Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 13:13

               Dans les sociétés où la laÏcité n'est ni dominante ni ne possède une place importante, la religion exerce un contrôle sur la sexualité, de manière globale et avec des moyens plus ou moins inquisitoriaux. On pourrait même écrire que toute religion qui se respecte se doit, pour demeurer ancrée dans les esprits, exercer une emprise sur les corps et, notamment aux endroits où s'expriment les plus importaux flux d'énergie corporelle : l'alimentation et la sexualité par exemple. Toute la littérature religieuse, de n'importe quelle religion, quel que soit son degré d'institutionnalisation, abonde d'interdits alimentaires et sexuels, prescrivent ce qui est bien et ce qui est mal en matière notamment de relations sexuelles. A l'inverse pas de religion qui vaille, qui dure sans un contrôle de la sexualité, soit un regard distant, soit une approche plus insistante, jusqu'à des formes de surveillance institutionnalisée (police des moeurs par exemple). De nombreuses interprétations des textes fondateurs des religions se centrent sur une liaison de la sexualité à une culpabilité qui peut même, pour certaines d'entre elles, être originelle et consubtantielle à la nature humaine. A l'avènement de la psychanalyse, les premières autorités à s'élever contre un examen approfondi de la sexualité humaine sont souvent religieuses. Dans les sciences sociales, examiner la sexualité constitue presque une routine, comme d'examiner les religions. Mais lorsque les sciences sociales se mêlent de questionner les relations entre sexualité et religion, au coeur de certaines problématiques essentielles des religions, elles s'attaquent à un des ressorts essentiels du pouvoir religieux.

Ce n'est que dans les sociétés laïcisées que peuvent se construire de telles études, et encore, souvent, les sociologues et même les psychologues veulent être prudents, sous le prétexte de ne pas s'immiscer trop dans les consciences ou plus prosaïquement parce les religions n'ont pas encore perdu tout leur pouvoir de stigmatisation et de culpabilisation. C'est pourquoi, en dehors de certaines problématiques féministes, par lesquelles entrent heureusement en fin de compte les prises en compte essentielles à ce propos, ces études-là n'ont cours que pour les religions autrefois dominantes dans les sociétés devenues laïques, le chritianisme dans ses déclinaisons anciennes, le judaïsme, ou dans une très moindre mesure l'Islam. 

Non que les religions elles-mêmes s'interdisent de diffuser des livres descriptifs ou prescriptifs à propos de la sexualité, bien au contraire finalement, mais elles surveillent tout ce qui pourrait s'apparenter à des déviances morales ou à des remises en cause de perceptions positives de l'ascèse, de la chasteté, du célibat.... Et cela encore plus s'il s'agit de déceler dans certaines manifestations religieuses regardées depuis des siècles comme positives et confortant parfois les croyances diffusées, de véritables pathologies sociales... Ainsi, prolongeant les premières approches psychanalytiques, parfois féroces (voir les études de Wilhelm REICH...), tout un corpus de connaissances se développe dans les sciences sociales et psycho-sociales, des études sur quelques maladies mentales, soit chroniques, soit explosives, considérées auparavant comme des attitudes inspirées divinement... Beaucoup d'institutions religieuses laissent en définitive, selon des retraites idéologiques bien ordonnées, s'exprimer, dans des champs culturels qui d'ailleurs leur échappent, des théories sur l'interdiction de l'inceste ou sur les interdits sexuels. Des variations interprétatives sur le péché peuvent même se développer, pour en tenir compte, mais souvent à reculons... Mais dès qu'il s'agit de propager le soupçon sur les motivations psychologiques de vocations religieuses (au moment même où ces vocations chutent...), une certaine difficulté "intellectuelle" semble se manifester... Bon an, mal an, on peut dire qu'aujourd'hui, dans les contrées laïcisées, aucune théorie ne peut être interdite de diffusion (fini le temps des autodafés religieux, mais pas partout!...), quel que soit l'angle d'attaque des réflexions sur les liens entre religion et sexualité. Mais cela n'est pas une situation définitive et dans de nombreux pays, il est encore interdit d'élever la moindre opinion sur les prescriptions religieuse en matière de relations sexuelles.

 

     Jacques MAITRE et Guy MICHELAT indiquent que "vue sous l'angle de la théorie anthropologique, la construction de la culture s'ancre dans le langage et dans la prohibition de l'inceste. En amont d'une sécularisation radicale, cette prohibition se légitime d'une façon fondamentale en termes religieux, le plus souvent accrochés à des mythes d'origine ; la symbolisation langagière se donne dès lors comme fondée sur les transactions avec "l'autre monde". Ainsi enracinée, l'institutionnalisation de la sexualité s'intrique avec celle des religions et ne se borne pas à des interdits ; elle construit notamment les systèmes de parenté. Presque toutes les sociétés ont ainsi recours aux références religieuses pour contrôler la sexualité et pour lui conférer des sens symboliques. Mais les instances religieuses jouent leur logique spécifique, mettant en oeuvre des sanctions positives et négatives proprement religieuses, voire sociales. (...) Avec les grandes religions du Livre, la dimension religieuse de la sexualité se trouve au coeur des mythes fondateurs. Elle est plus largement considérée comme un des piliers centraux de l'éthique. Dans le grand charroi de la modernité qui secoue la planète, la maintenance des valeurs régulatrices en ce domaine constitue, pour les pouvoirs religieux, un terrain d'affrontement avec les pôles d'innovation. Nous voyons se moduler à l'extrême les tensions et compromis de ces pouvoirs avec les instances politiques et avec maintes pratiques sociales que les avancées de la science rendent possibles.

Le discours religieux ne rencontre pas seulement les idéologies concurrentes ; leur emprise trouve déjà sa limite avec la façon dont les populations "font avec" les normes qu'édictent les appareils. Les appartenances religieuses ne fonctionnent d'ailleurs pas par "tout ou rien" ; elle comporte des degrés, échelonnés par rapport à un noyau central. Enfin, la diversité des religions se complique de différenciations internes entre traditions ou entre segments de l'institution à l'intérieur de chaque religion. (....)

Dans les doctrines longtemps dominantes au sein de notre société, des clivages très marqués apparaissent au surplus entre trois dimensions de la sexualité :

- la procréaction (qui constitue souvent le pôle religieusement valorisé, à la base de la filiation et de l'alliance),

- la passion amoureuse ;

- et le plaisir (posé comme porte d'entrée favorite du mal).

Mais le monopole attribué à la famille reproductrice est loin de représenter une constante dans le champ religieux. Alors que toutes les grandes religions prétendent tenir sur la sexualité un système de normes dont la validité serait universelle et pérenne, de tels clivages sont traités fort différemment selon les traditions et les époques. (Dans les trois grandes religions monothéistes, ayant en commun la Bible hébraïque), cet ancrage n'empêche pas des divergences radicales ; par exemple, les "patriarches", héros fondateurs du monothéisme vétéro-testamentaire, étaient polygames et n'éprouvaient encune vergogne à utiliser les corps d'esclaves pour leurs plaisirs. Réprouvés ultérieurement par le judaïsme, a fortiori par les christianismes, ce système a conservé longrtemps sa légitimité dans une grande partie des sociétés islamiques. La variabilité des doctrines et des pratiques conformes se trouvent également dans la diversification interne de chaque "religion". Le catholicisme, extrêmement centralisé et qui occupe tant de place dans notre culture, donc dans notre horizon, n'y échappe pas lui non plus.

Il faut pourtant souligner que la principale influence religieuse exercée sur la sexualité française vient d'une tradition multiséculaire orchestrée par l'Eglise et très éloignée des pratiques sociales effectivement dominantes au sein de la population. Depuis le IVe siècle, dans le sillage des anachorètes et d'Augustin, une position constamment réaffirmée soutient la supériorité du célibat sur le mariage ; elle accepte ce dernier seulement pour un motif démographique (assurer la survie de l'espèce.) et un motif sotériologique (contenir l'activité sexuelle dans les limites du mariage diminue les risques du péché en ce domaine). Encore l'exercice de la sexualité conjugale est-il bridé sévèrement en raison de la dangerosité du plaisir. Le sentiment amoureux n'est pris en considération qu'au titre de l'entre-aide et des dispositions favorables à la fidélité. Au milieu du XVIe siècle, le concile de Trente codifiera d'une façon convergente la doctrine ecclésiastique de la sexualité. De nos jours, cette rigidité prend un relief croissant à mesure que les pratiques sociales et les valeurs consensuelles s'en écartent de plus en plus." 

     Après s'être penché surtout sur la situation du catholicisme français, les auteurs, respectivement sociologue et spécialiste du champ médical et sociologue également pour l'un et spécialiste de la vie politique française pour l'autre, indiquent, élément qui n'est pas particulier à cette religion ou à cette région de l'Europe, que la religiosité n'est pas définitivement hors jeu et que les autorités religieuses pèsent, soit directement, soit indirectement sur les décisions en matière d'éthique sexuelle, au niveau de l'Etat mais aussi au niveau de la société elle-même. 

 

     Un des leviers de cette influence réside dans les conceptions répandues, quelle que soit la religion ou la contrée, sur l'âme et le corps, avec souvent à la clé, de manière franche ou de lanière ambigüe, une valorisation de l'âme et une dévalorisation du corps, et du coup une suspicion au moins, sur le rôle de la sexualité dans la vie de l'individu. Stéphane GUMPPER, montre, pour l'Occident, l'évolution des conceptions en la matière, sur l'association et l'opposition entre corps (matériel, créé, mortel) et âme (immatérielle, créée, immortelle) "qui fonde l'unité de la personne humaine. Notamment en regard de la tradition hellénique basée sur un "homme intérieur" et un "homme extérieur" qui inspire la distinction opéré par l'un des plus grands propagateurs du christianisme, Paul, dans la tradition occidentale. "...les débats entre philosophes, sectateurs, historiens, médecins et théologiens chrétiens sont innombrables : l'âme est postulée comme une substance distincte et hétérogène du corps par certains (saint Augustin), alors que d'autres (saint Thomas) avanceront une unité substantielle de l'âme et du corps, sans même parler des conceptions issues des sectes gnostiques (Simon le Magicien, Saturninus, Basilide, Valentin) rejetées tant par l'hellénisme que par le christianisme orthodoxe."  

Les développements de la réflexion dans ce domaine sont très liés aux écrits sur la possession et/ou la démonologie, disciplines considérées très longtemps en haute estime même parmi l'élite scientifique de certaines époques. "De fait, le corps, considéré comme expression ou image visible de l'âme, est à la fois objet de pratiques ascétiques se généralisant dans les monastères, à partir du XIIe siècle (d'où partent, rappelons-le une très grande partie de la réflexion intellectuelle postérieure), et sujet à des "maladies" comme la possession démoniaque s'emparant du corps et isolant l'âme."  Des sciences médicales aux théories théologiques, la vie intellectuelle est emplie de ces conceptions, sans parler de la philosophie morale. Même aujourd'hui, "cette antique question de la disctinction corps/âme et de ses modalités d'union, déclinées ultérieurement en esprit/matière ou cerveau/psychisme dans le domaine des neurosciences, persiste à faire énigme. Cette mise en tension de ces deux occurences, sorte de faille féconde dans le savoir, ou point de fuite mystique (...) n'a pas fini d'être probématisée au carrefour de nombreuses disciplines inscrites dans la modernité." Cette mise en tension, palpable dans le monde occidental, demeure souvent, au sein des sociétés des pays dits en développement, un ancrage persistant pour toutes les morales puritaines et tous les préceptes réprimant la sexualité, notamment chez les femmes.

 

    D'après Marie-Madeleine DAVY  (Encyclopedia Universalis, 1980), citée par Stéphane GUMPPER, l'homme est constitué d'un corps, d'un âme et d'un esprit : "l'ascétisme désigne l'art d'introduire un ordre à ces différents plans. Au niveau physique, il est discipline. Au point de vue moral, il apparait comme rectitude. Dans le domaine spirituel l'ascétisme éveille et développe des énergies subtiles".

     Selon le christianisme, poursuit notre auteur "l'ascétisme peut être défini comme "l'idée d'effort méthodique, d'exercice, portant aussi bien sur le développement des activités vertueuses que sur la répression des tendances désordonnées" (Joseph de Guibert, Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Bauchesne, 21 volumes, 1932-1995), pratiqué diversement au cours de l'histoire : idéal des martyr aux IIe et IIIe siècles, monachisme et pères du désert se retirant du monde (érémitisme), dès le IVe siècle avec les modèles de saint Antoine et de saint Pacôme, vie des saints et dévotion médiévale, sectes de flagellants émergeant dans un contexte apocalyptique, ascèses des mystiques... Un des buts de l'ascétisme est d'être conduit à Dieu pour s'unir à lui, par l'intelligence et la volonté (facultés de l'âme), nécessitant une "guerre" entre le corps, traversé par des appétits et des désirs charnels, et l'âme, du domaine de la raison. Sous le joug du péché originel, il s'agit pour le pénitent de s'adonner à l'abstinence sexuelle, aux jeûnes, aux veilles, aux mortifications corporelles (qui se matérialisent de plus en plus à la fin du Moyen-Age), au silence, à la prière, car les sens sont des obstacles. (...) De fait, si des extases mystiques, des stigmates ou des illuminations d'une part, mais aussi des visions démoniaques ou des apparitions sataniques d'autre part, guettent l'ascète chrétien, les dimensions du corps et du spirituel sont intimements liées. (...) Cependant, cet idéal chrétien (suivre l'enseignement du Christ et trouver le chemin du Salut) sera dénoncé ou disqualifié par au moins trois mouvements "anti-ascétiques" : les humanistes de la Renaissance (réaction poursuivie ultérieurement par les libertins, les philosophes, les libres penseurs et autres positivistes), la Réforme protestante, les courants quiétistes. D'ailleurs, dès le lendemain de la Révolution française, avec Philippe Pinel, ("mélancolie dévote", 1790), et tout au long du XIXe siècle, depuis Antoine Royer-Collard ("mélancolie ascétique", 1812), Jacques Joseph Moreau de Tours ("dévotion pathologique", 1926) et François Leuret (qui parle des "aberrations de l'intelligence des ascétiques", 1834), jusqu'à Théodule Ribot, Ernest Murisier et Pierre Janet, de nombreux auteurs stigmatiseront ces pratiques comme morbides et destructives!"

Face à ce dénigrement (aux allures scientifiques) qui se rythme avec un laïcisme de plus en plus vigoureux, la hiérarchie catholique "monte au créneau dès la fin du XIXe siècle pour réfuter ces thèses pathologiques à l'égard de la perfection chrétienne." écrit encore Stéphane GUMPPER qui signale que ce "serait vrs le milieu du XVIIIe siècle qu'il fut pour la première fois question de "théologie ascétique" (...). Toutefois ce sont les "controverses quiétistes" qui ont établi la distinction entre ascétique et mystique (ce dernier terme étant réservé aux états de contemplation infuse). Cette division a continué d'être opérante  jusqu'au XXe siècle non sans susciter de nombreux désaccords, jusqu'à l'avènement consensuel d'une théologie spirituelle unifiant ces deux "sciences" complémentaires : "l'ascétisme s'attache au côté actif de la vie spirituelle, à la part de coopération que Dieu y exige de nous, au travail de la grâce en nous, aux initiatives de Dieu que nous devons suivre seulement et qui n'appartiennent qu'à lui (Guibert). Ajoutons que les pratiques ascétiques exercées par des religieux, s'imposant des mortifications, censées dompter la chair et préparer à l'union avec Dieu, étaient axées sur le corporel. De ce fait, philosophes, médecins, psychologues, psychanalystes ont diversement tenté de rendre compte des effets de ces pratiques dévotionnelles sur l'organisme physique et psychologique, passant souvent trop vite sur les aspects s'apparentant à la purification et à la rencontre éventuelle du mystique avec Dieu, au centre de son âme." Cette conclusion somme toute favorable aux exercices spirituels dévalorisant en fin de compte la sexualité, constitue une sorte de retraite morale en comparaisaon de l'atmosphère déiste et inquisitoriale qui dominait une société aux pouvoirs religieux sinon dominants, au moins hégémoniques...

       Ces considérations, restreintes au christianisme, voire au catholicisme, ne doivent pas cacher le fait que dans les régions dominées par l'Islam, l'Indouisme, voire le Bouddhisme, l'attitude envers la sexualité est au minimum soumise à l'expectative, la prudence, la surveillance parfois sourcilleuse, notamment dans les actes publics quotidiens. L'attitude vis-à-vis de la sexualité constitue d'ailleurs qu'un élément d'un attitude générale sur le corps tout entier, ce que d'anciennes habitudes vestimentaires perpétuent de manière très fortes. 

 

Stéphane GUMPPER, articles Ascétisme et Ame et corps, dans Dictionnaire de psychologie et de psychopathologie des religions, Bayard, 2013. Sous la direction de Jacques MAITRE et Guy MICHELAT, Religion et sexualité, L'Harmattan, 2002.

 

RELIGIUS

Partager cet article

Published by GIL - dans RELIGION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens