Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 14:38

             Bien loin des fanfares médiatiques et des conférences internationales qui brillent souvent par l'absence de résultats (nous nous demandons parfois si les représentants des Etats y croient vraiment...), des grandes déclarations aux mérites parfois très limités et des messes télévisuelles, des femmes et des hommes de tous horieons oeuvrent dans l'ombre pour la mise en place de processus de paix. Ce sont ces véritables ambassadeurs de la paix, parfois mandatés par des Etats ou des organisations internationales, parfois pas du tout mandatés, que le journaliste et écrivain met en scène. 

            Véritables seigneurs de la paix, ces gens discrets qui évitent la télévision, agissent, s'interposent, s'offrent en médiateurs. Depuis vingt ans - c'est la période que l'auteur couvre, grosso modo 1985-2005, malgré les drames, malgré les massacres de Bosnie ou du Rwanda, ils marquent des points, ils inventent une sorte d'art de paix sans précédent dans l'histoire humaine (en fait, il faudrait plutôt chercher...). Depuis la fin de la guerre froide, Roger FALIGOT les a suivis à la trace, comme le dit le quatrième de couverture de présentation du livre. Il les a interrogés. Il décrit ici leurs réseaux, leur obstination méthodique, d'Irlande au Pays Basque, des Balkans au burundi, au soudan, au Guatemala, au Sri Lanka, au Cachemire. Grâce à eux, la guerre recule, des guerres sont évitées parfois sans qu'on en sache rien. Et sans doute, beaucoup d'entre eux, par souci d'efficacité pour d'autres combats, souhaitent que nous n'en sachons rien... Pour l'auteur, le "surdimensionnement" des conflits au moyen-Orient, les attentats en chaîne à Jérusalem et Tel-Aviv ou à New York, Bagdad, Bali, Madrid ou Londres ou Paris, "ne peuvent plus occulter la progression des processus de paix à l'hiver 2005-2006, au moment où je termine ce livre". 

Ces femmes et ces hommes qui luttent pour la paix "ce sont surtout les petits, les obscurs, les sans-grade qui ont un rôle déterminant par leur entêtement, leur esprit imaginatif, leur pondération. Ceux que j'ai rencontrés, écrit encore l'auteur au début de son livre, ceux que j'ai suivis à la trace font partie de diverses tribus étonnantes ; les Norvégiens de la section "Paix et réconciliation", les émissaires de la communauté italienne Sant' Egidio, les brigades internationales de la paix, les Basques de l'organisation Elkarri, les savants du club Pugwash. Et enfin des individus lancés seuls sur le sentier de la paix : "le P'tit Curé de Belfast Alec Reid, l'ancien patron des services secrets de l'apartheid Neil Barnard, le condottiere français jean-François Deniau, le Chinois Hu Deping, champion de la liberté tibétaine, le préfet burundais Isaac Bujaba ou encore les Norvégiens Terje Rod Larsen et Mona Juul, Jan Egeland en Palestine, Erik Solheim au Sri Lanka..."  

     Plus loin que le récit de leurs activités, Roger FALIGOT esquisse les contours de phénomènes à étudier de près, comme le "cercle vertueux de la paix" en Afrique du Sud, la rencontre de responsables d'organisations de guérilla du temps de la guerre froide avec leurs adversaires les plus résolus, l'appel à des solutions de nature fédérale, décentralisées ou sous tutelles multiples.

"Quelles que soient les solutions à tous ces problèmes, une chose est sûre : il est impossible de comprendre l'action des seigneurs de la paix sans revenir à l'époque de la guerre froide et sur la façon dont la rivalité idéologique ne permettait pas, contrairement à ce que disaient ses protagonistes, d'engager les moyens nécessaires pour faire reculer la guerre. La promotion de la "paix", alors dépendante de l'équilibre des forces nucléaires n'avait rien de sincère. Elle constituait avant tout un prétexte pour affaiblir l'adversaire et non une stratégie pour réduire, sinon faire disparaître, les conflits armés."  Par ces phrases, l'auteur signale ainsi l'hypocrisie de nombreux plans, projets de paix dans une conflictualité globale qui ne laisse pas de place à de véritables processus de paix. Il ne faudrait pas laisser entendre, néanmoins qu'il n'existait pas de tentatives sincères ni de mouvements réellement désireux de promouvoir la paix, et souvent ceux qui le faisaient ne bénéficiaient pas bien entendu pas des couvertures médiatiques tonitruantes, même lorsque la discrétion n'entrait pas dans mode d'action... 

     A la fin du livre, le lecteur trouve des Textes d'accords et de traités de paix (Algérie, 1995 ; Guatemala, 1996 ; Kosovo, 1999 ; Irlande du Nord, 2005), après une chronologie : "La fin des conflits depuis 1988". 

     Ce livre, oeuvre d'investigation journalistique, donne une idée sans doute plus réaliste des différents conflits. Il n'y a pas que des seigneurs de la guerre à l'oeuvre...

 

      L'éditeur présente ce livre de la manière suivante : "Grâce à eux, la guerre recule. Eux, ce sont les "seigneurs de la paix". ils sont gens discrets. Ils évitent la télévision qui, elle, goûte la fureur et le sang. Mais ils agissent, ils s'interposent, ils s'offrent en médiateurs. Et depuis vingt ans, malgré les drames, malgré les massacres de Bosnie ou du Rwanda, ils marquent des points, ils inventent une sorte d'art de paix sans précédent dans l'histoire humaine. Depuis la fin de la guerre froide, Roger Faligot les a suivis à la trace. Il les a interrogés. Il décrit ici leurs réseaux, leur obstination méthodique, d'Irlande au Pays Basque, des Balkans au Burundi, au Soudan, au Guatemala, au Sri Lanka, au Cachemire... Il dresse le portrait de ces hommes de bonne volonté, pour la plupart des Européens, qui démobilisent les enfants-soldats, recyclent les ex-guérilleros, font vivre ensemble des clans naguère hostiles, aident à l'accouchement de nouvelles démocraties. Même le monde musulman, malgré la guerre d'Irak et le "Djihad" mortfère d'Al-Quaïda, subit des changements remarquables, en Algérie, au Liban, au Pakeistan, en Indonésie. Sur le théâtre israélo-palestinien, le sentier escarpé de la paix, amorcé à Gaza, épouse une nouvelle orientation. Grâce à Roger Faligot, l'odyssée des "seigneurs de la paix", racontée pour la première fois, nous apprend à décoder l'Histoire contemporaine. L'espoir est permis. Ce n'est pas affaire d'optimisme mais d'information."

 

  Roger FALIGOT (né en 1952), journaliste et écrivain, est également l'auteur d'une trentaine d'ouvrages (seul ou avec des coauteurs, notamment Rémi KAUFFER et Pascal KROP, chroniqueur à Rue89 (depuis 2007), est un spécialiste des service de renseignements français, étrangers et en particulier d'Extrême-Orient. Il a écrit ainsi : La Résistance irlandaise, 1916-1976 (Maspéro, 1977), Guerre spéciale en Europe (Flammarion, 1981), Services secrets en Afrique (Le sycomore, 1982), La Piscine. Les Services Secrets Français, 1944-1994 (avec Pascal KROP, Seuil, 1985), Le Marché du diable (avec Rémi KAUFFER, Fayard, 1995), Le Croissant et la croix gammée : les secrets de l'alliance entre l'Islam et le nazisme d'Hitler à nos jours (avec Rémi KAUFFER, Albin Michel, 2000), Histoire secrète de la Ve République (avec 7 journalistes, La Découverte, 2006), Les services secrets chinois, de Mao aux JO (Nouveau Monde éditions, 2008), La rose et l'eldeweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945 (La Découverte, 2009)...

 

Roger FALIGOT, Les seigneurs de la paix, Seuil, 2006, 429 pages.

 

Complété le 20 Février 2013

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens