Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 15:17
             Une psychanalyse généralisée : l'ego-psychiatrie
   Une théorie de la "psychologie du Moi" s'est développée sous l'égide d'Heinz HARTMANN, proche d'Anna FREUD, (1894-1970), surtout aux Etats-Unis. Présentant en 1937 "La psychologie du Moi et le problème de l'adaptation", il travaille avec Ernst KRIS (1900-1957) et Rudolf LOEWENSTEIN (1894-1970) à l'élaboration d'une véritable nouvelle psychanalyse centrée sur le Moi. Cette nouvelle théorie est critiquée dans le milieu freudien car elle conduit à donner au Moi des fonctions autonomes qui échappent au conflit psychique.
Le Moi autonomisé, dans l'histoire personnelle de l'individu, constitue l'élément qui assure l'adaptation au monde extérieur. Finalement, il s'agit d'une théorie désexualisée échappant au conflit entre le Ca et le Moi, et partiellement au conflit psychique tout court, qui s'adapte très bien aux mentalités des milieux médicaux américains, dans lesquels elle a longtemps eu une position dominante.

   Heinz HARTMANN, La psychologie du Moi et le problème de l'adaptation, 1937 (PUF, 1968), Psychanalyse et valeurs morales, Privat, collection de psychologie clinique, 1975. Ernst KRIS, Psychanalyse de l'art, PUF, 1952. Rudolph LOEWENSTEIN, L'oeuvre clinique, Revue française de psychanalyse, Edition Bibliothèque des Introuvables, 2005, Psychanalyse de l'antisémitisme, PUF, 2001. A lire pour la situation de la psychanalyse américaine, l'entretien avec Otto KERNBERG, réalisée en 2004 par Sergio BENVENUTO et Raffaele SINISCALCO disponible sur Internet sur le site de PSYTHÈRE (www.psythere.com)


          Une théorie psychanalytique de la pensée
      Doté d'une grande expérience de la guerre (il fut psychiatre des armées), Wilfred BION, proche de Mélanie KLEIN, (1897-1979) commence dès 1938 à élaborer une technique psychanalytique et une épistémologie, insistant sur le processus même de la réflexion.
Il reformule l'Inconscient, le Préconscient, le Conscient et y substitue en partie des niveaux de pensée. Impressions sensuelles mises en images (élément alpha) liées aux rêves, aux souvenirs ou aux pensées oniriques, Impressions sensorielles non assimilées, vécus comme des "choses en soi" (élément bêta) en lien avec la gestion des émotions brutes se partagent l'individu. Une trop grande accumulation d'éléments bêta provoque une "indigestion mentale", un refoulement de l'apprentissage en raison du trop d'informations à traiter. Le rêve préserve l'individu de l'état psychotique, en permettant de traduire les impressions sensorielles (bêta) en images assimilables (alpha).
Ses principaux ouvrages, réputés difficiles, "Recherches sur les petits groupes" (1961), "Aux sources de l'expérience" (1962), "L'attention et l'interprétation", (1970) "Une mémoire du futur" (1975), et "Quatre domestiques" (1977) ont une grande influence sur le développement de la psychothérapie de groupe. Par contre, on s'en doute, son éloignement des problématiques du conflit intrapsychique l'a coupé de la majeure partie des psychanalystes. Son apport jette cependant un pont entre les problèmes psychiques et l'élaboration de la pensée. Il amorce une théorie psychanalytique de la pensée que de nombreux auteurs français (BRAUSCHVEIG, FAIN, LUQUET, GREEN, DONNE, LE GUEN, MARTY) développent par la suite.

    Wilfred BION, Recherches sur les petits groupes, 1961 (PUF, 2002); Eléments de psychanalyse, 1963  (PUF, 1979 ); L'attention et l'interprétation, 1970 (Editions Payot, 1990); Une mémoire du futur, 1975 (Editions Césura, 1989) ; Aux sources de l'expérience, 1962 (PUF, 1979).


           Une psychanalyse centrée sur les psychoses adultes
     Abordées par Carl JUNG et Sigmund FREUD sans être approfondies, les psychoses adultes sont étudiées sérieusement par Paul FEDERN (1871-1950), J ROSEN et Hubert ROSENFELD (1910-1986) qui s'efforcent de comprendre ces structures psychiques très altérées en remontant à des étapes archaïques de la psychogenèse. Pour Paul FEDERN, qui s'écarte des conceptions de Sigmund FREUD, c'est la carence de libido narcissique qui détermine pour lui la difficulté objective du psychotique. Par la cure, il faut aider le patient dans ses efforts d'intégration en cherchant à contenir l'émergence du refoulé et en s'efforçant de renforcer les défenses.
Voulant traiter ses patients psychotiques profonds par la psychothérapie plutôt que par des médicaments, Herbert ROSENFELD publie dès 1947 "Analyse d'un état schizophrénique de dépersonnalisation" où il dégage, après un succès thérapeutique, son concept d'identification projective.
Transfert psychotique, lien entre le narcissisme et la pulsion de Mort, ces éléments influencent en France le mouvement de l'Evolution psychiatrique animé par Henry EY (1900-1977). Réservé sur l'apport de la psychanalyse, dans ses aspects "spéculatifs et idéologiques", il contribue au développement scientifique de la psychiatrie dans un dialogue avec la psychanalyse. Son "Traité des hallucinations" (1977), somme psychiatrique, aborde l'étude des psychoses. A sa suite, les travaux sur cette affection, sur le versant adulte, continue avec Paul Claude RACAMIER (1924-1996) et J. BERGERET, qui développent chacun également des voies originales. L'évolution des études psychanalytiques des névroses aux psychoses reflètent une évolution historique des maladies mentales comme elle opère une étape importante dans la compréhension des conflits psychiques.

   Paul FEDERN, Quelques variations de sentiment du Moi, 1926. Hubert ROSENFED, Etats psychotiques, une étude psychanalytique, 1965. Paul-Claude RACAMIER, Les schizophrènes, 1980.   


                                                                                                                PSYCHUS




 

Partager cet article

Repost0

commentaires