Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 14:57

       Voilà un ouvrage qui à notre avis marque d'une pierre blanche la réflexion de fond sur l'Empire. L'étude des conditions de leur surgissement, de leur maintien et de leur effondrement dans l'Histoire permet de dégager des constantes qui nous éclairent sur leur nature et leur apport à la civilisation. Le professeur d'histoire médiévale du monde musulman à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense, spécialiste de l'Islam classique nous propose un essai à la fois de philosophie de l'histoire et de synthèse historique. Sa lecture originale place au coeur les questions de la violence et de la paix et oppose le centre pacifique de l'empire et ses marges violentes. Inspirée du grand théoricien siècle Ibn KHALDÛN (1332-1406), cette brève histoire des empires a le grand mérite de nous faire sortir d'une vision trop étatique moderne et occidentale de l'histoire, qui nous fait trop oublier ce qu'elle a de trop récent pour fonder une analyse de longue ampleur. Le système né au XVIIIe siècle surtout n'est qu'une construction bien précise née dans une région du monde (l'Extrême Occident) qui précisément n'a pas connu véritablement d'Empire centré sur elle. L'auteur indique bien que cet Occident échappe à la théorie d'Ibn KHALDÛN, qui connait surtout de grands empires dont il tente de comprendre le fonctionnement et de prédire - pour ce qui est de son époque - leur destin. 

      Pour comprendre comment se forment et s'écroulent les empires, il faut d'abord se départir de la vision d'un monde partagé en Etats-nations. Les empires (d'avant le XIXe siècle en tout cas), et là on utilise une sorte d'anachronisme, sont par essence multinationaux, en fait pour être plus historiquement exact, formés de multiples ethnies et tribus qui peuvent être, d'un bout à l'autre de leurs territoires, être très différents, ce qui se reflète d'ailleurs dans la composition que nous pouvons juger hétéroclite de leurs armées.

 

     L'auteur prend en compte deux mille ans d'empires - au Proche ou en Extrême Orient, soit ceux formés en Chine, en Mongolie, dans l'ancienne Mésopotamie, en Afrique du Nord (Egypte), On y retrouve les empires assyrien, perse, grec, romain, byzantin, chinois (des Han par exemple), mongol, indien... jusqu'à l'Angleterre impériale.

Se dégagent des caractéristiques communes dont l'évolution fonde précisément le destin des empirs :

- des bassins de populations sédentaires, relativement denses, qui concentrent d'ailleurs une grande partie de la population mondiale d'alors ;

- le lien entre une 'asabiya tribale aux pratiques violentes et un bassin de sédentarité. Les empires naissent aux marges immédiates des grandes conceptrations productives et des provinces les plus brillantes ;

- l'étendue sur lequel s'exerce une même autorité politique et fiscale, la religion n'étant pas selon l'auteur un éléments déterminant.

    Il s'agit essentiellement de l'exercice d'une violence sur des population pacifiées, sur lesquels on exerce une fiscalité, tout juste suffisante pour entretenir les armées et ne pas tarir la source des richesses, tout un équilibre dont dépend la vie et la survie des empires. Trop de pression fiscale épuise la puissance que l'on en tire. Les empires qui durent les moins longtemps sont, à l'image de l'empire mongol, ceux qui se contentent de piller et détruite ce qu'ils ne peuvent emporter dans leur capitale...Eminemment destructeurs, ils ne survivent pas à l'émiettement... Une évolution remarquable, toujours selon l'auteur, est la tendance à une pacification des populations auparavant conquérantes, qui s'acclimatent la plupart du temps à une culture bien plus florissante que la leur (Rome et les Mandchous en sont des exemples frappants). Cette pacification tarit l'agressivité des marges conquérantes et affaiblit la résistance aux agressions d'autres ensembles impériaux... qui les remplacent et subissent à leur tour la même évolution...

  "S'il fait n'asigner qu'une seule conclusion à cette courte histoire des empires, c'est sans aucun doute l'expulsion de la violence par le mécanisme impérial qu'il faut en retenir. Tout empire se compose d'une masse sédentaire et productive centrale et d'une marge bédouine - laquelle, surtout au début de l'histoire du processus impérial, peut être abritée par le territoire même de l'empire. Mais dès le Ier siècle à Rome, dès le IIe siècle avant notre ère en Chine, cette marge, aussi nécessaire pourtant à l'équilibre de l'empire que son coeur productif, est solennellement répudiée au-delà d'un limes ou d'une muraille. L'empire n'attaque pas, il défend la prospérité et la civilisation contre les barbares - du moins s'en persuade t-il. L'échange nécessaire qu'il entretient avec le monde barbare, richesse contre violence, est furtif, masqué de bulletins de victoire et maquillé de rituels augustes. (...) L'exaspération du mécanisme d'aliénation de la violence, quand il confine à la ségrégation ethnique, sert l'équilibre de l'empire (...). La séparation des sédentaires et des tribus qui les gardent ralentit ou empêche l'affaiblissement des violences tribales et conserve à leur 'asabiya un tranchant qui prolonge la vie d'une dynastie au-delà des cent à cent cinquante ans qu'Ibn Khaldûn lui assigne." Gabriel MARTINEZ-GROS effectue des caomparaisons entre empires sur cette règle d'aliénation de la violence, qui vaut pour l'Islam comme pour la Chine, même si sa manifestation est un peu plus complexe. L'Islam précisément, là où éclot la théorie d'Ibn Khadûn, constitue une sorte de perfection impériale dans la subtilité de son fonctionnement, ce qui se confirme par la faiblesse des effectifs de la société militaire chargée de contrôler la masse sédentaire.

   L'Europe ne participe pas du système impérial et de celà, selon l'auteur, naît l'extrême originalité de son histoire. Si la Chrétienté européenne, prise globalement, est un empire, qui naît d'ailleurs de l'Empire romain, la réalité des rapports de force donne aux villes un pouvoir bien plus grand que les villes secondaires des empires. La désintégration du pouvoir central se prolonge dans la constitution de puissances rivales, où des dynasties mènent une longue pluriséculaire pour, sans le pouvoir, reconstituer à leur profit, précisément une dynamique d'empire. L'extrême division du pouvoir, l'émergence de sociétés productives, bien au-delà de la simple subsistance, puis la fin de cette règle immuable selon laquelle il faut séparer les fonctions productrices et guerrières, donnent à l'Europe les formes étatiques que nous connaissons. "L'Etat européen, national, "démocratique" et populaire - dont le modèle s'étend désormais sur toute la terre - a aussi paradoxalement tiré de la modestie de ses origines et des limites autrefois posées à ses pouvoirs une puissance qu'aucun empire n'avait jamais atteinte - et que les totalitarismes du XXe siècle manifestent pleinement. Les révolutions techniques et l'énorme accumulation de richesse et de population ont ajouté leurs effets à l'armement des peuples et à l'éradication des poches tribales pour accroître la place de l'Etat dans nos sociétés dans des proportions impensables voici seulement deux siècles."  

    La mondialisation semble, pour l'auteur, revitaliser les théories d'Ibn Khaldûn sur les empires, avec d'immenses espaces sédentaires aux marges desquelles s'agitent de "nouveaux barbares". C'est même à l'intérieur même des pays industrialisés en crise constante que se créent des 'asabiya modernes, poches de pauvreté ou de misère dans lesquelles peuvent encore puiser des Etats, éléments violents qui peuvent les aider à conquérir, maintenir des positions bien au-delà de leurs frontières légales, dans un monde qui recrée d'une certaine manière la distinction entre producteurs et guerriers (avec notamment l'abandon quasi général de la conscription). Par là les réflexions de Gabriel MARTINEZ-GROS peuvent être rapprochées de celles, différentes sans doute mais à bien des égards complémentaires, d'Alain JOXE sur la persistance de l'existence d'empires (à propos de l'empire américain notamment).

 

Gabriel MARTINEZ-GROS, Brève histoire des empires, Comment ils surgissent, comment ils s'effondrent, Seuil, collection La couleur des idées, 2014, 220 pages.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens