Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 07:56

   Dans l'ensemble de la littérature consacré aux évolutions de la criminalité et de la délinquance, les livres les plus intéressants pour notre propos (le conflit...) se démarquent d'une phraséologie (de l'exactitude et de la précision dans la caractérisation du criminel) et d'une approche moralo-comptable (les sanctions) pour faire place à des visions anthropologiques et sociales de ce qui est légal ou non légal, en regard même des types de société en construction, notamment dans l'époque moderne.

    La potence au XVIIIe siècle ne punit pas que les auteurs d'assassinats, elle est l'instrument - impressionnant - de l'imposition des certaines valeurs à certaines classes sociales réticentes à changer leurs comportements et leurs habitudes, surtout son rapport à la propriété. C'est une analyse historique minutieuse que nous livre ici Peter LINEBAUGH, spécialiste de l'histoire anglaise et irlandaise ainsi que du travail et du colonialisme atlantique. Auteur déjà, avec Marcus REDIKER, de L'Hydre aux mille têtes, L'histoire cachée de l'atlantisme révolutionnaire (Amsterdam 2008), il retourne aux sources primaires - archives judiciaires, chansons et poèmes populaires, confessions et dernières paroles de condamnés - pour nous faire revivre les pendus, ces travailleurs ordinaires que rien, suivant nos propres critères, ne destinait à la potence, mais dont les usages et coutumes apparaissaient comme une menace pour les élites au pouvoir, toutes entières dédiées à la constitution d'une société capitaliste industrielle.

    L'historien étatsunien veut savoir (et nous faire savoir) qui étaient les quelque 1 200 malheureux pendus parmi tant d'autres qu'il a répertoriés. On découvre toute une série de figures picaresques, grossiers, sales et méchants, pauvres types aux trognes patibulaires, cicatrices de bien des blessures et de maladies qui hantent les quartiers populaires de Londres. mais au-delà de ces personnages hauts en couleurs et peu recommandables, la "tyburnographie" mise en oeuvre par l'historien révèle que c'est bien l'ensemble du petit peuple de la capitale qui, au moindre écart, se trouve exposé à la rigueur des juges et à la raideur de la corde. Les pendus ne forment pas une quelconque classe criminelle composée de marginaux ; leur profil social n'est pas celui d'un lumpenprolétariat désafillié, il s'agit au contraire de travailleurs ordinaires, artisans et compagnons durs à la peine, qui forment la majorité de la population pauvre. Leur mode de vie, leurs usages et coutumes apparaissent comme une menace potentielle permanente pour les élites au pouvoir, qui développent en conséquence une conception extensive de la notion de crime : une législation de plus en plus sévère aboutit à criminaliser non seulement les déviances, contestations et insolences, mais aussi les comportements populaires en eux-mêmes, dès qu'ils semblent menacer la propriété. Le Code sanglant et la pendaison constituent, aux mains des pouvoirs, une arme de répression massive et de dissuasion contre toute atteinte aux biens (bien plus qu'aux personnes...).

La sociographie des pendus de Tyburn met ainsi en lumière tout un peuple de travailleurs, qualifiés ou non, incluant de nombreux migrants venus d'Irlande ou d'ailleurs pour s'employer à Londres, dont Peter LINEBAUGH restitue de façon saisissante la vie quotidienne, les labeurs, les espoirs et les peines. Son parti pris manifeste est celui de l'history from below, l'histoire par en bas, telle qu'Edward P. THOMPSON et Eric HOBSBAWN l'ont définie : rompre avec l'histoire traditionnelle, focalisée sur les institutions et les "grands" hommes, au profit d'une histoire des pratiques et des résistances populaires. En prenant au sérieux des comportements et des usages jusque-là considérés comme irrationnels ou pulsionnels (cette populace qui gêne les grands desseins de l'Histoire...), ce courant historiographique contribue à renouveler en profondeur l'histoire sociale et politique britannique. Les hommes et les femmes du peuple deviennent ainsi ce qu'ils ont en fait toujours été : des acteurs tout aussi légitimes des transformations politiques et culturelles que les hommes d'État et les élites sociales.

Il est vrai que le prisme choisi ici, celui des archives judiciaires - ce qui assurément exige une somme de travail non négligeable de recherches et de lectures; est singulier : le "crime", tel que le stigmatisent les tribunaux, est analysé dans sa dimension de révélateur social. Derrière le vol, le braconnage, le détournement des matières premières (des chantiers, des mines et des ateliers...), la contrebande et toutes les formes d'atteinte aux biens que les lois du Code sanglant ont déclarés criminelles et passibles de la peine de mort, on détecte des logiques de comportement, des usages coutumiers et des valeurs que les autorités estiment déviants mais qui sont constitutif de l'éthos et du mode de vie populaire.

Peter LINEBAUGH met ici en oeuvre de façon érudite et passionnée le programme de recherche défini par son maître Eward P. THOMPSON, lorsqu'il avait fondée en 1965 le centre d'étude d'Histoire sociale, à l'université de Warwick. Il s'agissait d'analyser l'apparente montée des crimes et délits dans l'Angleterre du XVIIIe siècle, en s'efforçant de cerner le profil des accusés poursuivis par les tribunaux et de comprendre leurs motivations. Une succession d'ouvrage rompait alors avec l'historiographie dominante des années 1950-1960.

Peu connu en France, l'auteur produit depuis un certain temps dans les revues d'histoire de langue anglaise des travaux largement discutés. Les Pendus de Londres est un ouvrage pionnier, dans sa version universitaire primitive de 1975, comme dans sa version augmentée de 1991. Personne n'avait été aussi loin dans l'exploitation des archives londoniennes du XVIIIe siècle, dans la perspective d'une anatomie du "crime social". C'est tout à l'honneur des éditions Lux et CMDE, de porter à la connaissance du peuple francophone de tels travaux. Cet ouvrage porte sur un des caractères de cette fourmilière et mégalopole qu'est Londres : 600 000 habitants en 1700 (10% de la population anglaise), et plus d'un million en 1801. Londres est au XVIIIe siècle le plus grand foyer mondial de commerce maritime international et de production artisanale et manufacturière. Son activité est réellement le modèle du capitalisme tel qu'il se développe ensuite dans le monde, et l'analyse de "sa" criminalité est d'autant plus emblématique de ce qui se passe dans l'ensemble du continent européen. La liaison entre les évolutions juridiques - défense de la propriété au premier rang des préoccupations - les luttes judiciaires et le développement du capitalisme industriel est ainsi mise en lumière de manière érudite et précise.

 

Peter LINEBAUGH, Les pendus de Londres, Crime et société civile au XVIIIe siècle, Lux et CMDE, 2018, 620 pages. Édition préfacée et annotée (très abondamment) par Philippe MINARD.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 07:15

  Dans le vaste mouvement intellectuel qui révise peu à peu toutes les historiographies, notamment officielles, le nouveau regard porté sur le début du XXe siècle en constitue le plus important sans doute. L'indice que constitue le regain de la littérature d'histoire et de sociologie sur les premières années du siècle, autour notamment de la première guerre mondiale, ne trompe pas. Le petit livre de Jacques LEGALL apporte une modeste mais éclairante contribution à ce nouveau regard. Peu visitée, la période qui suit directement la première guerre mondiale, cette vague révolutionnaire de 1917-1923 en est le sujet.

De 1917 à 1923, l'horreur de la première guerre mondiale provoque chez les peuples une colère si profonde qu'une vague de révolution met en péril l'ordre impérialiste en Europe, en Asie et même en Amérique. Cette vague révolutionnaire, qui nait avant la Grande guerre et qui prolonge divers mouvements populaires du XIXe siècle, est bien mise en relief, année par année sur tous les continents. Elle constitue un fait majeur dans l'histoire, occulté par les nationalismes, elle est formée de vagues successives, que scande l'expérience des IIe et IIIe Internationales socialistes-communistes, et surtout elle est puissamment alimentée par l'évolution même du capitalisme auquel répondent les divers prolétariats de différents pays, avec des intensités très variables, de la révolution russe aux bouleversements en Italie.

   On peut lire dans l'introduction de Jacques LEGALL, "Au sortir de la Première guerre mondiale (...), la guerre accouchait alors d'une série de révolutions comme le monde n'en avait jamais connu. Né dans la boue des tranchées et dans les files d'attente devant les boulangeries des ville affamées, cette vague révolutionnaire prit son élan en Russie en février 1917. Puis, durant près de six ans, elle déferla de Petrograd à Berlin, Helsinki, Budapest et, dans une moindre mesure, Londres, Paris, Milan, jusqu'en Amérique du Nord, et un peu plus tard en Chine.

Ce tsunami, qui balaya les Empires russe, allemand et autrichien, menaça le système capitaliste mondial jusque dans ses citadelles. Cela semait l'effroi parmi les possédants et leurs représentants (...). Si les tenant du système capitaliste ont alors tout fait, de l'intervention directe au soutien aux armées blanches, au blocus et aux campagnes de calomnies, pour briser la révolution russe et empêcher de contaminer les autres peuples, la montée ouvrière à l'échelle mondiale et la peur qu'elle leur inspira entravèrent leurs efforts. Car le souffle de la révolution d'Octobre se fit sentir même dans les pays qui, après 1917, ne connurent pas d'ébranlement social majeur. Ainsi, en 1919, le Parlement français aurait-il voté la loi des huit heures si la bourgeoisie n'avait craint que la classe ouvrière ne l'exige "à la russe"?

Au-delà de l'Europe, la révolution semblait  aussi sonner le glas du colonialisme. Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, défendu par les bolcheviks dans l'ex-Empire des tsars, puis appliqué par eux en Russie soviétique, ainsi que leur appel à lutter contre toute forme d'impérialisme ouvraient une perspective de libération aux pays asservis par les puissances coloniales, la France et la Grande-Bretagne au premier chef.

Cette puissance vague révolutionnaire est pourtant occultée par l'historiographie officielle et les programmes scolaires. (...) Pourtant, comment saisir le destin du régime soviétique né d'octobre 1917, sa négation sanglante par le stalinisme,et au-delà l'évolution du monde depuis un siècle, sans savoir pourquoi et comment la révolution a finalement échoué hors des frontières de la Russie, laissant celle-ci isolée face aux interventions armées des États capitalistes et à une terrible guerre civile? Le récit de ces événements, capitaux pour comprendre l'histoire de l'humanité, comble un vide en même temps qu'il pose bien des questions. Ainsi, comment expliquer que, haïssant les fauteurs de guerre et leur système qui avaient provoqué la boucherie de 1914-1918, les travailleurs n'aient pas renverser le monde capitaliste, alors que la classe ouvrière fit preuve durant plusieurs années de sa combativité et de son esprit de sacrifice? De nombreux facteurs jouèrent en défaveur de la classe ouvrières. Partout, notamment, la conscience que la grande masse des prolétaires avait de ses intérêts retardait face à l'emballement des événements, et plus encore, face à ses ennemis, les classes possédantes, leurs hommes d'État, les dirigeant de leurs appareils de domination civils et militaires. Car eux avaient une claire conscience des enjeux pour leur classe, et ils savaient devoir mener une lutte à mort contre les exploités. Mais en fin de compte il faut souligner que, durant cette période, nulle part hormis en Russie, la classe ouvrière ne disposa d'un parti, d'une direction capable de la mener à la victoire. Car, malgré les efforts des bolcheviks pour aider à forger ailleurs de tels partis, lorsque la révolution se leva, les jeunes partis communistes n'avaient encore ni l'influence ni l'expérience indispensable pour mettre en échec une social-démocratie qui avait ouvertement choisi le camp de la bourgeoisie dès la déclaration de guerre. Dès lors la classe ouvrière trouva face à elle une social-démocratie européenne dont les appareils politiques, syndicaux, et parfois les ministres s'efforçaient d'empêcher qu'elle mette en cause l'ordre établi. Y compris en se faisant l'auxiliaire, voire l'organisatrice de la répression du mouvement ouvrier révolutionnaire."  

    Plaçant parmi les grands acteurs de cette vague révolutionnaire, les IIe et IIIe Internationales ouvrières, l'auteur, même si l'on ne partage pas ses convictions... révolutionnaires, parvient à nous faire saisir, au fil de courts mais denses chapitres, l'essentiel des événements qui enflammèrent nombre de villes et nombre de régimes politiques. Il remet à sa juste place par exemple les événements d'Allemagne, des circonstances de la défaite à la répression des spartakistes. Il nous fait saisir cette fébrilité craintive de nombre de dirigeants face à des mouvements très divers, de grèves, de manifestations, de saisies de biens, d'occupation de quartiers et d'usines, d'émeutes et de début de guerres civiles, de revendications politiques et sociales. Il nous donne des pistes solides pour comprendre les circonstances de l'échec de tous ces soulèvements populaires, qui auront des échos loin dans le temps, dans la République française comme dans celle de Weimar, dans l'attitude des leaders politiques, dont beaucoup auront à choisir entre la "peste brune" et l'"épidémie rouge"... On sait les choix funestes qui furent faits et leurs conséquences, on sait moins bien leurs motivations et les circonstances historiques qui menèrent, avec la crise de 1929 du système capitalisme tout entier, à la seconde guerre mondiale. Jacques LEGALL contribue à combler ici ce vide par ces utiles rappels historiques. Il nous rappelle aussi les causes de l'échec de cette vague révolutionnaire, chose utile dans les temps troublés que nous traversons aujourd'hui.

Jacques LEGALL, Quand la révolution ébranlait le monde, La cague révolutionnaire 1917-1923, Les Bons caractères, collection Éclairage, 2018, 145 pages.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 05:47

   Dans le contexte actuel de développement d'actions de désobéissance civile, tant pour des motifs économiques que devant l'urgence des changements climatiques, le petit livre d'Olivier MAUREL, connu pour son action militante dans les milieux non violents et pour son combat contre les ventes d'armes, veut "contribuer à faire connaître l'ensemble des moyens non-violents et la logique de leur utilisation pour qu'ils soient le plus efficaces possibles". Même si le titre de l'ouvrage peut faire tiquer (les armes...) dans la mouvance non violente elle-même, il met à disposition des nouveaux militants et de l'opinion en général, des outils de connaissance de moyens qu'ils ont de se faire entendre, même si les médias préfèrent montrer en boucle des images de casses dans les manifestations.

    Ce petit livre (sur les grands moyens...) n'apporte pas de développements théoriques et peu de connaissances techniques à proprement parler, mais actualise de manière assez complète la panoplie des procédés - légaux ou pas - de lutter contre des injustices, des dictatures et le... bouleversement climatique en cours.    

     Le livre s'ouvre sur une introduction pour faire (encore une fois) la mise au point sur les conséquences de l'usage de la violence, que ce soit dans les domaines politiques, sociaux ou économiques, insistant sur les effets à long terme de cet usage. Ainsi si des victoires politiques sur le court terme s'obtiennent grâce à la violence, les sociétés paient ensuite un tribut très lourd. Si la Révolution française, écrit-il, a détruit la monarchie par la  violence, elle a produit aussi l'Empire. Si la révolution russe a détruit le tsarisme, elle a amené le stalinisme.  Olivier MAUREL affirme ainsi que "les progrès réalisés dans les sociétés que l'on peut dire aujourd'hui relativement démocratiques ont été obtenues par des luttes longues mais efficaces et auxquelles la violence a peu de part. Elles ont demandé beaucoup de patience, de persévérance, d'intelligence. Elles ont créé des édifices de lois qui ont, bien sûr, un aspect contraignant, mais qui laissent aussi place à la liberté de pensée, d'expression, d'action et de contestation, elle-même source de nouvelles améliorations.".

    Ensuite, dans plusieurs chapitres pédagogiques ensuite, Olivier MAUREL propose au lecteur de découvrir l'histoire de la non violence (Première partie, les armes non-violentes), ses principes et les ressorts et moyens qui ont font son efficacité. En douze points, il introduit aux chapitres suivants, successivement au fil des pages sont ainsi traités la volonté de réussir ; une cause communicable ; la parole, la discussion, la protestation ; la médiation, le loi, le droit ; l'information de l'opinion ; le respect des personnes ; la non-coopération légale ; la non-coopération illégale ; l'obstruction civile ; une nouvelle forme de désobéissance civile : les lanceurs d'alerte ; un programme constructif.

    Par rapport aux nombreux ouvrages en circulation sur ces question, ce livre propose des apports originaux en ce qui concerne les méthodes d'action à distance, dans un contexte de mondialisation et sur le non-violence et les agressions individuelles, sans compter une partie (la troisième) historique et d'actualité, d'une part sur les victoires obtenues en France par une action non-violente d'une part (contre l'extension du camp militaire du Larzac, contre la culture des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) et pour la loi Veil sur l'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)), d'autre part sur sur cinq campagnes non-violentes en cours en France (actions en faveur des mal-logés, lutte contre l'invasion publicitaire, actions de solidarité avec les migrants, défense de la nature, actions du Mouvement Action Non-violente COP 21 (depuis novembre 2015)), et encore par ailleurs sur six "fronts" non-violents "particulièrement actifs dans le monde (États-Unis : actions contre la guerre ; Cuba : Les Dames en blanc pour la liberté ; Iran : Actions pour les droits des femmes ; Palestine : Nafez Assailly et les associations israélo-palestiniennes ; Amérique du Sud et Sud-Est asiatique : la non-violence face au pire, de la dépossession des paysans de leur terre à l'enfance exploitée et abusée ; Arabie Saoudite : lutte pour les droits des femmes et pour la liberté de pensée ; Chine : une lutte acharnée pour la reconnaissance des droits humains).  De longs développements sont consacrés à chacune de ces luttes non-violentes.

    Olivier MAUREL, Les armes de la non violence, Éditions La Plage, 2019, 145 pages.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 13:34

      On pourrait écrire : enfin un livre qui traite de l'histoire d'un pays en dehors d'une historiographie officielle (et scolaire) qui fait la part un peu trop belle aux familles aristocratiques de tous poils. Ce serait injuste car il existe tout de même des Histoires économiques et sociales qui traitent des mouvements d'ensemble des société en mettant à leur vraie place ces querelles entre monarques, princes d'Églises et lettrés tapageurs. Toutefois, rares sont les tentatives - et celle de Howard ZINN pour les États-Unis est appelée à faire école - de décrire une histoire politique qui situent les acteurs réels de l'Histoire. Il est vrai qu'on se demandait parfois ce qui poussait tel ou tel souverain à se mettre dans les difficultés ou accumuler les succès, ou même comment tel ou tel régime politique évoluait, sans l'ombre d'un regard sur la grande masse de la population... Les stratégies comme les tactiques des uns et des autres ne suffisent pas à rendre compte des situations et de leurs évolutions.

L'irruption du peuple est souvent en France associée à la Révolution de 1789, et pourtant le peuple, dont la définition transparait bien à la lecture de l'ouvrage de Gérard NOIREL, existe, agit, pousse la société dans un sens ou dans un autre, construit et détruit depuis l'aube des temps. Commencer cette histoire populaire de la France à la guerre de Cent Ans, qu'il justifie amplement par un changement radical dans le domaine des représentations et de l'évolution des mentalités, par rapport à la pauvreté et à la misère par exemple, permet de remettre à sa place tous ces fantasmes nationalistes qui font par exemple de Jeanne d'Arc une figure centrale dans l'émergence de la France en tant que telle. Et qui n'hésitent pas à parler de nation pour des époques où elle ne signifie réellement rien. Jusqu'au mot François (français), on ne se représente pas encore une entité unie, et cela d'autant plus qu'on s'éloigne des centres du pouvoir. La guerre de Cent Ans, la Grande Peste sont des éléments fondateurs - plus par la voie de destruction que de construction d'ailleurs, de la constitution très progressive de cette entité qu'on appelle aujourd'hui la France, issue d'un parcours bien particulier qui n'a pas d'équivalent en Europe, chaque État étant par ailleurs l'aboutissement de processus bien différents d'une contrée à l'autre.

   Dans son avant-propos, l'historien du monde ouvrier, de l'immigration et de la question nationale de France, qui a mené un travail à long cours sur cette histoire populaire, écrit qui"il existe deux grandes manières d'écrire l'histoire de France. La première est collective. Elle consiste à rassembler un grand nombre de spécialistes sous l'égide d'un historien bien placé au carrefour des institutions académiques, de l'édition et du journalisme, pour présenter au public cultivé un état du savoir historique à partir d'un fil conducteur assez lâche, de façon à réunir les petits producteurs indépendants que nous sommes autour d'une oeuvre commune. Ernest Lavisse, Pierre Nora et aujourd'hui Patrick Boucheron s'inscrivent dans cette longue tradition. La seconde manière est in individuelle. Elle caractérise les historiennes et les historiens qui sont arrivés dans la dernière ligne droite de leur carrière et qui exposent leur vision de l'histoire de la France en s'appuyant, notamment, sur leurs propres travaux. Jules Michelet, Fernand Braudel ou, plus récemment, Michelle Zancarini-Fournel ont incarné cette démarche. C'est elle que j'ai adoptée moi aussi dans ce livre, qui est l'aboutissement des quarante années que j'ai consacrées à la recherche historique." Il s'inscrit dans le sillage d'Howard ZINN, quant à l'insertion dans sa vision de l'histoire des masses populaires, et se réclame également de l'oeuvre de Norbert ÉLIAS pour l'histoire des mentalités. Il avertit également qu'une histoire populaire n'est pas pour lui l'histoire des classes populaires, mais bien l'enchaînement dynamique de l'action d'individus et de groupes plus ou moins importants de la population, même de sa partie la plus pauvre. Il se justifie au tout premier chapitre sur son point de départ, l'épopée de Jeanne d'Arc constituant un des nombreux épisodes qui, entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe, entraine un processus centripète qui mène de plus en plus de territoires dans une même histoire. L'épopée de Jeanne d'Arc est également emblématique de ce qui se répète souvent dans l'histoire, elle montre ce qui arrive au peuple ou une grande partie de celui-ci lorsqu'il se porte au secours de puissants, étant bien mal récompensé après le succès de son soutien. Les relations entre puissants et masses populaires sont bien le creuset de la constitution d'une nation, et d'abord d'un État avant que celui-ci soit intériorisé mentalement comme légitime...Et il fait pour cela plusieurs siècles, ces siècles que l'auteur déroule dans une écriture agréable, très loin des manuels scolaires ou même de certains ouvrages d'histoire.

 

      Ce n'est que très tardivement qu'on appelle le peuple par ce nom. En quatrième de couverture, l'éditeur le présente bien : En 1841, dans son discours de réception, à l'Académie française, Victor Hugo avait évoqué la "populace" pour désigner le peuple des quartiers pauvres de Paris. Vinçard ayant vigoureusement protesté dans un article de La Riche populaire, Hugo fut très embarrassé. Il prit conscience à ce moment-là qu'il avait des lecteurs dans les milieux populaires et que ceux-ci se sentaient humiliés par son vocabulaire dévalorisant. Progressivement, le mot "misérable", qu'il utilisait au début de ses romans pour décrire les criminels, changea de sens et désigna le petit peuple des malheureux. Le même glissement de sens se retrouve dans Les Mystères de Paris d'Eugène Sue. Grâce au courrier volumineux que lui adressèrent ses lecteurs des classes populaires, l'auteur découvrit les réalités du monde social qu'il évoquait dans ses romans. L'ancien légitimiste se transforma ainsi en porte-parole des milieux populaires. Le petit peuple de Paris cessa alors d'être décrit comme une race pour devenir une classe sociale." Pour que les habitants de ces contrées s'appellent eux-mêmes et se définissent comme Français et adhèrent à l'idée de faire partie de la France, il fallut non seulement le mouvement de reconnaissance des élites de certaines réalités qui ne bénéficiaient auparavant d'aucun écrit, sauf incidemment, mais également de l'adhésion de classes sociales populaires, généralement pauvres, via la scolarisation qui ne fut massive qu'au XIXe siècle. C'est dire que l'idée de France est très tardive dans l'Histoire.

"La France, explique l'éditeur, toujours en quatrième de couverture, c'est ici l'ensemble des territoires (colonies comprises) qui ont été placées à un moment ou un autre, sous la coupe de l'État français. Dans cette somme (qu'il faut lire attentivement, tant les chapitres sont denses d'informations), l'auteur a voulu éclairer la place et le rôle du peuple dans tous les grands événements et les grandes luttes qui ont scandé l'histoire depuis la fin du Moyen-Âge, : les guerres, l'affirmation de l'État, les révoltes et les révolutions, les mutations économiques et les crises (notamment dues aux aléas du climat dans un monde agricole aux techniques parfois sommaires), l'esclavage et la colonisations, les migrations, les questions sociale et nationale." 

    L'intérêt à la lecture de cet ouvrage ne faiblit jamais, que ce soit dans les temps d'avant la Révolution de 1789 que pour la période contemporaine. Il existe une dynamique, confluence de toutes sortes d'influences, dont rend bien compte Gérard NOIRIEL, qui mène, de façon ni téléologique ni obligatoire, à un destin commun des populations au départ très diversement attachées aux autorités politiques et religieuses, sans compter celles qui, au gré des mouvements migratoires dus aux famines, aux guerres, aux colonisations, participent pleinement, et souvent de manière décisive, à cette histoire.

 

Gérard NOIRIEL, Une histoire politique de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Éditions Agone, collection Mémoires sociales, 2018, 830 pages.

 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 15:07

   Bien que ce livre récent ne soit pas le premier à dénoncer la propagande par le cinéma aux États-Unis, quoique sont nettement plus nombreux ceux qui s'en prennent à l'usage du cinéma par les pays et les régimes totalitaires - Allemagne nazie et Union soviétique en autres - il permet de faire le point sur l'actuel cinéma en matière idéologique dans le monde dans le soutien de l'hégémonie planétaire de la puissance mondiale. D'autres ouvrages, moins centrés sur les aspects militaires et guerriers pourraient être sans doute écrits et diffusés, comme sur les aspects culturels entretenus par ce qui reste l'autre grand pôle cinématographique du monde, Bollywood (pour les pays indiens)...

    L'auteur, britannique, se centre ici sur l'effet dans  les années 2010 d'une majeure partie de la cinématographie américaine. Cette décennie, à l'inverse d'autres, est de plus en plus dominée, dans ce secteur, par les grands financiers bien plus soucieux de royalties que d'art, sur la production d'Hollywood de films de guerre, de comédies, de films d'action et d'aventure, de science-fiction, des films politiques aussi, sans oublier de faire une place à la production (souvent indépendante) des films à petit budget.

Quand on regarde les films cités et commentés, on voit bien que la période de son analyse est plus étendue, puisqu'il part des années 1990. Il entend non seulement démontrer le soutien actif à l'establishment américain - notamment au complexe militaro-industriel - de la majeure partie de la production, mettant l'accent pour certains films sur l'implication directe des forces armées, mais aussi sur le soutien aux solutions violentes des conflits en général. Si le western, genre largement minoritaire maintenant, n'est pas abordé, on pourrait considérer, à la lecture de ce livre, que les autres genres contribuent largement à diffuser et à entretenir les mythes de la supériorité américaine et de la violence salvatrice et obligatoire...

Sans doute son analyse est-elle incomplète, car elle n'inclut pas de films catastrophes et n'aborde pas les séries télévisées, qui sont l'occasion pour les réalisateurs de se montrer plus critique envers la société américaine et son modèle de civilisation et, sans doute, ne prend pas suffisamment en compte le fait que ces films sont produits d'abord pour le public américain, et que toute tentative d'inclure dans les scénarios des perspectives critiques (même par rapport aux forces armées) exige de partir de très loin...

      Les commentateurs, comme l'écrit dans un avant-propos Michael PARENTI et éditorialistes conservateurs ne cessent de donner d'Hollywood l'image d'un repaire de gauchistes. "Divers propagandistes de droite nous disent que "les élites culturelles" d'Hollywood (et dans d'autres endroits tels que New York, San Francisco et Washington) véhiculent des valeurs qui visent à saper le patriotisme et d'autres "vertus américaines" du même ordre. L'impressionnante critique que propose Matthew ALFORD (...) terrasse ces incantations à propos d'un dessein gauchiste de nature élitiste. Implicitement, la dissection des films de guerre hollywoodiens proposées par l'auteur lève le voile sur les représentations déformées de la politique impérialiste américaine elle-même et les mythes politiques dominants qui la soutiennent."

   En tout cas, l'auteur analyse bien les tendances lourdes de l'industrie cinématographique (et télévisuelle) américaine, à savoir une concentration de plus en plus grande de la propriété (et de la gestion) des studios, l'emprise de la commercialisation sur la création même des films, où impératifs financiers l'emportent pratiquement toujours sur les ambitions artistiques, quitte à exploiter jusqu'à l'os des franchises (Star Trek, Expendables, Transformers...), le soutien de plus en plus ouvert apporté par l'État depuis le scénario jusqu'au tournage et au montage et une véritable infiltration de certaines administrations dans les plus grands studios, le châtiment réservé aux films qui "dérangent", les privant d'un réel circuit de distribution, et entravant même la carrière de réalisateurs et d'acteurs "perturbateurs"... Une des informations factuelles, et le livre n'en manquent pas, est l'implication de plus en plus forte des institutions et des firmes du complexe militaro-industriel (armée, entreprises, services de renseignement comme la CIA) sur les films grands publics. Nombreux sont les films et pas seulement de guerre où les studios, friands des moyens techniques apportés par les forces armées (il en est de même pour certains films de science-fiction et de "héros"), sollicitent eux-mêmes l'avis des autorités. Par l'examen des conditions de réalisation de plusieurs films, pour chaque genre abordé, l'auteur indique comment et pourquoi tous ces acteurs extérieurs au monde artistique effectuent leur intrusion, certains en véritables gardiens idéologiques.

Il est très convainquant en ce qui concerne la sauvegarde des "valeurs" qui soutiennent la politique extérieure des États-Unis ou la politique de défense, en ce qui concerne également la défense de l'intérêt de nombreuses firmes d'armement. Même des films tirés d'oeuvres écrites (nouvelles, romans) sont édulcorés (et ce malgré l'avis des écrivains..) pour leur permettre d'exister sous la pression de ces institutions-là. Même pour des oeuvres qui, au départ, se montraient critiques sur tel ou tel aspect de la politique extérieure, ou envers telle ou telle manière d'agir des forces armées, les metteurs en scènes comme les scénaristes doivent mettre sous le boisseau (notamment en jouant sur les dialogues et le montage final) bien des arguments pour avoir l'assurance d'être bien distribué... L'auteur prend des exemples dans les comédies musicales ou des films d'action, là parfois, où l'on n'attendrait pas cette censure... Tout un chapitre est consacré au "champ de bataille du film à petit budget" qui n'est pas exempt de toute pression, là non plus...

    Dans sa conclusion, Mathew ALFORD, après avoir pointé l'extrême "sensibilité" d'une partie de l'intelligentsia américaine à ce qui pourrait contester la nécessaire intervention des forces armées (même illégale) dans le monde, dresse en un paragraphe un palmarès des films les plus régressifs, de Stargate - La porte des étoiles, à Le pacificateur en passant par La Chute du Faucon Noir, Rambo et True Lies, pour pointer ce qui en fait leur caractéristique majeure : l'approbation des moyens les plus violents pour régler "des situations". il n'est pas naïf non plus : le public ne va pas rejoindre les forces armées ou agresser des étrangers à peine sortis des salles de cinéma (comme pendant la Seconde Guerre Mondiale...). Mais les effets cumulatifs des films eux-mêmes et des moyens de propagande pour les promouvoir, induisent un conformisme dans la population, pas forcément dans le sens d'une confiance aveugle envers les institutions américaines, mais plutôt dans l'acceptation et l'approbation de la violence la plus extrême, surtout depuis les attentats de 2001. Il faut parfois même oublier certaines valeurs américaines pour mettre fin aux agissements des terroristes... Pour autant, il n'oublie pas une poignée de films exceptionnellement critiques, non seulement parmi les grands films à l'affiche, tels que Avatar, Raisons d'État, Lord of War, Total Recall, Starship Troopers, Nixon et Syriana, malgré les ennuis que cela a valu par la suite à leur producteur et réalisateur, ni non plus beaucoup de films à petit budget dont même en Europe nous n'avons le moindre écho... Il constate que comparativement aux années 1960 et 1970, les années 1990-2010 ne sont guère favorables à l'épanouissement de comédies, de films de genre ou de films d'aventure qui abordent des sujets polémiques, et que domine, écrasante, la tendance aux gros films à très gros budget où s'activent tout un tas d'administrations.

      Mais notons pour notre part, plus optimiste que notre auteur, que même pour des franchises telles que Star Wars ou basées sur des héros des studios Marvel et DC Comics, le filon "violent" a tendance à s'épuiser et sans doute, l'effet conjugué d'un crescendo dans la brutalité et d'une tendance à placer la finance loin avant l'art va jusqu'à signer peut-être le début d'un désastre. Solo et même Les derniers Jedi n'ont pas été à la hauteur des espoirs des investisseurs sur la franchise Star Wars, objet de la récupération par l'empire Disney...

Tout en appuyant la conclusion de l'auteur en ce qui concerne la violence, il faut aussi souligner que la vraie cible des attaques portées par une partie de la droite et l'extrême droite américaine n'est pas tant l'atteinte prétendue des valeurs  par Hollywood, versant maintien ou défense de la puissance hégémonique des États-Unis, mais plutôt versant moeurs et relations entre les personnes. Ce qui choque surtout chez ces personnes sensibles, c'est plus de voir une relation homosexuelle au centre d'un long métrage à succès que de voir les effets répétés de bombardements par l'armée américaine sur des populations bien plus pauvres qu'elles... Et à ce propos, une analyse des séries américaines montreraient sans doute des aspects bien plus propices à des changements de fond dans la société américaine, y compris sur l'usage de la violence.

 

Matthews ALFORD, Hollywood Propaganda, Cinéma hollywoodien et hégémonie américaine, Éditions critiques, 2018, 300 pages.

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 12:15

      La professeure Limore YAGIL, directrice de recheches d'histoire contemporaine à l'Université de la Sorbonne, donne ici une étude qui comble une partie des manques actuels de l'historiographie de la Seconde Guerre Mondiale. Sur un aspect très précis et peu visité, la désobéissance aux ordres du gouvernement de Vichy de membres de deux des corps d'État les plus habitués à obéir. Policiers et gendarmes en France ont effectivement fait l'objet de très peu d'études et sont considérés, en bloc, par de nombreux historiens de la période de l'occupation nazie (dont Robert PAXTON), comme faisant partie des collaborateurs les plus actifs à la politique répressive et d'extermination.

Erudite en ce qui concerne le sauvetage des Juifs, notre auteure entend comprendre pourquoi, contrairement à la Belgique ou aux Pays-Bas, 75% des Juifs en France (soit 230 000 personnes, chiffres de 1940) ont échappé à la politique active de persécution du régime de PÉTAIN. Alors qu'une toute petite minorité de policiers et de gendarmes (67!) a été reconnue comme Juste, elle entend montrer que, sous une forme ou sous une autre, une grande partie de ces deux corps d'État ont entravé cette politique. Elle estime en effet que "le rôle des gendarmes et policiers français a souvent été injustement réduit aux agissements intolérables de certains d'entre eux". Par ce livre, elle veut faire découvrir les faits et gestes de nombreux hommes et femmes qui ont transgressé volontairement les lois et les ordres souvent ressentis comme inacceptables.

"En transgressant, écrit-elle dans son Introduction, volontairement la loi, ils assumaient le risque de la sanction et souvent mettaient leurs proches en danger. L'acte de désobéissance civile n'est pas synonyme d'une appartenance à la Résistance. C'est d'abord un acte individuel, indépendant d'une réseau ou d'un mouvement clandestin. On peut donc constater que la politique antisémite de Vichy et celle des autorités allemandes n'ont pas transformé des policiers et des gendarmes en tueurs en série, en un groupe d'"hommes ordinaires", comme ce fut le cas en Allemagne ou dans les pays occupés à l'Est. Cette désobéissance prend plusieurs facettes.

Les moments du choix de la désobéissance civile sont, par nature, multiples et complexes. Intervient en premier lieu une désobéissance "périphérique". Sans appartenir à un réseau, à un mouvement ni à des unités militarisées de la Résistance, des policiers et des gendarmes, officiers ou fonctionnaires rattachés aux forces de l'ordre, au cours de l'exercice de leur activité professionnelle, par une démarche individuelle, font preuve de bienveillance envers les personnes traquées par le régime. Leur action se déroule généralement dans l'ombre et le secret des consciences. Les uns se contentent de "trainer du pied", observant une neutralité qui favorise l'entreprise de la Résistance. Se laisser désarmer, fermer les yeux sur une évasion, faire prévenir les réprouvés - Juifs, communistes, étrangers -, renseigner les résistants, ignorer les parachutages, héberger les persécutés, ne pas faire usage des armes sont autant d'initiatives à porter à leur crédit. Par ailleurs, la résistance active les conduit à fournir des renseignements, organiser des filières d'évasion, protéger les parachutages, camoufler des armes, bref à aider les réseaux de résistants, voire à s'y engager ou à en créer. (...) L'engagement dans un réseau ou une mouvement de résistance, souvent plus tardif, correspond aux années 1942-1944. D'abord parce qu'il faut du temps aux premiers résistants pour s'organiser grâce à des mouvements et des réseaux, et pour trouver des contacts sur lesquels ils peuvent compter. Ensuite parce que les policiers et les gendarmes sont formés à respecter les lois, à défendre leur pays et à ne pas oeuvrer en dehors de leur institution. Enfin, parce que ceux qui l'ont fait ont été souvent trahis et dénoncés, arrêtés et déportés par les Allemands, ou contraints de se cacher et de fuir la France." 

C'est qu'au fil des mois, des facteurs circonstanciels, comme les persécutions raciales, l'instauration du STO (Service du Travail Obligatoire), le succès décisif des Alliés, suscitent des ralliements de plus en plus nombreux à la Résistance proprement dite, même si la très grande majorité des gendarmes notamment a obéi aux ordres injustes de l'État. En fait, en l'absence d'une étude sociologique globale sur cette période, il est encorre difficile de se prononcer sur l'ampleur des désobéissances. En tout cas, l'auteure ne partage pas l'appréciation (même par des auteurs spécialisés comme Olivier WIEVIORKA, dans son livre Histoire de la résistance, Perrin, 2013) du comportements des policiers et des gendarmes suivant une grille stricte Collaboration/Résistance. Comme d'autres études l'ont montré pour l'Europe (voir le livre de Werner RINGS, Vivre avec l'ennemi, recensé dans ce blog), il a existé toute une palette de comportements variables de quantités d'hommes et de femmes, placés dans des situations extrêmement diverses. Elle montre dans son livre, que la solidarité de la plupart des Français à l'égard des Juifs persécutés fut importante dès 1940, et qu'elle a touché toutes les classes sociales, même si officiellement Police et Gendarmerie sont en première ligne dans la politique de Vichy.

    Après l'examen du contexte historique, elle décortique ce qu'a été l'engagement résistant, prenant des exemples précis (Le Coq gaulois, le groupe Valmy-Armée des volontaires, le réseau d'évasion Pat O'Leary), ce qu'était l'aide des Juifs en 1940-1942, ce qu'ont été les conditions de passage de la frontière (Suisse, Espagne, ligne de démarcation), la situation des villages refuges; le tournant des rafles de l'été 1942, l'aide aux réfractaires et aux résistants (1942-1944). Un chapitre est également consacré aux conflits avec la milice et les autorités allemandes. Elle met constamment en valeur les dilemmes psychologiques de nombreux policiers et de gendarmes. Une liste de ceux qui ont été reconnus comme "Justes parmi les nations" figure en fin d'ouvrage.

    Limore YAGIL est également l'auteure, entre autres, de Chrétiens et Juifs sous Vichy, sauvetage et désobéissance civile, Le Cerf, 2005, de La France terre de refuge et de désobéissance civile, 1936-1945 : sauvetage des Juifs, Le Cerf, 3 volumes, 2010-2011 et de Sauvetage des Juifs dans l'Indre-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Maine-et-Loire, Loire-Inférieure, 1940-1945, La Crèche, Geste éditions, 2014.

 

Limore YAGIL, Désobéir, Des policiers et des gendarmes sous l'Occupation, 1940-1944, nouveau monde éditions, septembre 2018, 380 pages.

  

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 13:00

      Fruit d'un colloque tenu aux archives départementales de Marseille le 14 nombre 2014, ce livre présente les apports d'enseignants et militants associatifs rassemblés par l'association "Provence, mémoire et monde ouvrier" et le Centre international de recherches sur l'anarchisme. Après de stimulantes synthèses au plan national, l'ouvrage fait revivre les acteurs politiques, syndicaux et pacifistes de cette histoire de l'arrière et propose au lecteur un éclairage régional saisissant.

    Composé de quatre parties, l'ouvrage à plusieurs voix fait le tour de la problématique de l'attitude du mouvement ouvrier : pacifisme, luttes sociales, mouvements ouvriers, d'abord au plan national, puis dans la région marseillaise, avant d'abord plusieurs aspects de la vie du mouvement ouvrier par rapport à la Grande Guerre après le conflit armé, avant de faire le constat global de l'échec des pacifismes en France.

  Dans la première partie, entre autres questions, Guillaume ROBERT se demande si le mouvement ouvrier pouvait empêcher la guerre et Loïc LEBARS se penche sur l'attitude des instituteurs et des institutrices syndicales contre la guerre et l'union sacrée. Dans la seconde, se dessine les contours précis des actions, des revendications ouvrières dans les Bouches-du-Rhône à l'ombre de l'union sacrée (Bernard RÉGAUDIAT), le pacifisme et l'antimilitarisme à la bourse du travail de Marseille avant la Grande Guerre (Nicolas VIANT), de la réflexion et de l'action des militants socialistes marseillais, de l'union sacré au refus de la guerre (Frédéric GROSSETTI)... sans oublier un éclairage sur l'anarchisme dans cette région de France (contributions de François MOREL-FONTANELLI et de Thierry BERTRAND). Dans la troisième partie sont examinés certains aspects du mouvement ouvrier : monuments aux morts (Colette DROGOZ) ou encore A propos de l'affaire du 15e corps (Charles JACQUIER). La quatrième regroupe des annexes qui constituent encore autant d'éléments de réflexion (comme la réflexion de Rémi FABRE sur l'échec du pacifisme sonné par 1914).

   Colette DROGOZ , dans une conclusion, constate que le mouvement ouvrier provençal se démarque un peu du mouvement national en ce sens que les grèves revendicatives n'y cessent jamais. "Ouvriers et ouvrières, même si ces dernières sont toujours tenues dans l'ombre, souffrent et le montrent. Comment parler des difficultés de l'arrière et penser que les travailleurs acceptent un dur labeur pour des salaires de misère sans se manifester? Les industries de guerre sont en pointe du mouvement revendicatif car ce sont des unités de production importante en nombre et fort surveillés. Oui, les ouvriers et les ouvrières marseillais ont revendiqué pour des salaires plus élevés pendant la guerre. (...) Cela semble une spécificité par rapport aux autres, rares cependant, étudiées du point de vue du mouvement ouvrier revendicatif" (...) Après la fin des combats, reprend une vie ouvrière et sociale fortement marquée par le conflit mais qui ne va pas dans un mouvement d'union, bien au contraire. Les luttes ouvrières de l'entre-deux-guerres laissent apparaitre une division durable des forces de progrès jusqu'au milieu des années 1930. Il faudra attendre le "moment Front populaire" pour voir les dynamiques unitaires se faire jour (...). Or la marche vers le deuxième conflit mondial ne sera pas, une fois de plus, entravée par le monde ouvrier organisé. Les questions qui se posent au monde ouvrier en 1938-1939 sont bien différentes de celles d'août 1914 ; il est confronté de nouveau à ses divisions et le pacifisme a changé dans beaucoup de ses aspects, il résonne différemment en 1939-1940."

 

Sous la coordination de Gérard LEIDET, Le mouvement ouvrier provençal à l'épreuve de la Grande Guerre (1909-1919), Union sacrée, pacifisme et luttes sociales, Éditions Syllepse et Promeno (Marseille), collection histoire : enjeux et débats, 2015, 345 pages.

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 07:43

   Dans la longue histoire des conflits interspécifiques, vulgairement dit parfois, avec une vision bien restreinte, du combat entre l'Homme et la Nature, le livre de Patrick BOUUSQUET (parolier, auteur de contes, de poésies et de romans) et Michel GIARD (écrivain éclectique surtout ouvrages consacrés à l'histoire maritime et à la Normandie) apporte un éclairage particulier et historique. S'agissant d'animaux domestiqués mis au service de la guerre entre hommes dont ils n'ont d'ailleurs que faire, cette histoire possède un côté particulièrement pervers. Se voulant encyclopédiques, les deux auteurs abordent la question des animaux dans la Grande Guerre sous bien des facettes, et notamment ce qu'ils appellent le "juste retour des choses", c'est-à-dire le martyr causé aux hommes par les poux, puces et rats qui prolifèrent de manière générale dans les guerres. On ne rappellera jamais assez que les épidémies firent plus de victimes que la guerre elle-même, notamment à la fin de celle-ci... En première ligne du martyr imposé aux animaux figurent ces chevaux, ces nobles chevaux, sans qui la cavalerie, une des armes majeures des armées, ne serait rien.

    C'est d'ailleurs autour de la cavalerie - et de son principal ennemi, l'artillerie, que s'organise les premiers chapitres de leur ouvrage. Puis ils parcourent le long calvaire des mulets, des ânes, des chiens, sans compter celui des pigeons (cibles dans la guerre de communication), des vaches, des chameaux, des dromadaires... Non seulement ces animaux sont montés, chargés, utilisés directement ou pour l'alimentation des soldats, mais ils sont souvent mascottes, emblèmes, révérés et entretenus, alors que la boucherie au milieu des explosions est le lot de la grande majorité d'entre eux... 

    On voit toute l'économie que suppose cette cavalerie, et les gigantesques circulations des animaux dans les mouvements de troupes durant cette guerre-là. On voit aussi tout le bouleversement de l'économie de temps de paix bouleversée par les préparatifs à la guerre impliquant la réquisition par exemple des chevaux.

On peut lire qu'une fois les chevaux installés laborieusement (les bêtes font de la résistance...) dans des wagons de chemins de fer, "les chevaux, embarqués à raison de huit bêtes par wagon, sont attachés par une simple corde et donc assez libres de leurs mouvements. outre les accidents liés aux a-coups du chemin de fer et aux chutes éventuelles, ils peuvent se blesser entre eux en se donnant des coups ou en se mordant.. Arrivés à destination, les animaux ne disposent d'aucun temps de récupération et ne reçoivent souvent qu'une ration alimentaire qui laisse à désirer. Ils sont aussitôt utilisés pour apporter vers les premières lignes le matériel nécessaire sans avoir bénéficié d'un temps d'adaptation ni de s'être habitué à l'avoine, aliment moins volumineux, et donc plus facilement transportable, qu'on leur sert à la place du foin. Les animaux qui présentaient des ferrures défectueuses au moment de la réquisition et qui ne sont pas ferrés par manque de personnel vont devoir travailler dans de mauvaises conditions, ce qui aura très rapidement un effet néfaste sur leur santé. Les wagons utilisés pour le transport des chevaux et des mulets ne bénéficient pas d'un entretien suivi. Aucun nettoyage, aucune désinfection ne sont effectués! Autant dire qu'ils se transforment rapidement en bouillon de culture dont seront victimes les animaux de santé médiocre.

Arrivés à destination, les chevaux sont dirigés vers leurs différentes unités. Les cavaliers doivent alors s'adapter aux montures qu'on leur fournit, souvent déjà fatiguées par ces longs déplacement qui ont commencé dans la cour de la ferme et se sont poursuivis dans des wagons surchargés. Bien entendu, compte tenu des réquisitions, les foires aux animaux dans l'ouest de la France connaissent une très faible activité. Il y a peu de bêtes présentées à la vente, très peu de transactions, et rares sont les paysans ou chefs d'exploitation susceptibles de les acheter, les épouses restées à la ferme n'ayant pas encore une grande autonomie de décision. La réquisition des chevaux ne se limite pas seulement à la province. Elle se déroule également en région parisienne où ces animaux sont utilisés en grand nombre dans les transports publics, mais aussi pour les livraisons de marchandises et la promenade des bourgeois. Les badauds peuvent souvent apercevoir l'un de ces curieux convois qui traversent la place de l'Opéra en plein Paris.

La mobilisation d'août 1914 double donc les besoins en chevaux. Dans un premier temps, les ressources nationales estimées à 3 millions de chevaux permettent de couvrir les besoins immédiats. La Bretagne et la Normandie, traditionnelles régions d'élevage de percherons et de cobs, sont mises à contribution. La réquisition des chevaux doit s'accompagner de la réquisition du fourrage, de la paille et du foin, de l'orge et de l'avoine pour leur nourriture.

Ces façons de procéder sont souvent mal vécues par les paysans qui considèrent à juste titre que le cheval règne sur l'ensemble des animaux de la ferme. Ils y sont attachés, surtout quand leur jument s'avère une bonne poulinière. Quand une même exploitation agricole voit partir à la guerre un fils, un père, un commis, ses chevaux, c'est souvent le désarroi le plus total. Les agriculteurs les plus âgés savent en effet quel sort malheureux l'armée va réserver aux animaux."

   On peut dire que cette Grande Guerre concentre en un peu plus de quatre ans toutes les horreurs endurées par les animaux et qu'en quelque sorte elle est le "couronnement" du sort que tout au long des siècles, on a pu leur faire subir. De même que la Grande Guerre devait être pour les hommes la dernière, "la der des der", c'est la dernière qui fait usage de ces bêtes de cette manière. Car avec l'avènement des troupes motorisées, avec les divers écrasements de cavalerie par le couple char-avion, net et spectaculaire par exemple en Pologne pendant la seconde guerre mondiale, l'usage des chevaux chute, de même que les pigeons avec les progrès de la télégraphie...   Pour les auteurs, à plus d'un titre, la Grande Guerre marque un tournant dans l'Histoire... Elle marque aussi un tournant dans l'histoire des conflits (et coopérations) interspécifiques de l'humanité contre le reste du monde animal. 

   Doté d'un bonne iconographie, très abondamment documenté, le livre constitue une véritable somme sur l'usage des animaux dans la guerre.

 

Patrick BOUSQUET et Michel GIARD, Bêtes de guerre, 1914-1918, De Borée, 2018, 310 pages.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 08:00

    D'une tonalité bien plus pessimiste et d'un sentiment d'urgence bien plus absolu que le film Demain (écrit et co-réalisé avec Mélanie LAURENT en 2015), le livre de Cyril DION décrit les éléments du bouleversement climatique qui risque (et avec les années avec de plus en plus de certitudes...) de changer les destinées de l'espèce humaine. Il propose ensuite des moyens de sortir de cette crise (qui pourrait être ultime pour l'humanité), ensemble de moyens qui incluent démarches personnelles et activités collectives. 

Reflétant sans le mentionner divers sentiments rencontrés dans les coulisses des conférences sur le climat (les fameuses COP...), maints passages de ce livre sont proprement terrifiants. Et personnellement, j'y ai retrouvé les mêmes appréhensions et les mêmes terreurs qu'à la lecture des décennies plus tôt du livre de Gordon Rattray TAYLOR, Le Jugement dernier... 

     Bien loin des considérations teintées de technicité de ceux qui ne pensent qu'à l'évolution du capitalisme sous les coups de butoirs de ces bouleversements planétaires, l'auteur se place dans la perspective d'un changement radical des conditions de l'existence humaine. A moins de continuer comme actuellement, tout droit au minimum vers des guerres causées par des mouvements migratoires colossaux, il nous faut changer radicalement de mode de vie, à la fois au niveau personnel et au niveau de l'économie en général. 

En 7 grands chapitres, de C'est pire que vous ne le croyez à L'heure du choix, l'auteur développe les appréhensions et les actions vitales nécessaires, suite aux réactions à son film Demain, jugé par certains comme bien trop optimiste (!). Revenant précisément sur un échange avec des personnes suite au film, il écrit :

"Pourtant, notre contradictoire d'un soir n'avait pas entièrement tort. Globalement, nous, écologistes, ne parvenons pas à faire passer notre message. Du moins pas suffisamment. Malgré tous nos efforts la situation ne cesse de se dégrader, à une vitesse étourdissante. A ce titre, l'été 2017 (et que dire, pouvons-nous écrire de l'été 2018!) a battu tous les records : iceberg géant se détachant de la banquise, ouragans à intensité inédite, température la plus chaude jamais enregistrée sur Terre, inondations meurtrières en Inde, incendies catastrophiques au Portugal et en Californie, études plus alarmantes les unes que les autres. (...) Même animé par une inébranlable foi en l'humanité, en ses capacités à faire face au pire pour y opposer le meilleur, ne pas être terrifié par ce que les prochaines décennies nous réservent relève de l'optimisme béat ou de l'acte de bravoure". 

Après avoir décrit certains éléments (qui ne se limitent pas à la montée des eaux...), du danger d'une "ampleur comparable à celui d'une guerre mondiale", l'auteur s'attache à explorer les meilleures stratégies pour engager une résistance aux calamités qui nous attendent. Il ne s'agit plus de ces stratégies opportunistes des grandes puissances qui veulent profiter (s'adapter) des changements de frontières géographiques provoquées par les bouleversements climatiques mais bien plus important, de stratégies de survie de l'humanité.

Si chaque geste compte, comme l'écrit Cyril DION, dans l'exposé des deux grandes conceptions stratégies qui ont cours aujourd'hui (politiques de changements radicaux ou politiques des "petits pas", il faut bien se rendre compte que devant la paralysie politique qui semble gangrener tous les États, il faut réellement construire (par la société civile...) un autre monde. Pour expliquer l'apathie dont font preuve des opinions publiques pourtant de plus en plus consciente de ce fait, il fait appel à la fiction qui fait tenir le système économique actuel. Cette fiction, entretenue par la nécessité pour des millions de personnes de gagner leur vie (d'où les idéologies du progrès indéfini de la croissance), de profiter des divertissements offerts par les nouvelles technologies (des smartphones aux jeux videos...), par des législations éminemment favorables aux puissants intérêts particuliers, exige un véritable plan pour libérer les corps et les esprits d'un monde qui mène à notre propre perte. Stopper la destruction et le réchauffement, construire une résilience, régénérer la planète et nos modèles économiques et sociaux, sont quelques étapes pour l'élaboration de nouvelles architectures.

Il faut lire ce petit livre dans le détail pour comprendre comment y parvenir, celui-ci n'ayant pour tâche modeste que d'alimenter la prise de conscience - à la fois du danger et de moyens pour le contrer. Maintes actions décrites sont en cours (à de multiples échelles) et l'on sent bien qu'il s'agit d'une course dans un contexte de combats entre des conceptions politico-sociales, et d'une évolution contradictoire entre reféodalisation du monde et réveil de forces politiques centripètes. C'est en tirant des progrès technologiques le meilleur pour l'environnement, en même temps qu'en faisant une véritable révolution mentale, sociale et politique... que l'on pourrait parvenir à inverser les tendances destructrices actuelles. On peut lire dans le dernier chapitre de ce livre ici chaleureusement recommandé : "Au départ, nous n'avons de pouvoir que sur nous-mêmes. Nous sommes notre propre empire, celui que nous pouvons gouverner, réformer, transformer. Agir sur nous-mêmes, sur notre environnement proche n'est pas une finalité, mais l'amorce de réalisations plus vastes. En transformant notre fiction individuelle, nous proposons à ceux qui nous entourent le ferment d'un récit collectif. Et lorsque ce récit sera suffisamment partagé, il sera temps d'unir nos forces, par millions, pour modifier les architectures qui régissent nos vie. D'engager la bascule. Quand? je n'en ai pas la moindre idée. Comment exactement? Je n'en sais rien non plus. Est-ce que l'effondrement écologique n'aura pas lieu? C'est possible. Mais quel autre projet adopter? Chaque jour est une petite bataille à mener. Une opportunité de créer une autre réalité. Et cela commence aujourd'hui."

Cyril DION, Petit Manuel de résistance contemporaine, Récits et stratégies pour transformer le monde, Domaines du possible, Actes Sud/Colibris, 2018, 150 pages. 

 

Partager cet article

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 09:32

   Dans la littérature économique comme dans les médias, il est bon ton de reléguer le clivage Nord-Sud dans la même oubliette que le conflit Est-Ouest. Suivant une partie de la littérature anglo-saxonne de la côte Est des Etats-Unis, la plus grande partie des éditorialistes de la presse écrite et audio-visuelle noie sous des considérations chiffrées et des analyses libérales ou néo-libérales ce qui demeure pourtant comme une fracture dans l'humanité. En fait  le discours de l'ensemble des acteurs économique et également des organisations non-gouvernementales (ONG) dans les pays occidentaux du Nord se trouve en complet décalage avec l'ensemble des secours qui fondent les études économiques et politiques du monde universitaire de la grande majorité des pays autrefois qualifiés de pays en voie de développement ou tiers-monde.

C'est ce que Robert POLET et une petite dizaine de contributeurs montrent dans l'édition du 40ème anniversaire de la revue Alternatives Sud. "Maintes fois déclarée caduque, écrit-il dans un article introductif, par les diplomates occidentaux, la grille de lecture Nord-Sud n'a pas perdu sa pertinence dans les milieux politiques et universitaires au Sud. La croissance d'une poignée d'émergents et l'existence de risques globaux n'ont pas gommé les asymétries des colonisations. Et les déphasages socio-historiques entre Nord et Sud alimentent des lectures divergentes des causes et réponses aux grands déséquilibres mondiaux". 

Le chargé d'étude au Centre tricontinental (CETRI) et doctorant à l'Université de Liège, explique que ce nouveau procès de caducité n'est pas nouveau et plusieurs fois les équivalents du clivage "Nord-Sud", "tiers-monde/premier monde", "pays développés/en développement" ont fait l'objet de réfutations depuis plusieurs décennies. Dans un contexte d'accélération de la mondialisation, après la fin d'un autre clivage, Est-Ouest celui-là (clivage qui, en passant, est revitalisé par la diplomatie de la Russie...), de nombreux observateurs et hommes politiques occidentaux, des membres d'ONG, devant également la montée concomitante de la pauvreté dans les sociétés du Nord, expriment et diffusent ce message. La montée en puissance économique et diplomatique des pays dits émergents et la montée du paradigme des "problèmes globaux à solution coopérative" surtout au Nord, avec parmi ces problèmes globaux, les crises climatique, financière, sécuritaire, sanitaire... déforme la perception des réalités. Il faut relativiser les évolutions structurelles du système mondial en conceptualisant des statistiques souvent détournées à des fins idéologiques. Si la masse de l'économie chinoise semble impressionnante par rapport à d'autres économies, des Etats-Unis, de l'Europe, de la Russie..., il faut rapporter cette masse à la taille de la population. En le faisant, on s'aperçoit qu'il y a loin de la coupe (néo-libérale ou "néo-nongouvernementale", l'expression est plutôt nôtre...) aux lèvres de la réalité que vivent des milliards d'individus. Et si l'on distingue le mastodonte chinois des autres pays, la réalité apparait bien plus sombre pour de nombreuses populations. Les asymétries héritées du passé colonial y sont encore plus profondes. Deux asymétries notamment sont indiquées par Robert POLET : le différentiel sécuritaire et l'influence prépondérante du Nord au sein des instances de la gouvernance internationale. "Il ne faut pas confondre les manifestations d'un rééquilibrage partiel des relations internationales avec la disparition des asymétries historiques. D'autant que ces infléchissements géopolitiques pourraient "ne mener qu'à une reproduction des inégalités et des effets de domination Nord-Sud, la seule différence étant que quelques pays émergents du Sud s'ajouteraient au club restreint des puissances dominantes (A. ZACHARIE, Quand le monde bascule, dans Politique n°93, janvier-février 2016)".

Pour Robert POLET, comme pour la grande majorité des universitaires et éditorialistes des pays du Sud, notamment latino-américains, la disparition progressive du clivage Nord-Sud est surtout un produit d'importation d'une partie de la presse new-yorkaise. Si de nombreuses forces politiques au Sud (G77, Mouvement des pays non alignés, Tricontinentale...) ne sont plus porteuses de modèles de développement alternatifs ou de principes géopolitiques subversifs comme dans les années 1950 aux années 1970, il existe de nombreux gouvernements et partis politiques qui s'appuient sur des frustrations communes pour peser sur les débats et négociations au sein de l'OMC, de la CNECED ou de la COP... La grande majorité des pays dits en développement partagent encore certains traits qui surdéterminent leur approche des enjeux mondiaux : d'une part leurs économies sont fortement dépendantes de l'extraction et de la transformation des matières premières et d'autre part la consommation intérieure demeure un rêve non ou mal assouvi pour la grande majorité de leur population. Ce qui explique de nombreuses réticences de ceux-ci à suivre des principes et des pratiques proposées par des experts vivant ou formés en grande partie dans les universités occidentales...Beaucoup de ces principes et pratiques impliquent des transferts de souveraineté que ne sont pas près d'accepter des dirigeants ou des forces politiques qui ne voient pas beaucoup évoluer la situation dans leurs pays... 

"Au final, écrit encore Robert POLET, "l'asymétrie la plus tenace entre pays du Nord et pays du Sud ne réside t-elle pas précisément dans la capacité renouvelée des premiers à produire des lectures à portée universaliste qui promeuvent (ou épargner) à la fois leurs intérêts et leur sensibilité, à marier stratégie de puissance et narration des intérêts supérieurs de l'humanité? Dans cette optique, loin d'effacer les déséquilibres Nord-Sud, les discours sur les grands enjeux mondiaux en constituent la dernière manifestation. Dans le cadre de la diplomatie climatique comme dans celle des droits de l'homme, du commerce ou de l'aide, les États n'abdiquent par de leur volonté de puissance mais visent plutôt à imposer des normes globales qui leur sont techniquement et culturellement plus accessibles qu'à leurs outsiders et qui reproduisent donc leur position de force. La nécessité, indiscutable, de renforcer les mécanisme de coopération internationale ne dilue pas ces rapports de force, elle leur offre un nouveau cadre."

   Comme à son habitude, la revue Alternatives Sud croise les points de vues latino-américains, asiatiques et africains, dans cette vision des clivages Nord/Sud.

Maristella SVAMPA décrit les "Reconfigurations du clivage Nord-Sud et la "géographie de l'"extraction" et Emir SADER analyse "La gauche au XXIe siècle, au Nord et au Sud, pour le sous-continent latino américain. Pour l'Asie, Sit TSUI, Erebus WONG, Wen TIEJUN et Lau Kin CHI, "Le piège du développement : expériences du Sud" et Schalmali GUTTAL, "La fracture Nord-Sud en question. Pour l'Afrique, Issa SHIVJI, "La démocratie : instrument de domination et d'émancipation" et "Où est l'Afrique dans le Sud global? Leçons de Bandung et enfin Samir AMIN, "Clivage Nord-Sud : l'impérialisme aujourd'hui". François HOUTARD, écrit dans la rubrique transversale "Rapports Nord-Sud ou la rigueur des concepts".

Comme d'habitude également, un index en fin d'ouvrage permet de repérer un thème dans chacune des contributions. A noter une bibliographie fournie en fin de chaque contribution... 

 

Obsolète, le clivage Nord-Sud, Alternatives sud, Centre tricontinental/Editions Syllepse, avril 2016.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens