Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 12:43

       Au moment où de nombreuses occasions de s'apercevoir de la force des propagandes audio-visuelles, que ce soit dans le cadre du renouveau de la recherche sur les guerres mondiales que sur la persistance de l'image du socialisme aux États-Unis pour la majeure partie de sa population, ce livre collectif est bienvenu. Dans le premier cas, l'immense majorité des archives cinématographique et des films de fiction, l'oeuvre des propagandes des différents camps, garde sa prégnance, à moins d'un effort critique important, sur la vision que l'on peut avoir sur les deux premières guerres mondiales. Dans le second cas, la propagande anti-communiste dans les différents documentaires et dans la grande majorité des films américains depuis des décennies, jette un rideau sur les réalités des analyses et des propositions socialistes - qui trouve encore aujourd'hui à l'occasion des élections américaines un écho dans les résultats des votes.

    Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT, historien, professeur à l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, et directeur de l'IRCAV, avec une bonne trentaine d'auteurs se lancent dans une histoire mondiale des cinémas de propagande, qui constitue une première dans le monde francophone. Poursuivant là, avec un certain retard, les nombreuses études anglo-saxonnes sur le sujet (voir les travaux par le biais de l'International Association for Media and History - IAMHIST), mais avec une attention égale aux pays totalitaires et aux pays dits démocratiques.

Dans cet ouvrage, les différents auteurs interrogent à la fois les actualités, les documentaires et les films de fiction, suivant un plan chronologique, qui va des origines du cinématographe jusqu'aux années 1960, à la fin desquelles le média télévision prend largement le relais. Ils se font l'écho - une abondante bibliographie permet à tous d'aller plus avant dans la réflexion - des progrès de l'historiographie du cinéma depuis plus de 25 ans, tant du point de vue des problématiques et des méthodes que de la prise en compte de nouveaux objets d'étude. Étudier les films de propagande politique, explique le coordinateur de l'ouvrage, oblige à examiner les foyers d'émission du matériel de propagande, l'aire de diffusion des documentaires, et le conditionnement psychologique exercé sur les populations auxquels s'adressaient ces films. Chaque article du livre tente de prendre en compte différents paramètres qui associent étroitement les films aux multiples circuits institutionnels. Le fond, la forme et le contexte des discours filmiques permet à la fois de cerner les intentions des auteurs de ces discours et les impacts réels de ceux-ci.

S'inspirant notamment des études de Jacques ELLUL qui estimait en 1962 que "la propagande est par nature une entreprise de dénaturation de la signification, de l'événement et de fausse déclaration d'intention", le coordinateur et les différents auteurs veulent à la fois embrasser, dans des circonstances précises, la représentation de l'histoire, la reconstruction de l'Histoire et l'influence de l'Histoire... De la première utilisation du  cinéma en 1898 à Cuba dans le cadre d'un conflit armé (Emmanuel VINCENOT) au cinéma de propagande au service d'un coup d'État (1962 et 1964) au Brésil (Denise ASSIS) en passant par le cinéma de propagande durant la Grande Guerre puis dans l'entre-deux-guerre, celui durant la Seconde Guerre mondiale au Japon, en Europe, aux États-Unis, en Chine, puis dans les années cinquante et soixante, on peut constater à la fois la prégnance de cette propagande (surtout lorsqu'elle n'a pas de rivale dans le temps et dans l'espace), ses limites (fortes lorsqu'on vise des faits précis), qu'elle soit directe, mise en oeuvre par les différents États, ou indirecte à travers la fiction, construite par les différents réalisateurs, souvent d'ailleurs à leur insu, étant plus des artistes que des sociologues...

Le cinéma est une arme de propagande sociologique d'autant plus importante qu'il se présente comme apolitique et comme un divertissement. La propagande qui intéresse ces auteurs est surtout celle d'agitation qui a pour but de déclencher un mouvement d'opinion, ils s'obligent à restreindre le champ des recherches, car le cinéma tout entier peut-être considéré de propagande. Même si les effets de cette propagande sont souvent diffus et décalé dans le temps, les gouvernements ont toujours tenté d'instrumentaliser de manière la plus précise possible le cinéma. Avec parfois des déconvenues (beaucoup visible en Allemagne nazie...) et des ricochets inattendus. On accordera une attention soutenue à des études telles que celle sur La Guerre des mondes et L'homme qui rétrécit, la guerre froide vue des États-Unis ou comment j'ai appris à survivre à une catastrophe nucléaire? (Sébastien BOATTO) ou aux limites de la propagande soviétique dans l'après-guerre (Valérie POZNER)...

Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT est également l'auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma français sous l'occupation. Auteur chez Nouveau Monde éditions, de Les Documenteurs des années noires (2004) et de Lettres filmées d'Algérie (2015).

 

Sous la direction de Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT, Une histoire mondiale ds cinémas de propagande, nouveau monde éditions, 2015, 820 pages.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens