Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:52

                          L'altruisme tel qu'il est défini en psychiatrie ou en psychanalyse n'est pas sans relation avec son sens ordinaire, mais, sans entrer ici dans une discussion philosophique sur le fait qu'Egoïsme ne semble pas devoir, à l'inverse, trop attirer le regard de l'institution psychiatrique, ne recouvre pas toutes ses significations. C'est plutôt l'excès d'altruisme et une certaine forme d'altruisme qui attire d'abord l'attention, et lorsque le dévouement à autrui permet surtout au sujet d'échapper à un conflit. Se dévouer, se sacrifier pour un être aimé n'a rien à voir avec cette défense. 

    Pour Serban IONESCU, Marie-Madeleine JACQUET et Claude LHOTE, le véritable altruisme-défense repose sur quatre fondements, liés chacun à la résolution d'un conflit. Cela peut être :

- un mode particulier de la formation réactionnelle. la culpabilité qui s'attache à l'agressivité ou à l'hostilité refoulée est ici évitée ;

- un exutoire à l'agressivité, source de conflit, comme dans le cas précédent, mais la solution est différente : au lieu d'être refoulée, l'agressivité est déplacée vers des buts "nobles" ;

- une jouissance par procuration où le conflit s'attache alors à un plaisir qu'on se refuse à soi-même, mais qu'on aide les autres à obtenir. Le sujet altruiste en retire une satisfaction, gra^ce à son identification à la personne comblée ;

- une manifestation du masochisme, le conflit étant lié à toute satisfaction que s'accorde la personne. Ce sont, dans ce cas, les sacrifices liés à l'altruisme qui sont recherchés.

 

     De plus Sigmund FREUD évoque un cinquième fondement possible : le fait d'avoir perdu un être aimé provoquerait une "passion de venir en aide". Alfred ADLER, reprenant cette hypothèse, la modifie : l'expérience de la mort serait en cause, non de l'altruisme en général, mais de la vocation médicale. L'hypothèse est repris par HANUS (1994). Sigmund FREUD, comme NIETZSCHE (comme cette considération est réellement de nature philosophique!) récuse l'équivalence altruisme-désintéressement. Le culte de l'altruisme pour le philosophe, est une forme spécifique de l'égoïsme. 

Anna FREUD considère l'altruisme comme un mécanisme de défense à part entière, alors qu'après elle, ce terme disparaît des vocabulaires et des dictionnaires de psychanalyse (On ne le retrouve même pas dans le Vocabulaire de la psychanalyse de PONTALIS et LAPLANCHE). Elle l'appelle aussi "cession altruiste" (Le Moi et les mécanismes de défense, 1946). Lorsqu'elle donne l'exemple de deux types de défense (l'identification à l'agresseur et "une forme d'altruisme"), c'est en lien avec le mécanisme de la projection : "le mécanisme de la projection ne fait pas que troubler (ainsi) nos rapports humains quand nous projetons sur autrui notre propre jalousie et que nous attribuons à d'autres notre propre agressivité. Ce même procédé sert aussi à établir d'importants liens positifs en consolidant par là les relations humaines. Appelons "cession altruiste" des pulsions à autrui, cette forme normale et moins voyante de projection." Pour Anna FREUD, l'altruisme peut concerner aussi bien les pulsions libidinales que les pulsions destructrices, et par ailleurs, il peut porter soit sur la réalisation des désirs, soit sur le renoncement à ceux-ci. (Bernard GOLSE).

 

        Après Anna FREUD, ce sont surtout les sociobiologistes qui étudient de près les comportements altruistes. En contradiction apparente avec les lois de l'évolution (puisque le fait de se sacrifier pour les autres fait courir des risques çà l'individu), ces comportements favorisent la propagation de gènes communs chez les espèces animales ou chez les humains. L'altruisme de parenté serait génétiquement programmé pour que les espèces favorisent leur descendance. Georges GUILLE-ESCURET estime que cette utilisation de la notion d'altruisme repose sur un sophisme. La théorie darwinienne, qui n'est pas sociobiologique, mais écologique permet de comprendre, sans faire appel à une contradiction, le rôle de l'altruisme dans l'évolution.

 

       L'altruisme en tant que mécanisme de défense réapparaît dans les listes de VALENSTEIN et de VAILLANT, de même que dans le DSM-IV, dans la rubrique des défenses les mieux adaptées, avec une définition très positive, très loin de la lecture freudienne : La personne gère son conflit en se dévouant à satisfaire les besoins d'autrui. Contrairement au sacrifice de soi-même qui caractérise parfois la formation réactionnelle, la personne reçoit, soit une satisfaction vicariante, soit une satisfaction tirée des réactions d'autrui.

 

           Pour revenir à Sigmund FREUD, il évoque une dizaine de fois dans son oeuvre le concept d'altruisme, surtout d'une point de vue social et culturel. Dans les Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, de 1915, il écrit : "La culture accentue les tendances altruistes et sociales qui au début ont été acquises sous la contrainte externe. Cette tendance à transformer les pulsions égoïstes en pulsions sociales par des additions érotiques est devenue une disposition en partie héréditaire, mais la vie pulsionnelle étant restée primitive, il ne fait pas surestimer l'aptitude humaine à la vie sociale." Plus tard dans Malaise dans la civilisation de 1930, il y revient : En employant des désignations assez superficielles, on peut dire que l'individu connaît une tendance au bonheur, à l'égoïsme, et une tendance altruiste ; la première domine et la seconde qui a une valeur civilisatrice (...) se contente en règle générale d'un rôle restrictif". Le concept d'altruisme n'accède pas vraiment au statut métapsychologique et il ne s'y attarde pas.(Bernard GOLSE).

 

Bernard GOLSE, article Altruisme, dans Dictionnaire international de la psychanalyse, Hachette Littératures, Grand Pluriel, 2005 ; George GUILLE-ESCURET, article Altruisme dans Dictionnaire du darwinisme et de l'évolution, PUF, 1996 ; Serban IONESCU, Marie-Madeleine JACQUET, Claude LHOTE, Les mécanismes de défense, Nathan Université, 2003.

 

                            PSYCHUS

 

Partager cet article

Published by GIL - dans PSYCHANALYSE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens