Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 09:14

    L'expression Changement climatique ne signifie pas seulement changement de climat mais également passage d'un système de climat à un autre. Le système climatique est caractérisé par la permanence d'un cycle d'évolutions de tempétature, d'humidité dans l'air, de pression et de circulation des masses planétaires d'eau et d'air, avec l'existence d'un certain nombre d'espèces vivantes, végétales ou animales, qui en tirent les conditions de vie  et qui en influent l'évolution.

   L'espèce humaine s'y caractérise par une influence bien plus importante que pour les autres espèces. Par l'utilisation d'énergie, d'abord du feu (destruction de forêts, incendies volontaires ou involontaires), puis des énergies fossiles (par rejet de masses de gaz carbonique dans l'air, dans des quantités très variables de civilisation à civilisation), mais également certainement par les énergies renouvelables (rétention par exemple de masses "artificielles" d'eau). Si le système climatique n'est pas encore complètement connu, même par les sciences qui l'étudient, les corrélations entre l'industrialisation et le réchauffement planétaire sont établies.

 Il s'agit ici de savoir comment ces changements climatiques qui s'accélèrent actuellement (fonte des glaciers de montagne ou des pôles, accroissement de la force des phénomènes locaux de réajustement climatique - entre zones chaudes et zones froides, entre zones de basse pression et de haute pression, etc...) influent sur les conflits, qu'ils soient d'ordre interpersonnels ou collectifs. Par exemple, conflits inter-personnels dont la tonalité, mais pas forcément l'objet, varient souvent avec des paramètres purement physiques de température et de pression, conflits collectifs par le déplacement de zones de présence des ressources naturelles (énergie, minerai), par le déplacement des zones de circulation terrestre ou/et maritime...

 

     Qui dit changement climatique dit changement des condition de vie, donc variation de l'adaptation aux conditions du climat. Donc influence directe sur les relations entre les, différentes espèces. Les changements de climat influent sur l'évolution des espèces. Mais pas seulement, il s'agit de périodes transitoires, avec des phénomènes particulièrement violents, avant l'établissement d'un nouveau système de climat : par conséquent, comme nous le voyons actuellement, accélération d'extinctions ou de naissances d'espèces, multiplications de courants marins brusques, de phénomènes atmosphériques violents, ruptures des cycles saisonniers, ce qui induit déplacements plus amples et plus fréquents de populations, destructions fréquentes de la faune et de la flore. Comme dans maints phénomènes physiques, le système écologique tout entier de la planète subit des crises de plus en plus grandes,  de plus en plus graves, de plus en plus fréquentes, jusqu'à un pic méconnu, avant de se stabiliser, dans un nouveau climat, un nouvel équilibre des espèces, un nouveau système d'évolution des espèces, une nouvelle répartition des terres et des mers, un nouveau cycle de température et de pression, une réorganisation de la géographie toute entière...

    Ce changement climatique ne provient pas toujours seulement des espèces qui vivent sur la planète. Notre planète vit dans un système solaire, dans une galaxie, dans un amas où quantités d'événements peuvent se produire. Des objets plus ou moins gros (des nuage de poussières aux comètes) qui viennent dans l'environnement spatial immédiat ou percutent la planète, des variations dans l'activité du soleil, des crises volcaniques influent également le climat, généralement sur des décennies ou des siècles. Mais la rapidité à laquelle le changement actuel de climat se déroule ne laisse que peu de doutes, une fois toutes les mesures possibles effectuées. L'industrialisation de l'ensemble de la planète, avec des systèmes économiques particulièrement énergivores et qui remaniene en profondeur la composition de l'air, des terres et de l'eau, semble bien responsable de l'actuel réchauffement planétaire. Le réchauffement climatique, même s'il est important et porteur de modifications profondes n'empêcherait pas l'espèce humaine de s'adapter, si un élément de plus nalourdissait par les menaces : la pollution (chlmique, biochimique, radioactive) généralisée de l'air, des terres et de l'eau affaiblissent ces capacités d'adaptation.

 

     Depuis un peu moins de 12 000 ans, notre planète est entrée dans une période Interglaciaire de l'Holocène, et rien de dit que le changement climatique actuel ne pourrait pas y mettre fin, dans le sens d'un climat généralement plus chaud et plus humide ou plus froid et plus sec... Nous n'avons pas suffisamment de connaissances et d'expériences sur les changements climatiques pour prévoir les conséquences de l'industrialisation intensive. 

Ce qui est de plus en plus certain en revanche, c'est que l'activité humaine a depuis très longtemps une influence importante sur le climat. Mais il ne s'agit pas seulement de l'activité humaine : toutes les espèces animales opèrent une influence sur le relief et la flore. Par là, elles exercent une influence sur le Climat. Peu d'études sont consacrées à cette influence, non par manque d'intérêt, mais tout simplement parce qu'une étude de ce genre porte sur de longues durées par nature difficile à suivre... Il faut en tout cas en finir avec le mythe d'une nature sauvage qui serait une sorte de paradis avant l'arrivée de l'espèce humaine. De manière constante et répétée les modifications de l'environnement font partie de la réalité physique. Sauf dans les isolats (zones montagneuses ou îles), tout événènement, toute migration d'espèces animales, toute modifications du rapport de forces entre espèces (notamment entre prédateurs et proies), ce fameux équilibre de la nature qui a sans doute autant de réalité que l'équilibre en économie, a une répercussion sur l'ensemble du système écologique, donc du climat.

        Les études nombreuses et variées de paléoécologie reposent, écrit Yanni GUNNEL "sur le constat suivant : les conditions de vie des organismes biologiques sont déterminés par des conjonctions de paramètres simples comme la température, l'humidité, le pH (niveau d'acidité) et il n'y a pas de raison de supposer qu'il en ait été autrement dans le passé. Le postulat est donc celui d'un équilibre entre les organismes et une fourchette de conditions environnementales. Il permet d'établir des corrélations entre tel assemblage d'espèces et telle conjonction de conditions paléothermiques, paléo-édaphiques et paléohydrologiques." Cette démarche suppose que l'écophysiologie des espèces étudiées n'a pas évolué au cours d'une période de référence. Difficile de discuter des situations d'il y a des centaines de milliers d'années. En revanche, "cela semble valable pour l'ensemble de l'Holocène, voire la majeure partie du Quaternaire pour la plupart des espèces, mais la plasticité génétique des espèces à cycle de vie court (oiseaus, petits mammifères, insectes, graminées, virus) rend ces dernières écologiquement plus adamtables que les espèces à cyle de vie long. (...)". Dans ce que l'on peut appeler une longue co-évolution de l'homme et de la nature, la recherche sur les environnements du passé nous apprend déjà un certain nombre de choses :

- dans ces milieux que l'on croit naturels... le feu constitue depuis des millénaires un instrument de gestion des habitats et de la faune. "Il a fallu longtemps avant que les naturalistes ne réalisent que l'impact de l'homme sur des écosystèmes réputés vierges étant beaucoup plus ancien qu'il n'y paraissait. La distorsion qui a longtemps masqué ce phénomène provient pour beaucoup de l'histoire et de l'idéologie coloniales (nous pensons, quant à nous que cela remonte à plus loin et que cela est beaucoup plus profond : dans la définition de ce qu'est la nature...). Dans le cadre de la colonisation, les ingénieurs et naturalistes occidentaux découvrant les écosystèmes de la zone intertropicale ont abordé les milieux naturels de ces régions sans posséder les décodeurs nécessaires qui auraient permis de passer du registre de la mission civilisatrice et du développement au registre d'une recherche scientifique débarrassée de préjugés scientifiques et moraux. Or, les progrès de la recherche paléoenvironnementale nous montrent que, depuis au moins 100 000 ans, c'est l'homme qui a choisi pour la nature la trajectoire qu'elle doit suivre, y compris sur les continents que les Eruopéens de la première mondialisation ont cru découvrir dans un état de virginité relative. Ces 100 000 ans sont certainement d'ailleurs une sous-estimation, car l'archéologie trouve des traces d'utilisation du feu associées à Homo erectus autour de 1,5 millions d'années (...)" Bien avant l'arrivée des Européens en Amérique ou en Afrique, le paysage n'a plus rien de naturel. Des techniques dans la manière d'utiliser le feu, les dégâts involontaires causés par les incendies accidentels avaient déjà modifiés profondément les ensembles forrestiers et hydrauliques. 

- L'homme défricheur a aussi créé intentionnellement ou non, des écosystèmes entièrement nouveaux.

- La grande extinction pléistocène d'Amérique du Nord n'a pas d'équivalent dans les millénaires antérieurs.

- La domestication des espèces surmultiplie l'impact des activités humaines sur l'envieonnement, il y a environ 10 000 ans.

- "Parce qu'elle impose des dynamiques et des temporalités réglées par les nécessités économiques plus que par la rythmicité des perturbations naturelles, l'agriculture a changé les règles du jeu écologique d'une manière beaucoup plus profonde qu'on le l'imagine parfois". 

 

     L'industrialisation des activités humaines - il ne s'agit plus de l'utilisation partielle de techniques plus ou moins efficaces, mais de l'utilisation systématique et répétée de techniques de plus en plus dévoreuses d'énergie, notamment fossile - accentue leurs effets sur l'environnement, jusqu'à l'affecter dans les ressources mêmes utilisées par l''espèce humaine. 

   Après les divers cris d'alarme, comme celui de Fairfield OSBORN, président de la société zoologique de New York (La planète au pillage, Payot, 1949), qui se multiplent dans les années 1960, en même temps que les critiques sur la société de consommation de masse, la multiplication des phénomènes atmosphériques (que ce soit sur la composition de l'air ou ses mouvements autour de la planète), provoque l'émoi de l'ensemble de la communauté scientifique. Ainsi, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat créé en 1988, à la demande du G7, par deux organismes de l'ONU (l'Organisation Météorologique Mondiale et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement), a pour mandat d'évaluer, sans parti pris, de manière indépendante, tant vis-à-vis des Etats que des sociétés privées , et de manière méthodique, claire et objective, les informations scientifiques, techniques et socio-économiques disponibles en rapport avec la question du changement de climat. Il s'agit tout d'abord d'établir, rapports après rapports, dont le dernier (le quatrième) date de 2007, et le prochain est attendu pour 2014, une corrélation entre les activités humaines et les changements climatiques et de proposer des mesures pour inverser la tendance. Rapport après rapport, ses analyses, d'abord prudentes et ponctuées d'interrogations fondamentales, deviennent de plus en plus alarmistes, au fur et à mesure que se constatent de manière flagrante, surtout depuis le début des années 2010, des effets de plus en plus dévasteurs, spectaculaires ou non, du réchauffement climatique. On en est d'ailleurs au point que, si ses analyses sont retenues par la majeure partie de la communauté scientifique, que certains spécialistes (des sciences de la nature) estiment que ses conclusions pèchent parfois par... optimisme!  Ainsi, la fonte des glaciers du Pôle Nord s'avère beaucoup plus rapide que prévu (et même à certains endroits permanente) et l'extinction des espèces vivantes, comme de leur déplacement d'un continent à un autre, s'accélère de manière bien plus importante que décrite. Pour en rester à ses rapports, très combattus par des milieux industriels (notamment dans le domaine des énergies fossiles) qui veulent empêcher jusqu'à toute influence de considérations environnementales sur leurs activités, ils établissent un certain nombre de faits, qui dans le temps, sont reconnus par des fractions de plus en plus large de scientifiques, d'hommes politiques et des opinions publiques. 

    Nous pouvons lire dans le point 6 des "Conclusions robustes et incertitudes clés" :

"Dans le présent rapport (de 2007) (...), on entend par conclusion robuste en matière de changements climatiques toute conclusion qui reste valable pour un large éventail de démarches, de méthodes, de modèles et d'hypothèses et qui devrait généralement le rester malgré les incertitudes. Quand aux incertituds clés, ce sont des incertitudes qui, une fois levées, peuvent donner lieu à des conclusions robustes. Les conclusions robustes n'englobent pas l'ensemble des conclusions essentielles du quatrième Rapport d'évaluation, dont certaines peuvent être pertinentes pour l'élaboration des politiques même si elles sont liées à d'importantes incertitudes." Suit une liste de "conclusions robustes et des incertitudes clés", non exhaustive.

Conclusions robustes : "Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. On note déjà, à l'échelle du globe, une hausse des températures moyennes de l'atmosphère et de l'océan, une fonte massive de la neige et de la glace et une élévation du niveau moyen de la mer. Sur tous les continents et dans certains océans, nombre de systèmes naturels sont perturbés par des changements climatiques régionaux. Les modifications observées de nombreux systèmes physiques et biologiques concordent avec ce réchauffement. Sous l'effet de l'absorption du CO2 (Gaz carbonique) anthropique depuis 1750, l'acidité des couches superficielles de l'océan a augmenté. Les émissions anthropiques annuelles totales de GES (Gaz à Effets de Serrer), pondérées en fonction de leur potentiel de réchauffement global sur 100 ans, se sont accrues de 70% entre 1970 et 2004. Sous l'effet de ces émissions, les valeurs de la concentration de N2O (Protoxyde d'azote ou Oxyde nitrique) dans l'atmosphère sont actuellement bien supérieures aux valeurs préindustrielles couvrant plusieurs milliers d'années, et celles de la concentration de CH4 (Méthane) et de CO2 excèdent aujourd'hui largement l'intervalle de variations naturelles pour les 650 000 dernières années. L'essentiel du réchauffement général moyen constaté depuis 50 ans est très probablement attribuable à l'augmentation de concentration des GES anthropiques. Il est en outre probable qu'en moyenne, tous les continents, à l'exception de l'Antartique, ont subi les effets d'un réchauffement anthropique (due à l'activité humaine) marqué. Il est probable que le réclauffement anthropique survenu depuis trente ans a joué un rôle notable à l'échelle du globe dans l'évolution observée de nombreux systèmes physiques et biologiques."

Incertitudes clés : "Les données relatives au climat restent insuffisantes dans certaines régions. De plus, les données et les études concernant les changements observés dans les systèmes naturels et aménagés sont très inégalement réparties d'une région à l'autre et sont particulièrement peu abondantes dans les pays en développement. La variabilité des phénomènes extrêmes, comme la sécheresse, les cyclones tropicaux, les températures extrêmes ou la fréquence et l'intensité des précipitations, est plus difficile à analyser et à surveiller que les moyennes climatiques, car cela nécessite de longues séries chronologiques de données à haute résolution spatiale et temporelle. Il est difficile de déceler les effets des changements climatiques sur les systèmes humains et certains systèmes naturels en raison de l'adaptation et des facteurs non climatiques. La simulation des vairation de températures observées et leur attribution à des causes naturelles ou humaines à des échelles inférieures à l'échelle continentale soulèvent toujours des difficultés. A ces échelles, il est en effet malaisé de discerner l'influence du réchauffement anthropique sur les systèmes physiques et biologiques en raison de facteurs tels que les changements d'affectation des terres ou la pollution. Des incertitudes clés subsistent quant à l'ampleur des émissions de CO2 dues aux changements d'affectation des terres et à celle des émissions de CH4 provenant de diverses sources."

Dans les coclusions robustes concernant les "éléments moteurs" et les "projections concernant l'évolution future du climat", nous pouvons lire :

"Vu les politiques d'atténuation des effets des changements climatiques et les pratiques de développement durable déjà en place, les émissions mondiales de GES continueront d'augmenter au cours des prochaines décennies. Un réchauffement d'environs 0,2° Celsius par décennie au cours des vingt prochaines années est anticipé dans plusieurs scénarios d'émissions SRES. la poursuite des émissions de GES au rythme actuel ou à un rythme plus élevé devrait accentuer le réchauffement et modifier profondément le système climatique au XXIe siècle. Il est très probable que ces changements seront plus importants que ceux observés pendant le XXe siècle. Tous les scénarios prévoient que le réchauffement sera plus marqué sur les terres émergées que dans les océans voisins et qu'il sera particulièrement sensible aux latitudes élevées de l'hémisphère Nord. Le réchauffement tend à freiner le piégeage du CO2 atmosphérique par les écosystèmes terrestres et les océans, ce qui a pour conséquence d'augmenter la part des émissions anthropiques qui reste dans l'atmosphère. Même si les émissions de gaz à effet de serre diminuaient suffisamment pour stabiliser la concentration de ces gaz, le réchauffement anthropique et l'élevation du niveau de la mer se poursuivraient pendant des siècles en raison des échelles de temps propres aux processus et aux rétroactions climatiques. Il est très improbable que la sensibilité du climat à l'équilibre soit inférieure à 1,5°C. Il est probable que certains systèmes, secteurs et régions seront plus durement touchés que d'autres par l'évolution du climat. Au nombre de ces systèmes et secteurs figurent certains écosystèmes (toundra, forêt boréale et régions montagneuses, écosystèmes de type méditerranéen, mangroves, marais salants, récifs coralliens et biome des glaces de mer), les basses terres littorales, les ressources en eau dans les zones tropicales et subtropicales sèches et dans les zones tributaire de la fonte de la neige de et la glace, l'agriculture aux basses latitudes et l'état sanitaire des populations disposant d'une faible capacité d'adaptation. Les régions concernés sont l'Arctique, l'Afrique, les petites îles et les grands deltas asiatiques et africains. Dans les autres régions du globe, mêmes prospères, des segments particuliers de la population, tout comme certaines zones et activités, risquent d'être gravement menacées."

 

Yanni GUNNELL, Ecologie et société, Armand Colin, 2009 ; GIEC, Bilan 2007 des changements climatiques, Rapport de synthèse des changements climatiques (site du GIEC).

 

BIOLOGUS

Partager cet article

Published by GIL - dans ECOLOGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens