Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 14:54
      Dans un genre réputé difficile, la linguistique, où beaucoup pensent que s'y risquer demande la maïtrise au minimum de deux ou trois langues, cette Revue de sociolinguistique en ligne (uniquement sur Internet), de création relativement récente (2003), entend contribuer à la compréhension des liens entre politiques des langues et tout ce qui tourne autour du langage en général, et sociologie.
    Un groupe de chercheurs travaillant au sein du laboratoire LIDIFra de l'Université de Rouen, malgré leurs travaux et leurs approches très divers disent avoir en commun quelques orientations majeures : "ils étudient les pratiques et les représentations langagières dans des situations de plurilectalisme (pluralité des langues, des variétés, des usages) ; leurs travaux portent sur le recensement et la description des variétés en présence, l'analyse des modes de contacts entre ces variétés et l'examen des politiques linguistiques qui leur sont liées ; ils s'intéressent particulièrement aux situations dans lesquelles le français est en contact avec d'autres langues." 
Ce groupe de chercheurs fait référence au concept de glottopolitique en s'appuyant, dans leur premier numéro, sur le concept de louis GUESPIN et de Jean-Baptiste MARCELLESI, énoncé en 1986. On le retrouve dans de nombreux endroits sur la Toile :  la glottopolitique désigne les diverses approches qu'une société a de l'action sur le langage, qu'elle soit consciente ou non consciente : aussi bien
- la langue, quand la société légifère sur les statuts réciproque du français et des langues minoritaires par exemple,
- la parole, quand elle réprime tel emploi chez tel ou tel,
- le discours, quand l'école fait de la production de tel type de texte matière à examen : glottopolitique est nécessaire pour englober tous les faits de langage où l'action de la société revêt la forme du politique."
La glottopolitique, écrivent-ils encore, est une pratique sociale, à laquelle nul n'échappe, que l'on soit ministre ou simple citoyen.

        Depuis sa création, la revue compte 19 numéros à son actif, dont chacun donne bonne matière à réflexions. On notera les thèmes de quelques-uns d'entre eux : Quelle politique linguistique pour quel Etat-nation? ; Anciens et nouveaux plurilinguismes : Traitements automatisés des corpus spécialisés : contextes et sens ; Insertion scolaire et insertion sociale des nouveaux arrivants ; Pratiques langagières dans le cinéma francophone...
Notons un des derniers numéros (n°19, janvier 2012), de 164 pages, sur "Réformes de l'orthographe française - Craintes, attentes et réactions des citoyens. Anne DISTER et Marie-Louise MOREAU écrivent dans leur présentation de ce numéro : "Peu de temps après la publication au Journal officiel de la République française des "Rectifications orthographiques", PetitJean et Tournier (1991) relèvent les principales étapes qui ont marqué la constitution du français et de son écriture. Il ne faut pas solliciter cet inventaire pour y lire que la question de l'orthographe française et de sa réforme est une préoccupation constante, permanente. Tout le 20ème siècle, en particulier, se caractérise par une sorte d'ébullition, voyant se multiplier les prises de position, les projets, les manifestes, les publications. Après 1990, l'histoire parait connaître une accélération, du moins pour ce qui concerne les publications : travaux scientifiques dans le prolongement des rectifications, ou indépendamment de celles-ci (...), mais aussi ouvrages destinés au grand public." "Les travaux réunis dans ce volume adressent différentes recommandations aux responsables de la politique linguistique. On peut résumer les principales en ces mots : sélectionner, informer, s'engager. (...)".
 
   L'équipe du comité de rédaction d'une vingtaine de personnes, épaulée par un Comité Scientifique fourni, notamment Jean-Baptiste MARCELLESI, avec Clara MORTAMET comme rédactrice en chef, s'efforce sur ces thèmes d'apporter des éléments clairs, avec le moins de jargon possible, tâche difficile dans cette discipline. Elle entend également intervenir dans le vif des débats concernant la langue en général, comme sur les liens pré-supposés entre délinquance et non-maîtrise de la langue dans les "quartiers difficiles" en février 2008.

      On ne peut que conseiller ceux qui s'intéressent aux liens entre conflit et langage de parcourir ces textes, gratuitement disponibles sur Internet. Une certaine attention bien sûr est exigée (pas de romance...), mais dans ces temps de banalisation de lieux communs, il importe de prendre sur son temps, d'être à l'écoute de toute nouvelle approche côté linguistique...
 
Glottopol, revue de sociolinguistique en ligne : www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/
 
 
Actualisé le 21 mars 2012. Relu le 2 janvier 2019

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens