Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 09:26

    Le conventionnalisme, qui fait peu l'objet de descriptions ou de commentaires est une sociologie apparue en France, dans le milieu des années 1980 et qui s'est développée par des travaux divers jusqu'à la fin des années 1990. Elle date officiellement de la publication, en 1987, d'un premier livre, Les économies de la grandeur, de Luc BOLTANSKI (né en 1940) et Laurent THÉVENOT (né en 1949). Des articles regroupés dans une revue économique élargissent ensuite son assise. Le conventionnalisme revendique son appartenance au courant de l'individualisme méthodologique, tout en proposant les moyens de prendre en compte l'existence du collectif dans la détermination des individus et dans celle de leur cadre d'action. Il s'inscrit dans la critique de la sociologie classique, fondée sur des antinomies telles que objectif/subjectif, collectif/individuel, économie/sociologie, matériel/idéel, en se proposant de les surmonter. Son cadre d'analyse "reprend le problème, central dans les sciences sociales, de la possibilité de l'accord entre les membres d'un société" ou d'une autre façon, pour lui, "la question de l'accord constitue l'une des questions fondamentales dont les sciences sociales ont hérité de la philosophie politique" (BOLTANSKI et THÉVENOT, 199, De la justification). Le conventionnalisme qui se veut explication du monde stipule que les sciences sociales ont "pour projet l'intelligence du commerce entre les hommes" (1987). De là découle l'objet de leur théorie : l'étude des lois qui régissent le commerce des hommes et l'examen de leurs échanges et des formes qu'ils prennent.

Le projet du conventionnalisme emprunte à l'individualisme méthodologique en plaçant l'individu au coeur de la théorie (héritage de l'économie néo-classique), il propose d'en dépasser les limites en montrant que l'individu inscrit son action dans un cadre social, celui des accords, des compromis et des conventions. Jean-Pierre DURAND et Robert WEIL doutent que cette sociologie qui entend privilégié le volet coopération dans les relations humaines, en mettant souvent de côté la force des conflits, atteigne ses objectifs. Cette sociologie se rattache à un contexte bien précis, celui où certaines classes sociales parmi les plus privilégiées économiquement recherchent le consensus pour leur projet de société néo-libérale. Il n'est pas certain que ses analyses emportent la conviction ou soient suffisamment solides au moment où précisément se dessinent des formes radicales et parfois violentes des conflits de toute sorte, comme c'est le cas sur tous les continents dans les premières décennies du millénaire suivant... La production de ces analyses est suffisamment importante toutefois pour que l'on parle d'une sociologie qui entend aborder l'ensemble des relations humaines...

    Cette sociologie est aussi une théorie économique hétérodoxe, caractère qu'elle partage avec celle, concurrente, de la théorie de la régulation, née également en France. Elle est connue plus d'ailleurs sous le nom d'économie des conventions (renforçant là, cette sociologie, son lien avec l'économie) que sous le nom de conventionnalisme.

Inutile (quoique...) de signaler que ce conventionnalisme n'a rien à voir avec la doctrine du même nom, stipulant une séparation fondamentale entre les données de l'intuition et des sens, et les constructions intellectuelles permettant de fonder les théories scientifiques ou mathématiques, doctrine développé notamment pas Édouard LE ROY, Pierre DUHEM et Henri POINCARÉ, sous des formes assez différentes, entre le XIXe et le XXe siècle, qui trouve son origine profonde dans la séparation kantienne entre intuition et concept.

 

Une théorie de l'action raisonnable...

   Les échanges entre individus constituent le contexte de l'action et dessinent la nature des contraintes. Pour qu'ils puissent avoir lieu, il faut que les actes de chacun soient compréhensibles et acceptables par d'autres, et que chacun soit à même de justifier son comportement à l'égard d'autrui. Le postulat qui fonde cette affirmation est que l'homme est un être raisonnable, il sait raisonner et il entend raison. En effet, le lien qui unit l'être particulier qu'est l'homme à la communauté de ses semblables, c'est "l'impératif de justification... Cet impératif de justification est même un attribut caractérisant ce en quoi les personnes sont humaines. Le principe de justification établit le lieu essentiel de la communication entre les hommes. Entrer en relation suppose donc de rechercher un langage commun, de définit un objet transcendant l'intérêt particulier de chacun, de s'entendre sur ce que chacun reconnaît comme un "principe supérieur commun". Ce principe permet que des accords soient passés entre les hommes. Ces accords ne sont pas des contrats car "le contrat est un resserrement par lequel il s'agit de borner, de mettre à leur place, de relier davantage les uns aux autres, les éléments d'en ensemble" (THÉVENOT, 1989). Si ces accords sont susceptibles d'être conclus, c'est parce que les hommes vivent ensemble et disposent d'un système de valeurs communes rendant possible l'établissement de conventions. Ces accords sont donc des conventions  qui, au contraire des contrats, sont des formes permettant de "coordonner des intérêts contradictoires qui relèvent de logiques différentes, mais qui ont besoin d'être ensemble pour pouvoir être satisfaits (...) Une convention est un système d'attentes réciproques sur les comportements et les compétences, conçus comme allant de soi et pour aller de soi" (Idem). Le conventionnalisme est donc une théorie du consensus social, reposant, selon ses fondateurs, sur l'essence même de la nature humaine.

   Le conventionnalisme est ainsi une théorie de l'action. A ce titre, il étudie les motivations des individus, les modalités de l'objectivation de l'action et le cadre dans lequel se déroule l'action. C'est qu'il appelle les formes de coordination. Mais il récuse les concepts fondateurs de l'action individuelle contenus dans l'économie néo-classique, théorie par excellence de l'échange marchand. Il s'attaque par conséquent à ce qu'il considère comme les concepts de base du dogme de l'économie néo-classique pour les transformer en éléments fondateurs de ses propres principes : les concepts de rationalité, de complexité et d'équilibre. A la place de ces concepts, il utilise les notions d'épreuve de réalité impliquant la justification (l'action raisonnable), la pluralité des modes (formes) de coordination ou cadres de l'action des individus, et enfin la dynamique de transformation du monde ou plutôt des mondes. Car le conventionnalisme se veut aussi une théorie du changement social. Dans l'esprit de ses fondateurs, il ne s'agit pas simplement d'un changement vocabulaire. Ils entendent aller vers la compréhension du changement social, chose que ne semble plus pouvoir faire l'individualisme méthodologique.

   La théorie peut apparaître complexe au sociologue tant les catégories de pensée appartiennent à l'économie ou aux sciences morales et politiques, et tant les efforts déployés par cette sociologie ne semble pas prôner l'économie des moyens pour comprendre la société... Certains pourront penser, et nous ne sommes pas loin de le faire, que ces efforts veulent à tout prix éviter de partir des conflits qui sont pourtant la substance de maintes relations sociales, surtout si ces conflits ne semblant être maitrisés par les individus, pris par eux plus qu'ils ne les alimentent volontairement.

Afin de donner un aperçu général de la théorie conventionnaliste sans être trop réducteurs, Jean-Pierre DURAND et Robert WEIL présentent successivement, du plus simple au plus complexe :

- les objets environnant l'homme et utilisés dans l'action ;

- la logique de l'action, à savoir la justification de celle-ci vis-à-vis d'autrui ;

- les six axiomes qui définissent la nature de l'homme, c'est-à-dire ce que sont les hommes ;

- les trois axiomes qui fondent le cadre de l'action, soit la coordination de l'action entre individu ;

- le modèle commun à l'action et la relation d'équivalence ;

- les six mondes ou cités dans lesquels l'homme agit ;

- la transformation du monde avec le passage d'un monde à un autre.

  L'ensemble de ces sept propositions dont système, et effectivement dans les travaux des fondateurs, on passe très vite d'un élément à un autre. C'est le propre d'une théorie générale : en définissant l'essence de homme, l'environnement d'objets qu'il s'est construit, la logique de son action, puis en conceptualisant le cadre de cette action, le conventionnalisme proposer de segmenter la réalité sociale en six mondes ou univers ou cités caractérisés chacun par une nature des objets et des hommes. Ce n'est que lorsque les accords et conventions qui y règnent ne sont plus acceptés ou acceptables que de nouveaux accords ou compromis sont reconstruits, donnant naissance à un nouveau monde ou cité.

 

Un programme général d'études...

     Cette économie des conventions dont les auteurs, presque tous des économistes, veulent qu'elle soit plus qu'une théorie économique, une véritable sociologie (quoi là-dessus des divergences existent)n s'alimentent à partir du milieu des années 1980 des travaux de Jean-Pierre DUPUY, François EYMARD-DUVERNAY, Olivier FAVEREAU, André ORLÉAN, Robert SALAIS et Laurent THÉVENOT. Leur programme général consiste en une reprise du projet radical de John Meynard KEYNES, qui vise à tirer toutes les conséquences pour l'analyse économique d'une prise en compte réaliste de l'incertitude, découlant d'une hypothèse de rationalité limitée. Au premier rang de ces conséquences, figure la nécessité d'un traitement endogène des modalités de gestion de cette incertitude, soit des représentations pratiques supposées partagées (en quoi consistent les conventions). Ces représentations renvoient aux attentes que forment les agents quant au déroulement de leurs coordinations, soit à l'idée qu'ils se font du fonctionnement des groupes au sein desquels ils agissent.

Tous ces auteurs partent des préceptes de l'individualisme méthodologique et ne l'abandonnent pas, même si le poids des institutions est souvent examiné, du point de vue de la contrainte qu'ils exercent sur les acteurs qui seuls sont à même de faire émerger des règles de comportements. Cela n'empêchent pas certains, sans renoncer aux "bienfaits" du libéralisme, d'adopter souvent une attitude extrêmement critique par rapport au système économique et social existant. Et de faire, par enchaînement d'idées, des propositions perçues comme radicales par les tenants de l'économie néo-libérale.

Leur objectif est de "concilier une certaine autonomie du social, allant jusqu'à reconnaître ses lois propres, avec l'idée que ce sont toujours les individus, et non des entités supra-individuelles, qui agissent et qui portent des intentions collectives (individuelles et/ou collectives)" (Christian BESSY et Olivier FAVEREAU, Institutions et économie des conventions, dans Cahiers d'économie politique, 2003/1, n°44)

 

Jean-Pierre DURAND et Robert WEIL, Sociologie contemporaine, Vigot, 2002.

 

SOCIUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens