Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 17:54

                      Rappelons simplement que la pédagogie institutionnelle, élaborée par Fernand OURY (1920-1998), dans les toutes premières années 1960, en étroit lien avec les innovations pédagogiques de Célestin FREINET (même si ce mouvement a lieu en rupture avec l'organisation officielle animée par FRENET), a pour objectif de créer et de faire respecter des règles de vie dans l'école, par des institutions appropriées (le conseil de classe par exemple), à l'opposé des écoles casernes. La critique du système d'enseignement de masse dont le rythme de vie est calqué sur la discipline militaire, même si dans le temps elle s'en éloigne de plus en plus, se fonde également sur l'idée de favoriser l'expression individuelle et collective des élèves, avec une véritable emprise sur les contenus et les quantités des matières enseignées. Si aujourd'hui, les conseils de classe stricto-sensu sont organisés de manière officielle dans tous les établissement, leur ordre du jour consiste surtout en l'application d'un règlement scolaire élaboré ailleurs. Dans l'esprit des enseignants qui veulent pratiquer cette pédagogie, il s'agit de favoriser les efforts autonomes des élèves pour apprendre et les relations sociales et les savoirs techniques, par appropriation collective des conditions de cet apprentissage. Ce qui fait que, dans le cadre d'un système scolaire qui garde par certains aspects l'esprit de l'ancienne organisation de la scolarité (en termes de rythmes, de coupures entre classe, de nécessité d'adaptation chaque année), la pédagogie institutionnelle reste bien minoritaire. Derrière cette pédagogie se trouve l'ambition (possible?) de retrouver les conditions d'enseignement donné autrefois par les précepteurs dans les classes sociales favorisées : continuité de l'action éducative d'année en année, modulation du temps scolaire en fonction des capacités de chaque élèves, liaison entre les préoccupations affectives, de bien être physique et de bon climat intellectuel...  Rappelons aussi qu'il existe deux courants dans le milieu de la pédagogie institutionnelle après une scission intervenue en 1964 entre les courants Fernand OURY et Raymond FONVIEILLE (1923-2000) : chacun se réclame d'une pédagogie du même nom en deux facettes :

- la première, animée d'abord par Fernand OURY, d'inspiration psychanalytique, est liée à la psychothérapie institutionnelle, principalement à Jean OURY  (né en 1924) et à Félix GUATTARI (1930-1992). Les enfants dont s'occupe Fernand OURY relèvent de l'éducation spécialisée et sa finalité est à la fois éducative et thérapeutique ;

- la seconde, animée par Raymond FONVIEILLE est d'inspiration psycho-sociologique et autogestionnaire et est liée aux travaux de sociologues comme Georges LAPASSADE (1924-2008), René LOURAU (1933-2000) et Michel LOBROT (né en 1924). Les élèves sont issus principalement de milieux sociaux défavorisés et sont en situation d'échec scolaire massif. La prise en compte de la dimension psychothérapeutique est moindre et l'accent est plutôt mis sur la dimension socio-politique et l'analyse de cette dimension dans le cadre de la classe. Le mouvement est animé d'une volonté de transformation sociale par la mise en place de fonctionnements autogérés. 

Si le premier courant s'insère et veut s'insérer dans le tissu scolaire global, le deuxième s'inscrit plutôt dans une démarche alternative, avec la création d'écoles libres.

      Pour être tout à fait objectif, il n'existe que très peu d'études sur l'efficacité de l'enseignement prodigué grâce à cette pédagogie. D'ailleurs, les auteurs des différents ouvrages combattent et l'esprit et les méthodes d'évaluation généralement utilisés dans le système scolaire. 

 

      Ceci pour introduire trois grands ouvrages clés pour comprendre comment la pédagogie institutionnelle peut entre autres intervenir de manière efficace dans les micro-conflits qui agitent les établissements scolaires. 

 

            Vers une pédagogie institutionnelle, d'Aïda VASQUEZ et de Fernand OURY, préfacé d'ailleurs de manière assez longue par Françoise DOLTO, se compose de quatre parties qui font vraiment le tour de la problématique : Un milieu inhabituel (les activités, l'organisation, une institution : le conseil de coopérative, l'atomium), Où l'évolution des enfants peut s'expliquer (avec des témoignages d'enfants), D'où viennent cette pédagogie et ces hypothèses (situation des classes dans l'école primaire publique d'aujourd'hui, apport de la pédagogie nouvelle, apport de FREINET, apport américain - de John DEWEY à l'école de Winnerka, apport soviétique, apport des mouvements de jeunesse française (Eclaireurs de France, Centre d'Entrainement aux Méthodes d'Education Active, Auberges de jeunesse et pédagogie libertaire, apports des sciences humaines), Applications possibles... Un véritable plaidoyer (de 1966) pour cette pédagogie clos le livre.

 

               Deux gros volumes, De la classe coopérative à la pédagogie institutionnelle, des mêmes auteurs, préfacé par Jean OURY, rassemble des textes de nombreux acteurs de cette pédagogie et est émaillé de témoignages d'enfants, tant il s'agit de donner aussi la parole aux élèves. Le Volume 1 est partagé en trois parties, Mémoires d'un âne, Charlie et les techniques Freinet, De quelques institutions dans la classe coopérative. Le Volume 2 se compose d'une réflexion de fond sur la sociométrie à l'école, de témoignages de 7 enfants et d'un texte plaidoyer : Vers une pédagogie du XXème siècle. 

L'éditeur présente ainsi ces deux volumes : "Depuis longtemps, des expériences sont menées, des techniques sont mises au point ; dans des classes devenues groupes coopératifs, tous ont la parole, non seulement pour s'exprimer mais pour décider. Tentatives inconsidérées, vouées à l'impasse et à l'oubli : par sa structure même, l'Institution "ignore" ce qui vient d'en bas. Dans De la classe coopérative à la pédagogie institutionnelle, des praticiens décrivent leur réalité quotidienne et, ensemble, tente de l'analyser, utilisant ce qui, ailleurs, a été fait. Freinet, Makarenko, Lewin, Moreno, Freud, Lacan sont mis à contribution. Dans ces classes insolites que se passe-t-il? Qu'est-ce qui fait évoluer les enfants et les maîtres? Un milieu éducatif, qu'est-ce que c'est? D'une pratique analysée, de concepts mis à l'épreuve aussi, une théorie pourrait naître. Second pas vers une pédagogie institutionnelle, ce livre est, bien sûr, une production de petits groupes. Des praticiens inadaptés à l'école urbaine se retrouvent et travaillent. Parmi les auteurs, Fernand Oury, instituteur spécialisé (classe "traditionnelle", classe Freinet isolée, puis "perfectionnement" dans les écoles de banlieue) forme des maîtres d'école ; Aïda Vasquez, psychothérapeute d'enfants, docteur en psychologie, travaille en milieu psychiatrique institutionnel et en dispensaire. Si elle peut parler avec des instituteurs, c'est qu'elle est allée imprimer dans des classes, travailler avec les enfants. C'est à d'autres travailleurs, à ceux qui font ou tente de faire que ce travail est offert. les auteurs ne veulent pas apporter leur solution à leurs problèmes, mais des outils qui peuvent servir."

 

                 Apprendre avec les pédagogies coopératives, Démarches et outils pour l'école, beaucoup plus récent, de Sylvain CONNAC, est beaucoup plus centré sur la pédagogie issue de l'école nouvelle et des méthodes actives. Selon l'auteur, "il faut expliquer que la pédagogie coopérative est en phase avec les connaissances dont nous disposons aujourd'hui sur les apprentissages, le développement de la personne et le fonctionnement des groupes. Il faut rappeler que c'est aussi un projet porteur des valeurs de solidarité et de liberté." Ce livre somme constitue un véritable manuel de pédagogie pour l'école primaire.

 

        Fernand OURY (1920-1998), instituteur de banlieue, fondateur avec  Aïda VASQUEZ de la pédagogie institutionnelle (en France) est également l'auteur d'autres ouvrages : Chronique de l'école caserne (avec Jacques PAIN, Maspéro, 1972) ; Pédagogie institutionnelle. Mise en place et pratique des institutions dans la classe (avec Françoise THÉBAUDIN (Matrice, 1995)... Signalons un DVD : Un homme est passé (l'école avec Françoise DOLTO, volume 3), film de Fabienne d'ORTOLI et Michel AMRAM (Editions Frémeaux et Associés, 2010).

              Aïda VASQUEZ, psychologue, est également l'auteur de SOS Psychanalyste! : des consultations sur les ondes/Docteur X (Fleurus, 1976).

 

        Sylvain CONNAC, Apprendre avec les pédagogies coopératives, Démarche et outils pour l'école, Esf et Café Pédagogique, 2009 (on trouvera d'intéressantes informations sur le site http://classes-cooperatives.icem34.fr).

         Aïda VASQUEZ et Fernand OURY, Vers une pédagogie institutionnelle, François Maspéro, collection Textes à l'appui/pédagogie, 1973, 290 pages ; De la classe coopérative à la pédagogie institutionnelle, Volumes 1 et 2, François Maspéro, Textes à l'appui/pédagogie, 1974, 778 pages.

 

Complété le 26 novembre 2012

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens