Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 17:33

             Comme en réaction aux analyses marxistes qui placent les travailleurs-salariés comme véritables acteurs de la vie économique, une succession d'économistes poursuivent la réflexion du libéralisme en poussant encore plus loin l'élaboration d'un modèle d'équilibre fondé sur la rencontre entre une demande et une offre de biens et de services. Loin de tenter de contrer le marxisme sur le terrain socio-économique, les premières générations de ces économistes dits néo-classiques, il tente de "découvrir" des méthodes de calcul des quantités en jeu, voulant faire véritablement de l'économie politique la seule vraie science qui vaille. Dans cette tentative de mathématiser les relations économiques, beaucoup plus près donc de la micro-économie (très proche de l'entreprise) que de la macro-économiée (les évolutions d'ensemble), tout ce qui n'est pas de la "pure" économie est considéré comme externe. Externes sont donc les interventions de l'Etat, externes sont donc les dépenses militaires, externes sont les guerres. Il y a là quelque chose de paradoxal dans une époque où l'industrialisation va de pair avec un changement de nature des dépenses militaires, dans une période, du début du siècle jusqu'à 1945, où la guerre et l'économie de guerre prennent une place grandissante.

 

           Carl MENGER (1840-1921), le fondateur de la première école néo-classique ne pense pas pourtant que les mathématiques puissent faire avancer les sciences sociales et il se tourne plutôt vers la psychologie pour expliquer l'économie (valeur-utilité). Eugen von BOHM-BAWAERK (1851-1914) fait de son côté du capital du travail détourné (accumulé) et rejette même cette fameuse théorie des trois facteurs de production (la terre, le travail, le capital). Friedrich von WIESER (1851-1926) introduit la notion de valeur naturelle. En supprimant les inégalités des revenus, on retrouverait cette valeur naturelle des biens, les biens à forte utilité sociale auraient alors une valeur d'échange plus élevée, la production pourrait alors s'orienter vers les biens les plus nécessaires... 

Dans sa Théorie positive du capital de 1889, l'analyste autrichien Eugen von BOHM-BAWERK considère que l'intérêt du capital est rendu possible par le fait que les détours de production augmentent la productivité du travail, et il est rendu nécessaire par le fait de la dépréciation du futur. Il en arrive, comme l'explique Henri DENIS, à dire que la répartition est déterminée par la nécessité, en régime concurrentiel, de l'égalisation de l'offre et de la demande sur le marché du capital et sur le marché du travail. Même s'il s'efforce de ne pas présenter une vision naïve du processus de la concurrence, toutes ses analyses se focalisent sur les conditions d'égalisation de cette offre et de cette demande sur les deux marchés. Dans De l'origine et des lois de la valeur (1884) comme dans La valeur naturelle (1889), Freidrich von WEISER cherche à éliminer de l'analyse économique la notion même de coût de production en soutenant que le coût d'un bien se ramène toujours à la quantité d'un autre bien que l'on aurait pu produire à la place du premier. Portant un coup décisif à la pure doctrine libérale, il admet que l'Etat doit se donner pour but l'utilité sociale et prendre en main s'il le faut lui-même la production de certains biens, même si l'on suppose que la libre concurrence procure un "maximum de satisfactions" aux individus considérés isolément. Dans ses ouvrages ultérieurs (La théorie de l'économie sociale - 1913, La loi et la puissance - 1926), l'économiste formule une sévère critique du capitalisme libéral, soulignant l'importance prise par les monopoles, dénonçant les inégalités des revenus, critiquant jusqu'au libéralisme politique de se vider de sa substance par sa tolérance de ces inégalités. Il repousse le socialisme car il supprime le "suprême pouvoir de la concurrence".

    On sent bien, à travers tous ces écrits que les économistes ne sont pas insensibles aux critiques portées, notamment par les marxistes, au système capitaliste. Mais le refus de prendre en compte la lutte des classes et l'attachement à la libre concurrence, comme seule capable de "vraiment" créer des richesses orientent de plus en plus, surtout après eux, les économistes néo-classiques vers une vision de l'économie de moins en moins ancrée dans les réalités sociales.

 

          Ainsi William Stanley JEVONS veut renouveler l'économie politique en partant d'une nouvelle conception de la valeur d'échange, refusant de la lier au travail. "C'est un fait que le travail, une fois qu'il a été dépensé, n'a pas d'influence sur la valeur future d'un objet : il a disparu et est perdu pour toujours : nous devons toujours partir de zéro à chaque moment, et payer les valeurs des choses en considérant leur utilité future. L'industrie est essentiellement prospective et non rétrospective ; et il est rare que le résultat de quelque entreprise coïncide exactement avec les intentions premières de ses promoteurs". La nouvelle conception de la valeur d'échange est construite sur la notion d'utilité marginale. Il tire de ces considérations une loi de la proportionnalité des utilités marginales aux prix des produits, bardant sa démonstration de formules mathématiques. Les prix normaux des biens sont des prix qui satisfont à la condition de l'égalisation des utilités marginales pondérées. Il soutient alors qu'il n'y pas lieu à chercher ailleurs une explication des rapports d'échange ou des prix des marchandises (Henri DENIS). Malgré le caractère excessif de ses conclusions, le type d'argumentation qu'il utilise est couramment employé depuis. L'économiste anglais est tout entier préoccupé en fait par la recherche d'une interprétation du revenu du capital qui permette de réfuter les théories socialistes de l'exploitation. Il ramène le revenu du capital à un intérêt, le taux de l'intérêt étant tout entier déterminé par le rendement marginal du capital... L'historien de la pensée économique qu'est Henri DENIS est particulièrement sévère sur ce genre de théories : "...Jevons s'éloigne de la réalité dans un mesure importante. C'est malheureusement la même infidélité à l'égard du réel que l'on rencontre chez tous les auteurs néo-classiques de la fin du XIXème siècle, et chez la plupart de ceux d'aujourd'hui".

  Stanley JEVONS comme F Y EDGEWORTH (1845-1926) cherchent à introduire la valeur-utilité et le calcul en termes de plaisir et de déplaisir au centre de l'analyse économique. Contrairement à Carl MENGER, il font des mathématiques abstraites la base de l'économie. La théorie économique devenant pure mathématique, il n'est pas étonnant que la problématique de l'économie de guerre leur échappe totalement, tant les relations entre guerre et économie fait appel à l'introduction de facteurs sociaux dans la science économique. 

   Alfred MARSHALL (1842-1924) est le diffuseur de cette manière de comprendre l'économie. Ses Principes d'économie politique (1890)  remplacent peu à peu dans les universités anglo-saxonnes les manuels de John Stuart MILL. Il n'aborde pas la question de la guerre en économie. C'est seulement son disciple "révolté", John HOBSON,  qui se fait le premier théoricien de l'impérialisme. 

 

     Léon WALRAS (1834-1910) constitue une oeuvre qui est encore la bible du libéralisme et même du néo-libéralisme. Il établit l'interdépendance de tous les prix et de tous les revenus, les conditions et les mécanismes de l'équilibre général, le rôle de l'utilité dans la formation des prix et de la valeur d'échange et les modalités de la fixation du prix de la monnaie. Son successeur direct, Vilfredo PARETO, notamment à travers son Manuel d'économie politique de 1906, dégage une définition de l'optimum économique. Son système admet le plein emploi des forces de travail disponible ; on cherche en vain la place des dépenses d'armement ou des dépenses militaires dans un tel système. A C PIGOU (1877-1959), le successeur d'Alfred MARSHALL, fait intervenir dans son analyse l'utilité sociale à côté des utilités individuelles, et admet, et même recommande, l'intervention de l'Etat, mais dans L'économie du bien-être de 1924 par exemple, il écrit qu'élever artificiellement le taux moyen des salaires ne manquerait pas de créer du chômage ou d'aggraver le chômage existant. Autant dire que l'intervention de l'Etat ne constitue qu'un moindre mal, ce qui détonne dans une période d'extension tous azimut des interventions de ce dernier....

 

      L'ensemble des économistes de l'école néo-classique libérale s'entend pour éviter systématiquement toute référence aux dépenses de défense de l'Etat, tant chez J B CLARK (1847-1938), chez Edward H CHAMBERLAIN (1899-1967), et même chez une tendance socialisante représentée par Enrico BARONE 1859-1924) en Italie ou Albert AFTALLON (1874-1956) en France. Un courant important dans la tradition des ingénieurs économistes français participe au progrès de l'économétrie contemporaine. Même si ses principaux auteurs comme G DEBREU (Théorie de la valeur, une analyse axiomatique de l'équilibre économique - 1958) n'aborde pas les dépenses d'armement autrement qu'agrégés aux autres dépenses de l'Etat (et encore moins la guerre), plusieurs par la suite utilisent (comme Jacques FONTANEL) les outils ainsi élaborés pour tenter de cerner l'impact des dépenses militaires et leur place dans l'économie générale.

 

          Claude SERFATI, dans son étude sur les dépenses militaires et les théories de la croissance abouti au même constat : l'Etat a longtemps été absent des modèles de croissance néo-classique. "Le développement (récent) de la réflexion sur la notion de "bien public" (...) n'aboutit pas pour autant à leur prise en compte, encore moins à une tentative de mesurer leur impact dans le modèle de croissance néo-classique auquel Solow ouvre la voie. Les premiers travaux qui prennent en compte des dépenses publiques comme composante intégrée dans le modèle néo-classique, les théories de la croissance endogène sont récentes et visent à parer aux faiblesses fondamentales du modèles de Solow, l'une d'entre elles étant les conditions dans lesquelles la poursuite de la croissance à long terme état rendue possible (...).".

  Il suffit de rappeler la règle de base de la théorie néo-classique, l'hypothèse de productivité marginale décroissante du capital qui conduit, en l'absence de contre-facteurs, à un tarissement des sources de la croissance, pour s'en convaincre. "La croissance implique une accumulation de capital qui fait baisser sa productivité marginale, donc son rendement (...) jusqu'à l'annuler et mettre fin à l'incitation à investir. L'inclusion d'"externalités" dans les modèles de croissance permet de sauver les hypothèses du modèle néo-classique tout en étant capable de rendre compte de la croissance (et pas seulement de l'équilibre). En effet, l'existence d'externalités se situant par définition hors de la firme, est compatible avec l'hypothèse de productivité marginale décroissante des facteurs au niveau de la firme (...), clé de voûte du système. Or, parmi les externalités positives pouvant permettre une progression du Produit on trouve les biens collectifs (ou publics) produits par l'Etat." Claude SERFATI note au passage que cette notion de biens publics est assez imprécise. "En tout état de cause, la défense est traditionnellement considérée par les néo-classiques comme un des biens publics types et constitue l'exemple le plus fréquemment cité dans la littérature de ce courant. La défense est l'"output" et les dépenses militaires l'"input" qui fournit ce bien. Dans une représentation des biens publics selon leur "pureté" (la possibilité d'exclusion et l'importance du coût marginal figurent en abcisse et en ordonnée) un des manuels de base de l'économie publique (Stiglitz, 1986) présente la défense comme le plus pur des biens." 

     Dans l'ouvrage Economie  (1948) de Paul SAMUELSON et William NORHAUS, considéré comme deux économistes majeurs américains néo-classiques (quoique pour le premier les sources divergent un peu, le signalant parfois comme inspirer également par d'autres courants), les dépenses de défense possèdent un pouvoir stabilisateur ou déstabilisateur de l'économie, selon leurs évolutions en croissance ou en décroissance.

 

   Jean-Marie ALBERTINI et Ahmed SILEM, Comprendre les théories économiques, Seuil, 2001 ; Henri DENIS, Histoire de la pensée économique, PUF, 1999 ; Claude SERFATI, Production d'armes, croissance et innovation, Economica, 1995 ; Paul SAMUELSON et William NORDHAUS, Economie, Economica, 2000 (seizième édition). 

 

                                                                                                                                                       ECONOMIUS

Partager cet article

Published by GIL - dans ECONOMIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens