Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 08:40
       Depuis le XIIIème siècle, mais sans doute avons-nous tout simplement peu d'informations sur les périodes précédentes et peut-être l'ombre de l'Empire Romain est-elle encore présente, fleurissent des projets de paix, sous une forme ou une autre, d'au moins Pierre DUBOIS (1250-1320) jusqu'à Aristide BRIAND (1862-1932) et au-delà.
 
     Ces projets de paix, perpétuelle ou non, n'ont pas les mêmes mobiles, même si des auteurs comme Denis de ROUGEMONT (1906-1985) cherchent à dégager de l'histoire intellectuelle de l'Europe une conscience spécifique, liant ces projets, certains d'entre eux en tout cas à l'idée de fédération européenne. C'est d'ailleurs précisément parce que le seul élément qui les lie - faisant fi des relations entre les peuples et encore plus de la forme des gouvernements - réside dans l'idée qu'il ne peut y avoir de bénéfices pour les Puissances que dans la paix. Et que la paix seule peut apporter la stabilité nécessaire à des actions efficaces dans un ensemble géographique soumis à des guerres incessantes. Même si la mythologie, l'idéologie de l'Europe comme entité (Franciszek DRAUS) constitue une escroquerie intellectuelle, l'Union Européenne constitue l'aboutissement d'une histoire longue d'échecs de constitution d'empires par la violence.
   Il ne faut pas perdre de vue que la construction européenne doit plus à la réalité économique et aux nécessités stratégiques d'une époque où dominent les rapports de force Est-Ouest qu'à la force d'une idée qui n'a jamais été dominante. On peut par ailleurs très bien constater la mythologie européenne, comme il y a une mythologie française, anglaise ou allemande, et se réjouir que cette représentation du passé (appelée souvent mensonge) qui sera certainement remplacés par d'autres mensonges (ou représentations orientées de la réalité) par la suite, soit finalement bénéfique à des centaines de millions de personnes.

    Dans l'examen des projets de paix, il faut éviter toute vision téléologique et justificatrice qui les relieraient en quelque sorte tous. Malgré tout, surtout depuis le Projet pour rendre paix perpétuelle en Europe (1713) de l'Abbé de Saint Pierre (1658-1743), l'idée de paix nécessaire s'est imposée peu à peu, même si à de nombreuses reprises, beaucoup de philosophes ou d'hommes politiques ont voulu constater sa réalisation impossible. Il existe une réelle chaine intellectuelle, par les commentaires que ce dernier suscite, qui va de Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778) à Emmanuel KANT, (1724-1804)  de William PENN (1644-1718)  à Edouard HERRIOT (1872-1957), à condition de bien voir que cette chaine intellectuelle vivifie un projet d'abord diplomatique. Les projets sociaux ou socio-politiques chez Ernest RENAN (1823-1892) ou Aristide BRIAND (1862-1932) ne sont bien entendu pas les mêmes.
  Enfin, c'est bien en Europe et pour l'Europe que l'on se soucie le plus de cette paix difficile, difficile puisqu'il a fallu deux guerres mondiales pour parvenir à une ébauche de paix universelle, que l'on retrouve successivement dans les motivations de la Société des Nations (1919) et de l'Organisation des Nations Unies (1945).

     Pour commencer le parcours de ces différents plans de paix, rien de vaut la constitution d'une liste, même si nous ne nous attardons que sur certains d'entre eux, surtout ceux de l'Abbé de Saint Pierre, d'Emmanuel KANT et de William PENN. Dans cette liste, nous tentons de résumer chacun de ces plans, de dégager leur objectif, suivant l'ordre chronologique, en nous inspirant du travail de compilation d'Edith WYNNER et de Georgia LLOYD réalisé en 1946.

Franciszek DRAUS, Sur les prétendus précurseurs historiques de l'intégration européenne, Conflits Actuels. Edith WYNNER et Georgia LLOYD, Searchlight on Peace Plans, New York E.P. Dutton and Company Inc, 1946.


                                                    PAXUS
 
Relu le 28 février 2019

Partager cet article

Repost0

commentaires