Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 14:21

 

   Juste après des commémorations plus ou moins bien suivies du 14 juillet 1789, il est intéressant de réfléchir aux diverses manipulations de l'histoire en fonction des calculs politiciens de droite ou de gauche, qu'une certaine classe intellectuelle impose régulièrement aux Français.
On pense particulièrement aux commémorations des génocides ou des massacres collectifs dont on nous impose plus les images d'horreur que des réflexions sérieuses. Jouer sur l'émotion ne suffit pas à construire une mémoire collective. Jouer sur des émotions collectives ou des sentiments divers pour déformer les faits a toujours fait partie des conflits politiques et idéologiques et le livre de Christian AMALVI nous le rappelle très justement en examinant la manière dont ont été présentés différents chapitres de notre histoire.

    Sur la Révolution française justement, mais aussi sur Vercingétorix (les métamorphoses de nos origines nationales), sur Roland (dans la littérature scolaire), sur Hugues Capet et les terreurs de l'an mil, sur le règne de Philippe-Auguste (dans la littérature historique du XIXème siècle), sur Etienne Marcel (de Danton à François MItterrand), sur la Jacquerie de 1358 (dans la littérature de 1814 à 1914), cet archiviste-paléographe nous promène dans les interprétations souvent virulentes d'un bord politique à l'autre. Dans ces essais de mythologie nationale, on puise beaucoup d'éléments sur les batailles de la mémoire, et c'est fort à propos que Christian AMALVI nous informe, de sa position professionnelle dans les Archives Nationales, de différentes tromperies historiques, présentes encore hélas aujourd'hui, dans beaucoup de manuels scolaires aux données souvent plus qu'approximatives... Non pas de ces erreurs d'historiens qui n'en sont pas à l'abri mais de ces véritables entreprises du mensonge perpétré en connaissance de cause par des officines politiques présentes dans diverses maisons d'éditions...
   On regrette simplement que d'autres figures emblématiques de l'histoire ne soient pas évoquées, comme celle de Jeanne d'Arc, récupérée aujourd'hui par la droite et l'extrême droite. Malheureusement, beaucoup croient encore qu'elle entendait des voix et qu'il s'agissait d'une paysanne influençable, ou encore que le sentiment national français date des années 1400... Il manque un ouvrage - certes difficile à écrire - sur les conséquences de certaines falsifications historiques et même de destructions de documents historiques (on pense à la Révolution russe par exemple) sur les comportements des hommes et des femmes d'aujourd'hui.
 
    "La France est un étrange pays que son histoire divise, une vieille nation où l'héritage du passé prend souvent la forme de batailles pour la mémoire, un théâtre où s'affrontent implacablement le Bien et le Mal, la Loge et le Clocher, la Vérité révélée et la Foi laïque".
Voilà comment commence la présentation de ce livre.
"Conservateur à la Bibliothèque nationale et, à ce titre "trésorier" de notre mémoire, Christian AMALVI était mieux placé que quiconque pour mettre en scène cette pièce de théâtre qu'est l'histoire de France, pour dessiner le portrait des acteurs qui portent les masques de Vercingétorix, Hugues Capet, Philippe Auguste et Etienne Marcel, pour arpenter ces "lieux de mémoire", où chaque camp vient puiser des arguments pour terrasser l'adversaire. En proposant des éclairages neufs ou trop connus et donc méconnus comme celui sur la Révolution française, Christian AMALVI nous offre un voyage rafraîchissant au coeur de notre mythologie nationale. Fruit de dix années de recherche, cet art et cette manière d'accommoder l'histoire est aussi le livre d'un historien qui a la chance d'appartenir à une génération privilégiée, celle qui - grâce à l'effondrement des mythes révolutionnaires - cherche moins à glorifier le passé qu'à le comprendre."
   
     Robert MORRISSEY, dans une critique  publiée dans Romantisme, n°70, en 1990, présente ce livre composé de sept études portant sur la représentation de l'histoire nationale au XIXe siècle.
"La zone de prédilection de l'auteur, connu surtout pour ses travaux sur les manuels scolaires sous la troisième République, se situe ainsi non pas tant du côté de ce que Michel de Certeau a appelé le donné de l'histoire que du côté de l'écriture qui l'organise en connaissance. Histoire de l'historiographie donc, et ces études sont riches en références aux grands historiens du XIXe siècle : Sismondi, Guizot, Thierry, Michelet, Louis Blanc. mais en fait Amalvi veut aller plus loin et vise à rendre compte de "toutes les mises en scène du passé national". A ce titre, il évoque non seulement les grands auteurs littéraires du siècle tels que Stendhal, Balzac et Hugo, mais aussi, et peut-être surtout, les auteurs de manuels scolaires, de brochures, et de pamphlets, des journalistes et des dramaturges de second ordre qui ont tous participé au grand débat sur le passé et le rôle de l'histoire. (...) Les chapitres les plus réussis portent sur Philippe Auguste et sur Etienne Marcel. Dans le premier, Amalvi part d'une opposition de deux courants historiques que le XIXe siècle a recueillis à sa naissance : une tendance rationaliste ennemie des prêtres et du "despotisme des rois" et une tendance aristocratique et catholique. L'auteur suit étape par étape leur évolution à travers le moment fort du romantisme, la réaction des érudits catholiques contre l'historiographie libérale qui se développe entre 1850 et 1880, et la mise en place de l'histoire positiviste (...)."
L'auteur se situe dans le prolongement des oeuvres de FURET, LE GOFF, OZOUF et NORA, peut-être avec des oppositions droite/gauche, catholique/laîc un peu trop prévisibles. L'ensemble donne, c'est vrai, l'impression sans doute de survol, mais l'abondante bibliographie présentée en fin de livre permet d'autres investigations. 
 
   Christian AMALVI est aussi l'auteur depuis celui-ci d'autres livres, tels que le Dictionnaire Bibliographique des Historiens Français et Francophones (Boutique de l'Histoire, 2004), François Ier, Image d'un Roi, de l'histoire à la légende (Somogy, 2006), Les Héros de l'Histoire de France - de Vercingétorix à De Gaulle (privat, 2001), Les Héros des Français - Controverses autour de la mémoire nationale (Larousse, 2011).
 


       Christian AMALVI, De l'art d'accommoder les héros de l'histoire de France, De Vercingétorix à la Révolution, Albin Michel, 1988, 475 pages.
 
Complété le 3 Juillet 2012

Partager cet article

Repost0

commentaires