Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 09:49

     La plus grande partie des théories monétaires, que ce soient celles des mercantilistes, libéraux, ricadistes, marxiste ou keynésiens admet le rôle central de la monnaie circulante dans les échanges marchands, et font des unités monétaires des marchandises.

     Une autre partie des théories considère la monnaie, non comme une marchandise, mais d'abord et avant tout, même lorsque la monnaie circule partout, comme une unité de compte.

Parmi les adhérant à cette deuxième partie minoritaire des théories monétaires figure Mitchell INNES, qui défend ce que l'on appelle la "théorie monétaire du crédit". position (dite chartaliste) qui avait au XIXe siècle des porte-parole actifs surtout aux Etats-Unis et en Allemagne. Pour eux, les unités monétaires ne sont que des unités de mesure abstraites, et, comme l'explique David GRAEBER, "historiquement, comme le soulignaient à juste titre les théoriciens du crédit, ces systèmes abstraits de comptabilité sont de loin antérieurs à l'usage d'un objet particulier de type "jeton" dans les échanges."

 

      Pour ces économistes, la monnaie n'est qu'un étalon qui mesure essentiellement la dette.

    "Si, explique David GRAEBER, pour la théorie traditionnelle, un billet de banque est, ou devrait être, une promesse de payer un certain montant de "monnaie réelle" (en or ou en argent, quelle que soit sa forme précise), il ne représente aux yeux des théoriciens du crédit que la promesse de payer quelque chose d'une valeur équivalence à une once d'ord. Mais la monnaie n'a jamais été autre chose que cela. (...) Une pièce d'or est en réalité une simple reconnaissance de dette." Comment cette monnaie apparait-elle? se pose comme qustion notre auteur? Si l'on peut imaginer un scénario de création de cette monnaie autour de la reconnaissance de dette, on ne fait qu'opposer un mythe à un autre (et d'ailleurs, il mentionne le fait que dans la science économique on oppose souvent un mythe à un autre, un énoncé logique à un autre) et la recherche historique seule peut permettre de préciser les choses.

  La dynamique réelle en faveur de la théorie chartaliste vient de l'"école historique allemande", avec son plus illustre représentant, l'historien Georg  Friedrich KNAPP (1842-1926), avec son ouvrage publié en 1905, Théorie étatique de la monnaie (traduction anglaise en 1824, The state theory of money, chez Macmillan & Compagny Ltd).

Il suit les traces d'Adam MILLER, qui, dans son ouvrage Essai sur une nouvelle théorie de la monnaie, tente d'explique la valeur de la monnaie en en faisant l'expression de la confiance collective et de la volonté de la monnaie. KNAPP trouve absurde de comprendre la monnaie "sans l'aide de l'Etat". La monnaie, pour lui, n'est pas un moyen terme qui nait de l'échange. C'est plutôt un moyen de calculer et de régler des dettes, dont les plus importantes sont des dettes fiscales. A l'appui de cette théorie, l'histoire de la monnaie créée par Charlemagne, utilisée encore 350 ans plus tard, dans les comptes (en livres, sous et deniers) par Henri II d'Angleterre (1154-1189). Il ne restait pas un sou en circulation et pourtant il servait de mesures des crédits et des dettes. Selon KNAPP, que la monnaie physique qui circule réellement corresponde ou non à cette "monnaie imaginaire" n'a pas grande importance. Qu'il s'agisse d'argent pur, d'argent altéré, de jetons de cuir ou de morue séchée, cela ne fait aucune différence réelle - tant que l'Etat est prêt à l'accepter en paiement de ses impôts. Dans les royaumes antiques, la politique fiscale s'appuie sur le mécanisme de cette monnaie. Bien entendu, les Etats lèvent des impôts parce qu'ils veulent faire main basse sur les ressources monétaires de la population, qu'elle soit autochtone ou vive dans des territoires conquis. Mais il faut remarquer que les souverains de ces Etats, passé l'Antiquité, ne font que rarement directement main basse sur les mines d'or et d'argent (dont ils se contentent de protéger le libre accès à des acteurs sociaux précis...). Suivons toujours notre auteur : "Cela parait un peu énigmatique. Mais si la monnaie et les marchés n'émergent pas spontanément, (faire extraitre l'or, le frapper à l'image du Roi ou du Seigneur local, le mettre en circulation chez ses sujets, puis exiger d'eux qu'ils le lui rendent), agir ainsi est parfaitement censé. Parce que c'est la façon la plus simple et la plus efficace de faire naître des marchés".

 

     Nous avons tellement l'habitude de concervoir les marchés comme intermédiaires entre producteurs et consommateurs, à une époque où les services privés et publics sont censés être au service des populations, que nous avons de la peine à réfléchir aux conditions précédents l'industrialisation et même le capitalisme tel que nous le connaissons. Or quel était l'activité principale des Rois, des Empereurs et des Seigneurs à l'époque antique, médiévale et même encore bien après? C'était de faire la guerre. D'innombrables écrits, que nous passons aujourd'hui vite à la lecture, dans les archives, concernent des questions d'approvisionnement des troupes. Dans le monde antique et médiéval, nourrir une force militaire devant franchir parfois d'énormes distances, permanente ou non, constituait un grand problème. Pour accompagner les hommes en armes, l'armée proprement dite, et c'est encore plus vrai dans le monde antique que dans le monde médiéval ou de la Renaissance (à une époque encore marquée par de grandes traces de nomadisme), il faut non seulement leurs aides directs, plus ou moins nombreux suivant leur équipement, leurs armes, les machines de siège... mais aussi des hommes et des animaux pour localiser, acquérir et transporter les approvisionnements nécessaires (voir Donald W ENGELS, Alexander the Great and the Logistics of the Macedonian Army, Berkeley, University of California Press, 1978) . Après sans doute de multiples expériences, la mauvaise habitude de piller les pays traversés (outre se faire autant d'ennemis en chemin) ruinant les contrées que l'on veut exploiter ensuite a été considérée comme une mauvaise solution à ce problème. Il fallait donc pouvoir s'approvisonner "pacifiquement" pour pouvoir combattre l'ennemi-cible "avec l'esprit et le ventre tranquilles". L'autre solution, développée amplement, est de créer des marchés où les troupes peuvent s'approvisionner, et il est clair que les marchés ont effectivement surgi autour des armées antiques. Il faut lire pour s'en convaincre le traité de KAUTILYA, l'Arthasastra, le "cercle de la souveraineté" sassanide ou le discours sur le sel et le fer chinois pour s'en convaincre. L'avantage d'attirer en des lieux précis des marchands sur le parcours des troupes, ou plus tard de faire passer ces troupes dans des lieux fixes de marchés qui deviennent de véritables traditions, perdurant même entre les guerres, est non seulement de se garantir un parcours moins brutal, ne plus avoir à réquisitionner directement chez les sujets tout ce qu'il fallait ou à trouver comment le produire sur les domaines ou dans les ateliers royaux. Pour former ces marchés, il fallait aussi déplacer quantité d'experts et de techniciens en écriture, qui déposaient ensuite leurs précieux recueils des créances et des dettes dans des temples ou des palais, en attendant les moments où en échange des doubles des tablettes, les marchands viennent y prendre les biens collectés en impôts, eux-mêmes comptabilisés en bonne et due forme, en fonction de recencements périodiques des ressources des possessions royales et impériales, recensements donnant lieux à des conflits importants sur les montants et la nature des impôts. Tout un système s'est mis en place, parfois détruit, toujours remis en fonction lorsque le même besoin royal ou impérial d'approvisionnements revient. Les échanges s'effectuent au rythme d'une économie qui n'an rien d'effréné, réglé sur le rythme des saisons, avec des périodes décrétées de collecte des impôts et des remboursements des dettes. Cela se fait également à petite et à grande échelle, suivant la taille des royaumes ou des empires et les biens qui circulent le font généralement sur de grandes distances (caravanes de marchands), dans une économie où l'autosuffisance dans les campagnes est la règle. Lors de l'urbanisation, les marchés gonflent d'importance, comme d'ailleurs les armées...

    David GRAEBER lui-même reconnait que cette théorie a tout de même des difficultés à s'imposer face à pratiquement l'ensemble de l'économie politique, qui, suite à Adam SMITH, dénie tout rôle moteur à l'Etat. "L'absence de grand récit, écrit-il, posait particulièrement problème aux penseurs de la théorie étatique de la monnaie. Des monarques qui établissent des impôts pour créer des marchés dans des territoires conquis ou qui cherchent ainsi à payer leurs soldats, ou à s'aquitter d'autres fonctions de l'Etat - ce genre d'histoire n'a rien de bien exaltant. Quant aux idées allemandes sur la monnaie comme incarnation de la volonté nationale, elles n'avaient guère de succès dans leur pays".

 

         Mais la succession de crises financières de plus en plus importantes, menant d'ailleurs à des guerres de plus en plus importantes, "permettent" à d'autres penseurs de concevoir de plus en plus la monnaie comme très liée aux problèmes du crédit et de l'Etat. La conclusion de travaux sur les archives bancaires de Mésopotamie amène par exemple John Maynard KEYNES lui-même à s'ouvrir beaucoup plus à la position chartaliste. il expose cette conclusion au tout début de son Traité sur la Monnaie :

"L'Etat intervient donc au départ comme autorité juridique imposant le paiement de la chose qui correspond au nom ou à la description spécifiées dans le contrat. Mais il intervient doublement quand il revendique aussi le droit de déterminer et déclarer quelle chose correspond au nom et de modifier sa déclaration de temps à autre - autrement dit, quand il revendique le droit de réviser le dictionnaire. Ce droit est renvendiqué par tous les Etats modernes, et l'a été depuis quatre mille ans au moins. C'est quand ce stade de l'évolution de la monnaie a été atteint que le chartalisme de Knapp - la doctrine selon laquelle la monnaie est avant tout une création de l'Etat - se concrétise pleinement (...). Aujourd'hui, toute monnaie civilisée est incontestablement charlatiste." Dans le commentaire de la position de KEYNES, David GRAEBER écrit que "cela ne signifie pas que l'Etat crée nécessairement la monnaie. La monnaie, c'est le crédit, elle peut naître d'accords contractuels privés (par exemple des prêts). L'Etat se limite à faire respecter l'accord et à imposer le cadre juridique. Keynes poursuit donc par cette autre assertion spectaculaire : ce sont les banques qui créent la monnaie, et elles peuvent le faire sans aucune limite intrinsèque, car, quelle que soit l'ampleur de ce qu'elles prêtent, l'eprunteur n'aura d'autre choix que de remettre l'argent dans une banque ; par conséquent, du point de vue du système bancaire dans son ensemble, le montant total des débits et des crédit s'annuleront toujours. Les conséquences étaient revolutionnaires, mais Keynes lui-même ne l'était pas. Au bout du compte, il prenait toujours soin de cadrer le problème d'une façon réintégrable dans l'économie admise de son temps."

 

         D'autres chercheurs en économie, poursuivant dans une lancée appelée "néo-keynésienne" vont plus loin. Certains comme Michel AGLIETTA et André ORLÉAN, avec leurs collaborateurs, et plus récemment Bruno THÉRET en France, Randall WRAY et Stéphanie BELL aux Etats-Unis, Geoffrey INGHAM en Grande Bretagne, Michel HUDSON et d'autres membres de l'ISCANEE (international Scholars Conference on Ancient Near-Eastern Economies, "Réunion internationale de chercheurs sur les économies du Proche-Orient antique") élaborent ou reprennent une Théorie de la dette primordiale. Dans laquelle toute tentative de séparer politique monétaire et politique sociale est en dernière ananlyse une erreur. Depuis toujours, ces deux politiques n'en font qu'une. Les Etats utilisent les impôts pour créeer de la monnaie et ils peuvent le faire parce qu'ils ont en tutelle la dette mutuelle de tous les citoyens les uns envers les autres. Cette dette est l'essence de la société. Elle est antérieure,et de loin, à la monnaie et aux marchés. Monnaies et marchés sont de simples moyens de la morceler.

 

         Divers autres auteurs alimentent une pensée économique qualifiée de néochartalisme, souvent en dehors de l'orthodoxie universitaire. Warren MOSLER le fait grâce à son expérience de financier américain et l'appelle soft currency economics (science économique de la monnaie douce). Le professeur australien Willima MITCHELL le fait en recherchant les conditions du plein emploi, et l'appelle Modern Monetary Theory (Théorie Monétaire Moderne ou MTT). Larry Randall WRAY, déjà cité, le fait en redécouvrant les travaux de KNAPP, via KEYNES, et l'appelle Neachartalsm, mais reprend plus tard à son compte le terme Modern monetary Theory avec les autres économistes, professeurs américains l'ayant rejoint. A noter qu'ils s'inspirent tous peu ou prou, lorsqu'ils vont au-delà des débats bien concrets sur les politiques monétaires contemporaines, avec des applications politiques immédiates, d'ap^proches anthrpologiques sur la monnaie. Loin d'un certain enfermement de la théorie économique autour de préoccupations mathématico-financières et boursières, ils entreprennent une approche pluridisciplinaire qui renoue de plus avec des préoccupations sociales bien oubliées des milieux institutionnels aujourd'hui, surtout aux Etats-Unis. il semble que l'appellation de ce jeune courant de pensée (initié dans les années 1990) formé de la fusion de différentes approches semblables se stabilise autour de la Modern Monetary Theory (A noter l'ouvrage intéressant à cet égard, publié chez les Editions In Librio Veritas en 2013, Devise, l'irrésistible émergence de la monnaie).

Ils se nourrissent également de la pensée de précurseurs ayant fait en leur temps la redécouverte des trouvailles de KNAPP, comme Abba Ptachy LERNER (1903-1982) en poursuivant la quête de stabilité économique de KEYNES (Voir The Concept of Monoply and the Measurement of Monopoly Power, dans The Review of Economic Studies, volume 1, n°3, 1934).

 

     Selon les auteurs de la théorie de la période datant des années 1990, le sentiment d'être en dette s'est d'abord exprimé à travers la religion et non par le biais de l'Etat, dans le processus de mise en confiance des acteurs autour de la régulation des dettes.  AGLIETTA et ORLÉAN se sont concentrés pour le prouver sur certaines oeuvres de la littérature religieuse sanscrite la plus anciennes : les hymnes, prières et poèmes réunis dans les Vedas, et les commentaires sur le rituel composés au fil des siècles suivants, les Brahmanas, fondement de la pensée hindouiste. Ces texte constituent les toutes premières réflexions historiques connues sur la nature de la dette. De son côté, Charles MALAMOUD apporte des précisions essentielles sur les ressorts moraux de la dette, sur ce fameux sentiment d'une dette primordiale ou fondamentale, dont le partage fonde chez les acteurs sociaux concernés la confiance envers le système monétaire progressivement mis en place.

C'est en fin de compte autour du véritable entrelac des dettes et des créances qui se fait, sous l'égide de la religion, ce sentiment d'appartenance à un Etat ou à un Empire, entités qui n'ont pu se passer longtemps de l'autorité "divine". 

Dans de nombreux textes fondateurs des religions monothéistes figurent des réflexions, des paraboles et des prescriptions de plus en plus précises sur la dette et le prêt. 

 

ECONOMIUS

 

David GAEBER, Dette, 5000 ans d'histoire, Les Liens qui Libèrent, 2013.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by GIL - dans ECONOMIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens