Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 14:38
     Tiré d'une série de conférences prononcées à la London School of Economics en 1937, cet ouvrage propose une science du pouvoir, et par là des éléments d'une science des conflits politiques et sociaux. Ces conférences n'ont rien perdu de leur actualité et de leur clarté.
  
   Commençant par une définition de la pulsion de pouvoir, Bertrand RUSSELL adopte une approche par le caractère et en même temps par la fonction. Caractère car de "tous les désirs infinis de l'homme, les principaux sont les désirs de pouvoir et de gloire". Fonction car pour tous les types de pouvoir, celle-ci est définie comme la production d'effets voulus "sur les êtres humains, sur la matière inerte ou sur les formes de vie non humaines". Ils diffèrent suivant la position sociale occupée.
Il entend prouver dans cet ouvrage que "le concept fondamental en sciences sociales est celui du Pouvoir, au même titre que l'Energie constitue le concept fondamentale en Physique."

   La distinction entre pouvoir traditionnel, pouvoir révolutionnaire et pouvoir nu est d'ordre psychologique et une distinction s'opère également entre le pouvoir des organisations et le pouvoir des individus. Ainsi, sont passés en revue le pouvoir des prêtres, le pouvoir des rois, le pouvoir nu (celui qui vient de l'usage brut de la violence), le pouvoir révolutionnaire, le pouvoir économique, le pouvoir religieux qui provient des dogmes, les pouvoirs gouvernementaux... Ces formes de pouvoir scandent les chapitres du livre pour aboutir à une conception où il est nécessaire avant tout de dompter le Pouvoir. 

  Bertrand RUSSELL insiste beaucoup sur ce qu'il appelle la biologie des organisations, véritables organismes qui donnent leur forme aux exercices du pouvoir. Une réflexion profonde sur la démocratie, "Dompter le pouvoir" conclue le livre.
 
      La démocratie, dont les vertus sont pour lui d'ordre négatif, n'est pas la garantie d'un bon gouvernement, mais elle permet d'éviter certains maux.
      Ici se place une prise de position sur la guerre : "La guerre est le meilleur allié du despotisme, ainsi que le plus grand obstacle à l'établissement d'un système où l'on puisse autant que possible éviter le pouvoir irresponsable. Prévenir la guerre constitue une part essentielle de notre problème - je devrais dire, la plus essentielle. J'ai la conviction que, si jamais le monde pouvait être libéré de la peur de la guerre, quelle que soit la forme de gouvernement ou de système économique alors en place, il finirait par trouver des moyens de réfréner la férocité de ses dirigeants. Par contre, toute guerre, mais surtout la guerre moderne, ouvre la voie à la dictature en poussant ceux qui ont peur à se chercher un meneur et en transformant les audacieux en une bande de prédateurs."
   
     Quand Bertrand RUSSEL passe en revue les pouvoirs gouvernementaux et les les formes de gouvernement - monarchie, théocratie, démocratie, on est assez proche d'une forme de raisonnement à la MONTESQUIEU ou à la TOCQUEVILLE. Ce qui apparait dès le début du chapitre 12 (sur les 18 que comptent le livre) dans les diverses caractéristiques pour lui d'une organisation. Ses principales caractéristiques sont en effet sa taille, le pouvoir qu'elle a sur ses membres, son pouvoir sur ceux qui n'en sont pas membres et la forme que prend son gouvernement. Cette approche donne à cet ouvrage, malgré s'il n'est qu'un regroupement de conférences, une allure de classique. 
 
   Notons la faculté de Bertrand RUSSEL d'aller à l'essentiel des problèmes, son érudition, sa méthode, sa clarté, et jusqu'à son humour délicieusement irrévérencieux.
 
    Nous sommes, lorsque Bertrand RUSSELL prononce ces paroles à ses conférences, à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale.
 
   


LE POUVOIR, Bertrand RUSSELL, co-édition Editions Syllepse (Syllepse.net) et Les Presses de l'Université Laval (Québec), 2003, 230 pages. Traduction de l'anglais de Michel PARMENTIER. Publié par The Bertrand Russell Peace Foundation Ltd en 1996.
 
Complété le 4 septembre 2017.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens