Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 13:40

  Fanny COULOMB met en avant dans son essai de nouvelle conceptualisation de la guerre économique, l'élément essentiel de la volonté de nuire. Dans ce cadre, à première vue, on ne peut discuter de guerre économique que dans le cas d'Etats mettant en oeuvre une stratégie précise, élaborée et mise en oeuvre, par exemple sous la seconde guerre mondiale par le IIIe Reich, comme élément d'une guerre totale. Mais sans examiner cette stratégie de guerre économique qui ravagea notamment l'Europe, elle effectue un examen des théories de guerre économique en passant directement des réflexions de Friedrich LIST à celles de A O HIRSCHMAN, pour aboutir à une vision non de guerre économique à proprement parler, mais plutôt d'armes économiques utilisées par les Etats.

 

    Friedrich LIST, notamment dans son Système national d'économie politique (Paris, Capelle Editeur, 1857), est le premier économiste à insister sur l'importance de la dimension économique de la sécurité nationale. L'ensemble de la production nationale, et non uniquement, celle de caractère stratégique (armements, métallurgie, carburants), participe à la défense nationale, et ce d'autant plus efficacement que les forces productives sont pleinement employées, ce qui ne peut être que le résultat d'une volonté politique, et non du libre jeu des marchés, et d'une union collective forte. Il en appelle également à la conduite par le pays d'une politique commerciale et de puissance, pour dégager un excédent commercial, passant sans transition du domaine économique au domaine militaire, des problèmes de défense à ceux de sécurité économique.

 

  La logique néo-mercantiliste développée récemment par les Etats, nonobstant une mondialisation qui devient moins globale qu'il le parait, conduit à élargir l'analyse de la sécurité nationale à la sphère économique. Le lien entre le potentiel industriel d'un pays et sa capacité à peser sur les normes du système international et à élargir sa sphère d'influence, notamment par les politiques d'assistance commerciale et technique est mis en évidence par exemple par M BORRUS et J ZYSMAN (Industrial compettitiveness and American national security, dans l'ouvrage de W SANDHOLTZ et ses collaborateurs, The Highest States - The Economi Foundations of the Next Security System, Oxford University Press, 1992). D'un autre côté, cette perspective conduit à s'interroger sur les problèmes de dépendance et de vulnérabilité des économies nationales. Albert Otto HIRSCHMAN (1915-2012) (National power and the structure of Foreign Trade, University of California Press, 1980, réédition), dans une étude de 1945, se démarque des analyses libérales et impérialistes des relations internationales et se réfère fréquemment à la théorie mercantiliste. Sa théorie est centrée sur les relations entre le commerce extérieur et la puissance d'une nation. Présenté aujourd'hui couramment comme un "économiste politique", il développe dans son ouvrage fondateur une analyse de la vulnérabilité des économies nationales à l'utilisation de l'arme économique par un ou plusieurs pays (quotas, contrôle des échanges, investissements de capitaux et autres instruments). La question n'est pas de s'interroger sur la validité des théories de l'impérialisme. Il se contente de revendiquer son appartenance à un courant général qui accepte l'idée selon laquelle les nations mènent une politique de puissance, quelles que puissent être leurs origines économiques, politiques ou idéologiques. Il montre d'abord que les questions relatives aux stratégies économiques des Etats n'ont pas toujours été bien posées (notamment par MACHIAVEL et ses continuateurs). L'enjeu qu'il se donne est de démontrer les possibilités d'utilisation du commerce extérieur (aide extérieure, flux de capitaux ou négociations commerciales) comme instrument de de pression politique. Véritable auteur du "coefficient de Gini", HIRSCHMAN a mis au point une mesure de la concentration du commerce qui lui permettait de mesurer la dépendance d'un pays vis-à-vis de l'extérieur, et par là sa vulnérabilité. Ce coefficient est beaucoup utilisé dans les études économétriques, notamment celles qui traitent des questions de défense (pénétration des secteurs stratégiques d'un pays, projection de puissance par des pénétrations). Il met en évidence l'indice de préférence des grands pays pour les pays les plus petits et les plus faibles en matière d'importation. Cette analyse montre que le laissez-faire est une exception ; les contrôles, les protections et les échanges inégaux étant la règle, même de la part des chantres idéologiques de la mondialisation et de l'ouverture des frontières (les Etats-Unis ou... la Chine). Dans ces conditions, les Etats jouent de leur influence pour modifier les flux commerciaux à leur profit. Il rejoint les analyses de Friedrich LIST dans son opposition à une concurrence internationale généralisée dans une situation caractérisée par des Etats aux niveaux de développement inégaux. 

Plusieurs auteurs suivent également cette tendance. Thomas Crombie SCHELLING (né en 1921) souligne en 1958 (international Economics, Boston, Allyn and Bacon) la nécessité d'étudier les différents aspects de la politique économique internationale, et notamment la liaison entre les objectifs politiques poursuivis par une nation et les instruments de sa politique économique extérieure (protectionnisme, sanctions économiques, contrôle des produits stratégiques...), ces pratiques étant appelées à se développer. David BALDWIN (Economic Statecraft, Princeotn University Press, 1985) s'intéresse aux techniques économiques variées pouvant être employées comme instrument de politique extérieure. Son étude sur "l'art de la politique" ou "l'art de conduire les affaires de l'Etat" ou la "diplomatie économique" se centre sur les instruments utilisés par les politiques dans leurs tentatives d'exercice du pouvoir. Au service du "prince", il s'agit de développer une nouvelle perspective de l'intérêt national "qui prenne en compte le chevauchement entre les intérêts nationaux". La théorie de la globalisation et la théorie marxiste adoptent toutes les deux, selon lui, une conception erronée du rôle de l'Etat. La première ne lui accorde pas assez d'importance, tandis que la seconde le réduit à n'être que le reflet des intérêts des classes dominantes, sans objectif collectif d'amélioration de la situation nationale.

Pour Fanny COULOMB, "on touche ici à la véritable signification de la guerre économique ; la puissance ou la vulnérabilité économique influe directement sur le niveau de sécurité nationale.". Le problème est qu'elle recherche surtout les éléments d'une guerre économique menée par des Etats, impulsant des stratégies d'entreprise, ce qui peut être pertinent dans le cas d'entreprises publiques ; et du coup ne voit pas, ou la minore, la perspective inverse, une guerre économique menée par des méga-entreprises, utilisant des ressources étatiques pour mener leurs propres stratégies. A ne voir que des aspects intentionnels déclarés et des armes économiques aux services des Etats, elle passe sans doute à côté de grandes questions concernant les activités des grands groupes internationaux privés. 

 

   Adoptant la même posture et se plaçant du point de vue des intérêts nationaux français, Frédéric CHARPIER se pose la question de l'identité des "combattants de cette guerre économique, si silencieuse qu'elle en serait presque indécelable". "Sur quel front mènent-ils leurs actions et à quelles armes ont-ils recours?

"Cette guerre singulière, écrit le journaliste d'investigation, se déroule sur de multiples champs de bataille aux lignes de front mouvantes et souvent invisibles : exploration minière, laboratoires de recherche, coulisses de l'ONU ou de l'OMC ou encore intrigues au sein des institutions financières et bancaires. Les Etats y engagent des moyens considérables - services secrets, réseaux d'influence, cabinets d'enquête privés ou encore centre de recherches... et soutiennent des fondations elles aussi largement mises à contribution. Ils recourent aux ONG qu'ils peuvent manipuler ou instrumentaliser, ainsi qu'aux chambres de commerce, aux cabinets d'avocats d'affaires, aux sociétés militaires privées ou encore au fonds d'investissement, véritables et modernes chevaux de Troie (sur le rôle des fonds d'investissement, voir Alexandra GUY et Xavier BASHER, Capitalisme financier et sécurité économique, Editions Vuibert-Institut national des hauts études de la sécurité et de la justice, 2011). (...) Enfin, les Etats n'hésitent pas à instrumentaliser la lutte contre la corruption et les offres publiques d'achats (OPA) ou encore à recourir à la guerre des monnaies. (...) Dans le même esprit de compétition, certains pays subventionnent parfois de façon discrète des laboratoires universitaires, des agences gouvernementales ou des sociétés privées afin de financer des programmes de recherche dans des domaines stratégiques tels que les nanotechnologies, la biométrie, la robotique, la lutte contre les armes bactériologiques, les nouvelles ressources énergétiques ou encore l'exploitation des ondes terahertziennes (ondes qui permettent de "voir à travers les murs", de détecter des explosifs et des mines). Tout aussi effrénée est la course pour le contrôle de l'information et des nouveaux réseaux de communications, qu'il s'agisse de la bataille qui se joue à l'Internet ou de l'appropriation méthodes des banques de données."  Dans une conclusion provisoire, nous pouvons lire : "L'avenir de la France tout comme celui des grandes nations qui aspirent dans le futur à jouer les premiers rôles ne dépend que de la volonté et des choix avisés de ses dirigeants ainsi que d'une perception lucide des véritables enjeux. (...) ... l'on peut, au terme de cette enquête, tirer de celle-ci de précieux renseignements.

- Tout d'abord, il semble établi que la compétition économique s'apparente bien et sans excès de la,gage à une véritable guerre. Cette guerre économique (ou guerre des économies) alterne même les guerres chaudes comme en Irak ou en Lybie et d'innombrables formes d'action plus ou moins clandestines et parfois même invisibles. Sur ce champ de bataille où le combat parât souvent indécelable se déploient des forces insoupçonnées qui utilisent des "armes" aussi bien conventionnelles qu'inédites et sophistiquées. La ligne de front qui oscille entre un cabinet d'affaires de Wal Street et une opération de maintien de la paix en Afghanistan décide ainsi du choix des armes.

- Ensuite, les Etats qui disposent d'un véritable arsenal semblent recourir avec prédilection aux réseaux d'influence le plus souvent invisibles ou du moins habilement camouflés. Ces réseaux, qui sont autant de petites armées de guérilleros en col blanc (avocats, hommes d'affaires, hauts fonctionnaires, agents secrets), oeuvrent dans les coulisses de l'OMC ou celles de l'Union Européenne, ou encore en Afghanistan, sous le paravent d'ONG ou de services humanitaires de pacification.

- Enfin, les Etats peuvent à l'occasion instrumentaliser des institutions financières de haut niveau ou manipuler des agences de notation qui, non sans arrière-pensée, ont par exemple manifestement attisé, au début de l'année 2012, la crise de la dette européenne.

- Toutefois, un des enseignements majeurs de cette enquête réside dans l'importance si ce n'est la primauté de la "guerre de l'information" à laquelle se livrent avec une virulence sans cesse accrue les grands Etats. Cette guerre de l'information constitue à l'évidence un des enjeux cruciaux de la guerre commerciale et industrielle. Les Etats ne lésinent en effet sur aucun moyen, usant de tous ceux qu'ils jugent nécessaires à la lutte impitoyable qu'ils mènent sous les auspices de la guerre du renseignement dont l'action s'étend de la censure au contrôle des populations en passant par l'espionnage industriel, économique ou diplomatique."

   Cette enquête, même si celle-ci bénéficie d'un large esprit de synthèse plus que certaines autres, reste au niveau de la guerre économique entre Etats. Nous pouvons remarquer que, dans la production éditoriale, bien plus de textes sont consacrés à cette guerre économique interétatique qu'à celle, plus difficile à cerner, car plus éparse, même si elle est autant systématique, entre entreprises utilisant de manières croisées services publics et services privés.

 

 

Frédéric CHARPIER, L'économie, c'est la guerre! Les agents secrets au service du big business (sous titre assez trompeur en fait), Seuil, 2012 ; Fanny COULOMB, Pour une nouvelle conceptualisation de la guerre économique, dans Guerre et Economie, Ellipses, 2003

 

STRATEGUS

Partager cet article

Published by GIL - dans STRATÉGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens