Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 10:05
       Revue très récente, puisque fondée en janvier 2000, Cités propose trimestriellement d'"interroger d'un point de vue philosophique les grandes transformations des sociétés actuelles."

    A travers entretiens, débats et grands articles  inédits de philosophes (tels que FOUCAULT, DERRIDA ou RICOEUR), la revue veut examiner la réalité sociale et s'adresse à un large public, malgré le caractère parfois difficile  (mais comment être précis sans effort intellectuel?) des contributions. Ancrés dans l'actualité, les textes proposés abordent des approches d'auteurs "qui ont modifié notre approche de la réalité". Le numéro 30 de 2007 est consacré par exemple à "Derrida politique".
 
     Notons que le numéro n°37, en 2009, porte sur l'idéologie de l'évaluation, thème brûlant à l'heure actuelle de la crise tous azimut qui traverse la société, sur ces spécialistes qui dissimulent parfois sous leurs diplômes d'experts des options politiques bien précises.
     Celui de 2011 (numéro double, 4-3), sur plus de 350 pages porte, entre autres (Sur les mouvements des indignés, autres textes politiques...) sur Sionisme/Antisionisme. Ce numéro copieux aborde, après une présentation de Yves Charles ZARKA, la chronologie, la définition, les engagements, les positions, les réceptions du sionisme, avec un grand texte inédit, sur la Constitution d'Israël, avec également un éclairage sur l'actualité de ce pays (Élections, Économie...)
   
     Avec un peu plus de 180 pages par numéro, Cités tente, avec comme directeur de la rédaction Yves Charles ZARKA, et d'un comité de rédaction doublé d'un comité de lecture, "de répondre, par ses analyses du monde contemporain, au croisement de l'actualité socio-politique et de la réflexion philosophique, à une attente réelle du public". Exercice délicat tant l'actualité est synonyme souvent d'immédiat et de court terme, lorsque la philosophie se veut réflexion sur le moyen et long terme, sans négliger l'immédiat. Cités est une terme bien choisi car il semble faire référence à la Cité antique, grecque notamment, où les philosophes étaient des citoyens pleinement engagés dans la vie politique, littéraire et artistique de leur cité.
   
    On trouve au sommaire récent de la revue des thèmes réellement cruciaux comme La marchandisation de l'humain (n°65, 2016), Politiques du capital (n°64, 2015), Y-a-t-il du vrai dans les religions? (n°62, 2015) ou Que pensent et que veulent les neurosciences cognitives? (n°60,2014)... Si on ne se trouve pas tout le temps en accord avec elle, notamment sur le ton des éditoriaux introductifs (voir par exemple Les nouveaux barbares : terrorismes religieux, politique et culturel), la revue a le mérite d'éclairer certains aspects non présents dans l'actualité des grands médias, de se distancier de l'actualité immédiate, et de porter l'attention sur des aspects occultés. 
   
     Droit de Cités, revue maintenant autonome, qui accompagnait Cités depuis son numéro 28, prolonge logiquement cette perspective. Elle vise plusieurs objectifs : "interroger a culture et l'art contemporain, en particulier les questions des valeurs, des critères, des oeuvres, ouvrir un espace éditorial original à ce qui est novateur tout en étant peu connu du public, analyser les processus actuels marquants dans le domaine de l'art, en liaison directe (avec les acteurs de l'art), ouvrir des débats, comme celui entre théâtre public et théâtre privé".
Se présentant sous la forme d'un journal, Droit de Cités, comme Cités, est épaulé par un comité scientifique international.

     Dans un paysage intellectuel où la philosophie est surtout représentée (en terme de publications) par des revues d'études spécialisées, surtout commentatrices d'oeuvres (cartésiennes, kantiennes, hégéliennes...), Cités veut s'ouvrir à plusieurs horizons. En tout cas, au vu des problématiques abordées, elle veut résolument, au moment où de nouvelles écoles philosophiques transnationales émergent, sortir de préoccupations hexagonales.
   Auparavant et de nouveau maintenant diffusée par les Presses Universitaires de France, Cités était disponible à L'Appel du Livre, au 99, rue de Charonne, 75011 PARIS.
   Cités est également disponible en ligne sur le site de CAIRN (www.cairn.info), et offre de nombreux articles d'anciens numéros à la lecture.
 
(Actualisé le 26 mars 2012)
(Actualité le 17 mai 2016)
(Relu le 31 janvier 2019)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jesuisl'anonyme 25/03/2009 21:43

Merci pour ces références.

En ce qui concerne Mattéi, les "événements de mai 1968, ou sur le marxisme, ou sur la Révolution Française" ne sont que des exemples de barbarie intérieure et ils les a mis car ce ne sont aujourd'hui que des faits d'actualité. Par surcroit, il dit souvent que le problème des révolutions industrielles vient
surtout d'une rationalité qui a oublié ses enracinements fondamentales des anciens. Il faut quant même savoir que le système socio-économique était autrefois la conséquence de la pensée de grands philosophes/penseurs ou aristocrates.

Préfèrêtranonyme 24/03/2009 22:19

Je partage tout à fait votre (ou tu ? ) avis sur cette revue. Dommage qu'elle soit chère, enfin pour moi.

A ce que je peux deviner , vous aimez bien les les éditions PUF. A ce titre, que me proposiez-vous comme dictionnaire (dont vous en cité souvent) PUF ou non, essai, théorie et synthèse (Que sais-je ? ) pour s'initier à la géopolitique et ses activités accessoires. Pour ma part, connaissez-vous la "barbarie intérieure" de Jean-François Mattéi ? Celà Pourrais être utile pour vos réflexions du "conflit".

Sinon si vous ne connaissez pas, je lie récemment le blog Thierry Ménissier pour connaitre ce domaine particulièrement lié à la politique.

http://tumultieordini.over-blog.com/

GIL 25/03/2009 10:45



 Pour s'initier à la géopolitique je ne peux que proposer deux petits livres, l'un paru en 2009 dans la collection Que sais-je? des Presses Universitaires de France, les 100 lieux de la
géopolitique, de Pascal GAUCHON et de Jean-Marc HUISSOUD, pour la modique (mais c'est toujours relatif!) somme de 9 euros, l'autre plus ancien de 1995, Repères géopolitiques, de François THUAL, à
l'Institut de relations internationales et stratégiques, (15,24 euros pour 212 pages) disponible à la Documentation Française. Il semble qu'il y ait quelques difficultés pour se procurer ce
dernier ouvrage, mais on peut toujours essayer de se le procurer en solde sur les sites Priceminister et Amazon.
  J'avais eu connaissance lors de sa sortie du livre de Jean-François MATTEI, La barbarie intérieure, paru aux PUF. Outre un certain manque de profondeur historique dans l'analyse de la
violence, et une propension à mettre sur le dos des événements de mai 1968, ou sur le marxisme, ou sur la Révolution Française, un certain nombre de maux, je partage avec beaucoup le sentiment
que la barbarie provient beaucoup plus d'un système socio-économique né avec la révolution industrielle, mais qui prend ses racines dans le capitalisme lui-même. Il faut noter d'ailleurs que
SOLJENITSYNE, que cet auteur cite, a par la suite, après  la chute du pseudo-marxisme à l'Est pu faire la comparison entre l'effort culturel entrepris par l'Union Soviétique et la sauvagerie
du libéralisme le plus débridé établi ensuite, caractérisé par un mépris culturel énorme.



Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens