Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:16

La théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie paru en 1936 est considéré comme l'ouvrage de référence, soit pour l'approfondir, soit pour le réfuter, surtout dans la deuxième moitié du XXe siècle. Document fondateur de la théorie keynésienne en économie, et surtout de la macro-économie moderne, il en fait pas l'unanimité chez les économistes très divisés sur son interprétation.

Sa dimension concrète marque profondément la théorie économique du siècle écoulé et même encore aujourd'hui, avec l'échec - plus ou moins admis - des théories néo-libérales. Elle l'oriente en tout cas vers des théories plus opérationnelles, à l'aide de l'essor de la comptabilité nationale et des modèles mcroéconométriques. Plus généralement, toute la théorie économique depuis 1936 s'est construite avec ou contre la Théorie générale (Marion GASPARD). 

De plus, avec la connaissance des ébauches de l'auteur et de ses véritables sources d'inspiration, s'ouvre une nouvelle vague d'interprétations qui met en jeu toute la théorie économique officielle, dominée encore par les pseudos néo-keynésiens qui entendent encore réconcilier keynésianisme et système walsarien. Cela nous permet de comprendre, pour une discipline vitale, les enchevêtrement des réflexions intellectuelles et des attitudes stratégico-idéologiques, sans parler des rivalités parfois féroces entre économistes visant les mêmes postes de responsabilité au sein du monde académique. Ceci à un moment où les Etats ont encore une certaine maitrise des activités économiques, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, fait qui amoindrit d'ailleurs les remises en cause actuelles de la doxa orthodoxe.

 

  Rappelons ici que dans cet ouvrage, John KEYNES développe une recherche que "les facteurs qui déterminent le volume de l'emploi". Il s'oppose pour cela dès le livre 1 à l'analyse du marché du travail proposée par les "classiques", de David RICARDO à Arthur Cecil PIGOU, qui admettent la loi de Say (l'offre crée sa propre demande) et la théorie quantitative de la monnaie (la quantité de monnaie en circulation détermine le niveau des prix). Pour l'économiste anglais, le volume de l'emploi n'est pas déterminé par un hypothétique marché du travail : il dépend uniquement de la décision d'embauche des entrepreneurs, acteurs clés. Ceux-ci fixent leur niveau d'embauche selon le "principe de la demande effective" : ils offrent un niveau de production égal à la quantité de biens qu'ils espèrent écouler d'une part, en veillant à maximiser leur profit d'autre part. Ils ne s'occupent absolument pas du taux de chômage, qui n'est pour eux qu'une conséquence de la vie économique. C'est la demande globale anticipée qui détermine les volumes de la production et de l'emploi. Après avoir défini l'ensemble de ses concepts économiques dans le livre 2, il s'attarde sur les deux composantes essentielles de la demande effective : les dépenses de consommation des ménages et les dépenses d'investissement des entrepreneurs. La consommation, étudiée dans le livre 3, résulte d'une "loi psychologique fondamentale" : "les hommes tendent à accroitre leur consommation à mesure que le revenu croit, mais non d'une quantité aussi grande que l'accroissement du revenu". Toute hausse du revenu stimule la demande, ce qui incite les entrepreneurs à embaucher ; mais à mesure que la société s'enrichit, la part du revenu global consacrée à la consommation diminue, au profit de l'épargne.  "Pour qu'un certain volume d'emploi soit justifié, il faut donc qu'il existe un certain volume d'investissement courant suffisant pour absorber l'xcès de la production totale sur le volume que la communauté désire consommer". Contrairement à ce qu'affirment les "classiques", l'épargne n'est pas systématiquement investie. Elle peut être consacrée à la spéculation. L'investissement, analysé dans le livre 4, dépend des entrepreneurs qui s'engagent si le rendement anticipé de l'investissement est supérieur à son coût, évalué par le taux d'intérêt. La détermination du taux d'intérêt oppose KEYNES au "classiques". Il récuse l'idée d'une monnaie qui ne serait qu'un intermédiaire neutre des échanges et affirme que les agents ont une préférence pour la liquidité. Ils expriment un demande de monnaie, et le taux d'intérêt apparaît comme le preix de la monnaie sur un marché où l'offre, qui émane des autorité monétaires, est exogène. 

L'économiste britannique isole des relations entre des agrégats économiques, indépendantes des comportements individuels, fondant l'analyse macroéconomique moderne. L'emploi dépend de "l'état d'esprit" des entrepreneurs dont les anticipations peuvent être autoréalisatrices : il suffit que leur optimisme les incite à investir pour que la situation économique s'améliore. De même, l'incertitude conduit les agents à demandeer de la monnaie par précaution ou pour spéculer, ce qui influence le niveau du traux d'intérêt et l'investissement. Rien ne garantit alors que les prévisions des agents conduisent au plein-emploi. L'économie peut se stabiliser dans une situation durable de sous-emploi, où perdure un chômage involontaire. Le système économique ne s'autorégule pas. Dans le dernier livre de la Théorie générale, KEYNES en appelle, entre autres, à l'Etat, qui peut mener des politiques de redistribution des revenus (afin de favoriser la consommation) et des politiques conjoncturelles de soutien à l'investissement : directement à travers les dépenses publiques (politique budgétaire), accessoirement en agissant sur le taux d'intérêt (politique monétaire). Ces ressorts, formalisés dès 1937 par John HICKS, ont inspiré l'ensemble des politiques économiques des pays occidentaux pendant les Trente Glorieuses, jusqu'à ce que la crise des années 1970 résiste aux remèdes keynésiens, qui butent alors que l'internationalisation des échanges, l'endettement des Etats et l'inflation rampante. (Marion GASPARD)

 

     Marion GASPARD semble lier le succès des théories de KEYNES à une formalisation de HICKS, qui les auraient ainsi rendues opérationnelles, qui en biaise en fait les conclusions. Paul SAMUELSON se réjouit d'ailleurs de cette formalisation, ayant jugé le livre (Théorie générale) mal construit et confus (avis assez partagé d'ailleurs, même par des pro-Keynésiens). Il estime que jusqu'à qu'apparaissent ces modélisations (effectuées également par MEADE, LANGE et HARROLD) l'exposé de KEYNES n'aurait pas eu l'impact qu'il a eu.

    Un auteur comme Steve KEEN resitue ce qui s'est passé depuis la Grande Dépression des années 1920, pour faire comprendre le glissement opéré qui mène tout droit à un néo-keynésianisme fortement teinté d'économie "classique". 

La Théorie générale, écrit-il "fut conçue et publiée durant la grande catastrophe économique que connut le capitalisme, la Grande Dépression, pendant laquelle la production américaine chuta de 30% en quatre ans, les prix des actions de 90%, les prix des biens de presque 10% par an dans les deux premières années et pendant laquelle le chômage se maintint au-dessus des 15% pendant une décennie. Avant cela, le courant dominant ne pensait pas qu'il pût y avoir de problèmes macroéconomiques si difficiles à résoudre. Les marchés individuels pouvaient potentiellement se trouver en dehors de l'équilibre, à un moment, y compris le marché du travail et celui de la monaiie, mais l'économie dans son ensemble, la somme de tous ces marchés individuels ne pouvait qu'être équilibrée. Les fondements de cette confiance dans le marché résidait dans la croyance, répandue parmi les économistes, dans ce que Keynes a baptisé la "loi de Say". Keynes la décrit comme la proposition selon laquelle "l'offre crée sa propre demande". Des économistes s'opposèrent à l'interprétation que fit Keynes de la loi de Say et je suis d'accord pour dire qu'en de nombreux points, Keynes a obscurci ce que Say voulait réellement dire." Devant ce procédé qui consiste pour beaucoup de théoriciens d'obsrcir des théories rivales pour valoriser la leur, Steve KEEN reprend les propositions de SAY tel qu'il les a réellement énoncées. Il en ressort que la proposition centrale, selon laquelle l'équilibre d'ensemble est assuré (pour Steve KATES, la vente des biens et service sur le marché est la source d'un revenu qui finance les achats, Say's Law and the Keynesian Revolution, Chelteham, Edward Elgar, 1998), ne peut être bien utile pour comprendre l'ensemble de l'économie. Mais l'explication de KEYNES, que l'on peut qualifier d'assez confuse, tente de reprendrele fonctionnement du capitalisme, comme il semble bien qu'on ne peut éviter de le prendre, comme celui de la circulation de capitaux. Il apparait bien difficile alors, sous peine de confusion précisément, de faire l'impasse sur les réflexions de MARX sur la circulation du capital, sous ses deux formes, capital-argent et capital-marchandise. C'est en reprenant justement ces réflexions, choses impossibles sous domination idéologique libérale, que l'on peut comprendre pourquoi la loi de Say, comme la loi de Walras, ne s'appliquent pas à l'économie de marché. Dans ses brouillons de Théorie générale, KEYNES note bien que Marx fait une "observation pertinente" fondamentale, mais il substitue dans son livre à ces réflexions claires un raisonnement alambiqué. Source justement d'incompréhensions qui permettent non seulement des modélisations tendancieuses, mais aussi à la "contre-révolution" néoclassique initiée présisément par HICKS. L'article de ce dernier ("M Keynes et les classiques : a suggested interpretation, Econometrica, volume 5, n°2, 1937), où il expose le modèle IS-LM tant qutilisé, se prétend être une "clarification", mais ses équations passent aux oubliettes les notions-clés d'incertitude, d'anticipations, de la préférence pour la liquidité déterminant le taux d'intérêt, des prix spéculatifs des biens capitaux, pour s'y limiter. Plus tard, dans un article beaucoup moins commenté, le même HICKS, en 1980 (dans le Journal of Post Keynesian Economics, s'excuse clairement sur le fait que ce modèle n'a pas pu prévoir - l'exclut même - l'ensemble des crises intervenues depuis la fin des années 1970, essentiellement parce que ce diagramme, "produit de mon walsarisme", écrit-il, écarte tout simplement toute discussion sur l'incertitude et les anticipations, éléments fondamentaux du capitalisme financier.

      En fait, le mouvement intellectuel général des économistes, constatant la déficiance de ce modèle, rejette en même temps toute la problématique de KEYNES pour y substituer une problématique antérieure : Robert LUCAS, Milton FRIEDMAN (monétarisme) édifient une autre façon de penser l'économie, pré-keynésienne, qui revient à "resolidifier" l'idée de l'équilibre général. C'est qu'il est difficile de comprendre l'économie réelle sans passer par des réflexions qui sentent le marxisme à plein nez! Il vaut mieux entretenir l'illusion d"une certaine efficience intellectuelle en indiquant la responsabilité des Etats dans la situation économique, plutôt que d'aborder de front l'influence dominante du capitalisme financier, une véritable surcontrainte monétaire qui pèse sur l'activité économique. Ce serait aller à une analyse conflictuelle de l'économie qui mettrait face à face des acteurs qui ne jouent absolument plus le même jeu ni suivent les mêmes règles. Le capitalisme financier ne joue plus le rôle d'alimentation des investissements et d'orientation de l'épargne, sauf à considérer que la spéculation financière pure et simple fasse partie des fonctions d'orientation de l'épargne. Des masses d'argent circulent avec de moins en moins d'accointance réelle avec la circulation des marchandises, au point que le coût du capital pour les entreprises devient beaucoup plus important que le coût du travail...Ne pas mettre le doigt sur les réalités contemporaines de la circulation du capital, c'est oeuvrer dans le sens de faux-semblants qui mènent à des impasses bien réelles. Pour ce qui est de l'équilibre, il faut bien constater que les mouvements de capitaux obéissent de plus en plus à des mouvements déséquilibrés, paefois erratiques, et que le capitalisme risque bien de passer de crises en crises de plus en plus rapides...

 

Steve KEEN, L'imposture économique, Les éditions de l'atelier, 2014. Marion GASPARD, théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (John Maynard Keynes - 1936), dans Encyclopedia Universalis, 2014.

 

ECONOMIUS

 

      

 

Partager cet article

Repost0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 14:55

    S'il existe une vraie valse des étiquettes, c'est bien dans le monde des économistes et des théories économiques. En effet, il est tout de même troublant - blagues (c'est-à-dire vraies incompétences) journalistiques mises à part -, de constater que dans le détail des réflexions économiques, le néo-libéralisme n'a pas grand chose à voir avec le libéralisme, ni le néo-keynésianisme avec les idées de KEYNES. Pour le néo-keynésianisme, la volonté affichée de marirer le libéralisme classique et le keynésianisme ramène en fait très en arrière dans la réflexion économique, à l'illusion de l'existence de l'équilibre général. John HICKS (1904-1989) tente de modéliser les idées keynésiannes dans un cadre purement classique, et à sa suite devant les apories d'une telle construction, l'école auto-dite néo-kyennésienne, se scinde en deux branches parfois abusivement qualifiées de complémentaires : celle de John HICKS lui-même qui postule que l'équilibre général est la règle en économie, le déséquilibre un cas exceptionnel, l'autre, avec Robert CLOWER (1926-2011) et Axel LEIJONHUFVUD (né en 1933) qui développe l'équilibre général comme un cas d'école, le déséquilibre étant au contraire la règle.

 Une sorte de macroéconomie néokeynésienne s'élabore, soutenue par John HICKS toujours, avec le célèbre IS-LM (qui décrit l'impact de politiques budgétaires de demande sur le PIB) et surtout Paul SAMUELSON (1915-2009). Ce dernier écrit un manuel d'économie qui sert de base encore aujourd'hui (hélas!) d'apprentissage pour les étudiants en économie, dans l'éensemble du monde occidental. Il interprète la courbe de Philips avec Robert SOLOW (né en 1924) et formalise l'accélérateur keynésien, modèle en dotation factorielle pour expliquer le commerce international. Ces théoriciens font le lien entre fondements microéconomiques pour les agréger et former la macroéconomie usuellement utilisée. A noter que les étudiants qui continue ensuite dans cette voie d'études économiques peuvent apprendre plus tard, mais sans forcément l'assimiler, que d'autres auteurs critiquent tous ces modèles et démontent leur logique, dans des études critiques dont Steve KEEN rend compte (L'imposture économique). Mais au lieu de reprendre sur le métier à partir de la mise en évidence d'erreurs logiques et d'hypothèses erronnées (un système économique est tout simplement le décalque et la somme de tous les comportements individuels), nombre d'auteurs poursuivent sur la même lancée, considérant pour acquis des bases dont la démonstration est bien fragile (quand celle-ci est réellement esssayée!, rarement!). C'est ainsi que se développent des variantes du modèle IS-LM, sur lesquelles se fondent des politiques économiques aux Etats-Unis et en Europe. Sur la croissance, l'économie industrielle, l'équilibre général, des théories s'élaborent, malgré leurs invalidations successives dans l'économie réelle. Par "corriger" ces modèles qui décidément sont revêches à prédire des situations économiques, d'autres élaborations sont présentées comme celles de Robert CLOWER (1965), Axel LEIJONHUFVUD (1967-1968), ou celles d'Edmond MALINVAUD (1977) et J-P BÉNASSY (1976).  Leur dénominateur commun est la référence de l'équilibre général walsarien, élaboré en 1937, alors même que l'ensemble des travaux de KEYNES est de le réfuter et de le remplacer...

 

      Pour expliquer comment une théorie économie banalisée et devenue un lieu commun peut survivre même si ses hypothèses et ses développements sont sans prises avec la réalité, il faut se souvenir de deux choses avant tout :

- l'édition des théories économiques est soumise aux aléas de la politique et de la stratégie globale. Dans un contexte de guerre froide, il est difficile à KEYNES de présenter des réflexions qui flirtent souvent avec le marxisme ou y trouvent parfois des ressourcements ;

- la connaissance des réels travaux des économistes n'est pas générale. Il existe une grosse différence entre ce que l'on apprend aux étudiants de base économique, qui ne s'attardent pas dans leur cursus sur les théories et qui croient qu'elles ont été démontrées de manière solide et ce que les doctorants, obligés souvent d'aller au fond des choses, découvrent dans les bibliothèques spécialisées ou les écrits des auteurs de référence. Ainsi, il n'y a pas de continuité dans l'histoire réelle des théories économiques, seulement des aperçus éclairés suivant les circonstances politiques. Une certaine médiocrité journalistique (croissante à l'heure actuelle) fait le reste du brouillage intellectuel.

 

   C'est ce qu'explique (longuement) Steve KEEN. Tentant de cerner le coeur du problème, il écrit que "la macroéconomie, c'est-àd-dire l'étude du comportement de l'économie dans son ensemble, était au départ un champ de recherches écononomiques indépendant de la micro-économie, c'est-à-dire de l'étude de marchés isolés." Ainsi la notion d'équilibre, indispensable pour fixer les cours (de la Bourse par exemple), ne serait-ce que pour, à la clôture des marchés, décider de la valeur des choses est étendue à une globalité bien plus complexe et bien plus mouvante. "Cependant, continue-til, avec une profonde ignorance des nombreux défauts de la microéconomie, les économistes redessinèrent la macroéconomie, non pas pour améliorer sa pertinence vis-à-vis de l'économie réelle, mais pour en faire une branche de la microéconomie. Aujourd'hui la macro-économie est fondée sur des propositions dont on a démontré le caractère intenable (...). Les germes de ce délabrement théorique étaient présents dès les travaux de Keynes et La théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, du fait de son attachement encore trop fort envers la théories conventionnelle, puis le peocessus s'accéléra avec l'interprétation maginaliste douteuse des travaux de Keynes introduite de façon discutable par Hicks.

A partir du modèle IS-LM de Hicks, la machine était en branle pour éliminer les nouveautés apportées par la macroéconomie et pour restaurer l'énoncer central de l'économie pré-keynésienne qui prévalait avant la crise de 1929 ; un marché économique ne peut pas connaitre de dépression." Ce professeur d'économie et de finance tente d'expliquer le caractère erronné des modèles IS-LM et DSGE, dérivés de concepts microéconomiques déjà suspects et appliqués à la macroéconomie, faisant de cette dernière, ce qui peut paraitre un comble, une branche de la microéconomie... KEYNES, dans ses études économiques, critique d'abord la "loi de Say", selon laquelle toute offre crée sa propre demande, idée critiquée d'ailleurs auparavant par MARX. La "loi de Walras", simple prolongement de la "loi de Say", est fausse dans une économie reposant sur le crédit.

Pour Steve KEEN, les critiques de MARX et de KEYNES envers l'économie conventionnelle de leur époque s'appliquent encore aujourd'hui à la théorie moderne. La réinterprétation hicksienne d'un Keyne "marginaliste" est déconstruite, en racontant au passage comment KEYNES a édulcoré ses premiers travaux pour rendre présentables ses propositions de réforme économique. Avant la Grande Récession que nous vivons actuellement, les économistes néoclassiques étaient confiants dans l'idée qu'ils avaient réussi à réconcilier KEYNES avec WALRAS, ce qui les rendaient optimistes pour le futur de l'économie. Il dénonce l'ereeur réductionniste maintenue parmi les économistes classiques qui fait de la macroéconomie une simple application de "principes généraux" de la microéconomie.

    Au lieu dans la réalité économique d'avoir une sorte de réconciliation, il y a un véritable conflit des idées, dissimulé par la doxa officielle. Au lieu d'un système d'équilibre, se font voir, au travers même des conditions de son fonctionnement, les véritables facettes du capitalisme. C'est si vrai qu'à lire certains ouvrages qui font référence également à Léon WALRAS et à son grand admirateur, John HICKS, qui se réclament d'une théorie néo-classique, n'hésitent pas, sous le couvert d'un "néo-keynésianisme" de développer des idées très proches des néo-libéraux. Et avec eux, ils prônent le désengagement économique des Etats, perturbateurs des équilibres économiques. Ils réagissent tous contre les contestations de MARX et de KEYNES des vertus d'un capitalisme "libéré". Même si leurs familles intellectuelles (néo-classiques et néo-keynésianismes) se conçoivent parfois comme concurrentes, rivales, voire adversaires dans le détail des programmes économiques qu'ils proposent, il existe entre leurs démarches des parentés fortes attestées par le recours aux mêmes sources. C'est ainsi, par exemple, que l'on considère que le premier économiste néo-classique est l'Anglais William Stanley JEVONS (1835-1882), auteur en 1871 d'une Théorie de l'économie politique, voit ses idées initiées dans le champ universitaire par le Français Léon WALRAS (1834-1910), qui enseigne à Lausonne, l'Anglais Alfred MARSHALL (1842-1924), enseignant à Cambridge, et l'Autrichien Carl MENGER (1840-1921), fondateur de l'école autrichienne. 

Ayant adopté les mathématiques comme langage, l'économiste néo-classique construit son raisonnement selon la méthode scientifique usuelle qui se déroule en trois étapes :

- l'identification des acteurs de l'économie et des paramètres qui caractérisent leurs actions ;

- la formulation de liens mathématiques entre ces paramètres, les uns dits compables correspondant à des relations tenant à la définition même de ces paramètres et rappeloant la démarche axiomatique des sciences exactes, les autres dits théoriques, correspondant au résultat de la réflexion analytique de l'économiste ;

- la vérification empirique de la validité des liens théoriques en les confrontant par le biais de la statistique à la réalité historique, mécanisme de vérification qui peut être assimilé à l'expérience du physicien. (Jean-Marc DANIEL).

   C'est précisément la présentation constante de cette scientificité qui, sous un amas de calculs mathématiques, peut impressionner le public et les étudiants qui ne vérifieront pas la validité ou l'invalidité des prémisses ou premières hypothèses à la base de tout l"édifice théorique.  C'est toujours la recherche des conditions d'équilibre des marchés qui est le centre de leur démarche. Néo-classiques et néo-keynésiens sont mûs par la même croyance en l'existence d'un possible équilibre durable entre offre et demande des différents marchés, et John HICKS intervient précisément là où la réalité historique invite à penser le contraire, en faisant la synthèse du keynésianisme et de la théorie néo-classique. De Oskar LANGE (1904-1965) à George STIGLER (1911-1991), des générations d'économistes s'efforce de faire passer la "science économique" comme aussi fiable que les sciences physiques. Malgré les travaux du Français Gérard DEBREU (1921-2004), la question fondamentale de la convergence vers l'équilibre n'est pas résolue.

 

 

Steve KEEN, L'imposture économique, Les éditions de l'atelieer, 2014. Jean-Marc DANIEL, Théorie néo-classique, dans Encyclopedia universalis, 2014.

 

ECONOMIUS

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 13:25

   Une des racines du néo-libéralisme réside dans la croyance que l'affaiblissement économique des Etats au profit d'une économie de marché créatrice d'énormes quantités de richesses partout dans le monde allait être la voie vers une pacification du monde. Non que ses théoriens ou partisans aient réellement cette idée en tête, leur objectif étant plus de s'enrichir plus que d'autres choses, mais la possibilité que le nombre de violences étatiques, de guerres par exemple, pourrait diminuer au profit d'une mise en relation de plus en plus poussées des consommateurs et des producteurs ne peut qu'attirer d'abord la sympathie sur ses pré-supposés. C'était oublier la facette protectrice des Etats envers les moins puissants. C'était oublier (ou ignorer) que les ressorts de l'expansion étatique était en grande partie économiques. Les mêmes motivations économiques transférées des Etats ou grands groupes privés ne produisent pas forcéement des résultats différents, outre le fait que ces moins puissants se trouvent privés d'alliés. Du coup, on observe un peu partout dans le monde, corrélativement à l'accroissement effectif des richesses (mais beaucoup moins importantes que mises en statistique, si l'on enlève les bénéfices financiers agglomérés...), un accroissement des inégalités et des violences. Les conflits sont toujours là et il semble bien qu'ils s'accroissent, se diffusant dans toutes les sociétés, de manière lente et d'autant plus redoutable... La conflictualité dans le monde s'accroit pratiquement dans tous les domaines au rythme même de la mondialisation, qui est parfois avancée comme allant de pair avec la diffusion du néo-libéralisme, au mépris d'ailleurs de la vérité historique (la mondialisation existe depuis longtemps, même si elle n'était pas généralisée comme de nos jours et même si elle ne s'exprimait pas par l'argent...).

    Le terme de néo-libéralisme désigne le renouvellement des thèses économiques libérales à partir des années 1970 et leur application dans les politiques économiques, comme dans leur hégémonie dans le monde académique.  Ces renouvellements se sont attachés à développer certains domaines de la théorie traditionnelle, ou à compléter les zones d'ombres laissées par les premièrs libéraux néo-classiques dont les représentations manquaient souvent de réalisme. L'objectif de ces nouvelles théories est en premier lieu positif ; il vise à améliorer le caractère opérationnel de la théorie, c'est-à-dire à lui permettre de rendre compte de phénomènes observables non intégrés jusqu'alors dans les représentations théoriques. L'ambition est en seond lieu normative ; elle veut fournir les recommandations de politique économique jugées nécessaires pour enrayer le chômage et l'inflation caractéristiques des années 1970. (Liém HOANG NGOC)

    En fait, l'étiquette néo-libérale est utilisée actuellement par la majorité des économistes. Elle sert souvent par défaut pour les théoriciens en panne d'inspiration qui, bien souvent oublient d'en donner la définition ou prétendent qu'il est impossible d'en donner une précisément. Autant dire que le terme n'a aucun sens pour ceux qui se revendiquent du libéralisme, sinon l'utilité très pratique de pouvoir cerner par le simple indice de l'emploi de ce concept, la prévention idéologique de la personne qui s'en sert. Pour beaucoup de ceux qui s'affirment authentiques libéraux (comme wiklibéral), beaucoup de théories monétaristes, qualifiées de néo-libérale, passent par une intervention de l'Etat et des Banques Centrales, ce qui constitue un non-sens. Le néo-libéralisme est souvent associé au néo-conservatisme, aussi libéral que le  collectivisme à la soviétique.

   Il est vrai que le terme néolibéralisme désigne de nos jours un ensemble multidimensionnel d'analyses d'inspiration libérale ou supposée telle. Ces analyses partagent un socle d'idées communes, mais il faut faire un effort intellectuel pour amalgamer des théories qui s'opposent par certains aspects : la dénonciation du développement jugé excessif de l'Etat-providence après la Seconde guerre mondiale ; la promotion de l'économie de marché au nom de la liberté de l'individu et de l'efficacité économique ; des orientations pratiques communes, prônant la dérégulation des marchés et la disparition progressive du secteur public au profit du secteur privé. La signification du mot néo-libéralisme a tout de même varié depuis qu'il est apparu au XIXe siècle et c'est surtout la contemporaine qui est signalée ici, avec la double connotation anti-socialiste et anti-keynéisienne.

    Lièm HOANG NGOC (né en 1964), économiste et homme politique (socialiste) français,  du "Club des Socialistes affligés" créé en 2014, distingue dans cette nébuleuse quatre courants principaux :

- les théories de l'économie de l'offre qui se fondent sur une conception de la dépense publique et du taux d'imposition optimal ;

- le monétarisme focalisé sur les normes de croissance de la masse monétaire. Il s'agit de la version moderne de la "théorie quantitative de la monnaie" de Irving FISHER (1897-1947) ;

- le courant néo-walrasien qui tente d'expliquer la persistance de rigidités de salaires et de prix sur les marchés à partir notamment des travaux de Léon WALRAS, rendus plus réalistes, notamment par ceux de Joseph STIGLITZ (1976) ;

- le courant néo-institutionnaliste qui cherche à produire une théorie générale des institutions et des structures de gouvernance observables dans l'économie. Figure de proue de ce courant, Olivier WILLIAMSON qui dans son ouvrage de 1985 tente de fournir la synthèse de tout un ensemble de travaux sur la "rationalité limitée" et la "gouvernance".

   Bien entendu, il ne s'agit là que d'une classification comme une autre, tant l'univers intellectuel néo-libéral (qui ne se limite pas à l'économie) est poreux, vaste et élastique... Mais tous ces courants amènent des politiques économiques similaires.

  Ainsi, les perceptions en Europe et aux Etats-Unis du néo-libéralisme divergent (même de façon dominante) : aux Etats-Unis, le keynésianisme, pourtant en opposition forte avec le monétarisme et le libéralisme classique, peut être considéré comme néo-libéral... new liberal, ce qui constitue encore une autre source de confusion. Il est utile de rappeller ce que John WILLIAMSON, par exemple (What Washington Means by Policy Reform, dans Latin American Adjustment : How Much Has Happened?, Washington, Institute for International Economics, 1990) résume comme étant le consensus de Washington, partagé par toutes les institutions financières internationales - FMI, Banque Mondiale... :

- Politique budgétaire : les déficits n'ont d'effets positifs qu'à court terme sur l'activité et le chômage, alors qu'ils seront à la cherge des générations futures. A long terme, ils porduisent l'inflation, baisse de productivité et d'activité. Il faut donc les proscrire, et n'y recourir qu'exceptionnellement lorsqu'une stabilisation l'exige ;

- Les dépenses publiques doivent se limiter à des actions d'ampleur sur des éléments clfs pour la croissance et le soutien aux plus pauvres : éducation, santé publique, infrastructures... Les autres subventions (spécialement celles dans une logique de guichet) sont nuisibles ;

- Politique fiscale : les impôts doivent avoir une assiette large et des taux marginaux faibles de manière à ne pas pénaliser l'innovation et l'efficacité ;

- Politique monétaire : les taux d'intérêts doivent être fixés par le marché ; ils doivent être positifs mais modérés ;

- Pas de taux de change fixe entre les monnaies ;

- Promotion de la libéralisation du commerce national et international : cela encourage la compétition et la croissance à long terme. Il faut supprimer les quotas d'import et d'export, abaisser et uniformiser les droits de douane ;

- Libre circulation des capitaux pour favoriser l'investissement ;

- Privatisation des entreprises publiques, démantèlement des monopoles publics pour améliorer l'efficacité du marché et les possibilités de choix offertes aux agents économiques ;

- Déréglementation : à l'exception des règles de sécurité, de protection de l'environnement, de protection du consommateur ou de l'investisseur, toutes les règles qui entravent la concurrence, et empêchent les nouveaux compétiteurs d'entrer sur un marché doivent être éliminées ;

- La propriété doit être légalement sécurisée ;

- Financiarisation.

 

Dans de nombreuses régions du monde, écrit Lièm HOANG NGOC, les politiques néo-libérales ont contribué à consolider un régime de croissance macro-économique où se redéfinit le partage salaire-profit en faveur des profits privés. "En particulier, la réduction de la fiscalité pesant sur les entreprises, la désinxation des salaires sur les prix et une politique monétaire restrictive - les taux d'intérêts prohibitifs incitant au désendettement - ont autorisé ou incité les entreprises à restaurer leurs marges et leurs fonds propres. Ce mouvement n'a pas engendré une reprise significative de l'investissement et de l'emploi. Il a contribué à alimenter une épargne financière à caractère hautement spéculatif et extrêmement volatil". Parmi les traits significatifs de cette politique économique, il indique :

"- Sur le plan micro-économique, les processus de croissance externe et de "financiarisation" des entreprises se sont développés, à la faveur de la dérégulation des marchés financiers. Les fusions-acquisitions-externalisations-restructurations ont pris la place des investissements de capacité. Sans créer d'activités nouvelles, en fusionnant des entreprises ou en acquérant de nouvelles, les grands groupes se sont recentrés sur un noyau dur d'activités spécifiques restructurées, d'une façon semblable au schéma décrit par le modèle de "corporate gouvernance" de Williamson (1985). Ils sont revendu ou externalisé leurs activités périphériques qu'ils gardent sous contrôle, notamment sous forme de sous-traitance. ils mettent fortement en concurrence les petits fournisseurs. La norme de sanction du cours des actions des entreprises qui s'est affirmée sur les marchés financiers est devenue la valorisation à court terme de leurs fonds propres, dont le corollaire se matérialise par un ajustement à la baisse de la masse salariale. la contraction de l'emploi en est la principale conséquence lorsqu'une situation de croissance ralentie restreint les débouchés des entreprises.

- Sur le plan macro-économique, le régime de croissance est caractérisé par une inflation peu élevée, des taux d'investissement relativement bas et une consommation faible, alors que s'affirme une épargne excédentaire, ces traits caractérisent l'économie européenne de la décennie 1990. Il en résulte une croissance structurellement faible et financièrement instable. Les marchés financiers sont certes dynamiques, mais ils sont menacés en permanence par un effondrement des crous, dû à un retournement des anticipations des gestionnaires de l'épargne, déplaçant leurs fonds d'une place financière à une autre au jour le jour en fonction de critères de rentabilisation de très court terme. Cette volatilité est elle-même liée à une économie réelle où les perspectives des entreprises sont contraints par un univers macro-économique ralenti.

    Dans sa conclusion, on peut lire :

"Les théories néo-libérales sont progressivement devenues dominantes dans la perception de la réalité économique. Elles ont produit des recommandations normatives, appliquées sous des formes diverses par les gouvernements. Le régime de croissance néo-libéral qui s'est installé dans certaines régions du monde est caractérisé par une croissance ralentie, financièrement instable et porteuse d'une épargne à caractère fortement spéculatif. La persistance du chômage et les risques financiers incitent désormais les gouvernements, les institutions économiques internationales et les économistes à recheercher les voies d'une nouvelle régulation des marchés pour maîtriser les risques liés à la volatilité de l'épargne mondiale. Dans le mêm temps, le commencement du troisième millénaire pourrait être marqué par la résurgence d'une réflexion autour de la mise en oeuvre, coordonnée à l'échelle supranationale, de politiques monétaire et budgétaire de soutien à la croissance."

 

Lièm HOANG NGOC, Néo-libéralisme, dans Encyclopedia Universalis, 2014.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 09:55

   Le conflit en entreprise relève à la fois du conflit interindividuel (ou interpersonnel) et du conflit collectif. Malgré un organigramme et une hiérarchie sensés garantir l'activité des salariés et/ou des collaborateurs des entreprises vers l'efficacité optimum, aucune organisation de la production ou des services ne peut prémunir contre l'existence de conflits interpersonnels, qui résulte du face à face de personnalités qui, le plus souvent, ne partagent rien d'autres que l'appartenance à une entreprise ou à un service. Mélange de conflit "de compétence" (même dans les cas où les fonctions sont bien définies) et d'"incompatibilité de caractères", ce conflit interpersonnel interfère avec le travail proprement dit, dans des proportions très variables d'une population à une autre, dans des proportions qui sont liées souvent au type de relations que les individus entretiennent avec l'entreprise, ce qui peut aller de la constante négociation et du constant rapport de force dans des entreprises européennes à une relative discipline rigoureuse faite d'abnégation et de dévouement dans des entreprises japonaises. Ce conflit "subjectif" se mêle plus ou moins à un conflit directement lié aux conditions de travail et à la division du travail, plus "objectif" et sans doute plus quantifiable, où dominent les rapports de classe : ouvriers et contremaitres, ouvriers et patrons mènent une sorte de jeu social où entrent en compte de manière complexe représentation du travail (de sa qualité, de son utilité, pour les uns et pour les autres), conditions matérielles, niveaux de rémunération...

  Le conflit, remarque Christian THUDEROZ, "loin de disparaitre, comme l'annonce en est souvent faite (rendu obsolète, nous dit-on, par les nouveaux modes de management ou les nouvelles formes d'organisation productive, devenues flexibles et réticulaires), rythme toujours le quotidien des ateliers et des bureaux (...). Un flou sémantique entoure la notion : elle renvoie à des situations différenciées. Un silence assourdissant lors d'une réunion de projet, une hostilité marquée entre deux top managers, une pétition pour demander le renvoi d'un chef d'atelier, une délégation "musclée" à la direction, un portail cadenassé : autant de situations sociales que l'analyste désigne par un même terme : conflit. Ce sont pourtant des intentions et des actions différentes. Le mot, en fait, désigne deux phénomène : une divergence entre des individus - par exemple, l'usage disputé, entre deux collègues, d'une salle de réunion, qu'ils estiment chacun avoir réservée ; le heurt entre un salarié et son manager qui lui annonce qu'il ne fait pas partie de la liste des promus ; le refus de syndicalistes d'avaliser un plan de restructuration - et l'expression, en actes, de cette divergence par divers moyens coercitifs : l'altercation entre deux employés, le départ collectif et bruyant de certains salariés à l'heure habituelle, pour marquer leur refus de faire des heures supplémentaires, ou la grève. Cette dernière action est qualifiée de "conflit du travail" (si sa durée dépasse la journée) ; les analyses comptent ainsi chaque année le nombre de JINT, journées individuelles non travaillées - le terme technocratique et l'outil de mesure de ces grèves -, pour en tirer de savantes leçons sur l'évolution de la conflictualité sociale. Or, tout désaccord ne se transforme pas en grève ; et le nombre de journées de grèves est dérisoire par rapport au nombre de journées où les désaccords ne prennent pas cette forme ouverte... 

Si le désaccord est fréquent (car inhérent à la relation d'emploi, à l'effort de production et aux difficultés de la coordination), mais qu'il débouche rarement sur un conflit ouvert, c'est donc le basculement du sésaccord en conflit qu'il faut expliciter. Il s'agit d'expliquer ce saut, cette rupture, ce recours à la pression directe." Cette manière de comprendre le conflit se rappoche - et ce n'est sans doute pas un hasard à la théorie du passage à l'acte dans la sociologie criminelle. Le conflit et son expression sont deux choses bien différentes et si cette expression est identifiable, le conflit lui-même n'est souvent pas ouvertement exprimé, même s'il préexiste à cette expression...  Pour préciser les choses, le professeur de sociologie (Université de Lyon), chercheur au centre Max Weber, propose pour penser le conflit entreprise de ne retenir que les situations sociales caractérisées par trois éléments :

- la présence d'au moins deux individus, en relation ;

- le fait qu'il oppose des personnes, et non des entités abstraites ;

- le fait qu'ils s'y déroulent dans un lieu spécifique : un espace de travail et de subordination.

Ce qui exclue les conflits moraux (ou de devoirs), les conflits intrapsychiques propres à chaque individu et les conflits d'éléments, comme les conflits d'horaires ou de judiridiction (les fameux conflits de compétence...). Ce qui inclue (et ne les opposent pas) conflits individuels et conflits collectifs dans l'entreprise. le sociologue ne doit pas les confondre mais ne peut négliger l'impact des uns sur les autres.

Mais malgré toutes ces précisions, les sociologues s'opposent fondamentalement sur l'appréciation du conflit : est-ce un accroc, nuisible à la coopération, qu'il faut éviter ou rapidement circonscrire? Ou un révélateur de problèmes, l'occasion de changer l'organisation, de stimuler l'innovation. "Chaque analyste argumente, preuves à l'appui, pour défendre l'une des deux thèses. Celle du dysfonctionnement, un temps dominante aux premières années du XXe siècle taylorien - il en reste encore des traces chez les managers...- a laissé place à la seconde; celle du conflit fonctionnels (en plus d'être naturel), dès les années 1940. ces deux images ne sont pas inconciliables ; saisies simulanément, elles offrent une approche réaliste du conflit." Cette généralité n'est cependant pas partagée par tous les acteurs sociaux... On ne peut oublier de mentionner q'il existe toute une catégorie de "sociologues" d'entreprises qui sont plus au service de ces dernière bien plus qu'elle ne fait avancer les recherches en matière de conflits liés au travail. Recyclés professionnels en conseils des chefs d'entreprise (souvent sous forme d'audits...), ces "sociologues" entendent souvent mettre à profit leur "science" pour faire régner dans les ateliers et dans les bureaux une "paix" plus ou moins profitable car en fin de compte obligeant les acteurs salairiés ou collaborateurs à des stratégies camouflées, où les conflits ne sont pas exprimés mais conduisent toutefois à des résultats en fin de compte dommageables pour l'activité économique.

   En tout cas, en suivant toujours Christian THUDEROZ, nous pouvons distinguer cinq manières de penser le conflit en entreprise :

- une approche historiciste, qui place l'entreprise dans l'Histoire. Deux variantes : tentative d'aménagement des rapports sociaux et effort de révision des règles. Les sociologues de cette manière peignent des acteurs stratèges, en lutte pour des positions de pouvoir, certains s'évadent de l'entreprise et requalifient ces rapports de pouvoir en rapports de classe ;

- une approche stratégique, qui dépasse les contradictions de classe pour raisonner en termes de jeux sur les règles et de jeux de pouvoir et qui localise l'attention dans les seules organisations ;

- une approche, pragmatique, décisionnelle, qui s'attachent aux individus, dans ces organisations, qui ressentent le besoin de prendre des décisions communes (ou à définir des règles communes) mais se heurtent à différentes difficultés, du fait de différence d'objectifs et de perceptions ;

- une approche fonctionnelle où le conflit joue un rôle. C'est la recherche de la description du mécanisme ad hoc pour que les situations s'ajustent, pour que s'inventent des solutions originales aux problèmes, pour que les individus s'unissent, pour que les groupes renforcent leur cohésion ;

- une approche justicielle, qui s'intéresse aux dimensions de justice et de reconnaissance, au coeur des luttes sociales et du conflit d'entreprise.

  Ce découpage reste très théorique, car les sociologues ont l'habitude de butiner dans plusieurs approches. ils le font souvent en référence de réflexions globale sur le conflit. Sur les réflexions globales de Ralf DAHRENDORF et ses continuateurs, de Robert PARK et Ernest BURGESS, ou encore de Georg SIMMEL, de Julien FREUND ou encore de Anatol RAPOPORT.

    Ralf DAHRENDORF (1929-2009), notamment dans son Classes et conflits de classe dans la société industrielle (Mouton, 1972) n'effectue pas de disctinction entre les notions de compétition et de conflit. Dans les deux cas, il y a rivalités de pouvoir et perception d'une incompatibilité d'objectifs. Robert PARK (1864-1944) et Ernest BURGESS (1886-1966), auteurs d'une Introduction to the Science of Sociology (1924) et inspirateurs d'une longue tradition d'études (suivis par Everett HUGHES, Erwing GOFFMAN ou Howard BECKER), préfèrent distinguer les deux concepts. la compétition, pour eux, est un rapport social parallèle (le cadre de l'interaction est défini independamment de la relation) ; le conflit suppose, lui, un contact social et une intervention délibérée sur l'action de l'autre. La condition d'existence du conflit est un face à face où des coups (intellectuels, moraux, physiques)  peuvent être échangés. Julien FREUND (1921-1993), dans sa Sociologie du conflit par exemple (PUF, 1983) insiste sur cette différence : le conflit n'est pas compétition. L'une traduit une rivalité normale, nommée état agonal ; l'autre, un affrontement, un état polémique. L'état agonal est précaire, fragile ; à tous moments il peut basculer en état polémique - et l'adversaire devenir un ennemi. Chez Anatol RAPOPORT (1911-2007), en revanche, dans son Combat, débats et jeux (Dunod, 1960), l'échelle est inversée. Il distingue trois modes conflictuels : le combat (donc une animosité, une volonté mutuelle d'en découdre et le souci des combattants d'être chacun le plus fort), les jeux de stratégie (comme le jeu d'échecs) où chacun maximise son avantage et le débat (conflit de persuasion). 

  De nombreux auteurs abordent le conflit en entreprise, de manière restreinte ou de manière large, leur inspiration chez Max WEBER et chez Emile DURKHEIM est parfois marquée. Ainsi, Alain TOURAINE (né en 1925), Ulrich BECK (1944-2015), Pierre BOURDIEU (1930-2002) ou encore AKROYD et THOMSON (Organisational Misbehaviour (Sage, Londres, 1999) et BÉLANGER et THUDEROZ (Le répertoire de l'opposition au travail, dans Revue française de sociologie, 2010) étudient les différentes facettes du conflit en entreprise, suivant des modalités différentes et des sensibilités idéologiques elles aussi différentes, selon les modalités d'évolution de la division sociale du travail, du salariat et des entreprises elles-mêmes.

A remarquer que des auteurs comme André GORZ ou Michel LALLEMENT ne dissocient pas l'étude  des conflits à l'intérieur des entreprises de celle des conflits sociaux dans la société au sens large. A trop vouloir se limiter au monde interne à l'entreprise, on peut passer à côté d'évolutions majeures. A rebours, faire l'économie de l'étude des conflits (qui peuvent apparaitre comme des micro-conflits) à l'intérieur de l'entreprise, risque de faire passer à côté de constantes et de variables sociales empêchant une claire analyse de la lutte globale de classes. Les conflits en entreprise n'obéissent pas tous à une logique de classe ; les conflits entre classes sociales ne sont pas réductibles à ce qui se passe dans l'arêne politique ou économique globale. La tendance s'observe, de la même manière, à considérer surtout les conflits interpersonnels, l'entreprise n'étant qu'un cadre contraint, et à faire l'impasse sur les rapports de pouvoir résidant dans l'organisation même de la production des biens et des services. Ceci dans le cadre d'une évolution des mentalités vers un individualisme de plus en plus insistant.  Pourtant, un conflit de pouvoir à l'intérieur d'une entreprise industrielle n'est pas de même nature qu'un conflit de pouvoir à l'intérieur de n'importe quelle autre organisation, voire dans le cadre de vie quotidien. Le mérite d'une sociologie des entreprises, même lorsqu'elle reste dans le cadre du respect de l'idéologie dominante (règne du marché, acceptation des principes hiérarchiques, acceptation de niveaux de vie très différents par exemple) est de mettre l'accent précisément sur ces caractères spécifiques. 

 

Christian THUDEROZ, Sociologie du conflit en entreprise, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

 

ECONOMICUS

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:35

   Le développement de marchés des dettes publiques et privées va de pair avec le surdéveloppement de la sphère financière du système capitalisme qui va jusqu'à faire de ce dernier le secteur économique dominant. Mûs par le principe de l'assurance et de la réassurance, ces marchés, dont ceux des produits dérivés sont les plus spectaculaires, constituent autant de recherches du risque minimum de la part d'acteurs, aux tailles diverses, qui recherchent toujours le profit maximum dans le placement de valeurs de toutes sortes. Comme cette recherche est le fait d'acteurs perpétuellement en concurrence ou en conflit, le résultat global va souvent à l'encontre de l'objectif poursuivi, au vu de l'histoire des crises financières de plus en plus sévères qui agitent le système capitaliste contemporain. Aiguillonnés par la vitesse accrue du traitement - maintenant totalement informatisé ou presque - des transactions sur les différents marchés, les différents acteurs agissent en fonction de vues de plus en plus court terme et du point de vue de leurs intérêts particuliers réduits parfois à leur plus simple expression, sans perspective d'ensemble et sans référence à une gouvernance bien plus évoquée qu'appliquée. Si auparavant, la panique financière était l'explication immédiate de nombreux crash, elle semble devenue le moteur de l'activité. Ce qui donne un caractère massif aux crises actuelles, caractère parfois mal rendus par les mass-médias, qui se soumettent souvent à une sorte auto-censure prudentielle, d'autant plus facilement que la plupart des moyens d'informations sont la propriété d'organismes financiers ou d'organismes proches des milieux financiers. Si le fonctionnement du système capitalisme, avec une certaine ignorance de processus bien violents, peut se prêter à une analyse balancée de ses saubresauts, impliquant production, circulation et consommation de marchandises, celui de sa sorte d'excroissance financière rend difficile une analyse bienveillante. 

 

   Catherine MATHIEU et Henri STERDYNIAK, de l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE - Science Po) écrivent que "le satde actuel du capitalisme, le capitalisme financier, se caractérise par le développement prodigieux des marchés financiers. Tandis que les institutions financières (banques, fonds de placement, fonds spéculatifs) obtiennent des profits exorbitants en jouant de la volatilité des marchés, des masses énormes de capitaux sont perpétuellement à la recherche des placements les plus rentables, les plus liquides et les moins risqués possibles.

Mais comment trouver la contrepartie : des emprunteurs sans risque et prêts à payer des taux d'intérêt importants? Il faut obligatoirement un montant énorme de dettes face à un montant énorme d'actifs financiers. Les pr^teurs veulent investir des sommes importantes, mais s'inquiètent ensuite de ce que les empretteurs sont trop endettés : ils recherchent des rentabilités élevées, mais celles-ci fragilisent les emprunteurs ; c'est la malédiction du prêteur. Les pays, les entreprises ou les ménages qui bénéfiient d'apports importants de fonds sont fragilisés, puisqu'ils deviennent fortement endettés et dépendants des marchés de capitaux : c'est la malédition de l'emprunteur.

Le système financier international est ainsi à la recherche perpétuelle d'emprunteurs : jadis, les pays du tiers-monde ; puis les pays d'Asie en développement rapide ; puis les Etats-Unis et les ménages anglo-saxons. En 2010, les marchés financiers ont besoin de prêter massivement à des agents sûrs. Comme les ménages et les entreprises cherchent à se désendetter, compte tenu de l'incertitude économique, ce sont les Etats qui doivent s'endetter : en même temps, leurs positions sont fragilisées. Les marchés veulent des emprunteurs, mais ils leur reprochent d'être endettés. A la limite, ils ne veulent plus prêter qu'à des agents excédentaires, ceux qui n'ont pas besoin d'emprunter."  Ces constats sont caractéristiques d'une économie de la dette où les détenteurs des capitaux ne cherchent plus des investissements matériels, visant des productions ou des services, mais à se procurer d'autres capitaux plus sûrs sur un marché qui, en fin de compte, se nourrit de l'existence d'une dette phénoménale, d'un marché qui a besoin pour exister de cette endettement massif. 

"Dans une économie, poursuivent-ils, où la masse des capitaux financiers est importante, l'endettement est automatiquement élevé. Beaucoup d'gent sont endettés et certains le sont plus que les autres. Il y a donc en permanence des doutes sur la solvabilité des emprunteurs. les marchés sont moutonniers ; leurs anticipations sont auto-réalisatrices et les opérateurs le savent. Ils sont vigilants, mais leur vigilance accentue les risques de crise. Il suffit qu'une rumeur mette en doute la solvabilité d'un pays pour que certains gestionnaires de fonds (ceux qui recherchent la sécurité) soient obligés de se vendre les titres qu'ils détiennent sur ce pays ; cela fait monter les taux d'intérêt supportés par ce pays, ce qui induit les agences de notation à les déclasser (puisque cette hausse augmente les risques de faillite), ce qui induit d'autres gestionnaires à vendre, ce qui entraine une nouvelle hausse des taux, ect. La globalisation financière oblige l'économie mondiale a vivre en permanence sous la menace de crises de la dette. Elle provoque en permanence le gouflement des déséquilibres qui finissent un jour par éclater.

La crise de 2007-2008 a montré que des événements inimaginables, comme la faillite de Lehman Brothers, pouvaient se produire ; de sorte que les marchés sont plus nerveux, plus rapides à envisager des scénarios extrêmes, ce qui accentue leur instabilité. Les marchés financiers se souviennent qu'ils ont réussi à faire exploser le Système Monétaire Européen en 1992, qu'ils ont obligé l'Argentine à sortir du currency board en 2001. Pourquoi ne réussiraient-ils pas à faire exploser la zone euro?

Les Etats sont ainsi soumis à des exigences contradictoires : soutenir l'activité économique (y compris en venant au secours des institutions financières défaillantes), et assurer leur propre situation financière.

Dans la finance globalisée, les politiques économiques doivent se consacrer à rassurer les marchés, alors même que ceux-ci n'ont aucune vision pertinente de l'équilibre et de l'évolution macroéconomique, comme en témoignent les fortes fluctuations des marchés financiers (cours boursier ou taux de change).

Les détenteurs de capitaux veulent détenir des avoirs financiers importants. Avant la crise, ce désir avait été satisfait grâce au développement de bulles financières et immobilières. Après l'éclatement de celles-ci, le déficit de demande doit être comblé par le déficit public et par de bas taux d'intérêt. Si les marchés refusent cette logique, en faisant augmenter les taux d'intérêt de long terme de long terme, sous prétexte de prime de risque quand l'Etat soutient l'activité, et les pays qui se sont endettés pour soutenir l'activité (et le secteur financier) doivent rapidement se désendetter, la politique économique devient impuissante et l'économie mondiale ingouvernable. Ainsi, en 2011 (année de leur article, mais l'analyse reste malheuresement actuelle), les pays risquent de payer lourdement leur manque de courage collectif à s'attaquer à la domination des marchés financiers."

 

   Rappelons que les marchés de la dette, marché monétaire pour les dettes à court terme (moins d'un an) et marché obligataire pour les dettes à moyen et long terme (plus d'un an) sont en volume beaucoup plus importants que les marchés d'action (directement branchés sur les systèmes productifs de biens et de services). En 2010, les encours sur le marché obligataire mondial fin 2010 se monte à 95 trillions (95 000 milliards) de dollars. (Bond Markets report, 2011)

Mais les encours les plus importants se trouvent maintenant sur les marchés de contrats dérivés dont l'importance a fortement augmenté (en 2010, 601 trillions). (BIS Quaterly Review, June 2011) Ces encours sur les marchés dérivés ne représentent pas une valeur réelle absolue, beaucoup de ces contrats (option d'achat ou de vente) portent sur les mêmes valeurs (euros, dollars, pétrole, riz...) et s'annulent les uns des autres (Comment, combien?... Personne ne le sait!). Leur valeur de marché brute est définie comme leur valeur liquidative à la date du jour d'estimation ; au premier décembre 2010 leur valeur brute est estimée à 21 trillions (Slate Groupe, 2012)  (Si c'est vrai, on ne peut qu'imaginer toutes les opérations intermédiaires spéculatives!).

Il faut noter dans cette augmentation des marchés dérivés la place des credit default swaps, CDS, assurances sur les risques de défauts des dettes. Les CDS, qui ont déjà conduit à la chute de l'assureur Americain International Group en 2008, compliquent considérablement les conséquences d'un défaut de paiement d'un Etat comme la Grèce. Le 1 Mars 2012, l'International Swaps and Derivatives Association a annoncé que les CDS sur la dette grecque ne seraient pas activés dans l'immédiat...

 

   Au terme d'une analyse très froide sur les produits dérivés que nous conseillons de lire à tête (très) bien reposée, Yves JÉGOUREL pose la question : sont-ils des outisl des risques ou des armes de déstabilisation des marchés et des économies? Pour y répondre au moins partiellement, le maître de conférences en économie à l'Université Montesquieu-Bordeaux IV, spécialiste de la finance internationale, apporte quelques éléments d'analyse.

Les produits dérivés se prêtent tout particulièrement à la spéculation, détournés de leurs usages premiers, instruments de couverture des risques. Ils demeurent utiles lorsqu'ils sont suffisamment encadrés, idée intéressante au moment où cet encadrement s'avère très minimum. Ils participeraient alors à un meilleur transfert des risques entre agents économiques et augmenteraient la quantité d'information présentes sur les marchés financiers.

L'auteur estime que "Au-delà de ses dérives, le marché des actions, ds obligations ou de tout autre titre de créance ou de dette négociables remplit en premier lieu une fonction indispensable à la croissance économique : le financement de l'économie que le secteur bancaire, par sa fonction de collecte de l'épargne des ménages, ne pourrait assumer seul.

En second lieu, "sur les marchés financiers des forces de rappel provenant de la sphère réelle et qui, à plus ou moins long terme (pour un coût économique certes conséquent), corrigent ces excès. Le monde financier ne peut donc être durablement déconnecté de la sphère réelle." C'est sans doute précisément cette déconnexion temporaire entre les deux sphères matérielle et financière de l'économie qui donne le ton des mouvements de capitaux actuels. C'est sans doute, pour pousser plus loin, cette déconnexion qui permet des opérations fabuleuses aboutissant à des surprofits de plus en plus vertigineux. L'impression que ces sur-profits reposent sur du vent repose sur une certaine anémie de l'activité réelle contrastant avec une santé de l'activité virtuelle. 

L'auteur a expliqué auparavant toute l'utilité de tels instruments d'un point de vue microéconomique. Le niveau élevé d'expertise des agents qui opèrent sur les marchés financiers donnent l'illusion d'une maitrise qui n'existe sans doute qu'au niveau de leurs activités propres. Ainsi lorsque l'analyse s'élève au niveau macroéconomique, "un bilan beaucoup plus nuancé doit être établi." Le transfert de risques (qui ressemble à un jeu de chaises musicales orienté vers le prêteur - perdant - en dernier ressort, le marché des dettes ressemblant alors à un marché de dupes) "peut se faire de deux façons :

- soit par la confrontation d'agents économiques cherchant à se couvrir contre des risques de nature opposée (un importateur cherchant à se protéger contre une appréciation du dollar américain et un exportateur cherchant à se protéger contre une dépréciation de cette même devise),

- soit par la confrontation d'agents désireux de se soustraire aux risques auxquels ils sont soumis avec des agents dont la fonction économique est de prendre ces risques en échange d'une rémunération.

L'existence de spéculateurs sur les marchés de produits dérivés apparait, de ce point de vue, normale."

Tout un débat existe entre l'apparition de ces produits dérivés et celle de la spéculation financière : la simultanéité entre la création d'un dérivé et l'usage spéculatif qui en est fait est soulignée par plusieurs auteurs (voir par exemple B SPOTTON VISANO, "Financial manias and panics. A socio-economic perspective, dans The American Journal of Economics and Sociology, volume 61, n°4, 2002), qui reprennent plus ou moins l'argument de SCHUMPETER sur les innovations financières.

L'auteur ne veut pas condamner complètement les produits dérivés dont les marchés ressemblent parfois à des casinos. "Si cette comparaison est souvent faite, elle se doit d'être largement nuancée : un spéculateur n'est en premier lieu pas toujours ce particulier que l'on serait tenté de qualifier de "naïf"  pariant sur l'évolution du cours des actions en engageant des sommes qui lui sont propres. A la différence de l'inoffensif joueur de casino, certains spéculateurs professionnels, grâce aux produits dérivés négociés sur les marchés organisés, disposent de l'opportunité de parier sur des sommes qu'ils ne possèdent pas. A la différence d'un jeu de hasard enfin, le résultat d'un pari spéculatif sur les marchés financiers n'est pas strictement indépendant des stratégies mises en oeuvre par le spéculateur. Le mimétisme des comportements, conjugués aux prises de position amplifiées par les produits dérivés, peut alors avoir des conséquences d'autant plus dramatiques qu'elles se répercuteront quasi inévitablement sur la sphère réelle." La comparaison par l'auteur des jeux spéculatifs financiers et des jeux de casino, loin de constituer une défense des marchés financiers, semblerait être bien au désavantage de ces derniers...

"Les produits dérivés sont susceptibles de favoriser une meilleure couverture des risques individuels. Ils peuvent en revanche accroître non seulement le risque d'instabilité financière à l'échelle d'un marché, mais aussi le risque systémique. Trois arguments justifient cette affirmation :

- Ces outils peuvent encourager le mimétisme des agents financiers. Celui-ci serait d'ailleurs stimulé par le sentiment erroné que de tels produits accroissent la liquidité des marchés. 

- Ils peuvent inciter les opérateurs financiers à prendre des positions d eplus en plus risquées puisque tout risque est supposé être assurable.

- Ils peuvent, par leur fonction de transfert des risques, créer in fine une opacité dans le fonctionnement des marchés. Celle-ci peut alors, en période d'instabilité, exacerber le "stress" des opérateurs financiers, jusqu'à créer les conditions d'une véritable panique, propice au déclenchement d'une crise financière."

 

Yves JÉGOUREL, Les produits dérivés, La Découverte, collection Repères, 2010. Catherine MATHIEU et Henri STERDYNIAK, Quand les marchés s'en mêlent : la crise des dettes souveraines dans la zone euro, OFCE.

 

ECONOMIUS

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 16:15

  Nous suivons toujours David GRAEBER dans l'étude historique de la dette, quitte à y revenir plus tard avec d'autres auteurs. Il faut dire que dans le domaine qui nous occupent - le conflit - les hypothèses et les analyses du docteur en anthropologie, intellectuel les plus en vue du moment où le doute s'installe sérieusement sur les bien-fondés du fonctionnement du capitalisme financier actuel sont particulièrement riches. 

   Reprenant complètement la perspective d'ensemble de l'histoire depuis pratiquement 5 000 ans, il effectue une périodisation qui prend pour centre d'influence, l'évolution même de la dette. Partant beaucoup d'études sur l'esclavage (dont il effectue la liaison avec le péonage, le servage et le salariat). Dans l'histoire mondiale, un événement domine selon lui tous les autres : l'invention des pièces de monnaie. "Il s'avère qu'elles sont apparues indépendamment en trois lieux différents, presque simultanément : dans la greande plaine de Chine du Nord, dans la vallée du gange au nords-est de l'Inde et autour de la mer Égée - dans les trois cas entre 600 et 500 av JC approximativement. la raison n'était nullement une soudaine innovation technologique : les techniques utilisées pour fabriquer les premières pièces ont été entièrement différentes d'un ca à l'autre (SCHAPS, 2006). C'&tait une transformation sociale. Pourquoi cela s'est-il passé précisément de cette façon? C'est un mystère historique. Mais voici ce que nous savons : pour une raison indéterminée, en Lydie, en Inde et en Chine, des monarques locaux ont jugé que les anciens systèmes de crédit en vigueur dans leur royaume n'étaient plus adéquats, et ils ont commencé à mettre en circulation de minuscules fragments de métaux précieux - métaux jusque-là essentiellement utilisés pour le commerce international, sous forme de lingots - et à encourager leurs sijets à s'en servir dans leurs transactions quotidiennes.

A partir de là, l'innovation fait tache d'huile. Pendant plus d'un millénaire, les Etats du monde entier se sont mis à battre monnaie. ¨Puis vers 600 ap JC, à peu près à l'époque où l'esclavage disparait, la tendance s'est soudainement inversée. Les liquidités se sont taries. Partout il y a eu retour au crédit."

Notre auteur voit dans les 5 000 dernières années un "vaste mouvement d'alternance entre des périodes dominées par la monnaie de crédit et d'autres où l'or et l'argent prédominent (...)." Et la facteur provoquant ce vaste mouvement est la guerre. pourquoi? Parce que "les pièces d'or et d'argent se distinguent des accords de crédit par une caractéristique spectaculaire : on peut les voler. Une dette est, par définition, un document archivé, et une relation de confiance. En revanche, celui qui accepte de l'or ou de l'argent en échange d'une marchandise n'a besoin de faire confiance qu'à l'exactitude de la balance, à la qualité dyu métal et à la probabilité qu'un autre sera prêt à l'accepter. Dans un monde où la guerre et la menace de la violence existent partout (...) simplifier ses transactions a des avantages évidents. C'est encore plus vrai quand on les mène avec des soldats. D'une part, ceux-ci ont accès à de nombreux butins, qui sont souvent en or et en argent, et ils chercheront toujours à les échanger contre les bonnes choses de la vie. De l'autre, un soldat itinérant lourdement armé est l'incarnation même du mauvais "risque de crédit". (...). Donc pendant une grande partie de l'histoire de l'humanité, le lingot d'or ou d'argent, estampilé ou non, a joué le même rôle que la valise pleine de billets non marqués du dealer d'aujourdh'ui : celui d'un objet qui n'a pas d'histoire, précieux parce que chacun sait qu'on l'acceptera à peu près partout et sans poser de questions en échange d'autres biens. Bref, si les systèmes de crédit l'emportent, en général, dans les périodes de relative paix sociale, ou au sein de réseaux de confiance (créés par des Etats ou, comme ce fut le cas à la plupart des époques, par des institutions transnationales, telles les corporations de marchands ou les communautés confessionnelles), dans les périodes caractérisées par la guerre et le pillage généralisé, ils sont souvent remplacés par les métaux précieux. De plus, si le crédit prédateur a continué dans tous les périodes de l'histoire de l'humanité, il est clair que c'est dans celles où les fonds étaient le plus aisément convertibles en liquidités que ses "crises de la dette" ont fait le plus de dégâts."

 

       David Graeber distingue quatre grandes périodes, plus celle que nous vivons actuellement :

- l'Âge des premiers empires agraires (3 500- 800 av.jc), dominé par la monnaie virtuelle de crédit ;

- l'Äge axial (800 av JC-600 ap JC), caractérisé par le monnayage et par un passage généralisé au lingot métallique ;

- le Moyen-Âge (600-1450), qui a vu un retour à la monnaie virtuelle de crédit ;

- l'Äge des empires capitalistes qui a commencé en 1450 par un retour planétaire massif aux lingots d'or et d'argent et qui a prit fin en 1971, au moment où le dollar des Etats-Unis n'est plus convertible en or.

- Cet événement donne le coup d'envoi d'une nouvelle phase de monnaie virtuelle qui vient juste de commencer et dont les contours ultimes sont nécessairement invisibles et qui ouvre de nouvelles possibilités civilisationnelles...

  Des éléments d'informations subsistent pour la Mésopotamie (3500-800 av JC), pour l'Egypte (2650-716 av JC) et pour la Chine (2200-771 av JC), mais il est difficile à partir d'eux d'élaborer un tableau satisfaisant de la situation à ces époques. Par exemple, les origines du prêt à intérêt demeurent obscures. La seule chose qui semble sûre est que la monnaie sert alors essentiellement, sous des formes diverses et variées essentiellement à faire des comptes et non à changer physiquement de mains, les marchands et commerçants concluant entre eux des accords de crédit de leur cru, avec parfois, suivant les régions la garantie d'Etats ou de compagnies. Mais un "marché" demeure surtout une question d'honneur et rien à l'extérieur de celui-ci en valide l'expression, sauf précisément son inscription sur des tablettes conservées en lieu sûr, comme les temples ou les palais. 

   L'âge axial est bien plus pourvu de sources historiques. Et cela permet à David GRAEBER de dresser un tableau d'ensemble des évolutions qui impliquent à la fois le marché, la guerre et la religion.

"1 - les marchés sont d'abord apparus, au moins au Proche-Orient, en tant qu'effets secondaires des systèmes administratifs d'Etat. Mais, avec le temps, la logique du marché s'est trouvée mêlée aux questions militaires, au point de devenir proesque indistinguable de la logique mercenaire des guerres de l'Âge axial. Après quoi, elle a fini par conquérir l'Etat lui-même ; par définir sa raison d'être.

2 - Résultat : partout où nous voyons émerger le complexe "armée-pièces de monnaie-esclavage", nous voyons naitre aussi des philosophies matérialistes. En fait, elles le sont aux deux sens du terme : elles envisagent un monde fait de forces matérielles, et non de puissances divines ; et elles voient dans l'accumulation de richesses matérielles la fin ultime de l'existence humaine, ravalant les idéaux comme la morale et la justice au statut d'instruments qui servent à satisfaire les masses.

3 - Partout aussi, nous trouvons des philosophes qui réagissent contre cette approche en explorant les idées d'humanité et d'âme afin de tenter de trouver un nouveau fondement à l'éthique et à la morale.

4 - Partout, certains de ces philosophes ont fait bloc avec les mouvements sociaux qui se constituaient inévitablement face aux nouvelles élites, extraordinairement violentes et cyniques. Il en est résulté un phénomène nouveau dans l'histoire de l'humanité : des mouvements populaires qui étaient aussi des mouvements intellectuels, parce qu'on postulait que les adversaires des dispositifs politiques existants devaient agir au nom d'une théorie sur la nature de la réalité.

5 - Partout, ces mouvement ont été d'abord et avant tout des mouvements pacifistes, qui récusaient les idées nouvelles faisant de la violence, et notamment de la guerre d'agression, le fondement de la politique.

6 - Partout également, semble-til, il y eut un élan initial pour refonder la morale en utilisant les nouveaux outils intellectuels apportés par les marchés impersonnels, et partout ce effort a échoué. Le moïsme, avec sa notion de profit social, a connu un bref épanouissement, puis s'est écroulé. Il a été remplacé par le confucianisme, qui rejetait totalement ces idées. (...) réimaginer la responsabilité morale en termes de dette - démoarche apparue à la fois en Grèce et en Inde - est une tentative presque inévitable, certes, dans le nouveau contexte économique, mais qui se révèle uniformément insatisfaisante. L'impulsion la plus forte consiste à imaginer un autre monde, où la dette - et avec elle tout ce qui lie au monde profane - peut être totalement anéantie, où les attachements sociaux font figure de formes d'asservissement ; comme le corps est une prison.

7 - L'état d'esprit des monarques a changé au fil du temps. Au début, la plupart semblent avoir opté pour la tolérance amusée à l'égard des nouveaux mouvements philosophiques et religieux, tout en embrassant en privé, sous une forme ou une autre, la Realpolitk la plus cynique. Mais quand les cités et principautés en guerre ont été remplacées par de grands empires, et surtout quand ces empires ont commencé à atteindre les limites de leur expansion, ce qui a mise en crise le complexe "armée-pièces de monnaie, esclavage" -, soudain, tout a changé. En Inde, Ashoka a tenté de refonder son royaume dans le bouddhisme. A Rome, Constantin s'est tourné vers les chrétiens. En Chine, l'empereur Han Wu-Ti (157-187 av JC), confronté à une crise militaire et financière, a fait du confucianisme la philosophie d'Etat. Des trois, seul Han Wu-Ti, en fin de compte, a réussi : sous une forme ou sous une autre, l'Empire chinois a duré deux mille ans, presque toujours avec le confucianisme pour idéologie officielle. Dans le cas de Constantin, l'Empire d'Occident s'est écroulé, mais l'Eglise romaine a duré. Le projet qui a eu le moins de succès, pourrait-on dire, a été celui d'Ashoka . Non seulement son empire s'est morcelé et a été remplacé par une interminable succession de royaumes plus faibles et généralement fragmentés, mais le bouddhisme lui-même a été chassé, pour l'essentiel, de ses anciens territoires, même s'il s'est établi plus solidement (ailleurs).

8 - L'effet ultime a été une sorte de division idéale des sphères d'activité humaine, qui dure jusqu'à nos jours : d'un côté le marché, de l'autre la religion. Pour le dire crûment, si l'on consacre un espace social précis exclusivement à l'acquisition intéressée de biens matériels, il est pratiquement inévitable que, très vite, quelqu'un vienne délimiter un autre espace où il prêchera que, du point de vue des valeurs ultimes, les biens matériels n'ont pas d'importance, que l'intérêt personnel ou même le moi sont des illusions et qu'il vaut mieux donner que recevoir. Même s'il n'y avait rien d'autre à dire, il est déjà sûrement révélateur que toutes les religions de l'Âge axial aient mis l'accent sur la charité, notion qui n'existait pratiquement pas aux époques antérieures. La pure cupidité et la pure générosité sont des concepts complémentaires ; aucun des deux ne serait réellement imaginable sans l'autre ; les deux ne pouvaient apparaitre que dans des contextes institutionnels qui insistaient sur des comportements de ce type, purs et unidimensionnels ; et il semble bien que les deux soient apparus ensemble partout où est également entré en sène la monnaie physique, impersonnelle, fait pour payer comptant."

    Le Moyen âge (600-1450) est celui où l'on dispose d'information en plus foisonnantes, même si une histoire de la dette n'existe pas. Autant sans doute parce que les familles financières sauvegardent leurs secrets de manière particulièrement efficaces, que les comptes sont également des secrets privés ou d'Etats, que l'instabilité règne en grande partie à causes des guerres, des famines, des épidémies dantesques, une clarification des différents circuits commerciaux et militaro-financiers reste encore à faire. Toutefois, malgré de nombreux blancs, Daniel GRAEBER dégagent plusieur pistes fécondes de recherche, dans tous les continents.

"Partout, l'époque a commencé par l'effondrement des empires. Finalement, de nouveaux Etat se sont constitués, mais dans ces nouveaux Etats le lien entre guerren, lingots et esclavage était rompu. La conquête et l'acquisition pour elle-même n'étaient plus célébrées comme la finalité de toute vie politique. En même temps, la vie économique, de la conduite du commerce international à l'organisation des marchés locaux, était de plus en plus réglementée par les autorités religieuses. L'un des effets a été un mouvement général pour maitriser, ou même interdire, le crédit prédateur. Une autre a été le retour, dans toute l'Eurasie, à diverses formes de monnaie virutelle de crédit. Certes, ce n'est poas ainsi que nous avons l'habitude de penser le Moyen-Age. Pour la morité d'entre nous "médiéval" reste synonyme de superstittion, d'intolérance ou d'oppression. Mais pour la plupart des habitants de la planète, cette époque ne pouvait apparaitre que comme une amélioration extraordinaire après les terreurs de l'Âge axial." L'auteur va bien à contre-courant d'une certaine idée du Moyen-Âge, après bien d'autres il faut bien le dire, notamment chez de nombreux historiens médiévistes. Cette idée-là était d'ailleurs une interprétation des élites de la pseudo-Renaissance, qui retrouvaient une certaine liberté... d'exploiter ressources matérielles et humaines... Par ailleurs, l'auteur ne perd pas de vue les calamités de cette période en prenant soin de bien faire comprendre que les événements et le quotidien de l'Extrême Occident sont bien particulier par rapport au vécu de l'ensemble de l'Eurasie. 

Parmi les éléments , par zone géographique, qui retiennent l'attention, figurent en bonne place :

- Pour l'Inde médiévale (qui fuit dans la hiérarchie du système des castes) l'avènement des "dotations perpétuelles" ou "trésors inépuisables" qui se concentrent peu à peu dans les monastères. L'alliance de la caste des guerriers avec celle des brahmanes permet aux premiers de prendre le contrôle de l'essentiel des terres des villages antiques. Si nous ne connaissons pas les mécanismes de la concentration des richesses et de la formation d'une énorme caste d'intouchables, l'auteur estime que la dette y a joué un rôle important. La création de milliers de temples hindous a signifié sans doute des millions de prêts à intérêt. Avec l'élaboration d'un système juridiques complexes : les lois de Manou classent soigneusement les esclaves en 7 types, dont les conditions d'émancipation diffèrent...

- Pour la Chine, dont l'unification persistante reste le trait dominant, avec une administration étatique efficace et ramifiée, la théorie monétaire dominante est chartaliste. Limiter les méfaits de l'usurier du vlllage était le souci permanent de l'Etat désireux de canaliser suffisamment de ressources vers les villes pour nourrir la population urbaine tout en évitant le soulèvement armé d'un population rurale notoirement rebelle (avec des échecs et des succès!).  Il s'agit de réguler un marché tout en s'opposant à une évolution capitaliste. C'est d'ailleurs l'ocasion pour l'auteur de rappeler certains principes (marxistes) de base de l'économie capitaliste par rapport au fonctionnement du marché. Malgré la mise en pratique de principes confucéens, les énormes concentrations de capital exclusivement tournées vers le profit se réalisent à partir des compagnies monastique. Les mutiples répressions antibouddhiques trouvent une part de leurs origines dans le souci de briser la puissance économique (et donc politique) ainsi acquise...

- Pour le Proche-orient, l'Islam, pour l'essentiel de la durée du Moyen-Âge le coeur et l'aile marchante (en Asie) de la civilisation occidentale, est perçu pendant longtemps par les populations conquises comme l'expression d'un Etat militaire. Le découplage entre associations commerçantes et Etat a d'immense effets économiques. Le Califat et les empires musulmans ultérieurs peuvent opérer à bien des égards comme les anciens empires de l'Âge axial : créer des armées de métier, mener des guerres de conquête, capturer des esclaves, fondre le butin et le distribuer aux soldats et aux fonctionnaires sous forme de pièces de monnaie, exiger que ces pièces leur soient rendues en tant qu'impôt. Mais le droit islamique s'attaque réellement à l'ensemble des abus les plus notoires des sociétés antérieures : l'esclavage pour dettes est interdit (il y a de toute façon asez d'esclaves venus de l'extérieur...) et l'usure prohibé. Les réseaux de confiance permettent à la reconnaissance de dettes de faire fonctionner des marchés, et de nombreux écrits théorisent et l'idéologie du marchand et la pratique commerciale. Adam SMITH, fait pas très remarqué s'inspire d'ailleurs d'abord d'essais économiques rédigés en Perse au Moyen-Âge. Ghazali (1058-1111) et Tusi (1201-1274) figurent parmi ses inspirateurs. Tusi fait du commerce une affaire de coopération et non de concurrence. La diffusion de l'islam a fait du marché un phénomène mondial qui opère pour l'essentiel, indépendamment des Etats, selon ses propres lois internes.

- Pour l'Extrême-Occident, entré tard dans le Moyen-Âge est régi par les lois religieuses contre l'usure, assimilée chez saint Ambroise par exemple à un vol avec violence et même un meurtre. La dette se "dissout" dans une pure hiérarchie reconduite de générations en générations, l'essentiel du commerce étant effectué par des étrangers. Les princes chrétiens exploitent de manière extensive l'antisémitisme des populations. Mais malgré le rôle central des Juifs dans le crédit, la montée de l'usure dans les campagnes révèle la croissance d'une paysannerie libre couplée à un artisanat fortement organisé. Un vif débat intellectuel traverse les Universités, et au sein même de l'Eglise, notamment entre franciscains et dominicains (au XIIIe siècle) sur l'usure, pendant que des institutions - ordres religieux - amassent des richesses considérables et constituent de véritables centres de crédit, qui concurrencent fortement des autorités politiques en recherche d'instruments durables de pouvoir.

Les lois sur l'usure évoluent dans des directions opposées, entre résurrection du droit romain (favorable à l'usure) et répressions féroces des remises en cause de la propriété. 

    L'âge des grands empires capitalistes (1450-1971) voir ressurgir toutes les composantes de l'Âge axial, mais agencées différemment. Il s'ouvre sur des catastrophes économiques dévastatrices (peste noire, effondrement du tissu urbain, cessation du règlement des emprunts). David GRAEBER pense que si l'on veut comprendre les origines de l'économie mondiale moderne, il faut regardé non l'Extrême-Occident, mais la Chine. Laquelle abandonne l'usage du papier-monnaie. Il raconte comment le cycle cupidité-terrorisme-indignation-dette se met en place, avec les colonisations pour donner naissance au capitalisme tel que nous le connaissons. Une des clefs de compréhension se situe au niveau de la vraie circulation de l'or et de l'argent du Nouveau Monde qui, par le commerce Occident-Asie, échoue dans les temples en Inde et en Chine, là où précisément la circulation monétaire recommence à devenir la norme.

La mise en pratique et la théorisation de la monnaie se rejoignent pour créer un système où le crédit est devenu découplé des relations de confiance réelles entre personnes, par le biais notamment des liens entre la guerre, le lingot et les nouveaux instruments de crédit.

Le capitalisme est d'abord une entreprise militaro-commerciale, les main-d'oeuvres utilisées n'ayant jamais été libres, mais constituées d'abord d'esclaves puis de salariés étroitement contrôlés.

L'oeuvre d'Adam SMITH a là une importance de premier plan car elle couvre ces pratiques réelles par le conte utopique d'un monde imaginaire presque complètement affranchi de la dette et du crédit, libéré de la culpabilité et du péché, où les hommes et les femmes sont libres de calculer simplement leur intérêt en sachant parfaitement que tout a été arrangé d'avance par Dieu pour que cela serve l'intérêt général. En évacuant le rôle de l'Etat et de la guerre, elle est responsable de la diffusion d'une véritable mythologie du marché, qui a peu à voir avec son fonctionnement réel. Plus tard Karl MARX tente, notamment à travers ses réflexions sur le fétichisme, une démystification, tout en poursuivant sur la même lancée intellectuelle. Autant Adam SMITH faisait penser le capitalisme comme affaire de commerce, de production et de consommation, autant Karl MARX effectue une analyse du capital productif comme si il n'y avait pas, à son époque, bien plus de petits métiers que de grosses industries, bien plus de soldats en activité ou en désoeuvrement que d'ouvriers installés dans les grandes fabriques. Ce qui fait fonctionner le capitalisme relèverait alors bien plus de rapports de force violents que de mécanismes strictement économiques et relativement paisibles... Et au centre de bien de rapports de force violents se trouve des face à face entre débiteurs et créanciers...

 

David GRAEBER, Dette, 5000 ans d'histoire, Les Liens Qui Libèrent, 2013

 

ECONOMIUS

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 08:52

      David GRAEBER reprend, de manière tout à fait juste, les étude de Claude LÉVI-STRAUSS, un peu oubliées (le structuralisme semble être passé de mode...) si l'on en juge par la littérature anthropologique récente. Pourtant, fait-il remarquer, aucune oeuvre ne se présente pour remplacer ses postulats, que tout le monde en définitive, en arrière-plan, partage : "Pratiquement tout le monde partage toujours ces idées : fondamentalement, la société repose sur le principe de réciprocité, donc la meilleure façon de comprendre toute interaction humains est de voir en elle une forme d'échange. Or, s'il en est ainsi, la dette est vraiment à la racine de toute morale, car la dette, c'est ce qui se passe quand l'équilibre n'a pas encore été rétabli."

Loin des formes de relations sociales que sont le don et le contre-don, l'extorsion pure en simple (vol de biens et de femmes ...et viol), la dette semble bien être la forme de relation qui instaure entre au moins deux acteurs sociaux une forme de réciprocité. Dans un grand essai, le docteur en anthropologie, qui est aussi économiste (professeur à la London University) tente de cerner "trois grands principes moraux susceptibles de fonder les relations économiques, tous trois à l'oeuvre dans toutes les sociétés humaines" : communisme, hiérarchie et échange.

Il définit le communisme comme tout rapport humain fondé sur le principe "De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins", revenant, au-delà de la provocation à ses racines quasiment anarchistes, et en tout cas, très influencées par le grand débat du XIXe siècle entre anarchistes et socialistes. Considéré comme une forme sociale mythique, le communisme est pourtant présent dans de nombreux endroits de bien des sociétés, dans leur fonctionnement normal comme dans les catastrophes, entre classes d'âges (que l'on songe aux relations parents-enfants), entre personnes bien portantes et personens malades ou handicapées, etc. Le communisme est présent notamment lorsqu'on ne compte pas ce que l'on donne et ce que l'on reçoit, l'idée même de compter étant d'ailleurs blessante ou extravagante. "La sociologie du communisme quotidien est un champ d'études portentiellement immense, mais c'est un champ que nous n'avons pu explorer dans la littérature scientifique parce que nous ne l'avons pas vu, à cause de nos oeillères idéologiques." David GRAEBER fait remarquer quelques principes très courants dans toutes les sociétés humaines, choses occultées par le surdéveloppement de la sphère marchande et l'individualisation des relations humaines (de manière générale, dans l'épaisseur historique de l'humanité, les relations se font à l'intérieur d'un groupe et de groupe à groupe, non d'individu à individu...) : par exemple la présomption d'éternité des groupes, liée à des perceptions géographiques, la célébre "loi de l'hospitalité", ambivalente d'ailleurs.

L'échange a pour seul ressort l'équivalence : aller-retours dans les coopérations comme dans les conflits. "L'élément de compétition peut jouer sur des modes entièrement différents. Dans les cas du troc ou d'échange commercial, où les deux parties ne s'intéressent qu'à la valeur des biens transférés, elles peuvent - elles douvent, selon les économistes - s'efforcer d'obtenir l'avantage matériel maximal. En revanche, comme les anthropologues l'ont souligné depuis longtemps, lorsqu'il s'agit d'échanges de dons, autrement dit quand les objets qui passent de main en main intéressent essentiellement parce qu'ils reflètent et reconfigurent les relations entre les personnes engagées dans cette transaction, le compétition, dans la mesure ù elle se manifeste, jouera probablement en sens inverse : elle prendra la forme d'un concours de générosité où il s'agira de montrer qui peut donne le plus.

La hiérarchie existe lorsque deux parties entretiennent des relations inégales, fondées sur une logique du précédent, lui-même établit dans une relation originelle (qui peut remonter à des générations...) plutôt conflictuelle. Il n'y a pas de réciprocité, ni dans le transfert des biens et des services (prestations sexuelles comprises), pour reprendre le langage des économistes, et même les cadeaux sont impossibles d'inférieurs à supérieurs. . Les activités répétées sont coutumières. Il en a été ainsi et il en sera toujours ainsi, l'ordre social aussi (en fait, il ne l'est jamais!!) stable que possible. Les "échanges" vont toujours pour les mêmes types de biens ou de services dans le même sens. 

      Cette discussion entre modalités communiste, d'échange ou hiérarchique des relations, au coeur desquelles se situe les formes plus ou moins intenses de clientélisme - qui influe sur les modalités des solidarités entre groupes sociaux - amène l'auteur à la définition de la dette. Elle nait de situations très particulières. "Elle nécessite d'abord une relation entre deux parsonnes qui ne se considèrent pas comme des êtres de type fondamentalement différent, qui sont des égales ou moins potentielles, qui sont des égales réelles sur les plus vraiment importants, et qui ne sont pas actuellement sur un pied d'égalité - mais pour lesquelles il y a moyen de rééquilibrer les choses. Du coup, une dette non remboursable n'existe pas (même dans le cas de la dette envers les dieux, la mort rembourse..., ou pour prolonger la vie, on tronçonne celle-ci...). Tant que la dette n'est pas remboursée, poursuit David GRAEBER, "c'est la logique de la hiérarchie qui s'applique. Il n'y a aucune réciprocité." L'emprisonné, l'esclave... paie une dette contracté par lui-même, ou le plus souvent par son groupe d'appartenance, sans que la justice ait quelque chose à voir là-dedans... "La dette n'est donc qu'un échange qui n'est pas allé jusqu'au bout (...) La dette, c'est ce qui se passe dans (un) entre-deux : quand les deux parties ne peuvent encore se séparer, parce qu'elles ne sont pas encore égales. Mais elle opère dans l'ombre de l'égalité finale. Cependant, puisque atteindre cette égalité détruit la raison même d'avoir une relation, tout ce qui est intéressant passe dans l'ente-deux - même si cela signifie que tous les rapports humains de ce genre comportent, fût-ce à dose infime, un élément de criminalité, de culpabilité et de honte." Dans la réalité, chacun doit quelque chose à quelqu'un et chacun s'attend à un "paiement de dette" de la part de quelqu'un d'autre... Qu'ellle que soit la nature de cette dette, et la nature de son paiement... Dans cette définition de la dette, l'auteur en vient à conclure que "un monde sans dettes retomberait dans le chaos primordial, dans la guerre de tous contre tous ; nul ne se sentirait le moins du monde responsable des autres ; le simple fait d'être humain n'aurait aucun sens ; chacun de nous deviendrait une planète isolée, peu fiable, même pour rester sur son orbite." 

 

         Ce que l'auteur reproche, et il n'est pas le seul, à la "science économique", c'est de s'occuper uniquement des dettes "monétaires", des échanges marchands, en évacuant ce qui est de l'ordre de la hiérarchie et ce qui est de l'ordre du communisme. La réduction des rapports sociaux à des rapports d'échange exclue du champ des perceptions et des recherches tout ce qui n'est pas calculable précisément. Elle exclut notamment tout un pan des relations humaines définies par les dettes de sang, les dettes de chair et les dettes d'honneur, qui sont selon certains chercheurs comme Philippe ROSPABÉ l'origine même de la monnaie. Ce dernier chercheur est l'auteur d'un importante étude sur les dettes de vie, aux origines de la monnaie (La Découverte, collection Recherches)

Loin d'être un moyen de payer des dettes, la monnaie serait à l'origine un moyen de reconnaitre l'existence de dettes impossibles à rembourser, qui induirait entre les personnes et les groupes des relations inégalitaires fondées sur le gage, l'esclavage, le servage, l'obligation de fournir des prestations de tout ordre, et ceci de manière pérenne, "traditionnelle".

La traite transtlantique, au XVIIIe siècle "était un gigantesque réseau d'accords de crédit", formé de dettes et de créances en cascade pour l'approvisionnement en fer, en cuivre, en perles et en armes à feu. Une grande partie de l'esclavage trouverait son origine dans cette cascade de dettes : un processus déloge les personnes des réseaux d'engagement mutuel, d'histoire commune et de responsabilités collective pour les rendre échangeables, susceptibles d'être assujettis ad indefinum. L'esclavage n'est que l'aboutissement logique, la forme la plus extrême du processus qui prendrait d'abord la forme de gages en guise de paiement futur de la fournitures de toutes sortes de biens. 

   L'honneur consisterait alors pour les personnes données en gage de permettre à leurs familles de continuer à vivre ou à... conquérir à l'aide de multiples fournitures, notamment militaires, pouvoir et gloire... Le gagé est au service de gageur qu'il connait intimement et dont il partage (souvent, mais pas toujours, ce peut-être un bon moyen de se débarasser de rivaux ou d'éléments perturbants l'ordre social) les objectifs au bénéfice finalement d'un créancier lointain, qui prend l'habitude de se fournir lui-même une main-d'oeuvre corvéable à merci.

Orlando PATTERSON (né en 1940), sociologue historique et culturel, (Slavery and social Death), dans son étude comparative sur l'institution de l'esclavage, montre qu'il s'agit d'une situation fondée sur la violence, au service du créancier. Le sort réservé à l'esclave est coupé de l'origine de son asservissement : d'abord simple gage de paiement d'une dette, puisqu'il n'est plus dans un réseau de relations ni dans son lieu familial/tribal. il devient à la disposition totale du créancier, lequel est pris lui-même dans des dettes contractées (frais navals ou terrestres)  pour l'acheminement vers des contrées lointaines des marchandises transmises à l'aller et de ces gages au retour... qui ne seront dans la très grande partie des cas, jamais rendus.

C'est également vrai pour les vastes réseaux de prostitution très liés aux réseaux des traites. Gerda LERNER (1920-2013), professeur émérite à l'Université de Wisconsin-Madison, étudie particulièrement cet aspect. Son rôle dans le développement des études sociales sur l'histoire des femmes en fait d'ailleurs une référence dans ce domaine.

       Dans l'examen de l'histoire économique (historiographie récente) de la Mésopotomie, de la Grêce et de la Rome antiques, David GRAEBER explique les relations très étroites entre appauvrissement des classes paysannes, endettement, esclavage et extension du rôle de la monnaie. 

 

          Pour la Mésopotamie, l'auteur situe la naissance du patriarcat, avec son cortège de "rectitudes sexuelles", dans un jeu où la dette tient la première place. "Dans les tout premiers textes sumériens, en particulier ceux qui datent, en gros de 3000 à 2500 av JC, les femmes sont partout. Non seulement les premières histoires conservent les noms de nombreuses souveaines, mais elles montrent clairement que les femmes étaient bien représentées parmi les médecins, les marchands, les scribes et les fonctionnaires, et qu'elles avaient toute liberté de prendre part à la vie publique sous toutes ses formes. On ne peut pas parler de pleine égalité des sexes : les hommes étaient plus nombreux que les femmes dans tous ces domaines. Mais on a le sentiment d'une société qui n'est pas si différente que ce qui existe aujourd'hui dans une grande partie du monde développé. Dans le millénaire qui suit, tout change. La place des femmes dans la vie civique s'érode. peu à peu, la structure patriarcale qui nous est familière prend forme, avec son insistance sur la chasteté et la virginité avant le mariage, l'affaiblissement et, finalement, la disparition totale du rôle des femmes dans l'Etat et les professions libérales, et la perte de leur indépendance juridique, qui fait d'elles des pupillles de leur mari. A la fin de l'âge de bronze, vers 1200 ans av JC, nous commençons à voir quantité de femmes sequestrées dans des harems et (dans certains endroits au moins) assujetties au port onligatoire du voile. (...) On peut observer la même dynamique de restriction graduelle de la liberté des femmes en Inde et en Chine." David GRAEBER prend en compte là le développement de très nombreuses études sur la place des femmes dans laes civilisations les plus diverses, sous l'impulsion notamment des mouvements féministes de toutes tendances. Il ne fait aussi que reprendre également toute une tradition anthropologique qui mettait l'accent sur l'émergence et la présence du patriarcat et qui discutait des relations entre répartition des pouvoirs et transmissions des savoirs dans de nombreuses sociétés dites primitives. 

   "La question est évidemment : pourquoi? L'explication classique dans le cas sumérien a été l'infiltration progressive d'éleveurs venus des déserts environnants, qui, supposait-on, avaient toujours eu des moeurs patriarcales. Seule une étroite bande de eterre le long du Tigre et de l'Euphrate pouvait soutenir des ouvrages d'irrigation intensive, donc la vie urbaine. Depuis les temps les plus reculés, la civilisation était entourée à ses confins par ces peuples du désert qui vivaient tout à fait comme ceux que décrit la Genèse et parlaient les mêmes langues sémitiques." Les analyses linguistiques peuvent inférer un domination progressive de la culture des nomades (pasteurs, éleveurs) sur la culture des sédentaires urbains (agriculteurs), mais cette explication ne convainc pas complètement notre auteur. En fait, "les recherches féministes ont plutôt mis l'accent sur la montée en puissance de la guerre, tant par son échelle que par son importance sociale, et sur la centralisation croissante d el'Etat qui l'a accompagnée (ROHRLICH notamment). (...) Historiquement, la guerre, les Etats et les marchés ont tendance à s'alimenter réciproquement. La conquête conduit aux impôts. Les impôts  sont souvent des moyens  de créer des marchés, qui sont commodes pour les soldats et les administrations. Dans le cas précis de la Mésopotamie, tout cela est entré een interférence complexe avec une explosion de la dette qui menaçait de transformer tous les rapports humains - et par extension, le corps des femmes - en marchandises potentielles. En même temps, il y a eu une réaction horrifiée des gagnants (masculins) du jeu économique, qui, au fil du temps, se sont sentis forcés d'aller de plus en plus loin pour bien faire comprendre que leurs femmes ne pouvaient en aucun cas êtres achetées ou vendues."

A partir des documents, assez abondants d'ailleurs à partir d'une certaine époque sur l'explosion de cette dette, notre auteur propose une sorte de tableau d'ensemble sur la manière dont cela a pu se passer (fournissant ainsi une véritable typologie de conflits induits par l'existence du circuit dettes/créances...) : "C'est une idée courante en anthropologie que le bridewealth est plutôt typique des situations où la population est assez peu nombreuse et la terre pas particulièrement rare, donc où la politique tourne entièrement autour de l'acquisition de la main-d'oeuvre. Là où la population est dense et la terre rare, on trouve plutôt la dot : ajouter une femme à une maisonnée, c'est lui ajouter une nouvelle bouche à nourrir, et, loin d'être payé, le père de la jeune mariée est censé apporer quelque contribution (terres, objects précieux, monnaie) à la subsistance de sa fille dans son nouveau foyer. (simplification de la thèse de Jack GOODY, Famille et mariage en Eurasie, PUF, 2000 - La Famille en Europe, Seuil, 2001...). A l'époque sumérienne, le principal paiement du marié était un énorme don de denrées alimentaires du père du marié à celui de la mariée, en vue de l'organisation d'un festin somptueux pour les noces. Mais il semble s'être vite scindé en deux paiements, le premier pour la noce, le second pour le père de la femme, calculé - et souvent payé - en argent. (...) Mais avec le temps, ce paiement (...) a pris le caractère d'un simple achat. (...) En principe, une épouse, une fois possédée, devait à son mari une stircte obéissance, et souvent ne pouvait pas demander le divorce même en cas de violences physiques. (...) Cette évolution a sûrement été en partie un effet de l'esclavage : les vrais esclaves étaient rarement nombreux mais l'existence même d'une catégorie de personnes qui n'avaient aucune famille, qui étaient de simple marchandises, a bel et bien modifié la situation. (...)"

Mais le facteur vraiment crucial ici était la dette. Si la crise la plus spectaculaire et la plus durable s'est focalisée sur la prostitution, toute l'économie sumérienne tournant autour des temples, c'est bien le système général de la dette qui entraine les grandes évolutions sociales comme celles qui mènent au patriarcat. Celui-ci est né du rejet des grandes civilisations urbaines, au nom d'une forme de pureté. L'éviction des fermiers par les éleveurs se fait par le mécanisme d'une dette de plus en plus difficile à payer (mauvaises récoltes périodiques). Cet endettement se traduit souvent par des exodes (fuite avec armes et bagages, disparition pure et simple des endettés...) ou par des révoltes.

 Sans doute, à la suite des réflexions de David GRAEBER, sera t-il très utile de lancer des études sur ces mouvements de populations racontées dans de nombreux textes sacrés (à commencer par la Bible hébraïque) ayant comme source la fuite devant les dettes ou la constitution et les tentatives de recouvrement (violentes) de celles-ci.

Des informations cruciales gisent dans les différents codes juridiques qui nous sont parvenus, où de nombreux articles concernent la dette. Et cette dette met en jeu souvent des femmes. Le code assyrien (entre 1400 et 1100 av JC) éclaire "des évolutions inégales, spasmodiques, dynamisées par l'interection du commerce, de la classe sociale, des fières assertions de l'honneur masculin et de la menace constante de la défection des pauvres." "Les Etats semblent avoir joué un jeu complexe, un double rôle simultané. Ils alimentaient la marchandisation et intervenaient pour en modérer les effets : ils faisaient respecter les lois sur les dettes et sur les droits de pères et décrètaient périodiquement des amnistis. Mais cette dynamique a aussi conduit, au fil des millénaires, à changer systématiquement l'image de la sexualité. Celle-ci a cessé d'être un don des dieux et l'incarnation du raffinement civiliser pour acquérir l'une de ses connotations plus familières : son lien avec l'avilissement, la corruption et la culpabilité."  A cette question pourquoi ce patriarcat ne peut être apportée sans doute pour l'instant des réponses tranchées, mais l'approche nouvelle de notre auteur pourrait bien être féconde. Se heurte tojours bient en tendu à l'investigation historique, une certaine médiocrité des sources.

Souvent, les spécialistes sont obligés d'inférer et de remplir de nombreux blancs par l'imagination, et nous n'en doutons pas, sans doute aussi, par l'élaboration de nouveaux mythes. Ce manque de sources constitue un obstacle moindre au fur et à mesure que l'on s'approche de civilisations très bavardes comme celle de la Grêce et de la Rome antiques.

 

       Pour la Grèce antique, David GRAEBER explique que "l'un des premiers effets de l'arrivée d'une économie commerciale a été une série de crises de la dette comme en connaissaient depuis longtemps la Mésopotamie et Israël." On retrouve dans les oeuvres de PLATON et d'ARISTOTE des passages souvent négligés par des études qui se centrent stricto-sensu sur la morale et la politique, sur ces multiples crises de la dette. Il est relativement rare de voir analyser l'émergence des factions révolutionnaires comme ayant surtout exigés des amnisties, et la chute de la plupart des cités grecques sous la coupe de dictateurs comme le fruit précisément de ces poussées révolutionnaires. Mais "au lieu d'institutionnaliser des amnisties périodiques, elles ont adopté des législations qui limitaient ou abolissaient totalement le péonage (auquel aboutit le système des dettes), après quoi, pour prévenir les futures crises, elles se sont tournées vers une politique d'expansion : elles ont embarqué les enfants des pauvres sur des navires pour qu'ils aillent fonder des colonies militaires outre-mer. Très vite, tout le littoral de la Crimée à Marseille a été ponctué de cités grecques, qui ont servi de conduit à un commerce d'esclaves très actif. L'abondance soudaine des esclaves possédés en pleine propriété a transformé du tout au tou la nature de la société grecque. Et d'abord - c'est son effet le plus connu -, elle a permis même à ses membres peu fortunés de prendre part à la vie politique et culturelle de leur cité et d'acquérir un authentique sentiment de citoyenneté. Mais cette évolution a conduit les vieilles classes aristocratiques à élaborer des moyens de plus en plus sophistiqués pour prendre leurs distances avec la vulgarité et la corruption morale qui leur paraissaient caractériser le nouvel Etat démocratique. Quand le rideau se lève vraiment sur la Grèce, au Ve siècle, nous trouvons tout le monde en plein débat sur la monnaie." Les débats entre aristocrates méprisant le marché, dont le point de vue est celui qui nous a été le plus abandomment fourni et bénéficiaires du commerce sont marqués par des conflits de valeurs qui ne sont pas pour autant très clairs entre ces acteurs. Les citoyens ordinaires ont souvent une réaction, que l'on constate ailleurs dans d'autres cultures et d'autres époques, proches du dédoublement de la personnalité, pris entre le désir de limiter ou d'interdire certains aspects de la culture aristocratique et celui de l'imiter. 

    Dans la littérature de la Grèce antique qui nous est parvenue, la monnaie fait figure de symbole d'avilissement. Le docteur en anthropologie relie directement ce sentiment à son lien avec l'esclavage. La nouvelle cité est confrontée à la nouvelle présence de milliers d'être humains complètement avilis et tout homme libre se sent menacé d'être acheté ou vendu. Il s'appuie sur des passages de l'Illiade et de l'Odyssée où la cause de la guerre contre Troie est une affaire d'honneur et où Ulysse lui-même manque d'être asservi plusieurs fois de justesse. Plus tard, même des personnages importants - et on ne dit rien des membres de leurs familles, notamment femmes et enfants - peuvent tomber en esclavage, autant pour des affaires militaires (en cas de défaite...) que pour des affaires d'honneur. Est-ce donc l'avènement de la monnaie commerciale qui bouleverse les hiérarchies sociales traditionnelles? Les aristocrates développent souvent ce thème mais bénéficient eux-même de l'extension du commerce. La mise à la portée de tous d'un moyen de paiement, non figé dans des fonctions de comptabilité dans les temples - même si cette possession est plus difficile pour les pauvres que pour les riches - constituerait selon David GRAEBER un élément de démocratisation du désir. Car alors, n'importe qui, puisque la mesure réside uniquement dans la monnaie circulante - l'argent n'a pas d'odeur... sociale! - peut acquérir n'importe quoi... y compris des esclaves! Parmi les arguments en faveur de cette thèse, figure le fait que dans le monde homérique, comme dans la plupart des économies humaines, on ne parle jamais des ressources de première nécessité parce que tout simplement tout le monde en dispose, (même les esclaves choyés dans les foyers) alors que plus tard, en pleine économie monétaire, se multiplient - même en dehors des période de disette - famines et errances. On assiste à une double érosion : celle des formes anciennes de hiérarchie - le monde homérique des grands et de leurs dépendants -, et, simultanément des formes anciennes de l'aide mutuelle, car les relations communistes sont de plus en plus confinées à l'intérieur de la maison. Au fur et à mesure de la montée de l'économie monétaire, "du moment que les marchés commerciaux se développaients, les cités grecques voyaient vite monter tous les problèmes sociaux qui accablaient les cités du Moyen Orient depuis des millénaires - les crises de la dette, la résistance contre la dette, l'instabilité politique." l'auteur reste prudent car les choses ne sont jamais simple. En tout cas, voilà une hypothèse forte qui demande le développement de monographies permettant de la vérifier.

On a l'habitude de relier la démocratisation de la cité grecque à l'évolution de la guerre (la qualité de combattant confère celui de citoyen), mais il se peut que cette démocratisation soit reliée aussi (surtout?) aux évolutions économiques imliquant de plus en plus de monnaie et d'esclaves. En tout cas, dans la Rome antique, cet esclavage prend une ampleur si forte que le système économique tout entier devient esclavagiste, par la combinaison des effets des guerres et du commerce monétaire...

 

   L'histoire primitive de Rome, comme celle des cités-Etats grecques à leurs débuts, explique David GRAEBER, "a été marqué par une lutte politique permanente entre créanciers et débiteurs, jusqu'au jour où l'élite romaine a fini par comprendre le principe qu'avaient appris la plupart de ses homologues méditerranées prospères : avec des paysans libres on a une armée plus efficace, et les armées conquérantes peuvent ramener des prisonniers de guerre capables de faire tout ce que faisaient jusque-là les "asservis pour dettes". Elle avait donc intérêt, en fait, à conclure un compromis social : autoriser une représentation populaire limitée, interdire l'esclavage pour dettes, canaliser une partie des fruits de l'empire vers le paiement d'aides sociales. On peut supposer que le pouvoir absolu des pères (et le principe de propriété privée absolue) s'est développé dans le cadre de cette constellation globale de la même façon (vue ailleurs). L'asservissement pour dettes avait réduit les relations familiales à des rapports de propriété ; les réformes sociales conservaient le nouveau pouvoir des pères, mais les mettaient à l'abri de l'endettement. Simultanément, l'afflux croissant d'esclaves a vite fait son effet : on pouvait s'attendre à en trouver dans tous les foyers, même assez modestes. La logique de conquête s'st donc étendue aux aspects les plus intimes de la vie quotidienne. (...) Avec le temps, cette qualité est devenue de plus en plus nettement une fiction juridique - il était beaucoup plus probable que les esclaves fussent des pauvres vendus par leurs parents, des malchanceux enlevés par des pirates ou dans bandits, des victimes de guerres ou de procédures judiciaires chez les barbares limtrophes de l'Empure, ou encore les enfants d'autres esclaves." L'auteur mentionne le fait que si l'esclavagisme romain est si inhabituel, c'est du à la conjonction de deux facteurs : son arbitraire et la nature absolue de la relation de pouvoir entre le maitre et son esclave. 

 "Mais l'effet le plus insidieux de l'esclavage romain est ailleurs : par le biais du droit romain, il a fini par mettre sens dessus dessous notre idée de la liberté humaine." Etre libre finit par signifier ne pas être esclave. Et plus tard, au IIe siècle après JC, les juristes ont graduellement redéfini la liberté jusqu'à la rendre presque indistingable du pouvoir du maitre. Etre libre devient être proprortéaire absolu de biens, et dans ces biens, étaient compris, bien évidemment, les esclaves. La liberté devient le pouvoir. L'homme sans pouvoir sur les choses et les hommes (inférieurs) n'est pas libre. Cette tradition s'est poursuivie dans le monde médiéval sous l'influence de la propagation du droit romain et même de sa distillation dans le droit de royaumes ou de principautés ne se réclamant même plus de Rome ou de ses valeurs.

 

      On retrouve les justifications des rapports de domination économique, de servitude économique et sociale soutenues pour les esclaves utilisées plus tard pour les paysans "rattachés" à la terre. Tout le combat des villes, par rapport aux autorités centrales constituées a été de redéfinir peu à peu le sens de la liberté : liberté du seigneur contre liberté d'aller et venir, liberté de perceptions des impôts et des des taxes transférées aux mains des villes... Bien plus tard, le libéralisme se nourrit de cette conception de la liberté comme pouvoir, avec des circonvolutions qui finissent par devenir d'ailleurs contradictoires...

 

 

       A partir de là, toute l'oeuvre de Jean GERSONN, d'Adam SMITH, de Thomas HOBBES contribue à diffuser et maintenir l'idée (voir Richard TUCK et ses recherches sur l'histoire des idées) qu'il n'est pas intrisèquement contre nature ou illégitime de considérer que la liberté puisse être achetée ou vendue.

 

ECONOMIUS

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 09:49

     La plus grande partie des théories monétaires, que ce soient celles des mercantilistes, libéraux, ricardistes, marxiste ou keynésiens admet le rôle central de la monnaie circulante dans les échanges marchands, et font des unités monétaires des marchandises.

     Une autre partie des théories considère la monnaie, non comme une marchandise, mais d'abord et avant tout, même lorsque la monnaie circule partout, comme une unité de compte.

Parmi les adhérant à cette deuxième partie minoritaire des théories monétaires figure Mitchell INNES, qui défend ce que l'on appelle la "théorie monétaire du crédit". position (dite chartaliste) qui avait au XIXe siècle des porte-parole actifs surtout aux Etats-Unis et en Allemagne. Pour eux, les unités monétaires ne sont que des unités de mesure abstraites, et, comme l'explique David GRAEBER (1961-2020), "historiquement, comme le soulignaient à juste titre les théoriciens du crédit, ces systèmes abstraits de comptabilité sont de loin antérieurs à l'usage d'un objet particulier de type "jeton" dans les échanges."

 

      Pour ces économistes, la monnaie n'est qu'un étalon qui mesure essentiellement la dette.

    "Si, explique David GRAEBER, pour la théorie traditionnelle, un billet de banque est, ou devrait être, une promesse de payer un certain montant de "monnaie réelle" (en or ou en argent, quelle que soit sa forme précise), il ne représente aux yeux des théoriciens du crédit que la promesse de payer quelque chose d'une valeur équivalence à une once d'ord. Mais la monnaie n'a jamais été autre chose que cela. (...) Une pièce d'or est en réalité une simple reconnaissance de dette." Comment cette monnaie apparait-elle? se pose comme question notre auteur? Si l'on peut imaginer un scénario de création de cette monnaie autour de la reconnaissance de dette, on ne fait qu'opposer un mythe à un autre (et d'ailleurs, il mentionne le fait que dans la science économique on oppose souvent un mythe à un autre, un énoncé logique à un autre) et la recherche historique seule peut permettre de préciser les choses.

  La dynamique réelle en faveur de la théorie chartaliste vient de l'"école historique allemande", avec son plus illustre représentant, l'historien Georg  Friedrich KNAPP (1842-1926), avec son ouvrage publié en 1905, Théorie étatique de la monnaie (traduction anglaise en 1824, The state theory of money, chez Macmillan & Compagny Ltd).

Il suit les traces d'Adam MILLER, qui, dans son ouvrage Essai sur une nouvelle théorie de la monnaie, tente d'expliquer la valeur de la monnaie en en faisant l'expression de la confiance collective et de la volonté de la monnaie. KNAPP trouve absurde de comprendre la monnaie "sans l'aide de l'État". La monnaie, pour lui, n'est pas un moyen terme qui nait de l'échange. C'est plutôt un moyen de calculer et de régler des dettes, dont les plus importantes sont des dettes fiscales. A l'appui de cette théorie, l'histoire de la monnaie créée par Charlemagne, utilisée encore 350 ans plus tard, dans les comptes (en livres, sous et deniers) par Henri II d'Angleterre (1154-1189). Il ne restait pas un sou en circulation et pourtant il servait de mesures des crédits et des dettes. Selon KNAPP, que la monnaie physique qui circule réellement corresponde ou non à cette "monnaie imaginaire" n'a pas grande importance. Qu'il s'agisse d'argent pur, d'argent altéré, de jetons de cuir ou de morue séchée, cela ne fait aucune différence réelle - tant que l'État est prêt à l'accepter en paiement de ses impôts. Dans les royaumes antiques, la politique fiscale s'appuie sur le mécanisme de cette monnaie. Bien entendu, les Etats lèvent des impôts parce qu'ils veulent faire main basse sur les ressources monétaires de la population, qu'elle soit autochtone ou vive dans des territoires conquis. Mais il faut remarquer que les souverains de ces Etats, passé l'Antiquité, ne font que rarement directement main basse sur les mines d'or et d'argent (dont ils se contentent de protéger le libre accès à des acteurs sociaux précis...). Suivons toujours notre auteur : "Cela parait un peu énigmatique. Mais si la monnaie et les marchés n'émergent pas spontanément, (faire extraire l'or, le frapper à l'image du Roi ou du Seigneur local, le mettre en circulation chez ses sujets, puis exiger d'eux qu'ils le lui rendent), agir ainsi est parfaitement censé. Parce que c'est la façon la plus simple et la plus efficace de faire naître des marchés".

 

     Nous avons tellement l'habitude de concevoir les marchés comme intermédiaires entre producteurs et consommateurs, à une époque où les services privés et publics sont censés être au service des populations, que nous avons de la peine à réfléchir aux conditions précédents l'industrialisation et même le capitalisme tel que nous le connaissons. Or quel était l'activité principale des Rois, des Empereurs et des Seigneurs à l'époque antique, médiévale et même encore bien après? C'était de faire la guerre. D'innombrables écrits, que nous passons aujourd'hui vite à la lecture, dans les archives, concernent des questions d'approvisionnement des troupes. Dans le monde antique et médiéval, nourrir une force militaire devant franchir parfois d'énormes distances, permanente ou non, constituait un grand problème. Pour accompagner les hommes en armes, l'armée proprement dite, et c'est encore plus vrai dans le monde antique que dans le monde médiéval ou de la Renaissance (à une époque encore marquée par de grandes traces de nomadisme), il faut non seulement leurs aides directs, plus ou moins nombreux suivant leur équipement, leurs armes, les machines de siège... mais aussi des hommes et des animaux pour localiser, acquérir et transporter les approvisionnements nécessaires (voir Donald W ENGELS, Alexander the Great and the Logistics of the Macedonian Army, Berkeley, University of California Press, 1978) . Après sans doute de multiples expériences, la mauvaise habitude de piller les pays traversés (outre se faire autant d'ennemis en chemin) ruinant les contrées que l'on veut exploiter ensuite a été considérée comme une mauvaise solution à ce problème. Il fallait donc pouvoir s'approvisonner "pacifiquement" pour pouvoir combattre l'ennemi-cible "avec l'esprit et le ventre tranquilles". L'autre solution, développée amplement, est de créer des marchés où les troupes peuvent s'approvisionner, et il est clair que les marchés ont effectivement surgi autour des armées antiques. Il faut lire pour s'en convaincre le traité de KAUTILYA, l'Arthasastra, le "cercle de la souveraineté" sassanide ou le discours sur le sel et le fer chinois pour s'en convaincre. L'avantage d'attirer en des lieux précis des marchands sur le parcours des troupes, ou plus tard de faire passer ces troupes dans des lieux fixes de marchés qui deviennent de véritables traditions, perdurant même entre les guerres, est non seulement de se garantir un parcours moins brutal, ne plus avoir à réquisitionner directement chez les sujets tout ce qu'il fallait ou à trouver comment le produire sur les domaines ou dans les ateliers royaux. Pour former ces marchés, il fallait aussi déplacer quantité d'experts et de techniciens en écriture, qui déposaient ensuite leurs précieux recueils des créances et des dettes dans des temples ou des palais, en attendant les moments où en échange des doubles des tablettes, les marchands viennent y prendre les biens collectés en impôts, eux-mêmes comptabilisés en bonne et due forme, en fonction de recencements périodiques des ressources des possessions royales et impériales, recensements donnant lieux à des conflits importants sur les montants et la nature des impôts. Tout un système s'est mis en place, parfois détruit, toujours remis en fonction lorsque le même besoin royal ou impérial d'approvisionnements revient. Les échanges s'effectuent au rythme d'une économie qui n'an rien d'effréné, réglé sur le rythme des saisons, avec des périodes décrétées de collecte des impôts et des remboursements des dettes. Cela se fait également à petite et à grande échelle, suivant la taille des royaumes ou des empires et les biens qui circulent le font généralement sur de grandes distances (caravanes de marchands), dans une économie où l'autosuffisance dans les campagnes est la règle. Lors de l'urbanisation, les marchés gonflent d'importance, comme d'ailleurs les armées...

    David GRAEBER lui-même reconnait que cette théorie a tout de même des difficultés à s'imposer face à pratiquement l'ensemble de l'économie politique, qui, suite à Adam SMITH, dénie tout rôle moteur à l'Etat. "L'absence de grand récit, écrit-il, posait particulièrement problème aux penseurs de la théorie étatique de la monnaie. Des monarques qui établissent des impôts pour créer des marchés dans des territoires conquis ou qui cherchent ainsi à payer leurs soldats, ou à s'aquitter d'autres fonctions de l'Etat - ce genre d'histoire n'a rien de bien exaltant. Quant aux idées allemandes sur la monnaie comme incarnation de la volonté nationale, elles n'avaient guère de succès dans leur pays".

 

         Mais la succession de crises financières de plus en plus importantes, menant d'ailleurs à des guerres de plus en plus importantes, "permettent" à d'autres penseurs de concevoir de plus en plus la monnaie comme très liée aux problèmes du crédit et de l'Etat. La conclusion de travaux sur les archives bancaires de Mésopotamie amène par exemple John Maynard KEYNES lui-même à s'ouvrir beaucoup plus à la position chartaliste. il expose cette conclusion au tout début de son Traité sur la Monnaie :

"L'Etat intervient donc au départ comme autorité juridique imposant le paiement de la chose qui correspond au nom ou à la description spécifiées dans le contrat. Mais il intervient doublement quand il revendique aussi le droit de déterminer et déclarer quelle chose correspond au nom et de modifier sa déclaration de temps à autre - autrement dit, quand il revendique le droit de réviser le dictionnaire. Ce droit est revendiqué par tous les Etats modernes, et l'a été depuis quatre mille ans au moins. C'est quand ce stade de l'évolution de la monnaie a été atteint que le chartalisme de Knapp - la doctrine selon laquelle la monnaie est avant tout une création de l'Etat - se concrétise pleinement (...). Aujourd'hui, toute monnaie civilisée est incontestablement charlatiste." Dans le commentaire de la position de KEYNES, David GRAEBER écrit que "cela ne signifie pas que l'Etat crée nécessairement la monnaie. La monnaie, c'est le crédit, elle peut naître d'accords contractuels privés (par exemple des prêts). L'Etat se limite à faire respecter l'accord et à imposer le cadre juridique. Keynes poursuit donc par cette autre assertion spectaculaire : ce sont les banques qui créent la monnaie, et elles peuvent le faire sans aucune limite intrinsèque, car, quelle que soit l'ampleur de ce qu'elles prêtent, l'eprunteur n'aura d'autre choix que de remettre l'argent dans une banque ; par conséquent, du point de vue du système bancaire dans son ensemble, le montant total des débits et des crédit s'annuleront toujours. Les conséquences étaient revolutionnaires, mais Keynes lui-même ne l'était pas. Au bout du compte, il prenait toujours soin de cadrer le problème d'une façon réintégrable dans l'économie admise de son temps."

 

         D'autres chercheurs en économie, poursuivant dans une lancée appelée "néo-keynésienne" vont plus loin. Certains comme Michel AGLIETTA et André ORLÉAN, avec leurs collaborateurs, et plus récemment Bruno THÉRET en France, Randall WRAY et Stéphanie BELL aux Etats-Unis, Geoffrey INGHAM en Grande Bretagne, Michel HUDSON et d'autres membres de l'ISCANEE (international Scholars Conference on Ancient Near-Eastern Economies, "Réunion internationale de chercheurs sur les économies du Proche-Orient antique") élaborent ou reprennent une Théorie de la dette primordiale. Dans laquelle toute tentative de séparer politique monétaire et politique sociale est en dernière ananlyse une erreur. Depuis toujours, ces deux politiques n'en font qu'une. Les Etats utilisent les impôts pour créeer de la monnaie et ils peuvent le faire parce qu'ils ont en tutelle la dette mutuelle de tous les citoyens les uns envers les autres. Cette dette est l'essence de la société. Elle est antérieure,et de loin, à la monnaie et aux marchés. Monnaies et marchés sont de simples moyens de la morceler.

 

         Divers autres auteurs alimentent une pensée économique qualifiée de néochartalisme, souvent en dehors de l'orthodoxie universitaire. Warren MOSLER le fait grâce à son expérience de financier américain et l'appelle soft currency economics (science économique de la monnaie douce). Le professeur australien Willima MITCHELL le fait en recherchant les conditions du plein emploi, et l'appelle Modern Monetary Theory (Théorie Monétaire Moderne ou MTT). Larry Randall WRAY, déjà cité, le fait en redécouvrant les travaux de KNAPP, via KEYNES, et l'appelle Neachartalsm, mais reprend plus tard à son compte le terme Modern monetary Theory avec les autres économistes, professeurs américains l'ayant rejoint. A noter qu'ils s'inspirent tous peu ou prou, lorsqu'ils vont au-delà des débats bien concrets sur les politiques monétaires contemporaines, avec des applications politiques immédiates, d'ap^proches anthropologiques sur la monnaie. Loin d'un certain enfermement de la théorie économique autour de préoccupations mathématico-financières et boursières, ils entreprennent une approche pluridisciplinaire qui renoue de plus avec des préoccupations sociales bien oubliées des milieux institutionnels aujourd'hui, surtout aux Etats-Unis. il semble que l'appellation de ce jeune courant de pensée (initié dans les années 1990) formé de la fusion de différentes approches semblables se stabilise autour de la Modern Monetary Theory (A noter l'ouvrage intéressant à cet égard, publié chez les Editions In Librio Veritas en 2013, Devise, l'irrésistible émergence de la monnaie).

Ils se nourrissent également de la pensée de précurseurs ayant fait en leur temps la redécouverte des trouvailles de KNAPP, comme Abba Ptachy LERNER (1903-1982) en poursuivant la quête de stabilité économique de KEYNES (Voir The Concept of Monoply and the Measurement of Monopoly Power, dans The Review of Economic Studies, volume 1, n°3, 1934).

 

     Selon les auteurs de la théorie de la période datant des années 1990, le sentiment d'être en dette s'est d'abord exprimé à travers la religion et non par le biais de l'Etat, dans le processus de mise en confiance des acteurs autour de la régulation des dettes.  AGLIETTA et ORLÉAN se sont concentrés pour le prouver sur certaines oeuvres de la littérature religieuse sanscrite la plus anciennes : les hymnes, prières et poèmes réunis dans les Vedas, et les commentaires sur le rituel composés au fil des siècles suivants, les Brahmanas, fondement de la pensée hindouiste. Ces texte constituent les toutes premières réflexions historiques connues sur la nature de la dette. De son côté, Charles MALAMOUD apporte des précisions essentielles sur les ressorts moraux de la dette, sur ce fameux sentiment d'une dette primordiale ou fondamentale, dont le partage fonde chez les acteurs sociaux concernés la confiance envers le système monétaire progressivement mis en place.

C'est en fin de compte autour du véritable entrelac des dettes et des créances qui se fait, sous l'égide de la religion, ce sentiment d'appartenance à un Etat ou à un Empire, entités qui n'ont pu se passer longtemps de l'autorité "divine". 

Dans de nombreux textes fondateurs des religions monothéistes figurent des réflexions, des paraboles et des prescriptions de plus en plus précises sur la dette et le prêt. 

 

ECONOMIUS

 

David GAEBER, Dette, 5000 ans d'histoire, Les Liens qui Libèrent, 2013.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 14:19

   Le discours général tenu par les manuels d'économie est une succession, un progrès constant qui va de l'économie du troc, à l'économie monétaire puis enfin qu système de crédit. Les pères fondateurs de l'économie politique, Adam SMITH en premier, ont tenu ce discours en l'appuyant parfois sur des situations fictives "trouvées" dans les contrées "primitives". On s'aperçoit bien en relisant leurs lignes consacrée aux origines de l'économie du caractère imaginaire de leurs récits, tout à leur volonté d'alors d'établir une nouvelle science : l'économie, une science qui ne devrait rien à la religion ou aux sciences naturelles, une science qui s'appuyerait sur la logique et les mathématiques dans ses fondements comme dans ses développements. Au moment où le système économique dominant dans le monde, le capitalisme, va de crise et crise, la remise en cause de ses fondements recule de proche en proche, des logiques libérales financières aux logiques libérales tout court, jusqu'aux racines de l'économie politique. Sont remise alors en cause de nombreux fondements logiques de cette économie politique, et parfois bien plus loin que ne l'avait fait les marxiste, et à commencer par Karl MARX, qui reprenait, faute d'informations fiables et d'un autre discours possible cohérent sur les origines de l'économie, le mythe de l'économie originelle du troc. Les multiples découvertes anthropologiques auraient dû aboutir à la confirmation de cette vision des choses, mais les chercheurs n'ont pu trouver des systèmes de troc que lorsque la monnaie était déjà connue et de plus dans des circonstances de dégradation de l'économie d'échange, après des effondrements monétaires ou des effondrements de civilisation tout court. Pas d'éléments d'économies fondées sur le troc, dans les sociétés "primitves" alors découvertes et étudiées, ce qui aboutit à une contradiction entre connaissances anthropologiques et "connaissances" économiques sur les orgienes de l'économie, sur l'émergence de la monnaie, sur les systèmes de crédit, sur la dette...

 

  Nous pouvons trouver cette présentation générale du troc dans l'ouvrage de référence de Paul A SAMUELSON et William NORDHAUS. Dans une présentation de la monnaie et banques commerciales, et sur les origines de la monnaie, ils écrivent :

"Dans un des premiers voyages sur la monnaie, quand Stenley Jevons voulait illustrer le formidable bond en avant consécutif à l'introduction de la monnaie dans les sociétés, il utilisa l'expérience suivante : Il y a quelques années, Mademouzelle Zélie, une chanteuse du Théâtre Lyrique de Paris... donna un concert en Polynésie. En échange d'un air de la Norma et de quelques autres, elle devait recevoir le tiers des recettes. Quand on fit le calcul, sa part se composait de trois cochons, vongt-trois dindons, quarante-quatre poulets, cinq mille grains de cacao, en plus de considérables qunatités de bananes; de citrons et d'oranges... A Paris, cet ensemble de produits peut être acheté pour quatre mille français, ce qui aurait été une bonne rémunération pour cinq chansons. Mais dans les îles de la Société, les pièces de monnaie étaient rares ; et comme Mademoiselle ne pouvait pas consommer elle-même une part importante des recettes, il devint nécessaire à moyen terme, de nourrir les cochons et les volailles avec les fruits.

Cet exemple décrit le troc qui consiste à échanger des biens contre d'autres biens. Le troc contraste avec l'échange utilisant la monnaie, qui est toute chose communément acceptée comme moyen d'échange ou de paiement. Même s'il vaut mieux du troc que pas de commerce du tout, il entraine de graves inconvénients parce que la mise en place d'une division du travail serait impensable sans l'introduction de cette grande invention sociale qu'est la monnaie.

Avec le développement des économies, les agents économiques n'ont pas continué longtemps le troc d'un bien contre un autre. Au lieu de cela, ils vendent des biens contre de la monnaie et ensuite utilisent cette monnaie pour acquérir les autres biens qu'ils souhaitent. A première vue, cela semble plus compliqué, puisque l'on a deux transactions au lieu d'une. Si vous averz des pommes et que vous voulez des noisettes, est-ce que cela ne serait pas plus simple d'échanger l'un contre l'autre plutôt que de vendre des pommes contre de la monnaie et ensuite utiliser la monnaie pour acheter les noisettes?

En réalité, c'est l'inverse qui est vrai : deux transactions monétaires sont plus simples qu'un troc. Par exemple, certaines personnes peuvent vouloir acheter des pommes et d'autres vouloir vendre des noisettes. Mais il est très exceptionnel de trouver une personne exactement complémentaire de vos propres désirs - désireux de vendre des noisettes et d'acheter des pommes. Pour utiliser une phrase classique en économie, au lieu d'avoir une "double coïncidence des désirs", il y a probablement un "désir de coïncidence". Ainsi, à moins qu'un tailleur affamé arriver à trouver un fermier qui à la fois dispose de nourriture et désire acheter un pantalon, il ne peut pas y avoir d'échange direct par le troc.

Les sociétés qui commercent intensément ne peuvent pas surmonter les handicaps accablants du troc. L'usage d'un bien couramment accepté comme moyen d'échange, la monnaie, permet au fermier d'acheter un pantalon au tailleur qui achète des chaussures au cordonnier qui achète du cuir au fermier.

La monnaie comme moyen d'échange est d'abord apparue dans l'histoire de l'humanité sous la forme de marchandises. Une grande variété de biens a servi de monnaie à un moment ou à un autre : bétail, hule d'olives, bière ou vin, cuivre, fer, or, argent, bagues, diamants et cigarettes. (...)".

 

   Il apparait que toute cette logique provient tout simplement d'un décalque à partir de la situation du commerce généralisé et de la monaie circulante, situation dans laquelle se trouvent ces auteurs et dans laquelle nous nous trouvons encore, de ce qui se passerait en l'absence de monnaie... Elle implique que la monnaie est conçue depuis les débuts de l'économie comme circulante et circulante partout où un échange doit avoir lieu. Or, le propre de ces matériaux cités plus haut, est qu'ils étaient historiquement concentrés dans l'histoire dans des temples ou dans des bâtiments de dépôts, ne quittaient que fort peu leur lieu de stockage et que si les échanges marchands existaient depuis fort longtemps, peu d'acteurs sociaux faisaient usage de la monnaie pour cela. Pour que ces échanges aient lieu, il fallait inscrire quelque part pour mémoire la transmission d'un bien d'une personne à une autre, à charge pour l'acquérir de le rembourser par tout moyen, d'où la formation de montagnes d'écrits comptabilisant ces créances et ces dettes...

 

    C'est en substance ce que veut expliquer des auteurs comme David GRAEBER, à la suite de nombreux autres, en s'appuyant sur l'anthropologie notamment. Pour comprendre comment fonctionnaient les échanges et notamment toutes les relations entre créanciers et débiteurs dans l'Antiquité (et bien avant), et dans les périodes précédant l'établissement de cette nouvelle science, l'économie politique, il faut d'abord démonter ce mythe originel du troc.

 

       Nous retrouvons ce mythe dans pratiquement tous les manuels d'économie, dont beaucoup d'ailleurs ne sont que des introductions pour les étudiants à la mathématique économique, avec tous ces calculs de coûts, de prix de revient, de prix de ventes... David GRAEBER cite le manuel de CASE, FAIR et HEATHER, Economics de 1996. Tous ces auteurs de manuel d'économie suivent le prolongement d'élaborations intellectuelles anciennes, d'ARISTOTE à Adam SMITH (1723-1790), certains comme Karl MENGER (1840-1921) et Stanley JEVINS (1835-1882) améliorant les détails de cette construction toute théorique.

Cette histoire, qui fait de la monnaie un moyen d'échange, une unité de compte et un moyen de stocker de la valeur, sa fonction initiale étant la première, passe pour être de bon sens aux yeux du grand public comme des spécialistes. Cette idée, précise d'ailleurs David GRAEBER, d'une succession d'étapes historiques allant du troc à la monnaie puis au crédit semble en fait avoir été formulée clairement pour la première fois dans les cours d'un banquier italien, Bernardo DAVANZATI (1529-1606). Des historiens allemands de l'économie l'ont développée pour en faire une théorie explicite. Bruno HILDEBRAND (1864) a posé un stade préhistorique du trox, un stade antique du moyennage, puis, après un certain retour au troc au Moyen-Age, un stade moderne de l'économie de crédit. Cette théorie a pris sa dorme canonique dans l'oeuvre de son élève Karl BÜCHER (1907). Cette succussion aujourd'hui est devenur une évidence universellement admise, et elle répparait tacitement au moins chez Karl MARX et explicitement chez SIMMEL...

        La quasi-totalité de la recherche historique dément pourtant cette chronologie. Depuis plusieurs siècles, les explorateurs tentent de découvrir le fabuleux pays du troc. Aucun n't a réussi. Asam SMITH situe son histoire en Amérique du Nord aborigène (d'autres préfèrent l'Afrique ou le Pacifique) sans aucune scientificité. Les économistes ont tout simplement choisi d'ignorer les multiples informations rapportées par les anthropologues, qui en revanche, ont découvert une diversité presque infinie de systèmes économiques. Aucun ne mentionne le troc comme moyen d'échange. Caroline HUMPHREY (née en 1943), auteure de l'ouvrage d'anthropologie quasi définitif (il peut y en avoir d'autres après elle...) sur le troc (voir Baxter, exchange and value, New York, Cambridge University Press, 1992) est tranchante : "C'est bien simple : aucune exemple d'économie de troc n'a jamais été décrit, sans parler d'en faire émerger la monnaie ; toute la recherche ethnographique suggère qu'il n'y en a jamais eu." En fait, les seules constatations de troc dans les sociétés simples, sans grande division du travail, organisée en petites bandes regroupant au plus une centaine de personnes chacune, ont lien entre étrangers, voire ennemis (Nambikawara du Brésil, Gunwinggu d'Australie...). Echanges directs de biens contre d'autres biens, ces trocs ont lieu de manière très irrégulières, à la faveur de rencontres entre groupes proches de se faire de la guerre, précédés de danses et de chants très démonstratifs. Le point commun de ces cas d'échange par troc, c'est qu'il s'agit de rencontres avec des étrangers que l'on a de fortes chances de ne plus jamais revoir et avec lesquels on ne va sûrement pas établir de relations suivies. 

       L'explication que donne David GRAEBER de l'ignorance de ces faits par les économistes (et c'est d'ailleurs presque un cas-type de conflit entre corpus de connaissances...) ets que l'existence même de cette discipline appelée "économie", "qui porte d'abord et avant tout sur la façon dont chacun chercher à configurer à son avantage l'échange de chaussures contre des pommes de terre, ou de tissus contre des lances, oblige nécessairement à postuler que l'échange de ces biens n'a rien à voir avec la guerre, la passion, l'aventure, le mystère, le sexe ou la mort. L'économie suppose une division entre des sphères différentes du comportement humain qui, chez des gens comme les Gunwinggu et les Nambikwara, n'existe tout simplement pas." Le troc, en définitive, ne peut pas se faire à l'intérieur du groupe, "c'est ce qu'on fait avec ceux auxquels on n'est pas uni par des liens d'hospitalité (ni de parenté, ni d'autre chose)." "Et ces motivations peu scrupuleuses (chercher à refiler un objet jugé peu intéressant ou défectueux en échange d'un autre convoité...), continue David GRAEBER, "ne sont pas propres à l'Asie centrale, elles paraissent inhérentes à la nature même du troc - ce qui expliquerait pourquoi, dans les cent ou deux cent ans qui ont précédé l'époque d'Adam Smith, les mots anglais "truck and barter" (faire du troc), comme leurs équivalents français, espagnol, allemand, néerlandais et portugais, signifiaient littéralement "duper", "embobiner" ou "dépouiller". Echanger directement une chose contre ne autre en essayant de profiter le plus possible de la transaction, on le fait en général avec des gens dont on ne se soucie pas et que l'on compte bien ne jamais revoir"... 

    Le troc ne semble pas être un phénomène particulièrement ancien et il n'est répandu qu'à l'époque moderne. "Il est certain que, dans la plupart des cas que nous connaissons, il a lieu entre des personnes auxquelles l'usage de la monnaie est familier, mais qui, pour une raison quelconque, n'en ont pas beaucoup. Les sytèmes complexes de troc surgissent souvent dans le sillage de l'effondrement d'une économie nationale, comme dans la Russie des années 1990. L'adoption d'une forme quelconque de système de crédit, même dans ces cas, surtout si cette situation se prolonge, est la solution la plus fréquente. "Quand une grande partie de l'Europe est "revenue au troc" (dixit de nombreux ouvrages d'histoire...) après l'effondrement de l'Empire romain, et à nouveau après la désagrégation de l'Empire carolingien, c'est apparemment ce qui s'est passé. Les gens ont continué à tenir des comptes dans la vieille monnaie impériale, même s'ils n'utilisaient plus les pièces."

David GRAEBER estime que le "coup le plus terrible à la version traditionnelle de l'histoire économique" vient de la traduction des hiérogloyphes égyptiens, puis des cunéiformes mésopotamiens, qui permettent aux chercheurs de remonter de près de trois millénaires dans leur connaissance de l'histoire écrite. Ces textes révèlent que des systèmes de crédit ont précédé de plusieurs millénaires l'invention des pièces de monnaie. L'économie sumérienne est dominée par de vastes complexes de temples et de palais, au personnel très nombreux : les administrateurs des temples ont élaboré un système de comptabilité unique et uniforme, avec lequel ils enregistrent, sous forme d'unité monétaire à partir du sicle en argent, toutes les transactions commerciales, sans qu'il y ait circulation de cette monnaie-là. Les dettes, calculées en argent, étaient payées essentiellement en orge par les paysans qui se rendaient au temple ou au palais. La plupart des transactions dans les cités mésopotamiennes reposaient sur le crédit. Les transactions étaient inscrites sur une ardoise qui servaient de référence lorsque les débiteurs payaient au moment de la moissons. 

   Parmi les auteurs qui contribuent à mettre à mal (et même à détruite) le mythe du troc originel, Mitchell INNES figure en bonne place. Dans deux articles publiés par le Banking Law Journal de New York en 1913 et 1914, il démonte les faux postulats sur lesquels repose encore l'histoire économique. Ce dont on a besoin, suggérait-til, selon David GRAEBER, c'est une histoire de la dette. Mitchell INNES écrit notamment :

"L'une des illusions à propos du commerce consiste à croire qu'à l'époque moderne on a introduit un système, le crédit, qui permet de se passer de la monnaie, et qu'avant la découverte de ce système tous les achats se payaient en liquide, c'est-à-dire en pièces de monnaie. Une enquête attentive révèle que c'est le contraire qui est vrai.Autrefois, les pièces de monnaie jouaient dans le commerce un rôle beaucoup plus réduit qu'aujourd'hui. D'ailleurs, la quantité de pièces était si limitée qu'elle ne suffisait même pas au besoin de la maison royale (de l'Angleterre médiévale) et des domaines royaux, qui utilisaient régulièrement divers types de substituts pour effectuer les petits paiements. Les pièces avaient si peu d'importance que parfois les rois n'hésitaient pas à les rappeler toutes pour les refrapper et les remettre en circulation, et pourtant le commerce continuait comme avant."

On pourrait ajouter à l'argumentation de David GRAEBER qu'une des conditions importantes pour que la monnaie soit réellement utilisée quotidiennement à vaste échelle est que les gens (des notables aux paysans...) sachent réellement compter. Or, de même que lire et écrire, compter était, jusqu'à une époque récente, réservée à une catégorie sociale et professionnelle bien précise... Il n'était possible d'effectuer des transactions que par l'intermédiaire de scribes ou écrivains compétents, et généralement sous la direction d'autorités politiques précises...

"Notre récit habituel de l'histoire monétaire, écrit notre auteur, "marche à reculons". "Il est faux que nous ayons commencé par le troc, puis découvert la monnaie, et enfin développé des systèmes de crédit.l'évolution a eu lieu dans l'autre sens. La monnaie virtuelle (...) est apparue la première. Les pièces de monnaie sont venues plus tard, et leur usage s'est diffusé inégalement, sans jamais remplacer entièrement les systèmes de crédit. Quant au troc, il semble s'agir surtout d'une sorte de sous-produit accidentel de l'usage des pièces de monnaie ou de papier-monnaie." Sans monnaie, écrit-il encore, "les immenses systèmes de troc sont historiquement introuvables". 

 

  Lorsqu'Adam SMITH, par son ouvrage sur la Richesse des Nations (1776) veut fonder une science, l'économie, il minore sciemment le rôle politique de l'Etat, alors que, pour lui, ses successeurs et quantité d'auteurs libéraux, leurs entreprises commerciales ou financières n'auraient jamais pu avoir lieu sans le recours à l'Etat, et surtout à son pouvoir d'utiliser la violence pour "réguler" les, relations entre des créanciers (impatients) et des débiteurs (souvent récalcitrants!)... Dans l'histoire de la formation et le fonctionnement des marchés, les Etats ont pourtant un rôle moteur. Leur politique fiscale (le "recouvrement" de richesses captées, en fait) est intimement liée à la formation de ces marchés.

 

   En occultant précisément ce rôle, les économistes fondateurs de l'économie politique peuvent ensuite présenter l'économie qu'ils professent comme une alternative bienvenue aux pratiques de rapines violentes d'Etats kleptomanes. Cette présentation que l'on pourrait qualifier de marxiste ne reflète pourtant pas toute la réalité. Il y a de la part de ces économieste, à commencer par Adam SMITH l'espérance de voir concrétiser une vision utopique de l'économie et de la société : en présentant une Main Invisible, une Providence pacifiant les relations entre les hommes, de par leurs échanges, il y a comme une volonté de promouvoir d'autres moyens que la violence captatrice de concentration de richesses. En rejetant des formes d'échanges comme le troc vers le passé (et en lui donnant la connotation de méthodes barbares et peu efficaces de commercer), ils présentent le marché permis par la monnaie circulante comme le futur, celui des meilleurs mondes possibles. Hélas, la confusion entre cette utopie et des intérêts bien compris d'entrepreneurs autant avides (sinon plus) que par le passé, ils obscurcissent cette part (gigantesque) de la réalité que les économistes marxistes auront bien des difficultés ensuite à faire percevoir.

 

David GRAEBER, Dette, 5000 ans d'histoire, Editions Les Liens qui Libèrent, 2013. Paul SAMUELSON et William NORDHAUS, Economie, Economica, 2000.

 

ECONOMIUS

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 16:50

    Les hommes (et les femmes) sont liés dans des relations d'entraides et d'obligations plus ou moins étendues dans le temps et dans l'espace, de manière plus ou moins nombreuses suivant les époques et les régions. Ils le sont dans une attitude envers la vie, optimistes ou pessimistes, joyeux ou tristes, expansifs ou réservés, où les obligations sont perçues comme autant de liens chaleureux ou autant de contraintes. Ils le sont entre voisins proches ou voisins lointains, et de manière si caractéristique de l'espèce humaine, envers leurs amis (du moment) comme envers leurs ennemis (du moment).

De nos jours, la monétisation des relations humaines nous fait voir la dette sous le jour plus de la contrainte que de la joie du don et du "contre" don. Le cacul minutieux des débits et des crédits individuels a tellement envahi notre vie quotidienne d'occidental, et notre mentalité, que nous avons peine à imaginer d'autres rapports humains, et encore plus un monde où la monnaie n'existe pas, même si l'échange existe lui (comme de tout temps). Le mot dette s'est chargé lui-même de sens péjoratif, en tout cas de connotation (devenue complètement) négative. Si de nos jours, il a une signification presque uniquement financière, il n'en a pas toujours été ainsi et plus encore, c'est la dette du sang, la dette de l'honneur qui était la plus originellement répandue.

 

    Les réseaux d'entraides et de solidarité entre les âges, les sexes et les conditions sociales possèdent des sens très différents suivant les époques, les lieux et les condition sociales. L'histoire de la dette est bien plus ancienne que celle de la monnaie, de même que l'histoire des dettes du sang ou de l'honneur est plus ancienne (et plus longue) que celle des finances. Dettes "affectives", dettes "mystiques" (envers les dieux et le Ciel), dettes de sang, dettes d'honneur, tissaient des liens plus ou moins forts entre membres d'une même parentèle ou d'une même tribu (ce qui revenait souvent au même) à une échelle où le nombre de personnes liées étaient bien plus restreint que de nos jours.  

Toutes ces dettes ont un contenu à la fois politique social et économique. Les endettements s'effectuaient souvent au prix de la liberté et de celle des enfants et des membres de sa propre famille, et ceux-ci formaient une trame où chacun pouvait être à la fois débiteur et créditeur, bien entendu dans des directions (de classe, de sexe, d'âge) différentes. Chacun faisait partie de toute une chaîne de dettes, à la fois endetté et créancier, sa situation variant du tout au tout suivant l'endroit où il se situait.  C'est encore le cas aujourd'hui, même si, du moins dans certaines contrés, les relations sociales semblent moins marquées par cela. Une sorte de course entre les dettes à payer et des créances à recouvrir semble s'instituer du bas en haut de l'échelle sociale, de même que l'existence de dettes pousse les hommes à rechercher ailleurs des sources de richesses leur permettant de les rembourser, tout en s'enrichissant...

 

       Toutes ces formes d'endettement et de remboursement de la dette donnaient, donnent aux divers conflits une orientation et une intensité très différente.

       Elles font partie, souvent, de conflits économiques intensifs qui possèdent une coloration violente, psychologique très souvent (infériorité et domination), physique également. Plus, elles en constituent parfois le coeur. On peut même penser que sans les mécanismes toujours renouvelés de la dette, il n'y aurait jamais eu d'accumulation de richesses, et encore moins d'accumulation de capital. 

 

    Si l'historiographie de la dette se concentre souvent sur le sort des endettés ou les mécanismes de crédit (monétaire), il faut aussi s'interroger sur le destin des richesses captées, et singulièrement, à notre époque, sur la destinée de ces richesses. Les créanciers sont relativement avares d'histoire d'utilisation des produits de la dette, appelées d'ailleurs souvent rentes, et de nos jours, on peut se demander si le remboursement des dettes a réellement une utilité sociale. Une histoire économique des circuits de la dette et de la créance peut éclairer l'histoire économique tout court, et même l'histoire tout court... Les impasses du capitalisme actuel proviennent peut-être précisément d'une mauvaise utilisation des fonds collectés au travers de ces circuits.

 

     Sociologiquement, le processus d'individualisation des relations (avec l'évolution de la structure des familles) est sans doute à mettre en parallèle avec l'évolution vers d'autres cosidérations des dettes mutuelles...

 

    Autre facette, et non la moindre, les religions parlent, et souvent abondamment, de la dette. Jusqu'ici les lectures des textes fondateurs des religions ont plutôt considéré les multiples passages sur la dette comme des illustrations sur les prescriptions morales. Peut-être pourrait-on se livrer à une autre lecture, prenant ces passages pour ceux qui "parlaient" le plus aux fidèles et futurs fidèles... Il semble bien que des aspects révolutionnaires des nouvelles religions qui surgissent de temps à autre, suivant les circonstances propices, soient liées à l'existence de dettes importantes voire écrasantes sur toute une partie de la population réceptrice. La question de prêt, celle du remboursement ou non des dettes, semble bien être un bon vecteur de popularisation de la nouvelle parole divine. Quoi de plus exaltant que la persepective d'un Paradis, ouverte préalablement bien concrètement par l'effacement des dettes? Si (c'est le cas) les religions qui prônent ce genre d'action à leur origine ne le font pas longtemps après, car après tout, se forme alors une classe nouvelle de créanciers... En tout cas, la question du prêt à intérêt, de l'usure est au centre de nombreuses prédications. On pourrait même écrire qu'une religion qui se respecte doit avoir un discours sur la dette, pour délier/lier de nouvelles relations socio-religieuses... Les discours sur la charité sont souvent liés à la dette. 

 

    Autre facette encore, autre type de conflit, il y a interaction flagrante entre politique fiscale et politique de crédit, tant dans l'Antiquité que dans l'époque contemporaine. 

 

   Les dettes de guerre sont souvent considérées comme source de marasme économique, surtout pour celles qui durent de nombreuses années. De même, des guerres sont entreprises pour se débarrasser de dettes ou pour en faire contracter.

L'histoire de la constitution du marché, bien avant l'amorce d'une forme ou une autre de capitalisme, est très liée à la marche d'armées nombreuses en longues campagnes. La dette est un des vecteurs de ces marchés-là, conçus pour l'approvisionnement des troupes en matériels, en nourritures, en armes et en guerriers ou en soldats. 

 

   Tout cela fait autant d'angles d'attaque pour une étude de la dette en tant qu'élément conflictuel, mais aussi de coopération, dans les sociétés humaines.

 

 

    Charles MALALOUD indique, dans ses études anthropologiques, que "dans les langues européennes modernes (...) apparait (...) l'étroite parenté entre les formes du verbe "devoir", qu'il s'agisse de l'obligation proprement dite ou de l'oblogation comme probabilité, et celles qui signifient "être en dette". Cette parenté se manifeste tantôt dans le fait que "devoir" employé absolument est l'équivalent de "être redevable, être en dette" avec, le cas échéant, un complément substantif qui indique en quoi consiste la dette ("je dois cent francs") ; tantôt, dans le nom même de la "dette", qui, de façon plus ou moins perceptible pour le locuteur non étymologiste, dérive du verbe "devoir" : la dette, c'est le dû, ce qui est porté au "débit", le terme français "dette" continue le latin debitum qui lui-même, participe passé de debere, "devoir", s'emploie au sens de "dette".

L'auteur donne en exemple ce qui se passe dans les langues germaniques, et plus encore, dans de plus grands développements, dans les langues indo-européennes, (dans notamment le livre collectif qu'il dirige, Lien de vie, noeud mortel. Les représentations de la dette en Chine, au Japon et dans le monde indien, Editions de l'EHESS, 1988), pour montrer les liens forts, mais pas forcément universels, qui relient le phénomène de l'endettement à la vision du monde, à la vision de la place de chaque individu dans le monde, à sa place réellement occupée dans la vie quotidienne... comme dans les structures économiques, sociales et politiques. Même si la place des langues indo-européennes est centrale dans le monde occidental (mais pas partout), ce qui induit des relations particulières entre dette et devoir, sur les plans moraux comme matériels, la dette comprise dans ce sens n'est pas un fait universel. "L'analyse des faits chinois et japonais, par exemple, telle qu'elle est conduite par Viviane Alleton et Jacqueline Pigeot, respectivement, dans le volume collectif lien de vie, noeud mortel, montre que, dans ces langues, l'expression du devoir moral ou social de même que la modalité du déontique sont sans rapport avec les termes qui nomment la dette matérielle." Plus, dans le sanscrit, où "on s'attend à trouver des connexions du même type que celles que nous avons remarquées dans les langues romanes, les langues germaniques, les langues slaves, en grec. En fait, le nom sanscrit pour "dette" est sans rapport étymologique d'aucune sorte avec une racine verbale qui signifierait "devoir" ni avec les substantifs qui désignent les différentes formes de l'obligation. En revanche, ce qui se manifeste avec netteté dans la pensée indienne, c'est l'idée d'une "dette" originaire qui rend compte de certaines des grands devoirs auxquels l'homme est astreint". 

En considérant le sanscrit comme relativement ancien et les différentes variations des relations entre dette matérielle et devoir moral, on pourrait penser que le lien très fort entre ces deux éléments est relativement tardif.

Doit-on penser que la présence très forte de ce lien dans les langues qui ont des liens de parenté, à l'intérieur des langues indo-européennes, dans l'Antiquité notamment, résulte d'une évolution qui lie de plus en plus la dette à un devoir moral?

 

    David GRAEBER, dans une étude magistrale (Dette, 5000 ans d'histoire) évoque l'histoire économique de la dette sur le long terme, son rôle dans les échanges non-marchands et marchands, dans la formation du capitalisme et dans le fonctionnement même du capitalisme, ceci de sa naissance à nos jours... Pour voir clair dans cette histoire économique et dans les liens qui se sont tissés depuis des centaines de génération entre le devoir moral et la dette matérielle, il faut replacer tous les récits fondateurs de l'économie moderne et contemporaine dans leur contexte, et décortiquer les mythes sur lesquels nous vivons auhjourd'hui.

De même que le mythe du péché originel imprègne notre vision des relations entre hommes et femmes et même de la nature des relations sexuelles, le mythe de la dette morale ou de la moralité de la dette obère notre perception sur la nature des relations monétaires, et par là des relations économiques.

Toutes les catégories économiques sont à repenser, et tous les mythes libéraux et également marxistes (il y en a là aussi...) doivent être revisiter, devant l'ampleur de la crise multiforme qui traverse aujourd'hui le monde entier.

 

   A l'époque contemporaine, la dette se trouve au centre des relations économiques. D'abord la dette des pays du Tiers-Monde, puis aujourd'hui la dette publique de tous les Etats comme la dette privée se trouve au coeur du fonctionnement du capitalisme financier. Les mouvements de plus en plus spéculatifs des produits de la dette, elle-même l'objet de plusieurs marchés qui excellent dans ce domaine, vont jusqu'à menacer la survie même de tout le système, crises après crises. Le surdendettement semble parfois le moteur du fonctionnement économique : la dette, malgré les divers plans de remboursement, semble devoir ne jamais se tarir, au gré des réévaluations et des manipulations des taux d'intérêts. Cela se traduit par un appauvrissement de catégories de plus en plus large de populations et une concentration de plus en plus dantesque des richesses aux mains de catégories privilégiées de population, celles-là même qui se trouvent largement aux commandes des divers appareils administratifs et financiers. 

    Cet état des faits - générateurs de conflits sociaux de plus en plus violents, et de dissociations sociales - provoque la montée d'une contestation générale, même de la part de partisans du capitalisme - des mécanismes (pas seulement) de la dette financière. De crises en crises de plus en plus brutales, le système financier semble destiner à se pérenniser au prix de plus en plus de gaspillages de tout ordre : gaspillages humains (chômage, entre autres), gaspillages énergétiques,  gapillages... financiers, faute d'organismes étatique ou supranational (l'autorégulation n'étant vraiment pas possible...) chargés de le réformer ou d'en faire tout simplement la révolution. Faut-il attendre l'effondrement massif (les grands changements climatiques qui s'annoncent se chergeront sans doute de réponde à cette question...) et définitif de tout une civilisation pour opérer le bouleversement nécessaire, non seulement au niveau technique, mais également au niveau moral?

 

ECONOMIUS

 

Corrigé (en ce qui concerne le caractère universel du lien entre devoir et dette) le 30 janvier 2014.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens