Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 12:26

     Les mécanismes de défense font partie du paysage théorique et clinique de la psychologie à la psychanalyse, en passant par la psychiatrie. En milieu de recherche en soins infirmiers, volet psychopathologie comme en cabinet de psychanalyse, leur compréhension évolue avec le temps et depuis que Sigmund et Anna FREUD les ont définies, la pratique permet de mieux sérier les problèmes. Même si les recherches en psychanalyse et celles en psychopathologie sont loin de se rejoindre, les... conflits s'étant plutôt creusés avec les D S M, les praticiens manient sur le terrain ces perceptions de la réalité psychique avec souplesse et pragmatisme. Il y a un certain éloignement parfois par rapport à la théorie, quelque soit la discipline, et encore plus par rapport à certains manuels perçus décidemment comme assez prétentieux. Henri CHABROL, professeur de psychopathologie à l'Université du Mirail à Toulouse d'une part, Steve ABADIE-ROSIER psychanalyste clinicien et psychothérapeute d'autre part, témoignent de cette attitude jusqu'à leurs formalisations théoriques des mécanismes de défense. La plupart des auteurs discutent soit du coping (en gros mécanismes conscients), soit de mécanismes de défense (en gros processus inconscients)...

 

    Pour Henri CHABROL, la résilence de chacun des humains, sa capacité à faire face à des tensions ou des conflits psychologiques, aux dangers perçus à l'intérieur de soi ou dans le monde extérieur, "mobilise deux types d'opérations mentales, les mécanismes de défense et les processus de coping."  "Les mécanismes de défense, poursuit-il, sont des processus mentaux automatiques, qui s'activent en dehors du contrôle de la volonté et dont l'action demeure inconsciente, le sujet pouvant au mieux percevoir le résultat de leurs interventions et s'en étonner éventuellement. Au contraire, les processus de coping, mot traduit en français par stratégies d'adaptation ou processus de coping, sont des opérations mentales volontaires par lesquelles le sujet choisi délibérément une réponse à un problème interne et/ou externe. Les mécanismes de défense ont été découverts par la psychanalyse et occupent une place importante dans les théories et les thérapies psychanalytiques. Les processus de coping ont été étudiés par les méthodes de la psychologie scientifique et font actuellement l'objet principalement de l'intérêt des psychologues de la santé et des thérapeutes cognitivo-comportementalistes qui leur accordent une place importante dans leurs théories et leurs thérapies. Le peu de communication ou les conflits entre les approches psychanalytique et cognitivo-omportementale ont conduit à des réflexions et à des études parallèles de la défense et du cpong. Très peu de publications abordent l'étude des relations entre défenses et coping. 

Tout pousse au contraire à reconnaitre l'intérêt et la nécessité de ces études conjointes (l'auteur renvoie à l'ouvrage de 2004 écrit par lui même et son collègue S CALLAHANS, Mécanismes de défense et coping, paru aux éditions Dunod).  D'abord, l'opposition entre les mécanismes de défense, automatiques et inconscients, et les processus de coping mis en jeu volontairement et consciemment, dichotomise assez artificiellement les opérations mentales et ne rend pas compte de leur complexité qui laisse la place à des processus mentaux intermédiaires, dont les degrés de conscience et d'intentionnalité sont variables. Ensuite, défense et coping coexistent en chacun de nous. L'opposition entre les défenses qui seraient pathologiques et le coping qui serait adaptatif est maintenant dépassée. Défense et coping  peuvent être des processus adaptatifs ou mal adaptés. Ce caractère fonctionnel ou dysfonctionnel dépend à la fois du type de défense ou de coping, de l'intensité et de la durée de sa mise en jeu, mais aussi du contexte interne et externe de leur mobilisation et des interactions éventuelles entre défense et coping. Enfin, défense et coping s'activent habituellement conjointement ou successivement et contribuent ensemble à notre adaptation aux difficultés de la vie quotidienne, comme aux situations difficiles de la vie ou aux traumatismes majeurs.

Défense et coping constituent donc deux dimensions entremêlées de nos moyens de faire face aux problèmes intérieurs et extérieurs qu'il est important de prendre en compte simultanément pour la compréhension du sujet en souffrance comme pour la compréhension des facteurs contribuant à la santé. Il parait également évident que les interventions thérapeutiques pour les sujets en souffrance peuvent bénéficier d'une approche intégratives visant à l'amélioration conjointe du système de défense et de coping du sujet." 

  Le professeur CHABROL s'attaque ensuite au problème de la classification des mécanismes de défense, remettant sur le chantier à son tour, mais de manière pragmatique, cette question débattue depuis que les FREUD en ont fait une pierre de touche de leur système d'explication des comportements. 

"Deux principales classifications ont été proposées. la première classe les mécanismes de défense en fonction de leurs effets plus ou moins adaptatifs. La seconde les classe en fonction de leur cible principale, les émotions ou les pensées."

  Pour ce qui concerne la classification en fonction du caractère adaptatif, "la classification la plus habituelle distingue les défenses matures, les défenses névrotiques et les défenses immatures en fonction de leur niveau adaptatif. Les défenses matures contribuent à la santé psychique et physique. Les défenses névrotiques d'abord liées aux névroses où elles sont prédominantes sont maintenant plutôt appelées défenses intermédiaires cas elles sont utilisées par chacun d'entre nous. Les défenses immatures, quand elles prédominent, sont liées aux troubles de la personnalité, aux troubles psychiatriques, comme les dépressions graves ou les psychoses. Le DSM-IV propose (en 1994) une clasification en 7 niveaux avec un niveau mature et intermédiaire et une subdivision des défenses immatures en 5 niveaux. 

Ces classifications en niveaux ont été critiquées. D'abord, certaines études ont suggéré que les défenses pouvaient se classer sur une seule dimension, allant du plus dysfonctionnel au plus fonctionnel, selon une continuité, sans distinction claire de niveaux. Ensuite, certains auteurs ont insisté sur le fait que tous les mécanismes de défense pouvaient servir l'adaptation et aider à surmonter l'adversité. L'efficacité adaptative d'un mécanisme de défense dépend de sa nature, mais aussi de l'intensité et de la souplesse de sa mise en jeu, et des circonstances. Pour chaque mécanisme de défense, les modes d'activation légère tendent à être fonctionnelles, et les variantes plus entenses tendent à être dysfonctionnelles. Le niveau de stress subi intervient aussi dans l'adaptation. Dans le stress majeurs, les mécanismes de défense réputés les plus immatures, dysfonctionnels ou pathologiques peuvent avoir une fonction protectrice. Les stress légers peuvent ne nécessiter que les mécanismes intermédiaires névrotiques pour la plupart des sujets et les stress intenses réclament au moins l'activation brève des défenses immatures. Dans les situations extrêmes, même les mécanismes habituellement considérés comme les plus pathologiques peuvent servir à surmonter l'adversité."

   Pour ce qui concerne la classification en fonction de la cible, "certaines auteurs ont distingué les défenses dirigées contre les pensées ou cognitions et celles dirigées directement contre l'émotion. L'humour est un exemple des mécanismes modifiant les cognitions. La somatisation, définie comme le déplacement d'un affect douloureux sur une partie du corps, est un exemple d'une défense centrée sur l'émotion.

Cette classification est largement artificielle : les défense centrées sur les cognitions agissent indirectement sur les émotions puisque les cognitions déterminent ou tout au moins influencent fortement les émotions. D'autre part, les défenses centrées sur l'émotion peuvent recourir à des processus cognitifs. La cible ultime des mécanismes est les émotions (Anna FREUD). (...)."

     Ces deux classifications ne doivent donc pas faire sous-estimer la relative unité des mécanismes de défense.

   Abordant la question du nombre des mécanismes de défense, Henri CHABROL constate qu'il n'existe pas de consensus sur celui-ci. Il reprend l'affirmation de R SCHAFER, de 1954, dans son Psychanalytic interpretation in Rorschach testing (New York, Grune & Straton) : "il ne peut y avoir de listes "exactes" ou "complètes" de mécanismes de défense, mais seulement des listes variant dans leur exhaustivité, dans leur consistance théorique interne, et dans leur utilité pour ordonner l'observation clinique et les données de la recherche.".

Il reprend la classification du DSM IV en 7 niveaux défensifs :

- le niveau dadptatif élevé (défenses matures), qui assure une adaptation optimale aux facteurs de stress. Les défenses habituellement impliquées autorisent la perception consciente des sentiments, des idées et de leurs conséquence. T sont décrits l'anticipation, l'affiliation, l'affirmation de soi, l'atruisme, l'auto-observation, l'humour, la sublimation, la répression. Ce niveau inclut des mécanismes qui se rapprochent des processus de coping les plus fonctionnels.

- le niveau des inhibitions mentales ou de la formation de compromis, constitué de défenses maintenant hors de la conscience idées, sentiments, souvenirs, désirs ou craintes potentiellement menaçants (déplacement, dissociation, intellectualisation, isolation de l'affect, formation réactionnelles, refoulement, annulation).

- le niveau de distorsion mineure de l'aimage de soi, du corps ou des autres, représenté par des mécanismes utilisés pour réguler l'estime de sou. Défenses narcissiques : dépreciation, idéalisation, omnipotence...

- le niveau du désaveu, constitué de défense maintenant hors de la conscience des facteurs de stress, des impulsions, idées, affects ou des sentiments de responsabilité en les attribuant ou non à une cause extérieure (déni, projection, rationnalisation...).

- le niveau de distorsion majeure de l'image de soi et des autres regroupe des défenses produisant une distorsion majeure ou une confusion de l'image de soi et des autres (clivage, identification projective, rêverie autistique...).

- le niveau de l'agir constitué de défense par l'agir ou le retrait (passage à l'acte, retrait apathique, plainte associant demande d'aide et son rejet, agression passive...).

- le niveau de la dysrégulation défensive, constitué de défense caractérisées par l'échec de la régulation défensive provoquant une rupture marquée avec la réalité objective (projection délirante, déni psychotique, distorsion psychotique...).

 

    Steve ABADIE-ROSIER propose une classification des mécanismes de défense qui ne prétend pas à l'exaustivité non plus. Schématique, "elle ne cherche qu'à faciliter la compréhension en retenant 5 familles de mécanismes :

- les mécanismes pulsionnels, dans lesquel se retrouvent le refoulement, la sublimation, la compensation, les formations réactionnelles ;

- les mécanismes d'orientation de l'objet : déplacement, substitution, clivage...

- les mécanismes de dénégation de la réalité : fantasme, dénégation, déni, annulation...

- les mécanismes d'orientation du moi : projection, identification, dissociation, régression, conversion...

- l'abréaction, qui occupe une place à part, libération d'affects acompagnant la survenue de l'évocation d'un événement traumatique. 

N'ont de signication théorique et thérapeutique ces mécanismes de défenses que prit dans l'ensemble de la cure psychanalytique. En effet, c'est dans cette cure que les résistances se trouvent en analyse, la résistance étant la clef de toute psychanalyse. C'est dans les manifestations de résistances que se trouvent décelées les aspects de la personnalité du "patient", lesquelles mettent elles-mêmes en relief les résistances habituellement développées dans sa vie courante ou lors d'événements dramatiques. Analysé et analyste ne peuvent rester dans le déroulement de la cure dans une attitude d'écoute de la part de l'analyste, il y a un dynamisme indispensable de la cure, dynamisme qui ne peut - l'auteur insiste beaucoup là-dessus - exister que par une participation active de celui-ci par rapport au patient. Pas question d'écoute "neutre" pour lui, indice d'une certaine incompétence professionnelle qu'il stigmatise d'ailleurs chez beaucoup de ses confrères... Les réactions mêmes de l'analyste face aux résistances constituent des moteurs à ce dynamisme. Il s'agit de questionner la nature des résistances, de démontrer leur existence, d'éclaircir avec lui les motifs de ces résistances, de les mettre à jour, de les interpréter et d'aider au changement indispensable par rapport à une situation qui constitue la cause même de la démarche de l'analysé vers l'analyse. Se manifestent alors des résistances au changement, attitudes de passivité, attitudes de peur et d'angoisse, de rivalité et/ou de supériorité, indécises et/ou erronées, sur lesquelles l'analyste doit intervenir activement.

 

Steve ABADIE-ROSIER, Les processus psychiques, Editions Les neurones moteurs, 2009. Henri CHABROL, Les mécanismes de défense, dans Recherches en soins infirmiers, La résilience, n°82, 3/2005.

 

PSYCHUS

 

Partager cet article

Published by GIL - dans PSYCHANALYSE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens