Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 14:01

     L'énergie nucléaire, énergie la plus récemment domestiquée (entièrement?) par l'homme, connue après la découverte de la radioactivité à la fin du XIXe siècle, n'est développée pour le tissu industriel et pour l'économie en général, qu'après les premières utilisations militaires (Bombes atomiques). La possibilité de maitriser la réaction en chaîne atomique à des fins de production énergétique ne concerne que la production d'électricité dans un premier temps, suivie de peu par d'autres applications (dont médicales et propulsions de sous-marins). Sa croissance globale, depuis les années 1950, en URSS, aux etats-Unis, en France et au Royaume Uni lui permet d'assurer de nos jours 15% de l'électricité produite dans le monde, soit presque autant que les centrales hydroélectriques développées elles, dès le premier tiers du XIXe siècle. En 2005, seuls 31 pays disposent de centrales électronucléaires. Plusieurs d'entre eux, pour des raisons relatives à la sécurité et (mais pour une moindre part) d'environnement, qui maitrisent cette énergie, ont décidé récemment de l'abandonner. Mais la construction de centrales nucléaires se poursuit dans les nouveaux pays développés comme la Chine et l'Inde, et l'énergie nucléaire est encore considérée à la fois pour son prestige, son couplage à un appareil militaro-industriel et ses potentialités fortes (en comparaison d'autres sources de production d'électricité).

   Michel BATTIAU, à la suite de beaucoup d'autres auteurs, constatent que "la filière électronucléaire relève de la haute technologie à tous les stades, qu'il s'agisse de conditionner les matières fissiles qui seront introduites dans le réacteur et que l'on désigne souvent du terme de "combustible" par analogie avec les centrales thermiques classiques alors qu'il n'y a pas de combustion au sens propre du terme, ou de piloter la centrale et de gérer les déchets. La grande majorité majorité des centrales actuellement en service utilisent de l'uranium qualifié "d'enrichi", parce que l'on y a artificiellement augmenté la proportion de l'isotope 235." Il y a donc avant même son introduction dans le réacteur, à l'instar d'une distillation du pétrole burt, des opérations complexes, situées en amont de l'industrie nucléaire. "Les usines d'enrichissement revêtent un caractère sensible dans la mesure où à l'aide des mêmes techniques on peut produire de l'uranium très enrichi susceptible d'être utilisé à des fins militaires." 

"La complexité de la filière rejaillit sur ses caractéristiques économiques. Elle est co^teuse en investissements car il est évident qu'il est préférable de construire des centrales de grande capacité pour amoortir les coûts fixes entrainés par la mise en place de tous les dispositifs de surveillance, de pilotage et de protection des instllations, etc. La compétitivité économique du KWh nucléaire prête à discussion car tout dépend des coûts des combustibles brûlés dans les autres grandes familles de centrales thermiques, à savoir celles qui utilisent le charbon ou les hydrocarbures. Pour ces centrales dites à flamme le prix du combustible est l'élément crucia d'autant qu'il pourrait encorre être majoré s'il fallait prendre en compte l'achat éventuel de quotas de carbone au cas où la législation deviendrait contraignante dans ce domaine.

Dans le cas du nucléaire le prix de l'uranium est un élément de beaucoup plus faible importance. L'essentiel des coûts est représenté par le montant des investisssements nécessités par la construction de la centrale et de tout ce qui l'entoure. L'amortissement de ces investissements est évidemment fonction de la durée de vie estimée de la centrale. Il faut aussi tenir compte d'une autre donnée économique qui est ce que l'on appelle le taux d'actualisation. Si l'on veut comparer deux possibilités d'investissements, il faut faire la somme de tous les revenus qu'ils sont susceptibles de produire au fil du temps. Quand on fait la somme de tous les revenus attendus, il faut les minorer en fonction des délais nécessaires pour leur obtention (...). Une autre quastion qui suscite les débats est évidemment celle du coût de la gestion des déchets (ceux-ci ayant des durées de vie parfois très longues...) et des frais entrainés ultérieurement par le démantèlement des centrales parvenues au terme de leur exploitation. Des provisions sont en principe constituées à cet effet mais il est bien difficile d'en fixer le montant réellement nécessaire s'agissant d'opérations qui interviendront dans plusieurs décennies. 

L'énergie nucléaire apparait en tout étant de cause comme une filière très capitalistique qui ne peut être le fait que de grandes entreprises technologiquement évoluées et capables d'investir à très long terme. Leur potentiel financier et technologique en fait des acteurs puissants de la promotion de cette énergie. . La conscience de vivre une grande aventure technique et scientifique où de nouveaux développement encore plus prometteurs apparaissent sans cesse possibles est un élément très mobilisateur pour tous ceux qui s'engagent dans cette aventure. Cela développe une culture de la performance dont il ne fait pas sous-estimer l'importance et les dangers si elle conduit à trop de confiance en soi. De ce point de vue l'existence d'autorités de contrôle extérieures au monde des acteurs directs de la filière apparait incontestablement comme un contrepoids indispensable et ce dans l'intérêt même de cette sources d'énergie car cela permet d'éviter les imprudences dont les conséquences se retournent ensuite contre elle."

Si l'auteur, par cette présentation bien ampoulée fait référence aux multiples accidents nucléaires plus ou moins graves et aux incidences sur l'environnement, sans doute faut-il avoir un point de vue plus critique. L'énergie nucléaire est sans doute une énergie dont la nature est bien plus lourde de menaces que les énergies qui l'ont précédé. Nous ne savons pas encore maitriser la radioactivité (et même les théories physiques ne sont pas très affinées encore pour le permettre) et la prise de risques sur l'ensemble des sociétés, sur l'humanité et même sur la vie donne parfois le vertige.  Mais comme les calculs économiques actuels sont des calculs à court terme, et que les décisions sont prises sous le feu de l'urgence d'une compétition qui est aussi militaire, les conséquences à moyen et long terme ne pèsent pas très lourds sur les décisions de développer cette énergie.

 

   Michel BATTIAU met justement en perspective, avec l'étude historique de cette filière, les succès et les revers de l'énergie nucléaire dans les cinquante dernières années. Sans remonter aux conflits entre alliés dans la course aux savants atomistes, dont ceux conservés par l'Allemagne nazie, il décrit certaines péripéties, depuis les années 1950 :

- Après le coup d'envoi en 1953 par le Président Eisenhower (discours "Atome for peace"), le développement de la filière nucléaire débute. Les Américains possdèdent alors la maitrise de toute cette filière et espèrent vendre au reste du monde leur technologie tout en contrôlant ses possibles applications militaires. ils emploient alors pour deux types de centrales de l'uranium enrichi et de l'eau lourde, laquelle sert à la fois de modérateur pour une réaction nucléaire contrôlée et de fluide caloporteur. Ces réacteurs REP (Réacteurs à Eau Pressurisée) constituent le premier d'entre eux. Mais au point par General Electric, cet entreprise l'oppose au réacteurs REB (Réacteurs à Eau Bouillante) de la firme concurrence Westinghouse

L'avantage des Américains résident alors dans le fait que la taille de leur marché intérieur permet de faire jouer les économies d'échelle (ce qui n'est pas propre à l'industrie énergétique d'ailleurs) grâce à la construction d'un grand nombre de centrale de même type.

- D'autres pays technologiquement évolués se lancent dans cette aventure dès les années 1950 et s'efforcent de développer leurs propres technologie : le Royaume Uni, la France, le Canada et l'URSS. Comme les trois premiers ne disposent pas de production d'uranium enrichi en quantités suffisantes et que les Américains refusent de le leur vendre, ils se tournent vers d'autres types de centrale, des centrales à uranium naturel qui tulisent d'autres dluides modérateurs et/ou caloporteurs.

Jusqu'en 1970, le Royaume Uni produit même plus d'électrcité nucléaire que les Etats-Unis grâce à ces centrales utilisant le graphite comme élément modérateur des neutrons et du gaz carbonique comme fluide caloporteur.

La France met en chantier des centrales techniquement différentes mais fonctionant selon le même schéma. Une vive rivalité met aux prises le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique) qui oeuvre pour de telles centrales et EDF qui préfère pour des raisons économiques les modèles américains. Ce conflit est finalement arbitré au sommet de l'Etat sous la présidence de Georges POMPIDOU en faveur d'EDF. Cette technologie est progressivement "francisée", car les firmes françaises qui l'acquièrent la perfectionnent. Dans la terminologie française, les centrales à uranium naturel sont qualifiés de "première génération". Celles dérivées des filières amréricaines formenk-t la '"seconde génération", formule trompeuse car il n'y a pas de filiation technologique pure entre elles. La France espère reprendre le leadership technologique (car beaucoup de ces ingénieurs estiment que les premiers travaux de la radioactivité des CURIE donnent à la France la figure de pionnière en la matière, figure qu'elle avait encore en 1939...) en étant la première à lancer à grande échelle une "troisième génération" qui aurait été celle des surgénérateurs (surrégénérateurs en fait, mais le mot est passé dans le langage...). Des centrales qui, par irradiation d'uranium 238 produisent du plutonium 239 supérieur à l'uranium 235 (ou du plutonium 239), pour faire fonctionner le réacteur. Un protoype est lancé, Phénix, suivi d'une centrale destinée à valider en grandeur réelle cette filière, SuperPhénix, à Creys-Malville, utilisant le sodium comme fluide caloporteur. Connectée au réseau en 1986, malgré les oppositions écologistes, elle connait de très nombreux problèmes techniques. Finalement le pouvoir politique, en 1997 (Lionel JOSPIN) arrête el fonctionnement de cette centrale, répondant à la demande du parti écologiste, partie prenant alors de sa majorité parlementaire.

L'Union Soviétique se lance également dans la construction de centrales en développant ses propres filières. Les centrales font alors appel à de l'uranium enrichi et emploient également de l'eau sous pression. La plus grande différence par rapport à celles construites dans les pays à économie de marché est le fait que le bâtiment contenant le réacteur n'est pas logé dans une enceinte de confinement, qui représente une précaution coûteuse mais précisuse. La confiance aveugle dans la technologie au sein d'un Etat où toute forme d'opposition est bannie l'amène à négliger cette disposition dont l'absence est finalement catastrophique.

- Ce sont finalement les filières à eau pressurisée et bouillante qui se sont imposées de par le monde. La première des seux représentait en 2005, près de la moitié des réacteurs en service dans le monde. Si l'on ajoute les réacteurs à eau bouillante et ceux construits pas les Soviétiques selon leurs propres technologies, on atteint 85%. Ces filières ne sont plus dominées de manière écrasante par des firmes américaines. La firme française Areva, la firme russe Rosatom, figurent parmi les plus grands acteurs mondiaux dans cette industrie de même que les japonaises Hitachi, Mitsubishi ainsi que Toshiba qui a repris les activités nucléaires de Westinghouse en 2006. 

- Si dans les années 1950 et 1960, les centrales sont construites uniquement dans des pays technologiquement développés, dans les quinze années suivantes, le nombre de pays producteur double et dans les années 1970 puis la première moitié de 1980, le nucléaire se développe aussi dans des pays peu pourvus en énergies fossiles (Belgique, Suède, Suisse) , puis ensuite, dans des pays qui rejoignent l'ensemble des pays développés dans tous les continents (notamment Chine, Brésil, Mexique, Afrique du Sud...). Si dans les années 1990 et 2000 moins de centrales se construisent, la montée en charge des centrales construites dans les années précédentes augmente fortement la production d'éléectricité d'origine nucléaire. 

- Le premier choc pétrolier de 1974, encourage les initiatives des Etats dans ce sens. En France plus qu'ailleurs, notamment en proportion, car en 1986, elle assure 20% de la production mondiale. 

- A l'inverse, une série d'accidents nucléaires spectaculaires - Three Mile Island aux Etats-Unis en 1979, Tchernobyl en Union Soviétique en 1986 et tout récemment au Japon (le tsunami balayant les centrales), freine de nombreux programmes de développement de l'industrie nucléaire, même si l'effet de certains coups d'arrêts ne se fera sentir que plus tard. L'énergie nucléaire a connu aux cours des années récentes une expansion très rapide dans les pays nouvellement industrialisés ou "émergents". Entre 1986 et 2005, la production cumulée de la Chine, de l'Inde, de la Corée du Sud et de Taïwan est passée de 60 milliards de kWh à 259 milliards, soit de 4% du total mondial à près de 10%.

    Notre auteur poursuit, après avoir détaillé ce qui différencie l'organisation de la filière nucléaire dans différents pays, sur la situation actuelle :

"Le contexte actuel est en un sens plus que jamais celui de la controverse. Les opposants au nucléaire qui surfent sur l'essor des mouvement écologiques (comme si, dirions-nous les mouvements éconogiques n'avaient pas été traversé dès le début par une opinion anti-nucléaire) insistent évidemment avec d'autant plus d'ardeur sur les risques issus de cette filière que les attentats du 11 septembre 2001 ont engendré de nouvelles inquiétudes. Les centrales actuelles, les centres de stockage des déchets radioactifs seraien-ils à même de résister à des actions terroristes de ce type? D'un autre côté les partisans du nucléaire ont trouvé un nouvel argument dans la mesure où le nucléaire est un moyen de produire de l'électricité en émettant beaucoup moins de faz à effet de serre que par l'utilisation des carburants fossiles. C'est lors de sa construction que la centrale électronucléaire provoque des rejets de CO2 (gaz carbonique), par le biais de la fabrication et de l'acheminement des matérieux nécessaires." L'auteur ne mentionne pas l'eau des fleuves ou des lacs nécessaires au refroidissement des centrales et les rejets dans les cours d'eau d'eau chaude, mais de toute façon "la liste des arguments pour ou contre pourrait être allongée indéfiniment." "En fait la principale question revient à choisir entre les types de risques qui semblent les plus insupportables par une société car aucune solution n'en est complètement exempte". (...) "L'un des effets heureux de ces controverses est qu'elles incitent les acteurs de la filière nucléaire à rendre leurs installations encore plus fiables puisqu'ils se savent exposés à de vives critiques à la moindre défaillance. C'est dans ce contexte qu'Areva, l'acteur majeur (de la filière dans le monde entier) s'efforce de vendre son réacteur dit de la troisième génération, l'EPR (European Pressueized Reactor). Il ne s'agit pas à proprement parler d'un nouveau type de centrale mais d'une amélioration de la filière à eau pressurisée. (...) le premier réacteur de type EPR, commandé en 2003, actuellement en construction en Finlande, devait entrer en service vers 2010-2011. En fait, des retards sur le chantier dus à des problèmes de génie civil" , joints à des oppositions sur la politique énergétique ne permettent pas actuellement de dire quand et si elle fonctionnera. Un réateur de ce type devrait être construit à Flamanville, en France.

"Le nucléaire ne réunit pas sur son nom le consensus unanime que l'on observe, du moins dans les déclarations officielles, à propos des énergies renouvelables. Il faut rappeler que ces controverses se rerouvent à l'échelle de l'Union Européenne puisque la politique des différents pays vis-à-vis du nucléaire est extraordinairement contrastée allant du bannissement à une préférence affichée. Une structure communautaire existe dans le domaine nucléaire. (La Communauté européenne de l'énergie atomique, Euratom) est issue d'un traité signé à Rome en 1957, (...) en même temps que celui créant le "Marché commun". Mais l'Euratom, qui devait créer un marché commun du nucléaire 'na jamais exercé le rôle essentiel que lui conféraient les textes. Ils donnaient en effet à la communauté des compétences aussi bien pour développer la recherche dans ce domaine que pour veiller à l'approvisionnement équitable et régulier des membres en minerais et combustibles nucléaires. Un centre de recherche nucléaire placé sous l'égide d'Euratom a certes été édifi à Ispra, dans le nord de l'italie, mais il demeure une structure d'importance très modeste. (...)".

   Michel BATTIAU souligne longuement les perspectives à long terme dont nous pouvons citer :

- la mise au point de surgénérateurs de "quatrième génération", tirant les leçons des difficultés de fonctionnement de Superphénix. "Cette nouvelle filière apparait particulièrement complexe mais son avantage principal est en quelque sorte de supprimer le problème des réserves d'uranium puisqu'elle permet de valoriser l'isotope 238 qui constitue 99% du matériau estrait du sous-sol, sans compter que l'on peut aussi tirer parti du thorium qui contient lui aussi un isotope fertile.

- l'utilisation des centrales pour produire autre chose que de l'électricité : la production de vapeur à très haute température peut servir à l'exploitation de gisements d'hydrocarbures lourds.

- la production de l'énergie non à partir de la fisson des atomes mais de leur fusion (sur le modèle des bombes thermonucléaires), qui dégage énormément plus d'énergie. Les partisans de cette filière, à condition que l'on parvienne à amorcer une fusion et à l'entretenir de manière contrôlée, opération délicate, "avancent le fait que la fusion dégage moins de particules radioactives que la fission et que, puisqu'elle est difficile à obtenir, elle ne risque pas de s'emballer. Le moindre incident devrait conduire à son interruption." Les difficultés sont considérables et une grande partie du monde de la physique se passionne sur les essais, dans des centres de recherche, de plasma ou de champs magnétiques, comme dans le centre de Cadarache en France, de Culham en Grande Bretagne. Des centres de plus en plus grand sont consacrés à cette recherche : le projet ITER (international Thermonuclear Experimental Reactor)  est concç pour tester la faisabilité d'un processus de fusion. 

 

      Dominique FINON, directeur de recherches au CNRS et directeur du Laboratoire d'Analyse économique des Réseaux et des Systèmes énergétiques (qui regroupe trois équipes d'EDF Recherche et Développement, du CIRED-CNRS et de l'université Paris-Sud), analyse la force et l'inertie de la politique nucléaire française, co-évolution de la technologie et des institutions.

"L'industrie électrique française est présentée comme l'exemple de la maitrise économique et industrielle de la technologie électronucléaire. Une soixantaine de réacteurs ont été construits entre 1970 et 1998 et produisent 80% de l'électricité du monopole électrique national à un coût compétitif : un cycle du combustible complet a été développé ; l'insdustrie nucléaire française se positionne aussi en leader sur le marché mondiale et la recherche-développement nucléaire reste très active. Dans les autres pays industriels, les coûts ont connu des hausses radicales et les entreprises électriques ont dû limiter leurs investissements trop risqué en équipements nucléaires dans un contexte rendu difficile et incertain par les contraintes d'acceptation sociale de la technologie." Cette présentation indique au moins deux choses : la France est la seule qui dépende à ce point de l'électricité d'origine nucléaire et le consensus sur cette énergie, s'il a jamais existé dans la société prise globalement, est mis à mal pour de multiples raisons.

"Cette réussite est attribuable à l'existence d'une configuration institutionnelles appropriée pour accompagner les apprentissages technologiques associés à toute innovation radicale, complexe et de grande taille portant sur un horizon lointain : un soutien politique fort, l'existence d'un monopole électrique national doté d'une capacité d'ingénierie importante, une industrie de construction électromécanique concentrée bénéficiant du monopole des commandes publiques, une agence publique de R&D fortement légitime, un mode de contrôle de la sûreté nucléaire imbriqué dans les organismes de promotion. Mais le pari n'était pas nécessairement gagné puisqu'en Grande-Bretagne, un système national d'innovation (SNI) nucléaire de caractéristiques voisines a conduit à un fiasco industriel. 

La question du devenir du SNI nucléaire français se pose pour plusieurs raisons : étant donné la jeunesse du parc des réacteurs, le besoin d'équipement et de technologies pour la production électrique française est très limité d'ici 20 ans ; le marché mondial des réacteurs est probablement peu actif jusqu'en 2015-2020 malgré les apparences ; comme les institutions politiques et juridiques de la plupart des démocraties industrielles ont laissé remonter la controverse sur la technologie nucléaire et sur les implantations de réacteurs au sein de l'Etat, de même les institutions politiques françaises ont évolué et autorisent désormais la confrontation des points de vue sur les choix technologiques, industriels et économiques, choix qui contraint un peu plus la relance des investissements nucléaires, comme le montre l'exemple britannique depuis 1990." Pour un peu, on pourrait penser que l'auteur considère les institutions démocratiques comme un obstacle à un certain développement technologique...

"Mais la France a choisi de se démarquer de ce mouvement en maintenant l'essentiel de la structure monopoliste de son industrie électrique pour présenter son option nucléaire. Les performances technologiques  et industrielles passées entretiennen la "dépendance au sentier" institutionnel. Mais, face au risque d'isolement et à la globalisation des industries électromécaniques, les stratégies et les relations entre acteurs du SNI nucléaire français ont dû évoluer. Les décisions sont désormais négociées entre grands acteurs et font l'objet de plus de discussions dans la sphère publique ; la poussée technologique ne peut plus s'exercer de façon aussi puissante en raison des contrepoids sociaux."

  Avant une présentation en détail des conditions du développement de la filière nucléaire qui ne manque pas d'intérêt en soi, l'auteur se livre à émettre les éléments de cadrage analytique, qui peuvent être utile de manière générale, pour comprendre les tenants et aboutissants techniques et sociaux.

"En se situant dans le cadre conceptuel de l'économie évolutionniste et institutionnaliste du changement technique, l'analyse de l'évolution d'un SNI sectoriel le long d'un cycle de vie d'un secteur peut s'adosser à l'hypothèse de co-évolution entre la technologie et l'organisation industrielle. Au cours du cycle de vie d'une technologie il existe des effets de rétroaction qui engendrent un processus cumulatif orientant le changement technologique et organisationnel dans une direction donnée quand la technologie est exigeante en ressources de compétences, de capitaux et en durée. Les techniques émergent de formes d'organisation spécifiques, mais une fois en place, elles contribuent à entretenir la dynamique de ces formes d'organisation. Cette cohérence entre technologie et organisation industrielle s'efface lorsque le progrès des techniques ralentit ou stagne, que les besoins ne se renouvellent pas et lorsque change l'environnement économique et social de l'industrie qui a accompagné la diffusion de ces techniques.

Dans le cas des technologies de production électrique et des réseaux électriques, le déroulement de la trajectoire technologique est orientée depuis l'origine vers la croissance des tailles, la recherche d'économies d'échelle et l'amélioration des rendements. Cette trajectoire a été déterminée par l'organisation de l'industrie en monopoles intégrés. Il permettait le contrôle des risques d'investissement et la répartition des coûts de mise au point entre tous les consommateurs d'électricité via les tarifs. En retour la dynamique technologique a consolidé cette forme d'organisation et nécessité le développement de relations étroites entre équipementiers et entreprises électriques.

Au plan institutionnel, comme tout développement technique qui exige la mise en place de réglementations et d'institutions de contrôle pour organiser l'insertion des nouvelles technologies dans le marché (standards industriels) et assurer la sécurité de leurs usages, l'électronucléaire a été façonné par la "matrice" institutionnelle de chaque pays. Les styles administratifs déterminent la façon dont les fonctions de l'Etat sont organisées et séparées entre politique industrielle et promotion technique d'un côté et réglementation des techniques  de l'autre. Cette organisation institutionnelle est conditionnée par l'environnement politique et juridictionnel qui suscite le plus souvent une séparation de fonctions antagoniques, comme cela a été le cas de la plupart des pays industrialisés dans le domaine nucléaire au début des années 1970 entre promotion technique et regulation de la sûreté. La montée de l'opposition environnementaliste et des controverses technologiques autour de certaines innovations a entrainé l'ouverture politique et institutionnelle des processus décisionnels et réglementaires. le décollage d'une nouvelle technique peut en être ralenti, voire enrayén comme dans le cas du nucléaire dans de nombreux pays."

    Avant de poursuivre ce qu'écrit notre auteur, il convient tout de même de remonter à ce qu'il dit lui-même plus haut sur l'alimentation de la vie de la filière, à savoir les progrès constants dans la technique. Or au moins sur deux plans, la filière nucléaire souffre d'hadicaps majeurs. Comme l'ensemble de la communauté des physiciens en convient et même parfois  le souligne, aucun progrès notable depuis la Seconde guerre mondiale n'est intervenu dans la compréhension de la fission ou de la fusion, et surtout aucune avancée technologique n'existe dans la stabilisation des matériaux radioactifs. Transformer un élement radioactif en élement non-radioactif, au bout d'un processus d'exploitation de l'énergie dégagée reste un vieux rêve, comparable à celui de la transmutation du plomb en or des alchimistes. Or, une condition radicale du développement de l'utilisation de l'énergie nucléaire réside dans ce progrès tant attendu. Le problème des déchets n'en est que plus lancinant, car les périodes de radioactivité se chiffrent souvent en milliers d'années... Par ailleurs, tous les progrès de sûreté des centrales se situent dans des efforts constants de confinement de la réaction nucléaire et de la protection de l'environnement immédiat, mais cela même dans des proportions relativement modestes, ce qui obèrent les conditions de travail (et donc de vie même, vu la nature du matériau utilisé) de tous les personnels travaillant dans une centrale (du technicien en contact avec les matières radioactives aux pilotes de la centrale). Un des éléments-clés de cette contestation dont l'auteur semble se plaindre se trouve donc dans les lenteurs mêmes de la recherche scientifique dans le domaine nucléaire...

    "L'organisation en monopoles électriques régionaux ou nationaux a donc favorisé le développement de la technologie électronucléaire qui constitue un approfondissement sugnificatif de l'intensité capitalistique du secteur en permettant aux entreprises électriques de s'engager dans de grands investissements risqué et à long terme de retour. Mais dans les années 1980, l'émergence de la turbine à gaz moins "capital intensive" sous l'effet de la stagnation des autres techniques électriques et du blocage de la diffusion des techniques électronucléaires dans les pays industrialisés relâche le co-déterminisme en ouvrant les choix d'organisation industrielle. le mouvement de la libéralisation ds industries électriques qui répond à un changement radical de conception du rôle de l'Etat dans les industries de service public a été autorisé par ce changement technique concurrent de celui du développement électronucléaire.

Du fait de cette ouverture des possibles institutionnels, il peut y avoir inversion du déterminisme de l'organisation institutionnelle sur la technologie dans une dynamique de co-évolution de la technologie et de l'organisation industrielle et institutionnelles. De fait le déterminisme de la technologie sur les institutions s'est manifesté clairement lorsque la volonté de poursuivre sur cette trajectoire technologique a justifié la préservation de l'organisation industrielle et des institutions en place dans le secteur électrique. Ce déterminisme a pu jouer dans la mesure où l'organisation antérieure au plan industriel et réglementaire a fait preuve de son efficacité. Par contraste, là où il y a eu d'importants dysfonctionnements industriels dans la mise en oeuvre de la politique nucléaire comme en Grande-Bretagne, on n'a pas hésité à réformer radicalement les structures de l'insdustrie électrique pour introduire la concurrence, ce qui a détourné les entreprises vers des techniques concurrentes bien moins capitalistiques."

 

Dominique FINON, Force et inertie de la politique nucléaire française. Une co-évolution de la technologie et des institutions, dans Etats et énergie, XIXe-XXe siècle, Séminaire 2002-2006, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2009 ; Michel BATTIAU, L'élnergie. Un enjeu pour les sociétés et les territoires, Ellipses, 2008.

 

ECONOMIUS

 

 

 

Partager cet article

Published by GIL - dans ECONOMIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens