus un pays était éloigné des sources de l'épidémie, plus il avait tendance à préférer les mesures d'hygiène et de désinfection aux politiques de restriction des circulations. La France oscilla au cours du siècle, mais lorsqu'elle accueillit en 1851, à Paris, la première conférence sanitaire internationale, à laquelle participaient une douzaine de pays, ce fut bien pour demander un allègement des quarantaines et s'aligner ainsi sur les positions britanniques. Ce furent les préoccupation stratégiques à propos de l'Orient qui se joignirent aux préoccupations sanitaires. Les lieux saints de l'Islam apparurent comme les foyers principaux de l'épidémie, et l'Europe s'efforça de contrôler davantage encore la circulation économique en Égypte et dans l'Empire Ottoman, à l'entrée du canal de Suez. C'est tout au long de ce canal que s'érige une sorte de cordon sanitaire, qui est aussi un moyen impérial de contrôle, les efforts des savants et des diplomates pour échafauder un dispositif de surveillance sanitaire international aboutirent à la création, en 1907, de l'Office international d'hygiène publique... Cette intrication des enjeux sanitaires et stratégiques au sens large se revoit, dans le même mouvement de mise en cause de la mondialisation au début du XXIe siècle, pas forcément avec les mêmes effets, puisque les diplomaties chinoises et états-uniennes semblent entrainer le monde plutôt vers une logique centrifuge. L'histoire de la pandémie du coronavirus ne fait sans doute que commencer et la suite dira si l'on verra un renforcement ou un amoindrissement de la coopération sanitaire internationale, laquelle pourrait bien se disjoindre de la question du commerce international, pour l'instant très mis à mal, puisque les transports maritimes et aériens entre les continents et les pays sont encore en berne. En tout cas, dans bon nombre de pays, s'élèvent des propositions qui veulent remettre en marche autrement l'économie et la santé, propositions qui, s'ils venaient advenir d'autres vagues de la pandémie du coronavirus... ou d'autres virus ou facteurs de maladies, qui pourraient trouver de plus en plus d'échos. Les deux mois de confinement mondial (même partiellement) ont donné aux acteurs économiques le répit pour imaginer d'autres circuits économiques, notamment plus centré sur les ressources plus proches des consommateurs de manière générale, d'autant qu'un autre aiguillon intervient puissamment, jusque là absent de ces pandémies historiques, les changements climatiques radicaux subis déjà par nombre de populations. Et ce d'autant plus que de plus en plus d'études mettent en ligne de mire les relations entre pollutions (notamment particules fines), changements brusques de températures et de pressions (affaiblissant les résistances des organismes vivants) et propagation des épidémies...

- La politique de la peur, enfin est un thème réellement présent dans ces deux pandémies. Il s'agit au XIXe siècle pour les pouvoirs politiques - notamment les monarchies - de maintenir la pression populaire par une présence - réelle et virtuelle - policière et des moyens de répression. Il s'agit au XXIe siècle siècle pour les pouvoirs animés de l'esprit néo-libéral, de contenir les expressions populaires de mécontentement, par des répressions fortes et médiatisées, au "nom de la loi et de l'ordre". Si au XIXe siècle, les pouvoirs politiques peuvent compter encore - et on est sur la phase terminale de l'influence majeure des institutions religieuses, confrontées aux montées de l'irreligion et de l'anti-religion - sur les autorités religieuses dans leurs entreprises de maitrise de populations, au XXIe siècle, au siècle du triomphe de l'individualisme - qui va jusqu'à l'édification de "croyances sur mesure" - il n'en est plus question. Heureusement pour cette politique de la peur qui empêche de participer aux manifestations et aux grèves (la menace du chômage ne suffisant plus...), les pouvoirs publics disposent de moyens d'information sans égale, et de manipulations des opinions publiques grâce au sur-développement des réseaux sociaux, par ailleurs ferments de contestation..., donc dangereux à utiliser!   En tout cas, on le voit bien, tout cet amoncellement d'émissions radios et télés sur le terrorisme (faire du terroriste aux couteaux un facteur d'angoisse et de peur aussi puissant qu'une puissance nucléaire...) de la décennie précédente, a donné aux pouvoirs publics des enseignements qu'il peut faire fructifier pour régler à la fois la "question sociale" et la "question sanitaire"...

- Il ne semble pas y avoir de commune mesure entre la réalité de l'épidémie et l'information diffusée sur le moment et même plus tard après la pandémie. Si le choléra suscite lorsqu'il frappe en Europe l'effroi du monde journalistique qui la transmet à ses lecteurs notamment lors de ses pics, ce dernier tarde dans le compte rendu de ses ravages parmi les armées qui interviennent sur le continent et au Moyen-Orient de 1820 jusqu'à l'orée des années 1900. A l'inverse, compte tenu du déploiement des moyens d'information et de l'état de la mondialisation en 2019, les nouvelles propagent les craintes d'un bout à l'autre du monde, à partir de son premier épicentre, la Chine (même si dans un premier temps les médias muselés en Chine, et une répression qui frappe le monde médical, en retardent la perception), sans tenir compte le moins du monde d'une comparaison entre cette nouvelle épidémie et les épidémies saisonnières qui, au départ, font beaucoup plus de victimes chaque année dans le monde. Il faut bien entendu attendre la fin de la pandémie du XXIe siècle pour que soient décortiquées toutes ces données chiffrées sur les victimes du coronavirus (tant les imprécisions abondent...), et également que toute son ampleur (si est tant que les testes seront fiables et généralisés à temps...) soit connue, pour en tirer les enseignements sanitaires, économiques et sociaux.

     Jacques POULET, dans une communication présentée à la Société Française d'Histoire de la Médecine faite le 19 décembre 1970, intitulée "Épidémiologie, sociologie et démographie de la première épidémie parisienne de choléra, donne un aperçu de ce que pourrait être une sociologie des épidémies. Il pointe bien le contexte d'une explosion des communications dans le monde, et estime que ces épidémies, ces pandémies, constituent des événements importants de l'histoire à la fois par les ravages directs et les troubles sociaux, économique et politiques qui les accompagnent. Il alerte aussi sur le fait, que, malgré une veille sanitaire importante existant au XXe siècle, l'Humanité n'est pas à l'abri de ce genre d'événements à répercutions proprement civilisationnelle.

Nicolas DELALANDE, 1832, une France cholérique, dans Histoire mondiale de la France, Seuil, 2018.

 

SOCIUS

    

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens