Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 13:18

    Sous-titré Une histoire populaire du XXe siècle, ce livre fait partie à la fois d'une historiographie récente voulant changé d'angle et voulant relater le vécu et l'histoire des peuples pris dans les événements, dans les guerres comme dans les périodes de relative paix, plutôt que celle des états-majors militaires et des gouvernements, et d'un vaste ensemble de livres sur l'Histoire de l'humanité parue aux mêmes éditions La découverte en 2011.

Dans la lignée d'Howard ZINN, l'historien marxiste britannique Chris HARMAN (1942-2009) choisi dans ce livre d'adpter le point de vue des délaissé(e)s de l'histoire "officielle" pour faire état des guerres atroces, des révolutions, contre-révolutions et génocides qui ont finalement laissé la place à la colonisation totale de la planète par le capitalisme. Mais, ce livre n'affiche pas de résignation et au contraire son auteur reste persuadé que les "vaincus de l'histoire" chers à Walter BENJAMIN continuent de nourrir notre époque de leurs potentialités révolutionnaires... On est très loin de la fin de l'histoire... Elle se poursuit et probablement l'humanité, malgré les calamités actuelles qui se multiplient, a encore l'avenir devant lui. Mais sans connaissance du passé, pas de futur, sinon celui d'un éternel recommencement des mêmes erreurs, en changeant simplement d'échelle...

  L'auteur écrit dans son Introduction n'avoir cessé "d'avoir en tête qu'il (lui) fallait faire face à deux préjugés. L'un est l'idée que les caractéristiques fondamentales des sociétés successives et de l'histoire humain seraient le résultat d'une nature humaine "immuable". C'est un préjugé dont sont imprégnés aussi bien les écrits académiques que le journalisme et la culture populaire.

Les êtres humains, nous dit-on, ont toujours été cupides, compétitifs et agressifs, et cela explique des horreurs comme la guerre, l'exploitation, l'esclavage et l'oppression des femmes. Cette image d'homme des cavernes est destinée à expliquer le bain de sang sur le front occidental au cours de la Première Guerre mondiale et l'Holocauste au cours de la Seconde. Mon point de vue est très différent. La "nature humaine" telle que nous la connaissons est le produit de notre histoire, et non sa cause. Notre histoire est aussi celle de la formation de natures humaines différentes, chacune remplaçant la précédente au cours de grandes luttes économiques, politiques et idéologiques.

Le second préjugé, très répandu au cours de la dernière décennie du XXe siècle, consiste à dire que bien que la société humaine ait pu évoluer dans le passé, elle ne changera plus. Un conseiller d'État américaine, Francis Fukuyama a été l'objet de louanges unanimes lorsque, en 1990, il a prétendu que nous assistions à rien de moins qu'à la "fin de l'histoire" (...). Les grands conflits sociaux et les grandes luttes idéologiques relevaient désormais du passé. Ce à quoi des milliers de rédacteurs en chef et de présentateurs de télévision opinèrent vigoureusement. (...).

Le capitalisme, comme système d'organisation de la production à l'échelle d'un pays entier, est à peine vieux de trois ou quatre siècles. En tant que mode d'organisation de la production mondiale, il a tout au plus 150 ans d'existence. Le capitalisme industriel, avec ses énormes  agglomérations urbaines, son éducation primaire généralisée et sa dépendance à l'égard des marchés, n'a commencé à exister qu'au cours des cinquante dernières années. Pourtant, les hominidés vivent sur la Terre depuis au moins un million d'années, et les humains modernes depuis plus de 100 000 ans. Il serait proprement extraordinaire qu'un mode d'organisation économique et social qui ne représente que 0,5% de la durée d'existence de l'espèce humaine soit destiné à se prolonger indéfiniment, à moins bien sûr que notre espérance de vie ne soit très réduite. Tout ce à quoi aboutissent les écrits de Fukuyama et de Giddens (La Troisème Voie, 1998), c'est à confirmer que Marx avait raison au moins sur un point : "Pour la bourgeoisie, il y a eu une histoire, mais il n'y en a plus."  L'accumulation des crises contemporaines (famines, guerres endémiques, épidémies, destruction de l'environnement...) donne déjà raison à notre auteur : l'histoire continue et différemment...

  Suivant la chronologie classique au fil des chapitres, Chris HARMAN propose une autre vision du XXe siècle. Les événements les plus décisifs ne sont pas ceux dont les manuels scolaires parlent et la marche de l'humanité s'éclaire mieux en prenant en compte bien plus d'acteurs en mouvement.

Chris HARMAN est aussi l'auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels The Fire Last Time, 1968 and After et The Lost Revolution, Germany 1918-1923.

 

Chris HARMAN, Un siècle d'espoir et d'horreur, Une histoire populaire du XXe siècle, La Découverte, 2011, 2013. Traduction de la dernière partie de A people's History of the World, From the Stone Age to the New Millenium, Bookmarks, 1999, puis Verso, 2008. 350 pages.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens