Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 08:23
           Du pouvoir symbolique

                Contre une tendance (dominante) de la linguistique de se situer en dehors de la réalité sociale, dans une volonté d'objectivation pour étudier des processus logiques de formation et de changement du langage, des réflexions comme celle de Pierre BOURDIEU s'efforcent de prendre en comptes les procédures concrètes et complexes dans lesquelles les pratiques et les productions linguistiques sont prises et façonnées. A l'inverse des approches de Ferdinand de SAUSSURE ou de Noam CHOMSKY, il s'agit à partir d'un ensemble de concepts sociologiques comme celui d'habitus, de comprendre comment le langage et ses évolutions s'inscrivent dans la vie sociale des individus.
       Suivons John THOMPSON quand il introduit les textes de Pierre BOURDIEU consacrés à la linguistique regroupés dans "Langage et pouvoir symbolique" : "L'habitus fournit aussi aux individus un sens de l'action et du comportement opportuns au cours de leur existence quotidienne. Il "oriente" leurs actions et les inclinations sans pour autant les déterminer strictement. il leur donne le "sens du jeu", un sens de ce qui est ou non approprié dans certaines circonstances, un "sens pratique". Le sens pratique n'est pas tant un état d'esprit qu'un état du corps. C'est ainsi au fait que le corps soit devenu dépositaire de dispositions enracinées que certaines actions, certaines manières d'agir et de se comporter doivent leur apparence de naturel. BOURDIEU nous parle ici d'une "hexis" corporelle, par laquelle il entend une certaine organisation durable du corps et de son déploiement dans le monde. "L'hexis corporelle est la mythologie politique réalisée, incorporée, devenue disposition permanente, manière durable de se tenir, de parler, de marcher et, par là, de sentir et de penser." (écrit-il). On mesure toute l'importance de l'hexis corporelle lorsqu'on l'observe à l'oeuvre dans les différentes manières dont les hommes et les femmes se conduisent, dans leurs différentes postures, leurs différentes manières de marcher et parler, de manger et de rire, et dans les comportements les plus intimes de leur existence. le corps est le lieu d'une histoire "incorporée". Les schèmes pratiques à partir desquels le corps est organisé apparaissent ainsi à la fois comme le produit de l'histoire et comme la source des pratiques et des perceptions qui reproduisent cette même histoire. Le processus continu de la production et de la reproduction, de l'histoire incorporée et de l'incorporation actualisée, peut de ce fait s'enraciner sans jamais devenir l'objet d'une pratique institutionnelle spécifique et d'une articulation linguistique explicite. Celle-ci présuppose en effet le développement d'un certain type d'institutions pédagogiques qui n'apparaît pas dans toutes les sociétés, et qui, dans nos sociétés, est généralement associé au système scolaire."
    Pierre BOURDIEU développe à partir de sa notion d'habitus ce qu'il en est dans le langage : "L'habitus linguistique est un sous-ensemble des dispositions constitutives des habitus : il s'agit de ce sous-ensemble acquis au cours du processus d'apprentissage de la langue dans des contextes particuliers (la famille, les pairs, l'école (on pourrait ajouter : la télévision, les copains et les copines...)).
Ces dispositions régissent à la fois les pratiques linguistiques propres à un agent et l'anticipation de la valeur que recevront les produits linguistiques dans d'autres champs (...). L'habitus linguistique est également inscrit dans le corps et constitue une dimension de l'hexis corporelle. Un accent particulier, par exemple, est le produit d'une certaine manière de bouger la langue, les lèvres, etc. (...). Le fait que des groupes et des classes différents aient des accents, des intonations et des manières différentes de parler différentes est une manifestation, au niveau de la langue, du caractère socialement structuré de l'habitus." 
   Ces réflexions n'ont pas seulement une valeur sociale ; elles fournissent unes explication majeure aux impasses des traductions de textes entre langues différentes, trop coupées de leur contexte social dans les applications automatiques de l'informatique, qui induisent des contre sens qui peuvent être importants et sources de nouveaux conflits. Il est aussi superficiel d'analyser la grammaire ou le vocabulaire d'une culture en se coupant de son contexte social que d'essayer d'analyser les discours et les idéologies politiques en mettant l'accent sur les énoncés eux-mêmes, sans prendre en compte la constitution du champ politique et la relations entre ce champs et le vaste espace des positions et des processus sociaux.
   L'approche de Pierre BOURDIEU fournit non seulement des clés pour comprendre comment fonctionnent les coopérations et les conflits et le langage (source et conséquence de certains d'entre eux) mais aussi contribue à la création de nouvelles formes de rapports sociaux.


   Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, Editions Fayard, collection Points Essais, 2001. Préface de John B. THOMPSON, Cambridge, 1990.

                                                                               LINGUS

Partager cet article

Repost 1
Published by GIL - dans LINGUISTIQUE
commenter cet article

commentaires