Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 14:00
Jacques LACAN, la psychanalyse du symbolique, de l'imaginaire et du réel.
       Débutant en 1932 par une thèse sur "De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité" lors de ses études de médecine dans les milieux psychiatriques, Jacques LACAN (1901-1981) se fait surtout connaître en 1936 au XIVème congrès de psychanalyse par une communication sur "le stade du miroir".
 C'est surtout une réflexion sur deux concepts, celui de corps propre (emprunté à Henri WALLON) désignant l'intuition de l'unité de sa personne par le bébé, et celui de représentation, l'image dans le miroir. C'est une première différence entre le Je, celui qui voit son image et qui s'y identifie et le Moi, l'image à laquelle l'enfant s'identifie. Le processus d'identification est une tension entre un Je (sujet de l'inconscient) et un Moi toujours social, posé dans l'ordre de la logique et dans l'ordre social.
Le stade du miroir, c'est donc l'aliénation active du sujet à une image, image qui ne peut servir à ce processus que si elle est reconnue à la fois comme artificielle par l'enfant et désignée comme représentation adéquate par l'adulte.
    Mû par la volonté de revenir à un réel freudisme, Jacques LACAN inaugure donc en 1936 cette triade qui différencie castration (Symbolique), frustration (Imaginaire) et privation (Réel). En 1953, il la fonde sur le structuralisme (de Claude LEVI-STRAUSS), l'inconscient étant structuré comme un langage, l'analyste devant représenter sans cesse chez le psychanalysé le lapsus et autres tournures révélateurs de la personnalité.
Les ruptures dans le monde psychanalytique français sont plus le fait de divergences sur la conception même de la cure (de sa longueur, de sa fréquence, de sa signification pour l'analysé et pour l'analyseur... ) et sur les fondements de la compétence du psychanalyste (médecin ou pas) que sur les orientations doctrinales et sur la théorie lacanienne. En 1953 comme en 1964, deux associations psychanalystes hostiles l'une à l'autre se forment. En fin de compte lorsque Jacques LACAN fonde en 1964 l'Ecole Freudienne de Paris, il apparaît bien isolé. Il l'est encore plus après une autre scission qui donne naissance au Quatrième Groupe en 1969.
  Par ces "Ecrits" en 1966, où il rassemble l'essentiel de ses articles, il conquiert un public important qui croît avec ses "Séminaires" (1969-1980), commencés dans l'ambiance de la contestation étudiante (Université de Vincennes, Paris 8). Même si le style de ses oeuvres (non exemptes d'utilisations abusives et contestées des mathématiques) rebute, Jacques LACAN élabore une pensée qui peut être définie comme une théorie structurale du désir et du langage, qui est  très débattue dans beaucoup de milieux intellectuels.
Ses textes marquent son époque et encore la nôtre, dans un constant effort de conceptualisation. Sa tentative de donner un fondement théorique à la parole de l'analysant qui institue un transfert et constitue ainsi l'Autre comme analyste marque une étape importante dans l'établissement de la psychanalyse comme véritable science de l'inconscient. Le face à face, souvent conflictuel, de la cure s'en trouve éclairci.

Jacques LACAN, Ecrits, Editions du seuil, 1966. Les textes des Séminaires sont disponibles sur Internet, dans divers sites.


 Wilhelm REICH, une psychanalyse de l'énergie sexuelle
   De formation médicale, admis en 1919 à la Société psychanalytique, dirigeant de la polyclinique, fondée par Sigmund FREUD, de 1922 à 1930, Wilhelm REICH (1897-1957) mène toujours de front activités soignantes et activités politiques. Membre du Parti Communiste Allemand, il ne cesse de se dépenser au service des ouvriers.
Très tôt contre Sigmund FREUD et une certaine orthodoxie psychanalytique, qui recourent à l'hypothèse de la pulsion de Mort dans l'élaboration de la théorie, il soutient que la misère sexuelle est liée fondamentalement à l'aliénation économique et sociale. De 1927 ("La fonction de l'orgasme") jusqu'en 1935 ("L'irruption de la morale sexuelle", "La psychologie de masse du fascisme"), il lutte pour la libération sexuelle. En Suède (Revue de psychologie politique et d'économie sexuelle - Sexpol) depuis son exclusion de l'Association Psychanalytique Internationale en 1934, puis aux Etats-Unis (Maine) dès 1939.
       Marxiste jusqu'au bout, Wilhelm REICH veut promouvoir l'analyse et le traitement de ce qu'il appelle "la peste émotionnelle" qui engendre en nombre des êtres pourvus d'une "cuirasse caractérielle" qui les empêchent de mener une vie épanouie (qui déclenche des cancers) et qui les fait participer à leur propre oppression (développement de personnalités autoritaires).
Il pratique la végétothérapie, expérimente à tour de bras sur l'"orgone", cette énergie vitale biologique spécifique qui agirait de la cellule au cosmos dont il veut établir l'existence, publie énormément ("La révolution sexuelle", "L'éther, Dieu et le Diable", "La superposition cosmique").
Son influence est considérable, surtout sur les thèses de la libération sexuelle et la révolution sociale, bien plus que sur ses recherches "biologiques". Dans les années 1960 et 1970, il fait partie des auteurs les plus lus dans la jeunesse contestataire, et des courants socio-psychanalytiques se forment, s'inspirant de ses travaux européens.
   Même si ses visions sur l'énergie cosmique soulèvent plus d'objections que d'adhésions, notamment parce que globale, trop globale, elles négligent le travail de mise en relation et d'articulations intermédiaires entre la cellule et le cosmos, entre le corps et le corps social, l'apport de Wilhelm REICH va bien au-delà de la psychanalyse et suscite encore aujourd'hui de nombreuses recherches et de nombreux combats.

Wilhelm REICH, L'irruption de la morale sexuelle, 1932 (Petite Bibliothèque Payot, 1972) ; La lutte sexuelle des jeunes, 1932 (François Maspéro, Petite Collection Maspéro, 1972) ; La psychologie de masse du fascisme, 1933 (PBP, 1972) ; L'analyse caractérielle, 1933 (Payot, 1973) ; La fonction de l'orgasme (texte autobiographique), 1947 (L'Arche éditeur, 1952) ; La révolution sexuelle, 1948 (Union Générale d'Editions, 10/18, 1971) ; La superposition cosmique, 1953 (PBP, 1999).
Roger DADOUN, Cent fleurs pour Wilhelm REICH, PBP, 1975.


                                                                                            PSYCHUS
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens