Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 17:06

  Loin de faire appel à un quelconque "spontanéisme", nombre d'organisations non-violentes estiment qu'avant de réaliser une action, il faut s'y préparer. Pour elles, une préparation ou un entrainement à l'action non-violente est indispensable, à l'instar de l'instruction militaire dans une armée. Cet entrainement, tout comme l'instruction militaire, requiert l'exercice de caractère et d'endurance, de la discipline, de l'esprit de coopération entre les membres, et la connaissance de techniques. Maitrise de soi et cohésion de groupe sont deux grands objectifs, tant de la préparation militaire que de l'entrainement à l'action non-violente...

 

La préparation, une condition de la réussite d'une action non-violente

   Jean-Marie MULLER cite parmi les conditions de réussite d'une stratégie non-violente ou d'une tactique non-violente, un temps de préparation "avant d'entreprendre l'action par laquelle on recherchera l'épreuve de force avec l'adversaire. Il s'agit d'organiser cette action avec rigueur et précision afin de se donner les moyens de la mener à bien avec un maximum de chances de réussite." Dans le même esprit, il écrit "qu'avant et pendant la campagne non-violente, il faut permettre au plus grand nombre de participants de s'initier à l'esprit, aux principes et aux méthodes de la non-violence en faisant valoir à la fois les arguments d'ordre moral et d'ordre tactique. Il convient de former un corps de volontaires expérimentés et aguerris, qui puissent encadrer les participants lors des différentes manifestations et actions.

 

Le jeu de rôle

   L'une des méthodes de préparation à l'action directe, utilisée notamment par le mouvement des Droits civiques aux États-Unis, est le sociodrame ou le "jeu de rôle".

Dans son "Dictionnaire de la non-violence", le même auteur détaille : Il consiste en la mise en scène collective d'une situation conflictuelle prévisible dans un contexte social et politique déterminé. Les acteurs jouent les rôles des différents personnages impliqués dans ce conflit en s'efforçant de "vivre" ce qu'ils "jouent". Le but recherché est de permettre à chacun d'éprouver les émotions et les sentiments qu'il connaitrait s'il était confronté à une situation semblable dans la réalité. Les participants peuvent ainsi mieux connaitre leur comportement personnel en situation, par la prise de conscience de leurs propres émotions, réactions, et attitudes dans leur relation aux autres. Cela doit leur donner une plus grande confiance en soi.

Le jeu de rôle doit permettre également une perception plus juste et plus complète de la situation mise en scène. Aussi doit-il lui-même faire l'objet d'une préparation, si possible avec des participants déjà rôdé au principe et au fonctionnement du jeu de rôle. Ainsi, il peut favoriser une préparation psychologique à la confrontation directe avec les adversaires, le public et la police lors des manifestations et autres actions. Il aide en particulier les manifestants à mieux maitriser et surmonter leur angoisse et leur peur. Il les aide également à mesurer les risques - qui peuvent être physiques, de cette confrontation. Pour le groupe des participants, cet exercice permet de progresser vers une plus grande connaissance mutuelle et une plus forte confiance réciproque.

Pendant que les acteurs jouent les différents rôles des personnages en interaction les uns avec les autres, des observateurs les regardent en notant leurs attitudes afin de pouvoir ensuite les aider à en prendre conscience. Le bon déroulement d'un jeu de rôle, et notamment lors de l'évaluation exige la présence d'un animateur ayant une connaissance approfondie et une longue pratique de cette méthode. C'est lui qui doit décider le moment où il convient d'arrêter le jeu. Ensuite, il a pour tâche d'animer une discussion entre tous les participants dans le but de faire l'analyse, la critique et l'évaluation du jeu.

 

Une formation sérieuse et dépassant tout aspect ludique

   Souvent, parce que les participants sont jeunes et désireux d'agir (et en brûle même d'envie parfois - l'action pour l'action...) dans les différentes mouvances non-violentes, il est essentiel que cette préparation soit la plus sérieuse possible (même si un temps de relaxation doit être aménagé dans ce genre de formation). Les différents organismes voulant préparer une action et plus encore une campagne non-violente de longue haleine, prévoient souvent une telle préparation.  Cette préparation doit être autant intellectuelle que pratique mais les organisateurs doivent insister - sous peine ensuite d'avoir à gérer des situations dramatiques - sur les aspects pratiques, physiques, car la confrontation avec les "forces de l'ordre" n'est jamais une partie de plaisir.

A l'instar d'une préparation militaire, elle exige aussi une grande maitrise de soi et une grande compréhension des mouvements des adversaires comme des partenaires. Difficulté importante, la formation à la lutte non-violente repose sur la capacité de chacun à prendre des décisions et de tous de s'organiser sur un mode démocratique, à prendre des décisions par consensus plutôt que de se soumettre et se conformer à des ordres.

Pour autant, tout dépend du type d'action à entreprendre, car certaines exigent de surprendre l'adversaire (pour entrer dans un territoire interdit par exemple...), et donc supposent des limites à la transparence dans l'organisation de l'action, ne serait-ce que dans ce cas, les risques d'infiltration des organisations sont plus importantes.

 

Centre de ressources sur la non-violence : Site Internet nonviolence.ca. Jean-Marie MULLER, Le Dictionnaire de la non-violence, Les Éditions du Relié, 2014.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens