Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 08:37
   La variété et l'étendue du domaine des injures force d'abord l'admiration. Que ce soit un substitut ou un élément de l'escalade de conflits, mais pour l'instant, on s'en balance...
    Il y a d'abord des injures dévalorisant un comportement, justement : balance pour délation ou dénonciation, envieux pour jaloux... Mais cela est trop proche de l'argot... Quoique parler en argot pour un grand bourgeois, c'est de l'injure!

    Plus intéressantes sont les injures agressives tels que salaud, salaude (pardon, salope), idiot, idiote, connard, connarde (pardon connasse), pauvre conne, pauvre embité (non, ça, ça, se dit pas... c'est compliqué les injures, c'est toute une culture!).
  Certaines injures sont révélatrices de la personnalité de ceux ou de celles qui les profèrent : petit con (ce sont les grands cons qui aiment bien dire celle-là), pauvre con (généralement un riche), petit imbécile (généralement un grand imbécile)...
  D'autres injures sont incompréhensibles pour certaines cultures, par exemple les injures racistes... Sale blanc, sale noir, sale jaune, sale bleu (ah non, celle-là, elle n'existe pas encore!), sale rose (celle-là non plus, dur, dur!), sale juif, sale arabe, sale corse, sale hindou, sale chrétien, bref tout ce qui suit sale semble valabe comme injure...

   Les injures de classe ne sont pas mal non plus : richard, salaud de pauvre, pauvre bourge, racaille (celle-là est un peu passe-partout valable autant pour les immigrés que pour les banquiers)...
   Certains ont une préférence marquée et raffinée pour les noms d'oiseaux ou d'autres animaux : rapace, vipère, moineau (cervelle de... pour ceux qui ne savent pas), porc (surtout entre musulmans...), pourceau, cochon, sale porc, gros cochon (mieux, grosse cochonne), volaille, canard boiteux... C'est d'ailleurs injuste très souvent pour ces animaux-là...
    Moins raffinés sont ceux qui adorent les mots à caractère sexuels ou scatologiques : pauvre merdeux, petite merde (grosse merde aussi...), pauvre caca (plutôt pour les petits pendant la récréation), bite molle, seins mous (non, celle-là, n'existe pas..), couillon (c'est mieux au pluriel), couillus, couilles molles (adorés par ceux qui bandent sans doute tout le temps), enculé (sans doute de la jalousie...)...
   Revenons vers ceux qui possèdent un certain niveau intellectuel, qui évitent d'utiliser la répétition à tire-larigot, ceux qui utilisent beaucoup les initiales : BICS (Banque Imbécile, Conne et Stupide), PSG (Pédé Sur Gazon), CQFD (C'est le Qul qu'il Fallait Dénoncer... T'es sûr, coco?), PMU (ne me demandez pas, je ne sais pas...)...
 
   Il existe bien sûr des publicités injurieuses pour ceux qui les entendent sans les écouter, du style du bon sens près de chez vous, sous-entendant que vous en êtes vraiment dépourvu chez vous...
    Sans doute le registre de l'injure, de l'insulte est-il le plus étendu dans le monde sportif. Ce qui est évidemment un plus dans leurs vertus éducatives... Non seulement tous les thèmes sont abordés (avec une prédilection pour le sexe version machiste), mais toutes les variantes d'émetteurs, de destinataires et d'objectifs s'y retrouvent.
Parmi les objectifs : déstabilisation des autres joueurs en lançant des insultes dont on ne pense pas un mot, déstabilisation de l'arbitre pour le mener à des décisions irréfléchies, déstabilisation des médias, forme de vengeance à propos d'articles "mal" faits, défoulements sur les autres joueurs de son équipe ou de l'équipe adverse, sur l'entraîneur, très bon bouc émissaire des échecs, forme de pression sur les supporters ou sur les financeurs...
Parmi les destinataires, et c'est sans doute l'aspect le plus intéressant : joueurs partenaires, joueurs adversaires, publics, journalistes, supporters.... avec des stratégies d'emploi de l'insulte : soit pour se valoriser pour ne pas retomber trop vite dans l'anonymat, soit pour viser une cible en faisant semblant de tirer sur une autre... Cette dernière variante étant surtout utilisée dans le monde politique ou financier, pour obtenir un effet ricochet par l'intermédiaire des déclarations à la presse, proche de la manipulation mensongère. Il s'agit par une insulte qui vise une personne en particulier d'agir sur un processus de décision, pour faciliter sa carrière ou nuire celle d'un autre.
Sur les émetteurs, les variations sont là aussi multiples : les joueurs (surtout professionnels) sont souvent mis en avant par les insultes qu'ils profèrent par médias interposés, de même que les entraîneur. Mais ce que raconte la presse est rachitique par rapport à ce qui se passe sur le terrain, et c'est quelqu'un qui a beaucoup fréquenté le terrain qui le rapporte. Car non seulement ces deux types d'acteurs s'amusent presque à se répandre ainsi, mais les financeurs, les supporters, et même les politiques qui comptent sur des effets sportifs pour favoriser leur propre parcours sont particulièrement productifs pour mettre la pression sur les joueurs, en particulier, afin de les aguerrir au minimum ou de les menacer en cas de mauvais résultats...

  Bref, le sujet des injures est vraiment vaste.

  J'espère que je ne vous ai pas injurié!
 
Complété (légèrement) le 6 novembre 2013 et relu (avec plaisir) le 10 juillet 2018.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens