Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 17:08

             Une fois n'est pas coutume dans cette rubrique, ce n'est pas un nouveau pavé qui est conseillé...
             Plutôt une introduction à une "sociologie" militaire que je ne trouve pas forcément la plus intéressante, mais c'est une introduction tout de même à une sorte de sociologie historique de l'armée. Alexandre SANGUINETTI (1913-1980), longtemps spécialiste des questions militaires au RPR (Rassemblement Pour la République), donc situé dans une problématique plutôt de droite, propose dans ce livre sa vision du combattant, qui dans l'Histoire de guerrier passe au statut de soldat.

Son étude "historique", des premiers âges de l'Antiquité à la Bombe atomique, qui donne des aperçus du pouvoir militaire, veut montrer le rôle des armes dans la violence des sociétés. Volontiers pessimiste sur la nature humaine, se plaçant d'emblée dans une logique où les guerres ne se livrent pas forcément entre Etats, montrant souvent dans des pages aérées, par exemple sur la Révolution française ou les deux guerres mondiales, plutôt la réalité que l'idéologie qui s'y rattache, pas tendre autant pour le militarisme et pour l'anti-militarisme, l'auteur a le mérite d'introduire, au gré de chapitres faciles à lire, au rôle et au statut  du soldat dans la société.

Pour ceux qui n'ont que des souvenirs scolaires de l'Histoire, surtout de l'Histoire de France, il s'agit là d'un vrai rafraîchissement, qui invite à la réflexion, même dans les mois d'été (pas terrible cet été, mais bon...).

 
    L'éditeur présente ainsi de manière très succincte et pas forcément attirante cet ouvrage (en quatrième de couverture) : ""Bayard : je ne partage pas du tout le goût général pour ce personnage. Il était brave dit-on. C'est la moindre des choses pour un professionnel. Seulement, en Italie, il faisait pendre tout goujat trouvé porteur d'une arquebuse, parce qu'il n'admettait pas qu'on puisse tuer par ce procédé un brave chevalier à trente pas. Eh bien, il est mort d'une arquebuse, et dans les reins encore, tirée par un routier espagnol" (...) C'est le genre de militaires qui encombrent notre Histoire de leurs hauts faits, mais qui auraient refusé en 70 le canon se chargeant par la culasse, en 14 la mitrailleuse et le canon lourd, en 40 le char de combat et l'aviation, enfin en 60 l'armement nucléaire." Dans un récit haut en couleurs, riche d'anecdotes et d'irrespect, Alexandre Sanguinetti démontre ainsi, de l'Antiquité à nos jours, la fonction du soldat et le rôle des armes dans la violence des sociétés."
Pour le général POIRIER, la pertinence de cet ouvrage est forte : "Ne nous y trompons pas : pour Alexandre Sanguinetti, la justification du guerrier par sa fonction historique n'absout pas les médiocres, aux pouvoirs usurpés, qui ne se montrent pas à la hauteur d'une action à laquelle les délèguent les peuples. Les siècles rappelant que l'intelligence de la violence et le bon usage des armes ne sont pas choses banales ; que à moins de s'interroger sur les trop fréquents lapsus des acteurs du "drame effrayant et passionné" (Jomini) et sur leurs causes, on risque d'abandonner la violence à sa pente et la politique à l'improvisation."
 
   Alexandre SANGUINETTI est également l'auteur d'autres nombreux ouvrages sur les questions militaires et politiques ; parmi eux La France et l'arme atomique (Julliard, 1964), une nouvelle résistance (Plon, 1976), L'armée, pour quoi faire? (Seghers, 1977), J'ai mal à ma peau de gaulliste (Grasset, 1978), Lettre ouverte à mes compatriotes corses (Albin Michel, 1980).
 


  Alexandre SANGUINETTI, Histoire du soldat, De la violence et des pouvoirs, Editions Ramsay, Document, 1979, 365 pages.
 
Complété le 5 Juillet 2012

Partager cet article

Repost0

commentaires