Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 11:36
       Commencer par discuter d'un mot ou d'une expression, c'est souvent aller au fond, par-delà l'étymologie. En s'appuyant souvent sur l'étymologie, c'est faire la philosophie du mot ou de l'expression, et nous nous conformons bien sûr à cette règle.
     
      André LALANDE, dans son Vocabulaire technique et critique de la philosophie (PUF, Quadrige, 2002), indique le radical international de conflit, konflikt, que nous utiliserons par la suite. Le latin conflictus (legum), terme juridique bien entendu, cotoie l'allemand widerstreit, l'anglais conflict et l'italien conflitto. Dans tous ces cas, il s'agit du rapport de deux pouvoirs ou de deux principes dont les applications exigent dans un même objet des déterminations contradictoires. LALANDE cite en particulier conflit de devoirs, dans la morale appliquée, un même acte paraît à la fois légitime et illégitime suivant la règle à laquelle on le rapporte. Il peut y avoir conflit d'une seule autorité avec elle-même, si elle ne peut s'appliquer à un objet donné sans y aboutir à une contradiction. Le conflit de la Raison avec elle-même selon Emmanuel KANT (Critique de la raison pure) est l'ensemble des contradictions où s'engage la raison lorsqu'elle s'efforce de trouver, dans les phénomènes, un inconditionnel d'où dépendraient tous les inconditionnés.
    
        Cette référence à KANT figure également dans le Vocabulaire Bordas de la philosophie de LEGRAND. Le conflit de la raison avec elle-même désigne la série des contradictions, selon KANT, insolubles, qui président à la recherche d'un élément dépassant toutes les conditions. LEGRAND signale que le même caractère de conflit intérieur se retrouve dans la pensée de type religieux (PASCAL) ou existentialiste (CAMUS). La contradiction à assumer par-delà le conflit semble avoir été l'une des motivations initiales, selon LEGRAND toujours, de NIESTZSCHE.

    Joel WILFERT, dans les pages Vocabulaire de son ouvrage consacré à Emmanuel KANT (Ellipses, 1999) explique bien cette notion en se référant à l'antinomie, ce conflit entre les lois de la raison pure. Les antinomies kantiennes, écrit-il, exposent les thèses opposées que la raison peut soutenir tour à tour lorsqu'elle prétend obtenir une connaissance à partir de l'idée de monde, synthèse objective de tous les phénomènes de sens externe. On ne peut que citer KANT lui-même : "Elle (la raison) croit avec beaucoup d'apparence y rendre valable son principe de l'unité inconditionnée, mais elle s'embrouille bientôt dans de telles contradictions qu'elle est forcée de renoncer à ses prétentions en matière cosmologique". (Critique de la raison pure).
   
     Comme pour toute définition, donc, qui se respecte, nous nous voyons dans l'obligation de renvoyer, en philosophie, le mot conflit au mot ANTINOMIE.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens