Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:45

      Publié en 1979, en trois tomes de plus de 500 pages chacun, l'ouvre-phare de Fernand BRAUDEL (1902-1985) constitue encore une référence en matière de sciences sociales et de sciences économiques. Dans la lignée de l'école des Annales, il se présente comme une histoire du monde, du XVème au XVIIIème siècle, qui privilégie les aspects économiques et sociaux plutôt que les événements politiques et militaires. Il s'agit beaucoup plus que d'un récit, il s'agissait à l'époque de proposer à la fois un renouvellement des sciences sociales sous l'égide de l'histoire et contre le structuralisme, il s'agit encore aujourd'hui, même si certains passages sont considérés comme ayant "mal vieillis", d'une explication des fondements mêmes du capitalisme et à travers lui, du monde moderne. L'auteur y défend l'idée que l'échelle du monde est toujours nécessaire même pour comprendre les éléments les plus localisés de l'histoire. Très loin d'oeuvres très médiatisées sur "le choc des civilisations", ces trois livres montrent les ressorts d'une mondialisation toujours en marche, faite d'interpénétrations constantes entre civilisations. Rédigé durant vingt ans, commencé en 1952 sous l'impulsion de Lucien FEBVRE, immense démonstration appuyé sur plus de 4 500 notes et une masse imposante de statistiques, de cartes et de graphiques, sans compter une bibliographie abondante, l'auteur effectue une démonstration d'ensemble.

 

    Le premier volume, Les structures du quotidien : le possible et l'impossible, est un inventaire de la culture matérielle avant la grande rupture de la révolution industrielle : misère et luxe ; routines paysannes ; nourritures, costumes et logement, du riche et du pauvre ; outils, techniques, monnaies et pseudo-monnaies, villes... Grand livre d'images où toutes les civilisations du monde sont présentées. Nous pouvons mesurer ainsi l'étroitesse des limites du possible pour ces sociétés d'hier, en butte, toutes, à des famines meurtrières, à l'inexorable faiblesse des sources d'énergie et des techniques, à la lenteur et au débit dérisoire des transports, des communications.

     Le second volume, Les jeux de l'échange, entre dans le mouvement de la vie économique. De bas en haut de l'échelle, sont énumérés les outils de l'échange : colportage, marchés, échoppes et boutiques, foires, bourses, banques. Autant d'étapes de l'épanouissement de l'économie de marché, confondu d'ordinaire avec celui du capitalisme. Fernand BRAUDEL distingue et même oppose parfois les activités et les acteurs de l'économie de marché et du capitalisme, celle-là sous le signe de l'échange naturel et sous surprise, de la transparence et de la concurrence, celui-ci animé par la spéculation et les calculs savants d'un petit groupe d'initiés. Ce capitalisme se fonde sur la puissance et peut ainsi se réserver les secteurs privilégiés de l'accumulation, secteurs changeants au fil du temps : du XVème au XVIIIème siècle, non pas l'industrie, mais la banque et le négoce international.

     Le troisième volume, Le temps du monde, reprend, dans sa chronologie, l'histoire économique du monde. Non de l'univers tout entier, mais de ces seules zones très minoritaires qui vivent selon "le temps du monde", le regard tourné vers les échanges internationaux - toutes zones de civilisations denses, à la richesse ancienne. L'auteur distingue en gros deux blocs : l'Europe d'un côté, l'Extrême-orient de l'autre, qui lie Inde, Chine, Islam en un puissant réseau, longtemps à égalité avec l'Europe. L'histoire de ces quatre siècles est précisément celui de la rupture progressive de cet équilibre ancien. Il a été bouleversé, recréé à partir des hauts lieux du capitalisme qui ont successivement pris la tête de l'Europe : Venise au XVème siècle, puis Gênes, Amsterdam, Londres, jusqu'à la révolution anglaise du XIXème siècle, qui a scellé l'inégalité du monde. L'auteur interroge souvent sur les lumières du passé qui peuvent expliquer l'évolution actuelle du capitalisme. 

 

    Dans sa conclusion sur les réalités historiques et sur les réalités présentes, Fernand BRAUDEL écrit que "le capitalisme (...) s'est révélé au long de cet ouvrage, un bon "indicateur". le suivre c'est aborder, de façon directe et utile, les problèmes et réalités de base : la longue durée ; les divisions de la vie économiques ; les économies-mondes ; les fluctuations séculaires et les autres ; les faisceaux des hiérarchies sociales mêlées et se mêlant, pour ce pas dire la lutte des classes ; ou le rôle insistant et divers des minorités dominantes ; ou même les révolutions industrielles... (...) Naturellement, je ne prétends pas expliquer le présent à la lueur de l'histoire, je désire seulement observer ce que deviennent, dans les eaux agitées d'aujourd'hui, les explications et procédés d'exposition que j'ai utilisés. Le modèle, construit par moi autour du capitalisme d'avant le XIXème siècle, navigue-t-il encore présentement, résiste-t-il à d'évidentes et violentes contradictions? Je crois qu'aujourd'hui ne nie pas hier, qu'il l'éclaire au contraire et inversement ; les analogies ne manquant pas. Toutefois cette continuité ne concerne que l'Occident, le monde dit libre, lequel ne recouvre plus l'univers entier, comme avant 1917. Avec les expériences dramatiques conduites à leur terme par les pays socialistes, le capitalisme a disparu sur une très vaste partie de la terre. Le monde actuel est donc, à la fois, continuité et discontinuité et cette contradiction restera à l'horizon des problèmes (...) : le capitalisme structure de longue durée ; le capitalisme en état de survivre, ou non (...), le capitalisme distinct de l'économie de marché (...)."

 

      Cet ouvrage majeur du XXème siècle, qui se situe dans la nécessité de comprendre globalement l'histoire, indique combien les conflits économiques débouchent souvent non sur un bouleversement de principes de fonctionnement, une fois une certaine dynamique lancée sur le long terme, mais sur un perpétuel changement des rôles des différentes puissances en lice. La résurgence, que l'auteur n'avait pas prévue, dans des conditions qui en altèrent beaucoup le contenu, du capitalisme, de contrées où beaucoup croyaient qu'il avait disparu, est là pour en témoigner.

 

Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVème-XVIIIème siècle, 3 volumes (730, 850 et 920 pages), Armand colin, Le livre de poche références, 1979 (réédition 1993).

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens