Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 13:32

  Hu Shi, ou Hou Che,philosophe chinois qui fait partie des penseurs libéraux influencés par le pragamatisme américain qui ont joué un grand rôle en 1919 dans le mouvement du 4 Mai, présente dans son oeuvre une pensée réformatrice et occidentaliste. Contrairement aux néoconfucéens, ces penseurs libéraux étaient convaincus que seules une plus grande scientificité de la pensée chinoise dans tous les domaines et une occidentalisation totale de la civilisation chinoise, alliées à l'adoption du libéralisme politique et d'un capitalisme contrôlé, permettraient à la chine de retrouver sa grandeur passée. Influencé par John DEWEY (qui est son professeur), il est le premier à préconiser une structure politique fédérale fondée sur l'autonomie des provinces plutôt qu'un système politique centralisé. Mais sa position s'est avérée vulnérable aux attaques à la fois du conservatisme traditionnaliste et des révolutionnaires radicaux, notamment marxistes. Ses écrits, autres que ceux qui portent sur l'éducation et la réforme littéraire,  n'ont pas de succès auprès du gouvernement nationaliste (qui établi un système de parti unique), pas plus d'ailleurs que parmi la plupart des intellectuels qui se convertissent de plus en plus au marxisme.

    Sa thèse de doctorat, effectuée aux Etats-Unis, The Development of the Logical Method in Ancient China, publiée à Sanghai en 1922, contient certains des thèmes qu'il développe amplemant par la suite. Dans Chinese Renaissance (Chicago, 1934) regroupement de conférences, il préconise l'usage de la langue parlée pour remplacée la langue écrite dans la littérature. Lorsqu'il envoie en 1917 à la revue La Jeunesse (Xin quingnian) un essai que l'on retrouve plus tard dans ce regroupement, il est pratiquement tout de suite devenu le "père de la révolution littéraire". Rentré en Chine, professeur à Pékin, il se distingue par une série d'essais dans lesquels il veut faire adopter des réformes pour moderniser le pays : l'émancipation de la femme ("ibsenisme"), l'emploi de méthodes pragmatiques et scientifiques dans l'étude des sciences humaines et dans la vie politique et sociale. Il joue un rôle de premier plan le 4 Mai 1919 sous la double bannière de "science et démocratie" et reste résolument opposé aux mouvements révolutionnaires, de droite ou de gauche. Il quitte d'ailleurs rapidement la rédaction, avec LU XUN, de la revue Nouvelle Jeunesse en 1920, en désaccord avec CHEN DUXIU, partisan d'une révolution politique et sociale.

Humaniste aussi bien que réformateur, HU SHI tente ensuite de retrouver dans le passé de la Chine des éléments qui appuient ses réformes "occidentales" : il développe sa thèse américaine pour en faire le premier volume (seul paru) d'une histoire de la philosophie chinoise (Zhongguo Zhexue shi dagang, 1919) ; il réhabilite les romans en langue vulgaire (Shuihu zhuan kaozheng, 1920, par exemple), écrit le premier volume (seul paru) d'une histoire de la littérature chinoise en langue vulgaire (Baihua wenxue shi, 1928) et publie une foule d'articles sur des sujets nouveaux qui ont considérablement stimulé les recherches ultérieures. Ces articles sont rassemblés ensuite dans Hu shi wencun (3 séries, 12 volumes, 1921-1926).

   Pendant toute sa carrière universitaire, il reste proche des pragamatiques américains. Il continue de traduire les écrits de John DEWEY et de ses proches, tout en gardant la même vicacité dans l'arêne politique.

Président de son collège de jeunesse, le Zongguo gangxue, en 1928-1930 (après être allé en Europe et retourné aux Etats-Unis), doyen de la faculté des lettres de l'université de Pékin de 1930 à 1937, il donne à ses écrits une tournure de plus en plus politique, de plus en plus en opposition avec les partis de gauche. Tout en gardant une certaine distance avec la Parti nationaliste (Guomingdang). Il appuie néanmoins certains aspects de leur politique et part comme ambassadeur de la République de Chine aux Etats-Unis (1938-1941). il est relevé de ses fonctions (sans explication officielle, mais personne ne doute des motifs...) en 1942, il retourne en Chine comme président de l'Université de Pékin (1946-1948). Il fuit l'arrivée des communistes en 1948 et gagne les Etats-Unis jusqu'en 1958, année où il est nommé président de l'Acamamia Sinica à Taïwan. Il y vit, à moitié exilé, jusqu'à sa mort. Les attaques dont il est l'objet en Chine (continentale bien entendu) indiquent que ses idées y trouvent toujours un écho (gênant pour les autorités chinoises).

    Ses oeuvres, non traduites en français, sont redécouvertes aujourd'hui, sans qu'ils aient, avec le temps, autant d'impact qu'auparavant. Les écrits politiques, notamment dans la Revue Nouvelle Jeunesse témoigne de la vivacité des débats pendant cette période charnière de l'histoire politique moderne chinoise.

 

 

Jerome B GRIEDER, Hu Shi and the Chinese Renaissance, Harward Univesity Prss, 1970, disponible à OPEN LIBRARY BOT, 2010, Intellectuals and the State in Modern China (Transformation of Modern China Series), Freepress, 1983. Werner MEISSNER, Réflexions sur la quête d'une identité culturelle et nationale en Chine, du XIXe siècle à aujourd'hui, dans Perspectives chinoises, 97/2006. 

Donald HOZMAN, Hu Shi, dans Encyclopedia Universalis, 2014.

Partager cet article

Published by GIL - dans AUTEURS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens