Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 15:48

            Le journaliste jean GUISNEL, auteur déjà de nombreux ouvrages, consacrés au monde militaire et du renseignement, entreprend ici l'histoire (d'une partie) du commerce des armement, surtout depuis les années 1980 à nos jours, du commerce officiel des armements notamment.

Après des années d'enquête au journaux Libération et Le point, il tente de dérouler le fil - parfois très difficile à suivre dans ce monde particulièrement opaque des engagements où les contrats sont parfois purement verbaux, pris dans des chambres d'hotels discrètes quoique très attrayantes - des différents parcours des armes et des capitaux, où la corruption semble bien être le mode d'agir le plus courant...

"Les marchands d'armes ne sont pas une nouveauté, écrit-il dans son Introduction. Depuis que la guerre existe, il a fallu armer les combattants. Et quand la guerre faisait une pause, la paix ne durait jamais bien longtemps. Marchans de mort, marchands de canons, profiteurs de guerre : les personnages réels ont toujours fait bon ménage avec la fiction, et les auteurs qui les évoquaient n'ont jamais eu à faire preuve d'une imagination débordante. En 1905, George Bernard Shaw est allé chercher les trait de son Andrew Undershaft, personnage de sa pièce Major Barbara chez Basil Zhaharoff (1849-1936), le plus célèbre des marchands d'armes du XIXe et du début du XXe siècle. (...)."

Après avoir évoqué les plus fameux marchands de canons, Francis BANERMAN (1851-1918), Eleuthère iréné Du PONT DE NEMOURS (1771-1934), John Pierpont mORGAN (1837-1913) ou Henry R CARSE, il nous amène à leurs dignes successeurs et à leurs entreprises privées dans leurs relations avec des personnages tout-à- fait publics, eux-mêmes honorables fonctionnaires de grandes entreprises d'Etat. "Il faut bien se souvenir que le commerce des armes n'a rien de comparable avec d'autres échanges marchads. S'agissant de la partie la plus importante des transferts d'armements, à savoir le commerce légal contrôlé par les Etats - je n'évoque donc là ni les marchés "gris" ni surtout le marché noir -, le commerce des armes est dit "monopsone", à savoir que, dans un pays donné, une multitude de fournisseurs vont concourir pour obtenir les faveurs d'un client unique : l'Etat, représenté par son chef, ou par un subordonné jouissant de la liberté que ce dernier lui aura octroyée. Dans tous les cas, il ne peut donc s'agir que de marchés très particuliers, les armements se trouvant concernés au même titre que quelques autres secteurs d'activité se comptant sur les doigts d'une seule main : l'énergie - dont les hydrocarbures et le nucléaire -, les communications - dont les télécommunications, la radiodiffusion et la télédiffusion -, l'aéronautique et l'espace. La corruption concerne donc essentiellement les marchés portant sur les équipements technologiques les plus indispensables au fonctionnement d'un Etat ou à l'expression de sa souveraineté, éléments sur lesquels les décideurs en mesure d'acquérir des matériels souvent très sophistiqués ne lésinent jamais." 

 

              L'auteur étaye dans le détail des corruptions, des scandales, des "affaires", le constat dressé par l'OCDE en 2007 (Nicolas EHLERMAN-CACHE, Corruption dans les marchés publics. Méthodes, acteur et contremesures) : "Le secteur des armements est particulièrement sujet à la corruption. Les trafquants d'armes sont réputés évoluer sur un "marché vendeur", autrement dit les capacités de production y dépassent la demande. Dans l'ensemble, les exportations légales sont rares. A de longues périodes de faiblesse des exportations succèdent de courtes périodes d'hyperactivité. Le prix des armements est généralement inconnu, de même que des produits analogues ou identiques peuvent être vendus à des prix très différents, ce qui multiplie les possibilités d'intégration de facilités commerciales dans un contrat. Le secteur manque de transparence et ne bénéficie que d'un contrôle démocratique limité. Les appels d'offres sont retreints, puisque le nom des entreprises est tenu secret pour des raions de "sécurité nationale". Cette situation fait indubitablement écran à toute vérification."

La haute géopolitique est faite de milliers d'échanges, de coups tordus et d'intérêts très privés. De l'Irangate à l'attentat de Karachi, des pharamineuses commissions pour "frais communs extérieurs" (FCE) à la corruption intégrée dans les moeurs des grandes entreprises, des étranges transactions mêlant armements, pétrôle et finances aux alimentation des caisses noires électorales, Jean GUISNEL expose les manoeuvres de Tony BLAIR, de Jacques CHIRAC, d'Edouard BALLADUR, de Nicolas SARKOZY (auquel il consacre toute une partie de son livre), par conseillers ou par fonctionnaires interposés... Il nous promène du Pakistan au Moyen-Orient, de l'Inde en Angola, de l'Irak à Taïwan, de l'Argentine à la Lybie, dans les voyages fructueux de tous ces commanditaires et commandités... Même dans les initiatives de moralisation des Etats, par exemple des Etats-Unis d'Amérique, entrent des calculs pour se réserver les marchés et les contrats les plus juteux...  Ces faits, rarement évoqués, ont exigé beaucoup de travail pour être mis à jour tant la première qualité des "agents" du commerce des armes est le silence sur les affaires...

 

           Favorable à une "autre moralisation", le journaliste français s'interroge sur le destin de toutes ces armes : "au-delà de leur utilité pour alimenter les circuits de l'argent noir, à quoi servent finalement ces engins de mort? Les très sophistoqués "systèmes d'armes" achetés dans le monde à coups de milliards de dollars ont-ils contribuer à renverser le cours de l'Histoire? Pas vraiment. Depuis 2001, en Afghanistan, on a vu comment, une fois de plus, des armes légères et des explosifs rudimentaires font gagner des paysans résolus contre la plus puissance et moderne coalition imaginble. De là à dire que les armes technologiques ne servent jamais à faire la guerre et finissent tous à la ferraille, leur principale objet étant d'enrichir les industriels occidentaux concernés et leurs clients corrompus, il y a sans doute un pas... En revanche, le business des armes légères, tout aussi corrompu et corrupteur mais qui pèse économiquement beaucoup moins lourd, est, lui; terriblement mortifère. Depuis les années 1990, l'Afrique des Grads Lacs, mise à feu et à sang avec des fusils automatiques à quelques centaines de dollars pièce, a ainsi perdu des millions d'habitants dans un génocide silencieux. La corruption l'a permis, afin que les minerais rares du sous-sol congolais alimentent les usines du monde. Et les conventions anticorruption de l'OCDE et de Merida n'ont rien pu y faire..."

 

Jean GUISNEL, Armes de corruption massive, Secrets et combines des marchands de canons, La Découverte, Cahiers Libres, 2011, 390 pages.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens