Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 15:25
     Au moment où s'achève une période assez noire d'un unilatéralisme américain, ce petit livre de déjà plus de dix ans, permet d'éclaircir les idées sur ce que sont réellement les multiples opérations de paix de l'Organisation des Nations Unies.
     Cet organisme issu de la Seconde Guerre Mondiale avait pour tâche, s'il faut le rappeler, de garantir la "paix internationale" selon des modalités précisées dans sa Charte. Les chapitres VI et VII de cette Charte concernent justement "le règlement pacifique des différends" et les "actions en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'acte d'agression". Ils sont reproduits d'ailleurs à la fin de ce livre qui se concentre sur certains aspects toujours présents de la problématique des interventions, par la force, des Nations Unies.
   Marie-Claude SMOUTS, Directeur de recherche au CNRS (Centre d'Etudes des Relations Internationales - CERI), tente de répondre à la question de l'identité des soldats de l'ONU. Sans aborder le rôle des Nations Unies dans la guerre de Corée par exemple, il s'agit de cerner les conditions d'interventions récentes, la manière dont elles ont été organisées : le caractère improvisé de nombreuses d'entre elles est souligné et constitue le résultat d'une crise financière endémique de l'organisme international. Malgré l'avis de la Cour International de Justice (de 1962), le financement d'une opération de maintien de la paix reste toujours mal assuré.
   Ingolf DIENER, Raoul JENNAR, Roland MARCHAL et Pierre HASSNER examinent ensuite chacun un opération : Namibie (1989-1990), Cambodge (1992-1993), Somalie (1993) et Ex-Yougoslavie (1992...).
 Ghassan SALAME, qui rédige la Conclusion, fait plusieurs constatations qui reste toujours actuelles, qui se résument à une question : l'ONU va t-elle rester une "organisation résiduelle"? Le refus de grands États d'accepter ses résolutions les plus "brûlantes", leur refus également de doter l'ONU d'une véritable armée permanente, ceux-ci préférant encore les alliances type OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) datant de la guerre froide, la volonté de beaucoup d'Etat impliqués dans les conflits traités par l'Assemblée Générale ou le Conseil de Sécurité de toujours s'abriter derrière le "bouclier de la compétence nationale" indiquent bien l'état actuel du monde. Un monde encore très loin de celui imaginé par les rédacteurs et les signataires de la Charte.
   Dans le droit international, singulièrement dans les aspects de ce droit touchant à la guerre et à la paix, le chemin semble encore long, pour un monde pacifié, civilisé.
  L'éditeur présente ce livre de la manière suivante : "Somalie, Cambodge, Bosnie, Rwanda... Les récentes tragédies ont dissipé le rêve d'une communauté internationale prenant en charge le fardeau de la paix sans en payer le prix. L'hypocrisie des fausses réponses apportées aux vrais problèmes des conflits internes est devenue insupportable. Que doivent faire des "soldats de la paix" lorsque cette paix n'existe pas sur le terrain, que les combattants refusent de rendre leurs armes, qu'une partie de la population cherche à exterminer l'autre, que des massacres se déroulent sous leurs yeux? Personne ne le sait, rien n'est prévu à l'avance et l'on refuse de l'envisager. L'ONU continue d'intervenir selon des modes traditionnels de maintien de la paix qui ne sont plus adaptés.
A partir de l'analyse minutieuse de quatre opérations de maintien de la paix (Namibie, Cambodge, Somalie, ex-Yougoslavie), des politologues spécialistes de ces zones ou chercheurs en relations internationales réfléchissent aux conditions nécessaires pour que l'Organisation mondiale puisse être utile à la solution des conflits contemporains."
  Marie-Claude SMOUTS, chercheuse en relations internationales, directrice de recherche honoraire au CNRS/CERI, est aussi l'auteure de nombreux autres ouvrages, en collaboration ou comme auteure unique : La politique extérieire de Valéry Giscard d'Estaing (avec pour la direction de l'ouvrage Samy COHEN, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1985) ; La France à l'ONU : premiers rôles et second rang (Presses de la fondation Nationale des Sciences Politiques, 1979) ; La France face au Sud, le miroir brisé (avec Jacques ADDA, Karthala, 1989) ; Le retournement du monde, sociologie de la scène internationale (avec Bertrand BADIE, Presses de Sciences Po, 1992, 1999) ; Les organisations internationales (Armand Colin, 1995, puis avec Guillaume DEVIN, 2011) ; La vision française des opérations de maintien de la paix (avec Yves DAUDET et Philippe MORILLON, Montchrestien, 1998) ; Forêts tropicales, jungle internationale (OPreses de Science Po, 2001) ; Dictionnaire des relations internationales, approches, concepts, doctrines (avec Dario BATTISTELLA et Pascal VENNESSON, Dalloz, 2003)...

    Sous la direction de Marie-Claude SMOUTS, L'ONU et la guerre, La diplomatie en kaki, Éditions complexe, collection Espace international, 1994, 159 pages. Cette collection est dirigée par le CERI (Centre d'Etudes et de Recherches Internationales de la Fondation nationale des sciences politiques).
Complété le 18 janvier 2013


    

Partager cet article

Repost 0

commentaires