Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 13:17

                     Sans mettre en cause et même parfois en question le mouvement d'urbanisation que la grande majorité des sociologues, des urbanistes et des architectes considère comme une fatalité, différents courants s'opposent fortement, surtout depuis le début du XXème siècle, sur le type d'habitat urbain à construire.

 

                Bien entendu, l'urbanisme en tant que tel, avant même l'existence du mot - néologisme créé en 1876 par l'ingénieur architecte espagnol Ildefonso CERDA (Teoria general de l'urbanization) à partir du latin urbs - date de très longtemps. Sans doute en excluant en partie l'Empire Romain, très grand bâtisseurs d'édifices et de villes en tout genre, nous pouvons considérer avec Françoise CHOAY (La règle et le modèle, 1980), "qu'avant la renaissance, on ne trouve aucune société où la production de l'espace bâti relève d'une discipline réflexive autonome". Même dans cet Empire-là, des considérations militaires pesaient sur la conception du bâti et ce n'est qu'effectivement très tard que c'est en terme d'habitat que les villes sont principalement, voire exclusivement pensées. Cet auteur distingue deux grandes étapes, d'ailleurs, une première révolution ayant lieu en Italie au XVème siècle, conceptualisée par Léon-Baptiste ALBERTI dans son De re aedificatoria. Il pense l'art d'édifier comme discipline théorique et appliquée, ayant pour tâche de structurer et d'édifier le cadre de vie des hommes, depuis le paysage rural jusqu'à la ville. Une seconde révolution, issue de la révolution industrielle, théorisée par Ildefonso CERDA, postule, loin d'un caractère "dialogique" visant à satisfaire la nécessité, la commodité et le plaisir d'habiter, que les lois de l'urbanisme sont scientifiques. Il faut rechercher les dispositions universelles, des modèles spatiaux, reproductibles, qui favorisent la plus grande efficacité possible. Sa démarche peut mieux se comprendre en la confrontant avec l'expérience des grands travaux (1853-1869) entrepris à Paris par le préfet HAUSSMANN. Lequel livre dans ses Mémoires (1890-1893) les méthodes et les principes qui ont guidé sa démarche. Toujours suivant Françoise CHOAY, "La Teoria associe (...) un ensemble de traits empruntés aux formes textuelles hétérogènes de l'utopie, du discours scientifique et même du traité d'architecture. Elle constitue la première occurrence d'un genre textuel spécifique qu'on peut nommer "théorie d'urbanisme" et qui, jusqu'aux années 1960, a été illustrée par une lignée ininterrompue de théoriciens, généralement praticiens et plus précisément architectes." Pour des raisons diverses, le texte lui-même fut ignoré par les autres auteurs, mais leurs théories rejoignent ses attendus et ses conclusions. Lesquelles sont confortées ensuite par les progrès du machinisme et de l'industrialisation. Ces théories sont mises dûment en pratique par leurs auteurs et elles font autorité auprès des instances administratives et politiques de nombreux Etats.

 

            Françoise CHOAY (l'urbanisme, utopies et réalités, 1965) désigne comme "pré-urbanisme" un ensemble de textes et des réalisations du XIXème siècle, dont la démarche, qualifiée d'utopique, anticiperait et préfigurerait celle de l'urbanisme. Elle divise ce pré-urbanisme en "progressiste" et "culturaliste". Ils fondent tous uniquement leurs propositions de sociétés modèles sur une double critique de la société industrielle. Ils se rencontrent pour dénoncer, chacun dans sa propre zone de diffusion intellectuelle, les tares de la société capitaliste industrielle, surtout visibles dans les grandes villes : densités excessives, insalubrité de l'habitat et des quartiers ouvriers, distances épuisantes entre lieux d'habitation et de travail, inadaptation de la voirie, absence d'espaces verts, opposition entre quartiers riches et quartiers pauvres, monotonie et laideur des nouvelles constructions. La critique des progressistes met plus l'accent sur l'archaïsme et l'inefficacité de la ville, tandis que celle des culturalistes vise surtout la désintégration des valeurs culturelles traditionnelles sous l'effet de l'industrialisation. Face au désordre social et urbain, les uns et les autres font des propositions très différentes.

Le modèle spatial progressiste (annoncé dans les projets panoptiques de Jeremy BENTHAM), peut être défini à partir d'ouvrages comme ceux de Robert OWEN (1771-1858), Charles FOURIER (1772-1837), Henry Hobsa RICHARDSON (1838-1886), Etienne CABET (1788-1856). Malgré certaines divergences (FOURIER, par exemple, ne croit pas à la révolution industrielle), ce modèle peut être caractérisé par :

- son ouverture, qui permet, conformément aux exigences de l'hygiène, une égale distribution à tous de l'air, de la lumière et de la verdure ;

- son découpage, selon un classement rigoureux : activités humaines habitat, travail, loisir sont aménagés en des lieux distincts ;

- la simplicité et l'immédiate lisibilité de cette logique fonctionnelle dans son organisation. La ville progressiste récuse l'héritage artistique du passé pour se soumettre, exclusivement, aux lois d'une "géométrie naturelle" ;

- la transposition de la qualité et du rôle de modèle aux édifices qu'il englobe et qui deviennent des prototypes, eux aussi définis une fois pour toutes. 

A l'opposé de la cité occidentale traditionnelle et des grandes villes de l'ère industrielle, le modèle progressiste se présente comme un établissement éclaté : quartiers, communes ou phalanges sont autosuffisants, indéfiniment juxtaposables. Un espace libre préexiste aux unités qui y sont disséminées. Les vides et la verdure annoncent la désagrégation de la ville traditionnelle. Bien entendu, ce modèle spatial est un dispositif contraignant au service d'idéologies politiques diverses (socialisme paternalisme chez OWEN, socialisme d'Etat chez CABET, socialisme communautaire chez FOURIER) qui assure un rendement maximal des activités des habitants.

Le modèle spatial culturaliste peut être défini à partir des oeuvres de John RUSKIN (1819-1900) et William MORRIS (1834-1896), et se concentre surtout en Angleterre. Pour William MORRIS (Nouvelles de nulle part, 1884), "les phalanstères de FOURIER... n'implique rien d'autre qu'un refuge contre la pire indigence." Ce modèle est caractérisé par un certain nombre de déterminations :

- au contraire de l'espace modèle progressiste, la cité modèle culturaliste est bien circonscrite, à l'intérieur de limites précises ; elle contraste avec les espaces naturels environnants ;

- ses dimensions sont modestes, inspirées de celles des cités médiévales ;

- elle ne présente aucune trace de géométrie : l'irrégularité et l'asymétrie sont la marque de l'ordre organique, qui traduit la puissance créatrice de la vie. Nous retrouvons facilement ici la différence entre jardins à la française et jardins à l'anglaise... ;

- l'art y présente la même importance que l'hygiène : moyen par excellence d'affirmer une culture, il ne peut se développer que par la médiation d'un artisanat ;

- en matière de construction, pas de prototypes : chaque établissement doit être différent des autres,tant par ses édifices publics que par ses demeures individuelles.

On pourrait soutenir que sur le plan politique,  l'idée de communauté s'achève en formules démocratiques. 

Mais de toute manière, dans la pratique, seul le modèle progressiste a donné lieu à des réalisations concrètes, peu nombreuses et de dimensions réduites. Ces expériences appartiennent aux curiosités sociologiques, mais en revanche, les modèles du pré-urbanisme présentent un intérêt épistémologique considérable, car ils annoncent des conceptions de l'urbanisme. (Françoise CHOAY).

 

             De grands architectes, voulant protester contre l'attitude de "la grande masse des professeurs en architecture, attachés à des enseignements désormais sans efficacité et à des habitudes de penser ou de juger (...) fréquemment en opposition avec les buts mêmes qu'ils ont mission d'atteindre" se réunissent en 1928 autour de Victor BOURGEOIS (1897-1962) pour fonder le Congrès international d'architecture moderne. La plupart de ces architectes font partie du mouvement moderne en Europe, aux Etats-Unis, au Brésil et au Japon (W GROPIS, L MIES VAN DER ROHE, LE CORBUSIER, J L SERT, G RIETVELT, R NEUTRA, WIENER, L COSTA, MAEKAWA, SAKAKURA...). Par leurs congrès, de 1928 à 1959, ils entendent jouer un rôle dans une redéfinition de l'urbanisme, dans le prolongement direct d'ailleurs des idées d'ildefonso CERDA. L'action des CIAM investit l'urbanisme, lors du congrès de 1930, sur le "lotissement rationnel" et, surtout à la "ville fonctionnelle définie dans la Charte d'Athènes en 1933, sous l'égide de LE CORBUSIER, pseudonyme de Charles-Edouard JEANNERET (1887-1965). A partir de l'analyse comparative d'un ensemble de villes européennes, un cadre de projet universel est proposé pour l'urbanisme, censé organiser quatre fonctions majeures (habitation, délassement, travail, circulation). Les destructions de la guerre mondiale offrent à ces architectes un champ d'action énorme pour remodeler à leur idée le tissu urbain.

Cette fameuse Charte d'Athènes, véritable manifeste de l'urbanisme progressiste, se présente comme un texte de combat. Il condamne sans appel la ville contemporaine, incarnation du désordre et du mal et propose la ville modèle. Au classement des quatre fonctions, nous pouvons observer :

- la place prépondérante accordée à l'habitation (avec le privilège, propre à LE CORBUSIER, de l'habitat en hauteur) ;

- le fait que la circulation est traitée comme une fonction à part entière, jusqu'à lui donner une sorte de priorité dans le tracé des projets ;

- la pauvreté du chapitre consacré aux loisirs qui se résument dans la culture physique, le sport, et donc, dans l'aménagement d'espaces verts, en priorité au pied des habitations ;

- la patrimoine culturel est considéré comme un mal nécessaire.

Ce texte a exercé et exerce encore notamment dans certains pays en voie de développement, un impact unique en son genre, imprimant sa marque sur l'aménagement de l'espace dans le monde entier.

   Dès 1951, toutefois, (congrès d'Hoddesdon), cette grille CIAM est contestée (question du coeur de la ville) et en 1953, un groupe d'architecte (G GANDILIS, A VAN EYCK, A et P SMITHSON...) quitte le Congrès (sur la question de la redécouverte de la rue, et de conceptions plus organicistes)  pour fonder Team 10. En 1959 (congrès  D'Otterlo), devant ces divisions, certains membres décident la dissolution de CIAM. Le Team X ne développe pas à proprement parler de théorie, mais veut surtout penser le passage d'une société industrielle, organisée autour du travail, à une société caractérisée par la consommation et la fragmentation sociale. Les architectes de Team 10 mettent en avant de nouveaux concepts comme le cluster (association de logements, en grappe), le stem (idée de rue intérieure, sur le modèle des unités d'habitation de LE CORBUSIER, suspendues au-dessus d'immeubles collectifs continus, indépendants de la circulation automobile), le web (construction alliant une infrastructure à trois dimensions régulière que l'on rempli à la demande).

 

       C'est surtout dans les années 1960 que l'ensemble des critiques portées sur les conception de cet urbanisme moderne provoque l'émergence de nouvelles idées d'urbanisme. Ces critiques portent d'abord sur les résultats concrets de l'application des théories de l'urbanisme progressiste. Nous pouvons citer les travaux de Lewis MUMFORD (critique esthétique) , de Jane JACOBS, de Charles ABRAMS et de Alexander MITSCHERLICH (critique sociale). En 1964, CH ALEXANDER (Notes on the syntesis of form)  critique les fondements mêmes de cet urbanisme moderne, et depuis c'est l'ensemble des conceptions mise en avant par la Charte d'Athènes qui est globalement contesté. Mais cette contestation atteint surtout les milieux philosophiques et sociologiques, les urbanistes restant pour la plupart dans l'école "moderne". Ce n'est que très récemment, devant l'ampleur de l'urbanisation qu'un mouvement monte, venant surtout de grandes villes européennes, pour qu'un nouvel urbanisme soit véritablement mis en oeuvre. Ainsi, en 1994, les participants de la conférence européenne sur les villes durables élaborent à Aalborg (Danemark) une Charte, se présentant comme une anti-Charte d'Athènes. Cette Charte d'Aalborg prône une densité et une mixité des fonctions urbaines au service du développement durable. Les villes européennes signataires affirment leur rôle historique et leur responsabilité dans les problèmes environnementaux, Elles s'engagent à une économie investissant dans la conservation du capital naturel et intègrent à la protection de l'environnement les exigences sociales. Des plans locaux de durabilité doivent permettre d'avancer dans cette voie. Dix ans plus tard, le réseau des villes durables fait le point sur les évolutions pratiques liées aux Agenda 21.

 

François CHOAY, L'urbanisme, utopies et réalités, Anthologie de textes, Editions du Seuil ; Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Sous la direction de Pierre MERLIN et de Françoise CHOAY, PUF, 2010.

 

                      SOCIUS

Partager cet article

Published by GIL - dans SOCIOLOGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens