Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 18:30

                      Le psychanalyste  et écrivain français croise dans son oeuvre déjà riche de plus d'une trentaine de livres une tradition juive et une tradition psychanalytique très proche de la vie quotidienne et de la vie politique. Il fait partie de ces intellectuels malgré tout engagé dont (sans doute heureusement pour lui) il est difficile de faire le classement sur l'échiquier idéologique... Formé à l'école de LACAN, mais influencé également par Emmanuel LEVINAS, Jean-Toussaint DESANTI, Henri ATLAN et Michel de CERTEAU avec lesquels il réalise d'abord des études de philosophie, il entretient avec celui-ci une collaboration très personnelle (LACAN assiste plusieurs années au séminaire de Daniel SIBONY à Vincennes sur Topologie et interprétation des rêves, si l'on en croit son propre site Internet), qui lui permet "de n'être ni lacanien, ni antilacanien mais d'intégrer le meilleur du lacanisme, la lecture de Freud et de (s')éloigner du pire, le langage des sectes". Effectivement, ses interventions sont solitaires et éclectiques, en dehors d'une école psychanalytique précise et, parallèlement à son travail sur les enfants (Evénements II) comme à son séminaire (depuis 1974) consacré aux "questions thérapeutiques et aux pratiques créatives et symboliques dans leurs rapports à l'inconscient", il mène une réflexion de fond très proche de l'actualité, qu'elle soit quotidienne ou politique. C'est une réflexion souvent médiatisée et dans le vif, provoquant la réflexion, parfois de manière volontairement irritante. 

Ses ouvrages abordent à peu près tous les sujets, qu'on en juge : le Nom et le corps (Seuil, 1974), L'autre incastrable : psychanalyste-écritures (Seuil, 1978), La Juive : une transmission d'inconscient (Grasset, 1983), Les trois Monothéismes : juifs, chrétiens, musulmans entre leurs sources et leurs destins (Seuil, 1982), Le Corps et sa danse (Seuil, 1995 ; Points-Essais, 1998), Le Jeu et la passe : identité et théâtre (Seuil, 1997), Don de soi ou partage de soi? : le drame Lévinas (Odile Jacob, 2000) : L'énigme anti-sémite (Seuil, 2004), Les Sens du rire et de l'humour (Odile Jacob, 2010). Dans un style faussement fluide - en fait une écriture très dense - ses livres se veulent une incitation à réfléchir sur de multiples aspects mettant en jeu bien entendu l'inconscient, la sexualité, mais aussi la violence ou la haine. Il le fait dans une analyse qui revient très souvent sur les relations de Soi à l'Autre, de Soi aux Autres.

Une grande partie de ses livres est consacré aux religions du Livre : outre les trois Monothéismes La Juive déjà cités, nous pouvons relever Psychanalyse et judaïsme (Flammarion, collection Champs, 2001), Nom de Dieu : par-delà les trois monothéismes (Seuil, 2002), Lectures bibliques (Odile Jacob, 2006).

n'oublions pas deux ouvrages intéressants sur la situation actuelle de la psychanalyse dont une certaine rumeur médiatique bien orientée raconte le déclin : Le Peuple "psy", situation actuelle de la psychanalyse (Balland, 1993) et Acte thérapeutique : au-delà du peuple "psy" (Seuil, 2007)

Dans notre préoccupation sur le conflit, certains de ses ouvrages plus que d'autres attirent notre attention : Le groupe inconscient : le lien et la peur, de 1980 ; La Haine du désir de 1978 revisité en 1994 ; Violence : traversées, de 1998 ; Perversions : dialogues sur des folies "actuelles" de 1987, revisité en 2000 (un intense questionnement sur le terrorisme). Sans oublier ses multiples petits textes rassemblés dans 3 volumes intitulés Evénements (Psychopathologie du quotidien, I et II ; Psychopathologie de l'actuel, III).

 

               La haine du désir, de 1978, revisité en 1994, se compose de trois parties bien différentes par leur niveau d'accès pour le lecteur : l'affect "ratial", qui traite du racisme, l'entre-deux-femmes et la névrose obsessionnelle. Comme l'auteur prévient en début d'ouvrage, le premier texte sert "d'appât" pour les deux autres, de difficulté croissante. Ces trois textes sont liés par la notion de haine du désir : "La haine du désir est encore un désir, peut-être encore plus excédé, jusqu'à l'absence, puisqu'il veut achever son objet, le prendre avec toutes ses racines, l'atteindre dans son être, juste avant qu'il ne s'y découpe ; l'atteindre et le fixer hors du temps et de la mort. Donc dans la mort ou le néant. Mais tout ce qui est, n'est que chute ou rechute d'un sciage de l'être ; et l'objet porteur de désir a ses racines dans l'inconscient, un moyen d'en faire "connaissance", il s'ensuit que ce qui reste dans l'inconscient, c'est ce à quoi on ne peut pas dire "non". L'obsessionnelle, explorée dans l'un des textes de ce recueil, révèle l'existence d'un non au désir, un non massif grâce auquel le sujet "doit" suppléer une faillite de son "nom". Il y a aussi le savoir préventif ; l'acceptation du désir, pourvu qu'on sache, qu'on soit prévenu que c'en est un. Comme si l'indécidable du désir et le manque-à-savoir qui s'y profile ne touchaient le prévenu que sur le mode persécutif. Mais le névrosé n'a pas vraiment une haine du désir : elle le traverse et s'incruste pour lui dans l'inconscient. Il peut donc multiplier les hommages au désir, hommages plaintifs, conjuratoires, défensifs, le désir reste en déroute. Même l'hystérique, qui de son manque supposé veut faire l'organe de tous les manques, et qui "pique" toute baudruche phallique pour s'assurer que ce n'est pas encore le phallus, pour mieux poursuivre sa quête, même elle peut être "habitée" par quelque chose comme la haine ou le refus du désir. Elle en fait un désir du refus, sans toujours éprouver cette "haine" ; qui pourtant est bien là, à l'oeuvre, venue on ne sait d'où. Cela fait sens d'être dans une haine qui n'est pas la vôtre et qui fonctionne à travers vous. C'est ce fonctionnement que j'éclaire ici. Et les textes de ce livre ont en commun d'explorer cette impasse du désir sous la pression d'une certaine haine, que le sujet ne voit même pas mais qui le porte et le déborde."

 

                 Le groupe inconscient : le lien et la peur, de 1980, examine ce qui fait lien dans un groupe. Ce qui est présenté par l'auteur comme un "court texte" exige tout de même une attention soutenue et s'adresse surtout à l'étudiant (ou à un autre psychanalyste dans le cadre d'une recherche). Ecrit dans un langage néanmoins très accessible, sans l'appareil compliqué et technique de nombre d'oeuvres de ce domaine, ce texte plonge dans les mouvements internes du sujet dans le groupe et dans les mouvements du groupe face au sujet, ou plus précisément dans les mouvements des sujets entre eux face au fait du groupe. L'auteur pointe le paradoxe des attentes et des soumissions au groupe. "L'enjeu, on s'en doute radical, et le modèle solaire (freudien) où les membres comme rayons convergent vers le foyer idéal, le Père idéal..., semble insuffisant ; encore qu'il soit sans cesse authentifié par l'indignation contre "l'autorité mystifiante", et les pieux appels à être "plus libre" et à penser par "soi-même".... C'est donc une autre approche qui est ici tentée, du collectif comme figure même de l'inconscient, obstruée, bouchée par l'objet du désir à quoi le groupe "adhère". Or, si on se groupe pour se décharger de l'inconscient et pour s'assurer à bon compte d'en avoir un ; si le groupe ne s'appartient pas, mais "appartient" à l'objet qui le plaque ; si le groupe efface les différences pour être en fait le recueil des différences qu'il échoue à effacer ; si donc le groupe est le lieu commun d'un échec, qui n'est pas seulement échec sur le cadavre du père, ça tire à quelques conséquences tragi-comiques, que ce bref trajet égrène à travers des mythes presque aussi "fous" que la réalité, mais dont l'enjeu est clair : une transmission de l'inconscient sous forme de lien qui puisse ligaturer l'hémorragie du désir..." Nous retrouvons dans ce livre le thème récurrent de nombreux ouvrages de Daniel SIBONY : la transmission, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans le cadre des grandes religions monothéistes.

 

            Dans Violence, Traversées, de 1998, le psychanalyste entend, après avoir étudié à travers l'effet de groupe, les religions, la haine identitaire et le théâtre... des montages violents, névrotiques ou pervers, étudier la violence comme telle, "dans sa genèse, son jaillissement ; dans l'espace qui est le sien et qui est repéré par deux axes, coordonné par deux types d'affrontements : accrochage entre deux symptômes et choc entre deux narcissismes. Bien sûr, ces deux axes ont un point commun, la question de l'origine, en tant qu'elle se transmet et qu'elle se symbolise ; en tant qu'elle comporte des noeuds d'angoisse et de peur. (...) La violence comme piétinement ou secousse "originaire" du symbolique - dont elle concerne la transmission et les impasses. Elle exprime ces impasses en se transmettant à elle-même, indéfiniment ; jusqu'à ce qu'un effet symbolique vienne l'arrêter. La violence dite des jeunes le montrera : quand le jeu de la transmission éclate - avec violence - chez les enfants : jeunes et immigrés." La "traversée" que Daniel SIBONY entreprend recoupe, mais ne "couvre" pas, à peu près toutes les violences : elle croise leurs formes essentielles. l'auteur veut dégager les invariants de cette violence, où qu'elle s'exprime, et il le fait par ailleurs également dans Psychopathologie du quotidien, dont la lecture permet de se rendre compte que, même s'il centre ici ses analyses sur des processus inconscients, il n'évacue pas les caractères d'injustices présentes dans nombre de situations. Centré sur quatre axes de réflexion, d'abord bien entendu, la violence elle-même, l'exclusion, la peur et l'angoisse, l'ouvrage semble réellement vouloir se placer dans une très grande vue d'ensemble, mais n'examine le conflit, dont la violence est à notre avis, qu'une modalité d'expression. Il s'agit de la violence visible, celle que la société, comme l'écrit justement l'auteur, ne veut pas voir. 

   La violence est comprise comme accrochage entre deux symptôme et se développe dans l'entre-deux-symptômes, là où chacun tire dans son sens, perdant l'accès à l'autre sens, au renouvellement du sens. "La violence signale cette perte de sens. Elle est rupture de sens et appel à d'autres sens". "Et pour donner sens - à tout prix - à certaines violences, on produit parfois un délire. Le délire est un effort pour donner sens à quelque chose qui n'en a pas, ou qui échappe ; le bon sens a éclaté. Le délire et le symptôme sont une façon de donner sens à des violences passées ; on n'a pas trouvé d'autre voie pour remanier cette violation. La violence, comme entre-deux-symptomatique, signale aussi des richesses, des gisements de sens inertes ; mais elle les pointe sur un mode qui en barre l'accès. Elle pointe le manque sur un mode qui empêche de le surmonter. Mais la mutation est possible pour chacun des deux symptômes ; l'un et l'autre peuvent ouvrir la question du lien." Elle est comprise également comme choc entre deux narcissismes. "Cette violence narcissique pure - pour se sentir exister - est une attaque contre l'être et le temps pour "accrocher" un peu d'être et de temps vivants, pour forcer un don de vie qui ne s'est pas fait. Bien sûr, ça rate : on ne peut pas naître dans la haine." Après avoir exposé les caractéristiques de la violence telle qu'elle se montre, telle qu'elle se transfère, telle qu'elle s'interprète aussi, Daniel SIBONY, et c'est une approche remarquable à cent lieues des exposés cliniques et théoriques lus maintes fois dans la littérature psychanalytique, tente de l'analyser, de manière psychanalytique toujours, en action : la violence-banlieue, la violence-jeune, l'activité de la machine sociale face à ces violences-là, les situations d'intégration-exclusion, la peur de l'autre. Il le fait en plaçant parfois des digressions - qui obligent à rester attentifs! - sur des épisodes tirés de l'Histoire ou de la Bible.

Il commence sa conclusion par le traitement que l'on fait souvent de la violence : "Souvent, pour mieux ignorer le mobile de la violence, son mouvement subtilement implacable, on exige "d'abord des remèdes". Ce "réalisme" témoigne d'une  violente ignorance. Même les médecins n'en sont plus là, pour la douleur ; ils ne veulent pas la supprimer à tout prix". Nous sommes tenter de lui répliquer que "pas tous", loin de là s'écarte de la bonne vieille méthode du contrôle social médicalisé, mais là n'est pas l'important ici. L'important, c'est que "il faut savoir remonté le cours d'une violence, jusqu'à la source où l'énergie a pris cette voie plutôt qu'une autre". La violence est ancrée dans l'injustice, et toutes les modalités de traitement de cette violence ne peut l'effacer. Plus "il est clair que "le contraire" de la violence n'est pas la raison (il y a une terrible violence dans certaines postures "raisonnables"), mais la capacité d'avoir du jeu supplémentaire, de trouver du passage ou des passes dans tel jeu qui tourne en rond et dont l'impasse est signifiée par la violence, dans un appel à une violence tout autre qui, transmuant l'espace de jeu, aiderait la vie à reprendre sa route." Ce contraire de la violence, Daniel SIBONY le voit dans "la liberté - reconquise sur le chaos par une perception plus aiguë de la "loi" comme processus, et protégée du chaos par une confiance plus aiguë dans le "processus" de la loi, en ce qu'il a d'infini. Processus symbolique et non pas règle édictée ou simple cadre réglementaire." Il dénonce le fait que jusqu'ici, l'Etat moderne "a joué la carte philosophique qui, à la violence, oppose la raison." 

 

Daniel SIBONY, Violence, Traversées, Seuil, collection La couleur des idées, 1998 ; Evénements I et II, Psychopathologie du quotidien, Seuil, collection Essais, 1995 ; Evénements III, Psychopathologie de l'actuel, Seuil, collection Essais, 1999 ; La haine du désir, Christian Bourgois, collection Choix essais, 1994 ; le groupe inconscient, le lien et la peur, Christian Bourgois, 1980.

Site Internet : www.Danielsibony.com

Partager cet article

Published by GIL - dans AUTEURS
commenter cet article

commentaires

eva talineau 02/09/2011 11:22


juste un petit signe, il est bien, votre article, en tout cas j'y reconnais ce que moi aussi je lis, avec beaucoup d'interêt, de cet auteur plus souvent plagié et cité sans être compris, que
rencontré dans le complexité de sa pensée. Alors bravo !


Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens