Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 15:14

   Un des termes qui se rapproche le plus de notre démarche est la conflictualité, du moins dans la définition qu'en apporte Anne CARODET. Lisons ce qu'en dit la Maître de conférences à l'université d'Aix-Marseille :

La conflictualité fait référence aux caractéristiques et au processus d'un ensemble de situations conflictuelles sur un espace (les acteurs des conflits, les types de manifestations, la durée, l'intensité, la résonance médiatique, la fréquence spatiale). L'étude de la conflictualité en géographie renvoie à l'analyse des dynamiques sociales, spatiales et temporelles des oppositions où l'espace est objet, support, enjeu, ou impacté par des oppositions. Le programme Observatoire en Réseau des Conflits Littoraux et Maritimes propose un indicateur de mesure en degré de conflictualité d'un territoire en prenant en compte la complexité des situations d'opposition (liée notamment à la multiplicité des types d'acteurs des conflits, des ressources en jeu dans les oppositions, des types d'espaces concernés, de la multiplicité des échelles de "concernement" des acteurs et des modes de régulation, ainsi que des enjeux géopolitiques) et l'intensité des conflits (liée notamment au degré de violence des manifestations, au nombre d'acteurs impliqués et au vécu des parties prenantes). Complexité et intensité des conflits servent alors à estimer le degré de conflictualité plus ou moins fort d'un territoire."

    Au-delà du continuum Causes/Déroulements/Conséquences, il s'agit de comprendre comme le couple coopération/conflit fonctionne réellement. Suivant le type de conflit, une logique du comportement des acteurs face à face ou côte à côte parait se déployer de bout en bout (à moins d'avoir affaire à un chaos, ce qui reste une hypothèse...), mais de manière parfois discontinue. C'est l'étude de cette logique-là que nous entendons par conflictologie, y compris dans les effets de la compréhension du conflit sur le conflit lui-même. Cela ne recouvre pas forcément ce que l'on entend par conflictualité, même si de nombreux éléments sont communs, tels qu'ils émergent de pratiques et de théories dans certaines disciplines. Mais encore une fois, la conflictologie apparaît encore - sous ce nom en tout cas, mais pas beaucoup de ces éléments - plutôt  "à la marge" des circuits académiques. Ainsi en Médecine, en Sociologie et en Géopolitique se forgent des visions plus globales.

 

    En médecine, apparait, en partie sous l'impulsion de Christian FLÈCHE (Décodage biologique des maladies, Editions Le Soufle d'or), tout de même assez loin semble t-il des réflexions d'Henri LABORIT sue l'Agressologie, des études de conflictologie. Ainsi sur le Décodage biologique des problèmes de peau, sont étudiées les questions d'équilibre, de lésions organiques et de leurs signes fonctionnels. des séminaires sont organisés (Pierre-Olivier GÉLY) sur le bio-décodage à Aix en provence (voir le site biodecodage.com)...

 

     Nicolas LANDRU, journaliste au Caucase, examine le rôle des macroperspectives appliquées aux conflits de Géorgie (http://nicolas.blogspot.fr). Il s'agit de comprendre comment interfèrent  dans des rivalités régionales, les acteurs transitionnels dans l'espace post-soviétique, l'interférence des avancées de l'OTAN dans la région, la "guerre des hydrocarbures". "Très majoritairement, écrit-il, les journalistes, analystes, experts régionaux, spécialiste des conflits ou de disciplines des sciences humaines (...) voire responsables politiques occidentaux cherchant à expliquer la genèse de la guerre d'août 2008 et des conflits séparatistes ont jusqu'çà présent opté pour des approches s'appuyant sur une macroperspective issue d'une de ces catégories. En revanche, ils ont largement laissé pour compte des analyses plus "localistes", "autochtonistes", basées sur une observation du jeu des acteurs politiques, économiques et sociaux locaux, de leurs stratégies  et appropriations de la situation de conflit. Encore, l'étude des structures de construction des identités collectives et de leur interrelation avec les comportements et décisions des nombreux protagonistes locaux est jusqu'à présent loin d'avoir été privilégiée. Enfin la vision du "grand échiquier" tend également à occulter la part de "l'incontrôlable", de l'"imprévisible" et du "réversible" dans la genèse du mécanisme de confli à l'oeuvre en Ossétie du Sud ou en Abkhasie." Il s'appuie par ailleurs sur les travauc de Valery TISHKOV (Ethnic Conflicts in the Former USSR : The Une and Misuse of Typologies and Data, Tishkov Journal and Peace Research, volume 36, 1999). "L'utilisation du terme "conflictologie" a été déplacée du champ sociologique vers le champ géopolitique dans les années 1990 pour désigner un domaine particulier des sciences politiques doté d'un corpus spécifique, visant à formuler une analyse performante des différents conflits séparatistes du monde post-communistes (Caucase, Asie Centrale, Moldavie, Balkans) qui avaient des origines communes ou des parallélismes flagrants."

 

       En Espagne, animé par plsieurs spécialistes et professeurs, entre autres, sont organisés des Congrès de Conflictologie (le 2ème en octobre 2008). Des spécialistes en conflictologie utilisent Internet pour organiser des programmes (uniquement sur la Toile) pour et par des organisations non lucratives (plateforme Ab-core, voir le site iwith.org). Ils proposent d'utiliser Internet pour ouvrir un travail d'un Campus pour la paix de la Université Ouverte de Catalogne, avec pour objectifs :

- Etablir et rédiger une proposition d'approche à la détection et l'analyse du conflit public en soulignant les avantages et les inconvénients des actions des agents qui interviennent, et en proposant des améliorations de la gestion et la résolutions des conflits publics.

- Créer un programme d'idées, d'expériences et des propositions, pour développer la réflexion, la recherche, la promotion, l'impulsion, la formation, l'intervention sur les conflits publics désormais et en établissant des priorités.

- Analyser le rôle des technologies de l'information et de la communication dans la résolution des conflits publics.

- Définir les destinataires potentiels der chacun de ces objectifs et des propositions, et projeter une action collective (à court terme) des participants du groupe pour la promotion et l'impulsion de la Résolution Alternative des Conflits.

     L'Institut Français de Géopolitique pilote la constitution d'un consortium de 8 universités pour créer un Institut Méditerranéen de conflictologie Géopolotique, plate forme universitaire de coopération pour le développement d'une formation transdisciplinaire au niveau du doctorat sur l'étude des conflits en Méditerranée. Les universités de ce consortium sont également engagées dans un programme de développement de l'encadrement en cotutelle pour le développement d'une formation transdisciplinaire sur l'étude des conflits en Europe. (voir www.geopolitique.net).

   Plusieurs initiatives de la société civile (dans plusieurs pays, et parfois en coordination) s'appuient, dans le domaine de la Résolution et prévention des conflits, sur le rapport de juin 2001 sur la prévention du Conflit Armé à l'Assemblée Générale des Nations Unies, qui appelle à une interaction étroite entre l'ONU et les organisation de la société civile et sur la résolution 1625 du Conseil de Sécurité. Ainsi des organisations régionales telles que l'Union Africaine (UA) et la communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont engagé les acteurs de la société civile dans leurs efforts visant à promouvoir la paix et la sécurité dans la région.  (Forum international des Plateformes Nationales d'ONG FIP). Cela est sans doute une bonne illustration de ce que nous entendons par conflictologie, à la fois analyse et pratique, en vue de la compréhension et de la résolution des conflits.

 

     A suivre...

 

 

Partager cet article

Published by GIL
commenter cet article

commentaires

serrurier 25/03/2015 21:17

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens