Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 09:29

       Dans certains médias circule la question du pourquoi de la croyance au Père Noël... Nous savons que beaucoup de journalistes ont la mémoire courte, mais il suffit de rappeler que c'est tout simplement parce que... leurs parents et leurs amis leur ont mentis lorsque leurs enfants étaient tout petits sur l'existence de ce personnage somme toute étrange.

       

       Ce personnage, pourtant relativement récent dans l'imaginaire collectif (au XIème ou XIIème siècle dans les pays d'Europe du Nord et de l'Est surtout) en regard de la fête de noël et de sa signification religieuse pour des millions d'individus, concentre beaucoup de détournements et de mystifications de l'imagination enfantine. Si de nos jours, de moins en moins d'enfants sont dupes de cette tromperie qui tendrait à faire d'eux des imbéciles heureux et des niais, c'est moins parce que cet imaginaire collectif s'affaiblit - dans les représentations (des images fixes au cinéma...) sa présence s'accroîtrait plutôt - mais tout simplement parce que les enfants ont tendance à de moins en moins croire les adultes, et à commencer leurs parents, lorsqu'ils prétendent être responsables, justes, conséquents et lucides... La généralisation du mensonge, et à commencer par le mensonge commercial qui justement voudrait revivifier la mythologie du personnage, fait que leurs esprits sont pris entre l'indifférence, l'amusement, le second degré, voire la roublardise visant à obtenir toujours plus de leurs géniteurs ou tuteurs, tout en leur faisant croire en la possibilité d'enfants sages comme des images (qui ne le sont plus d'ailleurs!)... La confusion des représentations du Père Noêl, qui n'est plus réductible à un apporteur de cadeaux qui descend du haut de cheminées qui d'ailleurs n'existent pratiquement plus, avec la figure de Saint Nicolas (qui est pourtant à son origine... ), avec celle du Père d'Halloween, ou nous ne savons plus encore, confusion qui découle aussi de l'interpénétration des cultures latines, anglo-saxonnes et bientôt musulmanes (pourquoi pas?), fait que de toute façon... cela n'a plus beaucoup d'importance!  Le moment de Noël se confond aussi avec le moment du Père Noël, dans un salmigondis de commerce et de rappel aux bonnes résolutions pour l'année suivante, résolutions assez vite oubliées d'ailleurs, passé le premier janvier...

     

          Entre les remises en cause des fondements des religions des adultes et les multiples incohérences éducatives, les enfants ont depuis longtemps oublié, et cela de plus en plus jeunes, une significative un tant soit peu morale rattachée à l'existence d'un personnage, qui semblait porteur d'une telle morale - n'oublions pas la double face du Père Noël et du Père fouettard (lui-même introduit plus tard, au XVIème siècle, à un moment où l'attention collective envers l'enfance s'accroît notablement). Si les cadeaux étaient censés récompenser les enfants sages, les martinets étaient toujours distribués avec une ardeur toute réjouissante!  Et d'ailleurs, c'est peut-être heureux, car vu que son existence (du père Fouettard, pas du martinet!) relève d'un domaine situé entre le fantastique, l'absurde, le mythe, le flou entre vérité et non vérité (il est vraiment vrai, nous demandent parfois ces marmots... et ces marmottes!), les valeurs qu'il est censé porter n'ont pas besoin de lui pour être démolies les unes après les autres...

 

           Quand tu descendras du Ciel, Cher papa Noël, remontes-y vite!  La seule leçon que l'on peut tirer de cette légende maintenant en voie de perdition (dans le magma commercial...), perdition d'ailleurs mise en évidence par sa dense postérité cinématographique (à côté de lénifiantes comédies américaines du style Disney, combien d'ordures mises en scène?), est qu'il vaut mieux... l'oublier!

 

        Pour une revue serrée des représentations du Père noël au cinéma, témoin de l'évolution et des composantes de son image dans la société, on peut se reporter au petit livre bien conçu, divertissant, très illustré et plus érudit qu'il en a l'air, de Félix TANNENBAUM et de ses collaborateurs, Descendus du Ciel, Les pères Noêl au cinéma, à Dreamland éditeur, paru en 2002.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens