Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 09:20

 

          Suivant leur position géographique, deux grands Etats, la Grande Bretagne et la France ont élaboré deux géopolitiques différentes, à base maritime pour l'une, à base terrestre pour l'autre.
       De leur expérience ont été tirées des géopolitiques maritime et terrestre. Des géographes et des militaires ont fourni des justifications et des raisonnements propres à renouveler des déploiements impériaux sur de vastes territoires.

       Pour l'amiral américain Alfred MAHAN (1840-1914), l'exemple de la Grande Bretagne est à suivre, en considérant les Etats-Unis comme future puissance dominante. il définit une doctrine maritime qui recommande de:
  - s'associer avec la puissance navale britannique pour le contrôle des mers ;
  - contenir l'Allemagne dans son rôle continental et de s'opposer à ses ambitions sur mer ;
  - mettre en place une défense coordonnée des Européens et des Américains destinée à faire échec aux ambitions aisatiques.
  Alfred MAHAN prédit la domination mondiale des Etats-Unis grâce à la maitrise stratégique des océans.
       
       L'amiral Halford MACKINDER (1861-1947) considère l'Eurasie comme le centre du monde, son coeur (heartland) autour du quel s'articule toutes les dynamiques géopolitiques du monde. Ce pivot de la politique mondiale que la puissance maritime ne peut pas atteindre (ensemble trop vaste), a lui-même pour centre la Russie, de même que l'Allemagne occupe la position stratégique centrale en Europe.
Halford MACKINDER, notamment dans son livre "Le pivot géographique de l'histoire" de 1904, défend l'idée que l'ensemble des phénomènes géopolitiques peut s'expliquer par la lutte opposant un pivot central - heartland - aux croissants concentriques qui entourent celui-ci. "Qui tient l'Europe orientale tient la terre centrale, qui tient la terre centrale domine l'ïle mondiale, qui domine l'île mondiale domine le monde".
C'est la hantise non seulement de l'amiral, mais aussi de beaucoup de stratèges et de stratégistes américains depuis la fin du XIXème siècle. Que les territoires de l'Allemagne et de la Russie soient réunis dans un même ensemble impérial, et l'ensemble américain (suivant la doctrine du président américain Monroe, Amérique du Nord et Amérique du Sud réunis sous une même hégémonie) ne pourra s'opposer à la domination du monde par le pivot central eurasien.
      
     Alors que pour Halford MACKINDER, l'idéal est la profondeur continentale, pour Nicholas John SPYKMAN (1893-1943), au contraire, c'est le continent rivé à la mer, le Rimland, la partie occidentale de l'Europe qui est primordiale dans les projets de domination du monde. Les deux théoriciens s'attachent à définir la centralité qui la favorise, et tous leurs successeurs, quel que soit leur école, la recherchent.
      
     Kenneth WALTZ (né en 1924) conçoit les relations internationales comme un système de forces antagonistes et la paix comme le produit de l'équilibre diplomatico-militaire de ces forces (Aymeric CHAUPRADE). La bipolarité est préférable à la multipolarité, plus instable car propice aux renvesements d'alliances entre puissances secondaires. De manière générale d'ailleurs, il distingue deux tendances principales à l'oeuvre dans les systèmes d'alliance :
- une tendance centripète, celle du ralliement à la puissance dominante, locale ou mondiale ;
- une tendance centrifuge, qui consiste à contrebalancer la puissance dominante en s'alliant avec d'autres puissances plus faibles. Cette attirance permet aux puissances moyennes d'exister.
      Zbigniew BRZEZINSKI (né en 1928), dans la lignée de MACKINDER et de SPYKMAN, pour qui les Etats-Unis ne domineront le monde durablement qu'à condition d'isoler la Russie sur ses marches, l'Ukraine, la Géorgie en particulier, prône une maitrise des zones occidentales, méridionales et orientales de l'Eurasie, autour du heartland, avec comme outil l'Alliance Atlantique.

      Avant même que la géopolitique ne naisse, les différentes royautés françaises ont voulu construire une entité terrestre dotée de frontières "naturelles" défendables. C'est en tout cas la leçon qu'ont tirée des géographes tels de Vidal de la BLACHE (1845-1918). Dominée par les conflits entre l'Allemagne et la France, une géopolitique terrestre comme celle d'André CHERADAME (1971-1948) se construit contre le pangermanisme, défendant par exemple l'idée de détacher le plus possible l'Autriche-Hongrie de l'Allemagne.

     Ce qui frappe dans les grands ouvrages de géopolitique, c'est le primat acordé à la maritinité. Cela est dû tout simplement au fait que les deux tiers de la surface de notre planète est constitué d'eau. Et que le découpagne des deux ou trois grandes masses terrestres les font représenter comme de vastes îles bordées d'océans. Pour devenir une puissance martitime, et une puissance dominante tout court, un Etat continental doit disposer d'une ou de plusieurs façades maritimes. Il doit trouver un équilibre permanent entre sa politique continentale et sa politique maritime. Chaque fois que la France a été obligée de favoriser l'une au détriment de l'autre (faute de ressources suffisantes pour tenir les deux), elle s'est affaiblie. (Dictionnaire de géopolitique).
      Une constante domine dans l'histoire : le choc Terre-Mer.
Des guerres médiques à nos jours, les grands Etats s'efforcent de construire des empires, soit maritimes, soit terrestres, plus rarement les deux, come l'empire hasbourgeois du XVIème siècle (Autriche plus Espagne).

Aymeric CHAUPRADE, Géopolitique, Constantes et changements dans l'histoire, Ellipses, 2003.  Aymeric CHAUPRADE et François THUAL, Dictionnaire de géopolitique, Ellipses, 1999.

                                                                                                     STRATEGUS
 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens