Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 10:30

  Voici un article qui ne va pas plaire (mais alors pas du tout !) aux accros des jeux videos, aux stakhanovistes de l'ordinateur de loisir ou du travail, aux téléspectateurs effrénés ou aux habitués addictifs du téléphone portable, ce qui fait déjà beaucoup de monde! Ni aux professionnels de l'informatique ou aux commerçants du tout numérique, qui, à l'instar des producteurs et vendeurs d'armements, estiment que ce qui est en cause, ce n'est pas la technologie, mais la manière dont on s'en sert... Les plus incisifs des critiques de cette permanence technologique qui brouille à la fois la vue et le cerveau sont souvent des pénitents qui regrettent d'avoir passé déjà tant de temps devant un écran, dans leur enfance et maintenant encore et l'auteur de cet article en fait partie!

  Rappelons d'abord, surtout à l'intention des intellectuels habitués à se traiter mutuellement de crétins, que le crétinisme est un ensemble de troubles physiques et de retard mental provoqué par une grave insuffisance thyroïdienne, non traitée. Un temps un terme seulement médical (surtout utilisé au XIXe siècle), le terme crétin est devenu une insulte politique et idéologique. Il ne devient d'un emploi populaire courant qu'au cours du XXe siècle. Toutefois, ici, très loin de la crétinerie assumée qui relève du domaine burlesque, pour briser des règles ou casser des codes, loin aussi de l'insulte, nous l'employons dans un sens médical, en tant qu'insuffisance avérée au niveau mental, perte caractérisée de capacités cognitives et affectives. In extenso, cette perte a des conséquences sociales importantes, lorsque le crétinisme devient collectif, une population partageant une baisse du niveau intellectuel, sans d'ailleurs, puisqu'elle est globale, elle s'en aperçoive sur le moment, la crétinisation étant un processus lent et général... C'est seulement lorsque ses conséquences se manifestent que cette crétinisation devient évidente, surtout à ceux qui se chargent d'observer la société plus qu'ils ne participent aux événements, des sociologues ou/et psychologues de tous horizons...

   Tout d'abord, le fait qu'un écran hypnotique s'interpose entre la réalité et l'acteur social, s'avère bien problématique, notamment s'il n'est pas à même de vérifier les informations qui lui parviennent à travers cet écran. Il risque de prendre ces informations pour agent comptant, qu'elles quelles soient... tout l'écran, rien que l'écran... Bien entendu, ce n'est jamais le cas, mais la question se déplace alors : quelle est l'information la plus viable : celle qu'un acteur peut constater dans la réalité, mais partiellement puisqu'il ne peut appréhender toute la réalité, ou celle que l'écran transmet, tout en se disant reflet fidèle d'une réalité plus vaste... Le problème existait déjà avec la télévision, il devient plus pressant avec le couplage avec un ordinateur qui tend à "boucler constamment la boucle", avec les données qu'ils calcule et seulement celles-ci, jour après jour... Si l'ordinateur est alimenté avec des données de la vie réelle, il n'en transforme pas moins cette réalité en virtualité, étant lui-même incapable d'appréhender toute la réalité... Le problème devient crucial lorsque l'acteur social est relié en permanence avec un ou plusieurs écrans. Tout occupé à analyser ce qu'il voit et entend, et cela prend une énergie folle, il pense pouvoir faire l'économie de se plonger dans la vie réelle... C'est ce qui arrive tant au citoyen lambda constamment pendu à son téléphone, ne s'en détachant que pour la télévision ou le jeu video, qu'au scientifique cantonné à un stock de données, qu'à l'économiste plongé dans un océan de chiffres et de graphiques, qu'au politique bombardé d'images choisies par son staff de communication... A la relation d'individu à individu se substitue en quantité et en valeur une relation individu-écran et écran-individu, dans lequel le pôle réel devient l'écran! Cela se vérifie dans quantité de domaines, au premier chef dans la relation parents-enfants où les modèles sociaux ne proviennent plus de personnes physiques mais de personnages fictifs ou pixelisés, mis en scène... à l'aide de programmes eux-aussi préétablis... Rien d'étonnant du coup si le conflit entre générations occupe une grande partie du temps et de l'énergie des individus!

   Les critiques envers la télévision se sont déplacées vers les consommations du numérique, le temps passé devant les écrans s'étant amplifiés. Les commerçants du digital se frottent les mains et chaque grand groupe du secteur actionne les trompettes dans l'annonce de leurs résultats financiers : vive les clics, vivent les heures passées devant les écrans, vive l'audimat, vive le consommateur digital... Comme le constate Michel DESMURGET dans son livre La fabrique du crétin digital,"loin de s'alarmer, nombre d'experts médiatiques semblent se féliciter de la situation. Psychiatres, médecins, pédiatres, sociologues, lobbyistes, journalistes, etc., multiplient les déclarations indulgentes pour rassurer parents et grand public. Nous aurions changé d'ère et le monde appartiendrait désormais aux bien nommés digital natives. Le cerveau même des membres de cette génération postnumérique se serait même modifié ; pour le meilleur, évidemment. Il s'avèrerait, nous dit-on, plus rapide, plus réactif, plus apte aux traitements parallèles, plus compétent à synthétiser d'immenses flux d'informations, plus adapté au travail collaboratif. Ces évolutions représenteraient, in fine, une chance extraordinaire pour l'école, un moyen unique de refonder l'enseignement, de stimuler la motivation des élèves, de féconder leur créativité, de terrasser l'échec scolaire et d'abattre le bunker des inégalités sociales."

"Malheureusement, cet enthousiasme général dissone lourdement avec la réalité des études scientifiques disponibles. Ainsi, concernant les écrans à usage récréatif, la recherche met en lumière une longue liste d'influences délétères, tant chez l'enfant que chez l'adolescent. Tous les piliers du développement sont affectés, depuis le somatique, à savoir le corps (avec des effets, ar exemple, sur l'obésité ou la maturation cardio-vasculaire), jusqu'à l'émotionnel (par exemple, l'agressivité ou la dépression) en passant par le cognitif, autrement dit l'intellectuel (par exemple, le langage ou la concentration) ; autant d'atteintes qui, assurément, ne laissent pas indemne la réussite scolaire. Concernant cette dernière, il apparait que les pratiques numériques opérées dans la classe, à des fins d'instruction, ne sont pas elles non plus particulièrement bienfaisantes. Les fameuses évaluations internationales PISA (Programme for International Student Assessment) (sous l'égide de l'OCDE, en particulier rapportent des résultats pour le moins inquiétants. Le père fondateur de ce programme admettait lui-même récemment, au cours d'une conférence, qu'au "final, cela dégrade plutôt les choses!"."

"A la lumière de ces antagonismes, il semble clair que certains acteurs du débat ici posé sont au mieux pas très compétents et au pire pas très loyaux." L'auteur ne revendique pas d'ailleurs une totale impartialité, mais devant l'amoncellement d'études scientifiques qui vont toutes dans le même sens, il y a de quoi soupçonner bien des acteurs d'un certain bluff, parfois très intéressé. Mais l'attitude commune, présente en d'autre temps pour la télévision, favorable au numérique, est souvent entachée d'une certaine fascination pour cette technologie, au point de lui confier de plus en plus de fonctions. Alors que sans doute faudrait-il se munir de garde-fous cantonnant cet apport technologique indéniable à des fonctions d'assistance et non de substitution. Au moment où les GAFA, ces monstres financiers et techniques (Google, Apple, Facebook) qui tendent d'ailleurs à devenirs des monstres politiques et moraux, usent de leurs colossaux moyens pour promouvoir leurs propres technologiques auprès de toutes les populations et de tous les publics, il y a malheureusement de moins en moins de place pour la rationalité et l'étude critique. A n'importe quel endroit des échiquiers politiques, jusqu'aux cercles militants pourtant enclins aux attitudes oppositionnelles à la société, on constate une même tendance à l'usage exponentiel de ces technologie audiovisuelles, d'autant plus prégnantes qu'elles veulent souvent mêler "l'utile à l'agréable", le travail au ludique...

   Dans un monde où l'individualisme prime, où l'émiettement de la vie sociale est la règle, dans un univers mental où recevoir des informations et des images semble devenir un droit, où la fuite également devant les difficultés de toutes sortes est valorisée - au grand plaisir de toutes sortes de pouvoirs politiques et économiques - l'écran devient un outil considérable de neutralisation des conflits. Non qu'il les fait disparaitre, mais il les dissimule, il en oriente l'expression, en amoindrit constamment la portée, il les virtualise en quelque sorte, les faisant transposer dans le fictif et les rend insignifiant en eux-mêmes, les dévalorisant et les relativisant dans le même mouvement. Avec de plus, l'illusion d'une participation (réseaux sociaux) virtuelle qui pourrait remplacer, avoir le même impact (et c'est une illusion) que l'action sur et dans la réalité, l'illusion également de faire partie d'un même monde, puisque des millions et des milliards d'êtres humains reçoivent les mêmes images et les mêmes sons...     

      La pacification du monde est censé venir par la passivité des individus (même si leurs doigts semblent particulièrement actifs!). La réalité elle-même est déformée, l'épiphénomène devient phénomène (voir les divers attentats "terroristes" même au couteau...), l'accessoire devient l'indispensable, l'apparence devient la référence... Heureusement, entre amplifications trompeuses (même si les surfacturations des services informatiques demeurent!) de leurs propres influences, et réactions réelles des "consommateurs", les nouveaux pouvoirs informatiques se font sans doute jouer à leur tour : entre les clics (et les claques) et la réalité de ce que les gens pensent, entre le conformisme affiché par les sondés et les sondeurs et leurs véritables attitudes de plus en plus critiques (même si elles prennent la forme désordonnée du complotisme...) dans la réalité - préludes à des explosions sociales majeures et irréversibles - la vraie vie reprend le dessus, celle des conflits et des coopérations qui mènent réellement le monde. Mais, à l'instar des changements climatiques, les réactions viendront-elles à temps?

 

Michel DESMURGET, La fabrique du crétin digital, Seuil, 2019.

 

    

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens