Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:41

        C'est sur la complexité du phénomène guerre que s'ouvre l'entrée Guerre dans le Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie de Pierre BONTE et Michel IZARD : "Phénomène universel, la guerre se présente cependant sous une telle diversité de formes qu'on peut douter qu'elle puisse être légitimement réduite à une catégorie pertinente de l'analyse anthropologique. Cette difficulté à cerner l'objet est illustrée par le finalisme des hypothèses avancées pour expliquer le "pourquoi" de la guerre, que celles-ci soient fonctionnalistes (la guerre sert à perpétuer les formes d'organisation ou les valeurs d'une société), utilitaristes (consciemment ou non, la guerre vise à maximiser un avantage) ou naturalistes (le goût des hommes pour la guerre est un instinct hérité de la phylogenèse animale)."
  Tentant de distinguer deux catégories de guerre dans les sociétés "traditionnelles" - la guerre est d'abord le fait d'unités combattantes et existantes bien avant la formation de l'Etat - les auteurs du même Dictionnaire décrivent la guerre comme résolution d'une "crise intervenue dans le déroulement de transactions pacifiques" provenant d'un déséquilibre entre voisins en matière d'espace, d'accès aux ressources ou de circulation des femmes ou des marchandises ou comme moyen de se procurer chez un ennemi défini, des ressources nécessaires à la perpétuation de l'identité du groupe.

        Cet aspect de séparation ami/ennemi et de perception de l'autre (de ce qui est autre) se retrouve dans les études anthropologiques (qui ne sont pas légion) du phénomène guerre. Bien avant les raisons économiques, contre aussi une tendance à rapprocher la guerre de la chasse, les origines de la guerre se trouveraient dans l'affirmation de l'identité du groupe. Selon Pierre CLASTRES (1934-1977), "la guerre est à la fois la cause et le moyen d'un effet et d'une fin recherchés, le morcellement de la société primitive. En son être, la société primitive veut la dispersion, ce vouloir de la fragmentation appartient à l'être social primitif qui s'institue comme tel dans et par la réalisation de cette volonté sociologique." "L''exclusivité dans l'usage du territoire implique un mouvement d'exclusion, et ici apparait avec clarté la dimension proprement politique de la société primitive comme communauté incluant son rapport essentiel au territoire : l'existence de l'Autre est d'emblée posée dans l'acte qui l'exclut, c'est contre les autres communautés que chaque société affirme son droit exclusif sur un territoire déterminé, la relation politique avec les groupes voisins est immédiatement donnée." "...la possibilité de la guerre est inscrite dans l'être de la société primitive. En effet, la volonté de chaque communauté d'affirmer sa différence est assez tendue pour que le moindre incident transforme vite la différence voulue en différend réel. Violation de territoire, agression supposée du chamane des voisins : il n'en faut pas plus pour que la guerre éclate." Pierre CLASTRES lie cette obsession de l'identité au conservatisme foncier des sociétés dites primitives : "La guerre comme politique extérieure de la société primitive se rapport à sa politique extérieure, à ce que l'on pourrait nommer le conservatisme intransigeant de cette société, exprimé dans l'incessante référence au système traditionnel des normes, à la Loi ancestrale que l'on doit toujours respecter, que l'on ne peut altérer d'aucun changement." "...l'état de guerre permanent et la guerre effective périodiquement apparaissent comme le principal moyen qu'utilise la société primitive en vue d'empêcher le changement social." (Archéologie de la violence).

       Tant chez Pierre CLASTRES que chez John KEEGAN (né en 1934), dans son "Histoire de la guerre", la référence à l'oeuvre de Harry TRUNEY-HIGH apparaît souvent et précisément par rapport à l'étude de peuplades d'Amérique du Sud, les Yanomami par exemple, découverts par Napoléon CHANON. Toute une série d'études sur les sociétés guerrières, opposées à des sociétés pacifiques font autorité dans le monde des anthropologues. Or l'intervention de l'anthropologue dans une société "primitive", avec tout son équipage et son matériel d'observation, n'est pas neutre, ni dans la vie des peuplades qu'il étudie, ni dans la manière dont il rapporte ses observations, influencé par l'héritage guerrier de sa propre culture. C'est ce que veut établir Patrick TERNEY dans son livre-scandale "Au non de la civilisation".
  Mais, outre que les études anthropologiques ne se limitent pas à une zone géographique ou à une ethnie, le mérite de certains auteurs est de dénoncer l'attitude commune des anthropologues à ignorer le fait guerrier et l'on pense à Claude LEVI-STRAUSS (né en 1908) par exemple. Une véritable guerre éditoriale fait encore rage d'ailleurs, dans une réactivation du débat culture/nature, entre tenants de la théorie de la présence éternelle de la guerre (TURNEY-HIGH...), et partisans de la théorie de l'invention récente de la guerre (Margaret MEAD, 1901-1978). Pour voir clair dans ce débat, il n'est pas inutile de prendre une certaine vue globale de l'évolution des sociétés comme le fait Jared DIAMOND dans ses trois livres. Cet auteur, grâce aux acquis de l'anthropologie et de l'ethnologie, les mêle à ceux de l'écologie et de l'ethologie pour proposer des réflexions globales sur non seulement la guerre mais sur l'ensemble des relations entre groupes humains, de la préhistoire à nos jours.

   Sous la direction de Pierre BONTE et de Michel IZARD, Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie (article Guerre de Philippe DESCOLA et de Michel IZARD) , PUF, Quadrige, 2002 ; Pierre CLASTRES, Archéologie de la violence, la guerre dans les sociétés primitive,Editions de l'aube, poche essai, 2005 ; John KEEGAN, Histoire de la guerre, Du néolithique à la guerre du Golfe, Editions Dagorno, collection Territoire de l'histoire, 1996 : Patrick Tierney, Au nom de la civilisation, Comment anthropologues et journalistes ont ravagé l'Amazone, Grasset, 2002 ; Jared DIAMOND, Le troisième chimpanzé, Essai sur l'évolution et l'avenir de l'animal humain, 2000; De l'inégalité parmi les sociétés, Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire, 2000; Effondrement, Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, 2006, Editions Gallimard, nrf essais.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens