Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 13:34

   Il peut être difficile pour un lecteur français de cette traduction de 2005, d'un ouvrage paru aux Etats-Unis en 1990, puis réédité en 1999, de comprendre ses tenants et ses aboutissants s'il n'a pas en tête une certaine périodisation du féminisme par les féministes américaines, pas plus que la perception du va-et-vient, plein de promesses de malentendus entre réflexion française (avec cette fameuse French Theorie, qui n'a de français que le nom) et réflexion américaine sur le genre. 

   Dans cet ouvrage majeur outre-atlantique, la philosophe Judith BUTLER invite à penser le trouble qui perturbe le genre pour définir une politique féministe sans le fondement d'une identité stable. Ouvrage classique pour les recherches sur le genre, ce livre se trouve aux croisements (ce n'est pas le seul qui y est, notons-le) des études féministes et des études gaies et lesbiennes. 

 

     Nombre de féministes américaines estiment être au moment d'une Troisième vague féministe, ensemble large de revendications politiques et de pratiques artistiques, mises en avant à partir des années 1980, aux Etats-Unis d'abord. Elles sont principalement issues de groupes minoritaires et des minorités ethno-culturelles en particulier. Ce terme Troisième vague entre véritablement dans l'histoire culturelle qu'à partir des années 1990, pour qualifier une nouvelle génération de féministes qui intègrent à leurs luttes des enjeux et des pratiques qui se situent en rupture, mais parfois aussi en continuité, avec ceux de la génération précédente, issue, elle, de la "deuxième vague".

Cette périodisation, propre aux Etats-Unis et refusée parfois nettement dans d'autres pays, distingue donc une première, une deuxième puis une troisième vague féministe. Cette notion de vague est popularisée en 1920 par Elizabeth SARAH (Reassesments of "First Wave"). Le combat des femmes en faveur du droit de vote - aussi appelé mouvement des suffragettes, s'active à la fin du XIXème siècle et dans la première moitié du XXème siècle. Cette première vague a pour objectif large de réformer les institutions, de sorte que les hommes et les femmes deviennent égaux devant la loi. Une deuxième vague vient à partir du milieu des années 1960 et pendant les années 1970 : pour ces nouvelles féministes, aucune égalité des sexes ne peut être obtenue à l'intérieur du présent système patriarcal, sinon quelques compromis temporaires et partiels. La solution est donc de renverser ce système patriarcal, et d'instaurer de nouvelles valeurs, de nouveaux rapports entre les sexes. Féminisme radical, mouvement de libération des femmes, néo-féminisme, féminisme marxiste font partie de cette deuxième vague. Rebecca WALKER (article Becoming the Third Wave) en 1992 parle d'une troisième vague émergente depuis les années 1980, avec l'activité des militantes noires toujours plus nombreuses. Ces féministes s'élèvent contre le caractère blanc et bourgeois du féminisme radical. La minorisation des femmes blanches occidentales dans les rassemblements internationaux de femmes fait partie de cette évolution. Micheline DUMONT, dans un recueil de textes, Dialogue sur la troisième vague féministe (2005), expose cette notion, qui tarde à s'implanter - si elle s'y implante, mais rien n'est sûr - dans le vocabulaire courant des féministes francophones, qui préfèrent de loin l'utilisation du terme "jeunes féministes", et qui sont moins marquées par le phénomène du racisme. Le célèbre essai de la femme lesbienne Judith BUTLER, Gender Trouble, se situe dans ce contexte.

    La philosophe relit Michel FOUCAULT, Sigmund FREUD, Jacques LACAN et Claude LÉVI-STRAUSS, Simone de BEAUVOIR, Luce IRIGARAY, Julia KRISTEVA et Monique WITTIG, afin de penser, avec et contre eux, sexe, genre et sexualité, les désirs et les plaisirs. Elle le fait d'une manière - curieuse pour un intellectuel français qui réside en France ou en Europe - et cela consciemment qu'll s'agit d'une réception biaisée - en reprenant les pensées de ces auteurs qui, dans notre pays, ne sont presque jamais lus ensemble. Elle se situe dans une tradition sociologique et anthropologique anglo-américaine qui retranscrit dans sa propre culture l'apport de ces auteurs. Il n'est peut-être pas utile d'entrer dans les méandres de cette réception, qui peut multiplier les quiproquos (François CUSSET, French Theory, La Découverte, 2003), d'autant que le projet de la professeure de rhétorique et de littérature comparée à l'Université de Californie à Berkeley est assez clair, même si le texte du livre demande une lecture attentive. 

Elle le restitue dans une Introduction rédigée en 1999 : "Ce qui m'intéressait le plus en 1989, c'est de faire la critique d'une présomption d'hétérosexualité fort répandue dans la théorie littéraire féministe. Je cherchais à contester les présupposés sur les limites et les bons usages du genre, dans la mesure où ceux-là limitent les significations du genre à des idées reçues sur la masculinité et la féminité. Je pensais et continue de penser que toute théorie féministe qui en vient à limiter les significations du genre pour rendre possible sa propre pratique érige le genre en norme d'exclusion au sein du féminisme, avec pour résultat fréquent l'homophobie. Il me semblait à l'époque, et aujourd'hui encore, que le féminisme doit se garder d'idéaliser certaines expressions du genre qui produisent en retour de nouvelles formes de hiérarchie et d'exclusion. Je tenais en particulier à contester ces régimes de vérité qui stipulaient que certaines formes d'expression genrées étaient simplement fausses ou de pâles imitations, et que d'autres avaient la vérité de l'original. Loin de moi l'idée de prescrire un nouveau mode de vie genré susceptible de servir de modèle aux lecteurs et aux lectrices de ce texte. Mon but en écrivant ce livre était d'ouvrir un champ des possibles en matière de genre sans dicter ce qu'il fallait réaliser. Mais à quoi bon, pourrait-on se demander, "ouvrir le champ des possibles"? Le sens de cette question parait tellement évident aux personnes qui ont fait l'expérience de vivre comme des êtres socialement "impossibles", illisibles, irréalisables, irréels et illégitime, qu'elles ne se la posent pas." Elle demande si la perspective de voir s'effondrer les dichotomies de genre est si monstrueuse que cela, au point de l'exclure de nos efforts pour penser le genre. C'est à une recherche sur le lien entre genre et sexualité qu'elle effectue. Elle ne répond pas, et ne veut pas répondre, à la question de savoir si la matérialité du corps est entièrement construite, même si, à la suite de Simone de BEAUVOIR qui écrit qu'on ne naît pas femme, mais qu'on le devient, elle se pose cette question. 

"L'assiduité avec laquelle j'entreprends de "dénaturaliser" le genre dans ce livre, écrit-elle, vient, je crois, du désir profond de contrer la violence des normes qui gouvernent le genre - une violence implicite au niveau des morphologies idéales du sexe - et aussi de déterrer les présupposés les plus tenaces concernant le caractère naturel ou évident de l'hétérosexualité, des présupposés pétris par les discours ordinaires ou académiques sur la sexualité." Elle aurait aimé inclure dans son livre "une discussion des pratiques transgenres et de l'intersexualité, de la manière dont opère le dismorphisme idéal de genre" dans les discours sur les interventions chirurgicales, menant alors jusqu'au bout, vu les possibilités technologiques croissantes dans le domaine biologique, sa réflexion sur le trouble du genre.

    La théorie queer et la pratique queer demandent également une explication, que l'auteur fournit d'ailleurs partiellement dans son livre. Théorie sociologique qui critique essentiellement l'idée que le genre sexuel et l'orientation sexuelle seraient déterminée génétiquement en arguant que la sexualité mais aussi le genre social d'un individu n'est pas déterminé exclusivement par son sexe biologique, mais aussi par un environnement socio-culturel et une histoire personnelle. Pratique, connue surtout par l'intermédiaire de séries télévisées, de gays et de lesbiennes qui effectuent l'extériorisation (coming out), souvent de manière à provoquer des réactions, briser l'indifférence, de leur identité sexuelle. Née en réaction d'une répression anti-homosexuelle (qui remonte au moins à la fin des années 1960), dans la foulée également des Pride et des Marches où se retrouvent gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels, en réaction également à une stigmatisation psychiatrique (le fameux DSM). Le phénomène queer reprend toute une partie de la réflexion féministe à son compte. Les termes français depuis les années 2000 qui s'en rapprochent le plus sont allosexuel et altersexuel, mais ce n'est pas très parlant... Le livre de Judith BUTLER fait également la critique de ces théories et pratiques.

 

     Ce livre est divisé en trois grands chapitres qui "dressent le plan d'une généalogie critique des catégories de genre dans des domaines discursifs très différents". Au premier chapitre, "Sujets de sexe/genre/désir, elle réexamine le statut des femmes en tant que sujet du féminisme, de même que la distinction sexe/genre. "L'hétérosexualité obligatoire et le phallagocentrisme sont compris comme des régimes de discours/pouvoir qui se distinguent souvent par leur manière de réponse aux questions qui se trouvent au coeur du langage du genre : comment le langage construit-il les catégories de sexe? Le "féminin" résiste-t-il à sa représentation dans le langage? Le langage est-il phallogocentrisque (...) Le "féminin" est-il le seul sexe qui soit représenté dans un langage où le féminin est identifié au sexuel ? (...) Où et comment convergent l'hétérosexualité obligatoire et le phallogocentrisme? Quels sont les points de rupture entre eux? (...) ". Le chapitre 2, "Prohibition, psychanalyse et production de la matrice hétérosexuelle", se propose de réexaminer certaines explications structuralistes, psychanalytiques et féministes du tabou de l'inceste comme le mécanisme qui reproduit des identités de genre, distinctes et cohérentes. Le dernier chapitre, "Actes corporels subversifs", part d'une réflexion critique de la construction du corps maternel chez Julia KRISTEVA pour dévoiler les normes imlicites qui gouvernent l'intelligibilité culturelle du sexe et de la sexualité dans son oeuvre. Elle utilise l'oeuvre de FOUCAULT pour ce faire. Dans sa conclusion, elle propose une utilisation de la parodie dans une politique féministe, afin de subvertir l'identité sexuelle.

 

Judith BUTLER, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l'identité, Préface de Eric FASSIN, Traduit de l'anglais par Cynthia KRAUS (Gender Trouble, Feminism and the subversion of Identity, Routledge, New york, 1990), La Découverte/Poche, 2005, 285 pages.

 

 

 

 

 

Repost 0
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 16:58

                   Ce livre en deux volumes rassemble un grand nombre de textes théoriques écrits par Christine DELPHY (chercheuse au CNRS depuis 1966) au sujet de la "condition féminine" ou "question des femmes", et qu'avec la deuxième vague du féminisme du 20ème siècle, elle appelle "l'oppression des femmes et la question du patriarcat". Le premier volume contient des textes de 1970 à 1978, le second de cette date aux années 1990. L'auteure participe dès 1968 à la construction des groupes fondateurs du Mouvement de Libération des Femmes et co-fonde avec Simone de BEAUVOIR les revues Questions féministes et Nouvelles Questions féministes. 

        Le premier volume, sous-titré Economie politique du patriarcat, reprend les problématiques fondatrices du féminisme matérialiste. Qui est l'ennemi principal?. Pour Christine DELPHY, il ne s'identifie ni à l'Homme, ni aux hommes en général. Ce n'est en effet ni une essence ni un groupe naturel : c'est un système. Or ce n'est pas non plus, ou plutôt pas principalement, pour elle, qui s'inspire de Karl MARX dans un parfait esprit hétérodoxe, le système capitaliste. L'Ennemi principal, c'est ce qu'elle a choisi d'appeler le patriarcat : à savoir un système autonome d'exploitation et de domination. Elle entreprend depuis plus de 20 ans d'en constituer la théorie. L'ennemi principal est le titre également de l'article de Christine DELPHY publié en 1970, la première année du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) qui marque le début d'une révolution dans la réflexion féministe. Elle introduit l'idée totalement nouvelle du patriarcat défini comme structure sociale hiérarchique et inégalitaire, en refusant toute explication de la subordination en termes idéalistes - que ce soit sur des bases biologiques, naturalistes ou essentialistes, ou bien encore fondées sur l'idéologie ou le "discours". Que ce féminisme soit un matérialisme signifie que ce sont les pratiques sociales matérielles qui rendent compte de la domination patriarcale sur les femmes.

        Le second volume, sous-titré Penser le genre, présente la suite de son analyse matérialiste de la société, une analyse en termes de rapports sociaux et donc politiques, fondamentale pour la compréhension de toutes les oppressions, fondamentale à tout projet d'émancipation. Dans sa préface, "Critique de la raison naturelle", elle s'attache à "faire entendre des propos logiques", ce qui est moins facile qu'on ne l'imagine. Elle sait renverser les perspectives, contredire ce que l'on tient pour des évidences, cherchant à substituer une démarche scientifique aux discours quasi mystiques qu'on entend généralement sur ce sujet. Et constamment, elle demande à son lecteur d'essayer de penser au lieu d'être dans une passive empathie et d''adhérer par sympathie pour la cause. 

 

   Nous pouvons donc lire dans le premier tome, L'ennemi principal, publié dans Partisans, numéro spécial "Libération des femmes", de novembre 1970 ; Travail ménager ou travail domestique? (paru en 1978, aux PUF, dans Les femmes dans la société marchande) ; Famille et consommation (La famille et la fonction de la consommation, Cahiers internationaux de sociologie, 1975) ; La transmission héréditaire (inédit, 1977) ; Mariage et divorce (dans Mariage et divorce, l'impasse à double face, Les Temps Modernes, mai 1974) ; Les femmes dans les études de stratification (dans Femmes, sexisme et sociétés, sous la coordination d'Andrée MICHEL, PUF, 1977) ; Nos amis et nous, Fondements cachés de quelques discours pseudo-féministes (dans Questions Féministes, novembre 1977, éditions Tierce) ; Protoféminisme et antiféminisme (Les Temps Modernes, mai 1976).

L'éditeur présente ce premier volume de la manière suivante : "Qui est l'ennemi principal? Pour la féministe matérialiste qu'est Christine DELPHY, il ne s'identifie ni à l'Homme - avec une majuscule -, ni aux hommes en génarl. Ce n'est en effet ni une essence ni un groupe naturel : c'est un système. Or ce n'est pas non plus, ou plutôt pas principalement, pour cette théoricienne qui s'inspire de Marx mais dans un esprit parfait d'hétérodoxie, le système cpitaliste. L'Ennemi principal, c'est ce quelle a choisi d'appeler le patriarcat ; à savoir un système autonome d'exploitation et de domination. Elle a entrepris depuis plus de vingt ans d'en constituer la théorie, très exactement l'économie politique du patriarcat.

"L'Ennemi principal", c'est aussi le titre de l'article de Christine Delphy qui, publié en 1970, marque le début d'une révolution dans la réflexion féministe. Delphy introduit l'idée totalement nouvelle du patriarcat défini comme structure sociale hiérarchique et inégalitaire, en refusant toute explication de la subordination es femmes en termes idéalistes - que ce soit sur des bases biologiques, naturalistes ou essentialistes, ou bien encore fondées sur l'idéologie ou le "discours". Que ce féminisme soit un matérialisme signifie que ce sont les pratiques sociales matérielles qui rendent compte de la domination patriarcale sur les femmes. Traduits en anglais, en italien, en espagnol, en allemand, en grec ainsi qu'en turc et en japonais, les textes de ce recueil son désormais accessibles dans leur ensemble au public français.

La sociologie critique de Christine Delphy dévoile le parti pris andocentrique de la science sociale dominante et met en question sa prétention à l'objectivité. (Michael LÖWY)

 

Dans le deuxième tome, nous retrouvons, après la préface, Critique de la raison naturelle, Le patriarcat : une oppression spécifique (le féminisme et ses enjeux, FEN, Edilig, 1988) ; Libération des femmes ou droits corporatistes des mères? (Nouvelles Questions Féministes, n°16-17-18, 1991) ; Un féminisme matérialiste est possible (Nouvelles Questions Féministes, n°4, Août 1982) ; Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels (NQF, n°5, 1985) ; L'état d'exception : la dérogation au droit commun comme fondement de la sphère privée (NQF, n°4, 1995) ; Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles (NQF, n°2, octobre 1981) ; Penser le genre : problèmes et résistances (Sexe et genre, Presses du CNRS, Sous la direction de M C HURTIG, 1991) ; Egalité, équivalence et équité (Version abrégée de Egalité, équivalence et équité : la position de l'Etat français au regard du droit international, NQF, n°1, 1995) ; Genre et classe en Europe (version abrégée de Marxisme, féminisme et enjeux actuels des luttes en France, Colloque Marx International, PUF, 1996) ; L'invention du "French Feminism" : une démarche essentielle (NQF, n°1, 1996) ; Les femmes et l'Etat (NQF, n°6-7, printemps 1984). 

L'éditeur présente ce deuxième volume de la manière suivante : ""J'étudie l'oppression des femmes. Mais l'oppression des femmes est spécifique non pas parce que les femmes seraient spécifiques, mais parce que c'est un type d'oppression unique"." Après Economie politique du patriarcat (1998), Penser le genre constitue le tome 2 de L'Ennemi principal. L'auteure nous présente la suite de son analyse matérialiste de la société, une analyse en termes de rapports sociaux et donc politiques, fondamentale pour la compréhension de toutes les oppressions, fondamentale à tout projet d'émancipation.

"Voici un travail qui rompt avec le lyrisme, la religiosité, les proclamations à propos de la "différence des sexes" auxquels on est habitué depuis quelques années. Avec Christine Delphy, qui, dans sa méthode de sociologie, privilégie "la lenteur et la précaution", on n'est pas sommé de prendre position avant d'avoir observé, enquêté, étudié. Dans sa préface, "Critique de la raison naturelle", à elle seule un court essai problématisant l'ensemble du livre - composé d'interventions (entretien, études) sur des questions spécifiques -, elle s'attache à "faire entendre des propos logiques", ce qui est moins facile qu'on ne l'imagine. Elle sait renverser les perspectives, contredire ce que l'on tient pour des évidences, cherchant à substituer une démarche scientifique aux discours quasi mystiques qu'on entend généralement sur ce sujet. Et constamment, elle demande à son lecteur d'essayer de penser au lieu d'être dans une passive empathie et d'""adhérer". Autant dire qu'elle a du courage et qu'elle prend des risques en un temps où, comme elle le relève, "tout se passe comme si la différence des sexes était ce qui donne sens au monde"." (Josyane SAVIGNEAU)

 

   Les deux volumes présentent chacun une bibliographie de référence. 

 

 

      Pour comprendre la position et les analyses du féminisme matérialiste, la réunion de ces articles est bienvenue. Loin d'être un ouvrage "dédié" seulement (ce qui serait déjà bien) à une militante et une théoricienne, il fournit des informations rarement présentées en provenance d'un ensemble assez grand d'actrices et d'acteurs du féminisme. il indique comment des analyses produites dans les années 1970 éclairent les débats récents concernant les relations entre les hommes et les femmes.

 

    Christine DELPHY(née en 1941), chercheuse au CNRS depuis 1966 dans le domaine des études féministes ou "études genre) cofondatrice de Quastions féministes (1977) et de Nouvelles Questions Féministes (1980), est aussi l'auteure d'autres ouvrages : Close to Home, (London, Hutchinson & The University of Massachisetts Press, 1984), Classer, dominer : qui sont les autres (La Fabrique, 2008), Un universalisme si particulier, Féminisme et exception française (Syllepse, 2010). Elle est co-auteure de Cinquantenaire du Deuxième sexe (Direction avec Sylvie CHAPERON, Syllepse, 2001), Le foulard islamique en question (Amsterdam, 2004), Un troussage de domestique (Direction, Syllepse, 2001)...

 

 Christine DELPHY, L'ennemi principal, tomes 1 et 2, Editions Syllepse, collection Nouvelles Questions Féministes, 1998 (réédition en 2002), 293 et 389 pages.

 

Complété le 17 janvier 2013

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:45

      Publié en 1979, en trois tomes de plus de 500 pages chacun, l'ouvre-phare de Fernand BRAUDEL (1902-1985) constitue encore une référence en matière de sciences sociales et de sciences économiques. Dans la lignée de l'école des Annales, il se présente comme une histoire du monde, du XVème au XVIIIème siècle, qui privilégie les aspects économiques et sociaux plutôt que les événements politiques et militaires. Il s'agit beaucoup plus que d'un récit, il s'agissait à l'époque de proposer à la fois un renouvellement des sciences sociales sous l'égide de l'histoire et contre le structuralisme, il s'agit encore aujourd'hui, même si certains passages sont considérés comme ayant "mal vieillis", d'une explication des fondements mêmes du capitalisme et à travers lui, du monde moderne. L'auteur y défend l'idée que l'échelle du monde est toujours nécessaire même pour comprendre les éléments les plus localisés de l'histoire. Très loin d'oeuvres très médiatisées sur "le choc des civilisations", ces trois livres montrent les ressorts d'une mondialisation toujours en marche, faite d'interpénétrations constantes entre civilisations. Rédigé durant vingt ans, commencé en 1952 sous l'impulsion de Lucien FEBVRE, immense démonstration appuyé sur plus de 4 500 notes et une masse imposante de statistiques, de cartes et de graphiques, sans compter une bibliographie abondante, l'auteur effectue une démonstration d'ensemble.

 

    Le premier volume, Les structures du quotidien : le possible et l'impossible, est un inventaire de la culture matérielle avant la grande rupture de la révolution industrielle : misère et luxe ; routines paysannes ; nourritures, costumes et logement, du riche et du pauvre ; outils, techniques, monnaies et pseudo-monnaies, villes... Grand livre d'images où toutes les civilisations du monde sont présentées. Nous pouvons mesurer ainsi l'étroitesse des limites du possible pour ces sociétés d'hier, en butte, toutes, à des famines meurtrières, à l'inexorable faiblesse des sources d'énergie et des techniques, à la lenteur et au débit dérisoire des transports, des communications.

     Le second volume, Les jeux de l'échange, entre dans le mouvement de la vie économique. De bas en haut de l'échelle, sont énumérés les outils de l'échange : colportage, marchés, échoppes et boutiques, foires, bourses, banques. Autant d'étapes de l'épanouissement de l'économie de marché, confondu d'ordinaire avec celui du capitalisme. Fernand BRAUDEL distingue et même oppose parfois les activités et les acteurs de l'économie de marché et du capitalisme, celle-là sous le signe de l'échange naturel et sous surprise, de la transparence et de la concurrence, celui-ci animé par la spéculation et les calculs savants d'un petit groupe d'initiés. Ce capitalisme se fonde sur la puissance et peut ainsi se réserver les secteurs privilégiés de l'accumulation, secteurs changeants au fil du temps : du XVème au XVIIIème siècle, non pas l'industrie, mais la banque et le négoce international.

     Le troisième volume, Le temps du monde, reprend, dans sa chronologie, l'histoire économique du monde. Non de l'univers tout entier, mais de ces seules zones très minoritaires qui vivent selon "le temps du monde", le regard tourné vers les échanges internationaux - toutes zones de civilisations denses, à la richesse ancienne. L'auteur distingue en gros deux blocs : l'Europe d'un côté, l'Extrême-orient de l'autre, qui lie Inde, Chine, Islam en un puissant réseau, longtemps à égalité avec l'Europe. L'histoire de ces quatre siècles est précisément celui de la rupture progressive de cet équilibre ancien. Il a été bouleversé, recréé à partir des hauts lieux du capitalisme qui ont successivement pris la tête de l'Europe : Venise au XVème siècle, puis Gênes, Amsterdam, Londres, jusqu'à la révolution anglaise du XIXème siècle, qui a scellé l'inégalité du monde. L'auteur interroge souvent sur les lumières du passé qui peuvent expliquer l'évolution actuelle du capitalisme. 

 

    Dans sa conclusion sur les réalités historiques et sur les réalités présentes, Fernand BRAUDEL écrit que "le capitalisme (...) s'est révélé au long de cet ouvrage, un bon "indicateur". le suivre c'est aborder, de façon directe et utile, les problèmes et réalités de base : la longue durée ; les divisions de la vie économiques ; les économies-mondes ; les fluctuations séculaires et les autres ; les faisceaux des hiérarchies sociales mêlées et se mêlant, pour ce pas dire la lutte des classes ; ou le rôle insistant et divers des minorités dominantes ; ou même les révolutions industrielles... (...) Naturellement, je ne prétends pas expliquer le présent à la lueur de l'histoire, je désire seulement observer ce que deviennent, dans les eaux agitées d'aujourd'hui, les explications et procédés d'exposition que j'ai utilisés. Le modèle, construit par moi autour du capitalisme d'avant le XIXème siècle, navigue-t-il encore présentement, résiste-t-il à d'évidentes et violentes contradictions? Je crois qu'aujourd'hui ne nie pas hier, qu'il l'éclaire au contraire et inversement ; les analogies ne manquant pas. Toutefois cette continuité ne concerne que l'Occident, le monde dit libre, lequel ne recouvre plus l'univers entier, comme avant 1917. Avec les expériences dramatiques conduites à leur terme par les pays socialistes, le capitalisme a disparu sur une très vaste partie de la terre. Le monde actuel est donc, à la fois, continuité et discontinuité et cette contradiction restera à l'horizon des problèmes (...) : le capitalisme structure de longue durée ; le capitalisme en état de survivre, ou non (...), le capitalisme distinct de l'économie de marché (...)."

 

      Cet ouvrage majeur du XXème siècle, qui se situe dans la nécessité de comprendre globalement l'histoire, indique combien les conflits économiques débouchent souvent non sur un bouleversement de principes de fonctionnement, une fois une certaine dynamique lancée sur le long terme, mais sur un perpétuel changement des rôles des différentes puissances en lice. La résurgence, que l'auteur n'avait pas prévue, dans des conditions qui en altèrent beaucoup le contenu, du capitalisme, de contrées où beaucoup croyaient qu'il avait disparu, est là pour en témoigner.

 

Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVème-XVIIIème siècle, 3 volumes (730, 850 et 920 pages), Armand colin, Le livre de poche références, 1979 (réédition 1993).

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 09:47

         Le directeur du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Stratégies et les Conflits (CERSC) de l'Université de Paris-Sorbonne veut traiter sur le fond les relations de la troisième religion monothéiste (chronologiquement) et de la guerre, au-delà de l'événement, même si "la guerre arabe est notre plus proche actualité". Même s'il se centre sur le monde arabe - à aucun moment toutefois, l'auteur ne réduit l'Islam à l'Arabie - dans les années 1980, cette tentative de synthèse permet de mesurer les principes et les implications du jihâd. Non seulement en faisant un retour sur les différentes phases stratégiques de l'Islam, mais aussi en se situant dans le monde moderne. "En réalité, écrit-il dans un Liminaire, les sociétés arabes ont dû opérer conjointement une triple mutation : dans leur système de guerre, dans leur stratification sociale et dans leurs modes de production. Par tradition, sociétés guerrière sans fonction militaire spécialisés, elles ont, par les dominations ottomanes, puis coloniales, et encore plus depuis leurs indépendances par la constitution des nouveaux Etats, connu la spécialisation du soldat régulier, enrégimenté. Mais parallèlement s'exaltait la figure du combattant révolutionnaire, au sens marxiste du terme,tandis que les vieux mobiles religieux d'extension et de défense de la communauté et de la terre musulmane, le jihâd (imparfaitement traduit par "guerre sainte"), se transposent sans l'effacer, dans l'absolu des nationalismes contemporains, dans l'affirmation de l'espoir d'un révolutionnarisme interne et tricontinental. Solidarité islamique et nationalisme arabe sont canoniquement étrangers mais, par leurs harmoniques affectives et politiques, ils demeurent sociologiquement imbriqués. Postulant une marche vers une unification (universelle pour la première), à l'échelle d'un "continent" (des façades atlantique et méditerranéenne, au Golfe) pour le second, ils postulent une pondération de la violence et une vision optimiste (à terme) du monde et de soi-même. Comme toute entreprise humaine, ils ont subi variations et ruptures en fonction des mutations politiques, économiques et culturelles, en fonction des dominances alternées de l'échange international. Ils réagissent sur l'histoire mondiale et l'équilibre planétaire. Confrontés aux nouveaux Etats-nations, ils déterminent des fragmentations et des ruptures : des frontières à vif. Ces frontières à vif sont pour la cité musulmane et la nation arabe un scandale. Pour le croyant, en effet, ou plus exactement pour l'homme d'origine musulmane, le dilemme n'est pas seulement existentiel - sa place dans la société - ; il s'applique également à l'essence de cette société : la nature de ses modes régulateurs et de ses systèmes métaphysiques et éthiques. Pour l'homme arabe, la perte de sa souveraineté, le cantonnement de sa culture avait créé des traumatismes qui n'ont été refoulés que dans l'accession aux indépendances par la violence et par la volonté de parvenir au moins à une égalité avec les anciens maîtres. Mais la dureté des obstacles à surmonter, la divergence des voies et des objectifs à atteindre, ont suscité des rééquilibrages profonds et des conflits incandescents à l'intérieur des esprits et des peuples. Aussi les doctrines de guerre sainte et de révolution ont-elles suscité des actions et des effervescences affectives et intellectuelles au-delà des conditions canoniques ou des présupposés philosophiques et politiques de leur application. Toute inscription d'une religion ou d'une philosophie dans un espace sur la planète peut être envisagée selon trois points de vue : les raisons profondes qui oeuvrèrent à leurs inscriptions, les principes et les modes d'action stratégiques par lesquels celle-là s'est réalisée ; les arguments idéologiques qui la légitiment. En pratique, ces trois points de vue sont souvent mêlés. L'organisation politique d'un espace répond à certaines visions éthiques de l'existence ; l'éthique s'imposant aux comportements - au stratégies - doit purifier les intérêts des clans et des régimes mais également les luttes de classes qui sont le moteur des expansions ou des rassemblements et sont appelés par les réalités économiques et anthropologiques : par la realpolitik." 

 

         Son livre se partage en trois grands chapitre, le jihâd sur le monde (Expansions conceptuelle, Inscription géographique), Révolution et guerres dans le continent arabe (Aux frontières internes, Aux frontières externes) et Le combattant musulman entre la puissance et la vertu (Le guerrier entre l'enthousiasme et la constance, Le militaire entre le pouvoir et la révolution). Une Séquence Coranique (soit une lecture du jihâd, à travers les versets, dans le Coran) mettant en évidence plusieurs thèmes (La vie par la foi et l'action avant la mort, Responsabilité et prédestination, Logocratie, Foi et oeuvres, Perfectionnements individuels et variations géopolitiques, Raison, expérience de la nature, Différenciation socio-économiques et justice distributive) clôt très utilement l'ouvrage. Références bibliographiques très abondantes à l'appui, Jean-Paul CHARNAY nous fait comprendre les différentes et parfois antagonistes acceptions du Jihâd. La dernière partie est particulièrement critique envers la capacité des Etats à entreprise des guerres efficacement ; une place relativement faible, à la mesure de son importance réelle dans l'Islam est consacrée à ce que les journalistes occidentaux appellent généralement le terrorisme islamique (le révolté et le terroriste). 

 

        Ce livre est une tentative, basée sur de vastes connaissances historiques et sur d'amples informations concernant l'histoire récente - connaissances qui continuent d'augmenter au fur et à mesure des multiples études sur des textes parfois peu utilisés ou occultés jusque là - en vue de comprendre de l'intérieur l'imbroglio géopolitique du monde arabo-islamique, à partir du dit ou du non-dit, des textes et de l'imaginaire collectif. Reste sans doute à écrire, en dépit de l'orthodoxie musulmane, un livre sur L'Islam et la paix. L'ouvrage de Jean-Paul CHARNAY peut sembler être austère, car exigeant une lecture attentive : il n'en est pas moins indispensable à l'analyse, pour dépasser les lieux communs d'une certaine grande presse. C'est en cela que cet ouvrage est utile à l'honnête citoyen comme à l'étudiant soucieux de puiser aux sources une connaissance du Jihâd.

 

Nous ne pouvons que recommander, pour reprendre un point ou un autre des thèmes soulevés dans ce livre, de se référer à l'ouvrage du même auteur, Principes de stratégie arabe (L'Herne, 2003).

 

     L'éditeur présente ce livre de la manière suivante :

"Guerre du Liban et contre Israël, guerre entre l'Iran et l'Irak, entre l'Ethiopie et l'Erythrée, soulèvements en Egypte et en Tunisie, affrontement américano-lybien : tout laisse croire que le monde musulman est en guerre, civile, extérieure, internationale. Est-ce le retour à l'esprit du jihâd, la "guerre juste" énoncée par le Coran?

Il importe aujourd'hui de dénouer la trame complexe des rapports entre l'Islam, la nation et la guerre. Le monde arabe et musulman, après son expansion première, a connu la domination - ottoman dès le XVe siècle, européenne depuis le XIXe siècle -, puis les guerres de libération, souvent tragiques. Au terme de siècles de contrainte, d'années de violence, les indépendances n'ont pas mis fin - quand elles ne les ont pas avivés - aux bouleversements sociaux et démographiques, aux conflits permanents entre intérêts et classes, pays nantis et pays pauvres, entre valeurs éthiques et comportements économiques. Aussi le jihâd pour la défense de la foi et l'espoir d'une religion ayant vocation à régler et sauver l'humanité a-t-il subi de multiples variations.

De la guerre juste du Coran à la révolution sainte aujourd'hui prônée par les tenants d'un retour à la pureté des origines, les diverses interprétations du jihâd expriment toutes les facettes de la personnalité musulmane, de la guerre et de la politique : l'élévation spirituelle, la protection de l'Islam, la propagande religieuse, la maîtrise du développement industriel, la guerre classique du soldat régulier et enrégimenté, la guérilla du combattant révolutionnaire, comme le régicide ou le terrorisme international.

Reconstituant l'image brisée du jihâd, Jean-Paul Charnay s'est attaché en réalité à une meilleure intelligence de la crise d'identité des sociétés arabo-musulmanes."

 

   Jean-Paul CHARNAY, Directeur également du Comité international pour la Réédition et le Traitement informatique des Classiques de la Stratégie (CIRTICS), Président du Centre de philosophie et de stratégie, est l'auteur d'autres ouvrages sur la stratégie et/ou le monde musulman : La vie musulmane en Algérie d'après la jurisprudence de la première moitié du XXe siècle (PUF, deuxième édition 1991), Sociologie religieuse de l'Islam (Hachette-Pluriel, 1978, 1994), Critique de la stratégie (L'Herne, 1990), Traumastismes musulmans, entre charia et géopolitique (I Afkar, 1993), Technique et géosociologie - La guerre du Rif ; le nucléaire en Orient (Anthropos, 1984), Essai général de stratégie (Lebovivi, 1973), Charia et Occident (L'Herne, 2001), Société militaire et suffrage politique en France depuis 1789 (EHESS, 1964), Principes de stratégie arabe (L'Herne, 2003), Esprit du monde musulman (Dalloz, 2008), Les Contre-orients ou Comment penser l'autre selon soi (Sindbad-Actes Sud, 1980)... A signaler un livre paru chez L'Herne en 2003 : Jean-Paul Charnay, Regards sur l'islam, Freud, marx, Ibn Khaldun.

 

Jean-Paul CHARNAY, L'Islam et la guerre, de la guerre juste à la révolution sainte, Fayard, collection Géopolitiques et stratégies, 1986, 356 pages.

 

Complété le 2 Février 2013

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 11:19

       Série d'ouvrages édités par Centre Tricontinental et Syllepse, voilà un état des résistances dans ce qu'on appelait avant le Tiers-Monde, de fractions plus ou moins importantes de populations contre des pouvoirs autocratiques et des politiques économiques, pour la plupart imposées par des conglomérats bancaires ou les marchés financiers. Ces résistances constituent une grande part des conflits déterminants dans ces régions du monde, où persistent des inégalités économiques et sociales, des problèmes sanitaires et alimentaires importants. Il s'agit-là de points de vue exprimés souvent par des acteurs du Sud, à un moment où "à de rares exceptions près, l'ensemble des pays du Sud ont connu un réveil et une dynamisation de leurs sociétés civiles ces vingt dernières années.L'ouverture, franche ou timide, d'espaces d'expression, les secousses de la mondialisation, la persistance d'inégalités scandaleuses ou de discriminations ancestrales cumulent leurs effets et alimentent les mobilisations." 

   Coordonnée par François POLET, animateur du CETRI (Centre Tricontinental), organisation non-gouvernemental basée à Louvain-la-Neuve, en Belgique, cette série présente depuis 2006 un tableau contrasté des situations, continent par continent, n'hésitant pas à aborder des thèmes transversaux sur des aspects particulièrement dramatiques, comme la crise alimentaire (2009). Trois convictions président au projet éditorial, comme il l'explique (2008)  :

"- Les mouvements sociaux sont révélateurs des tensions et des aspirations qui travaillent des sociétés dont les asymétries internes historiques, produit de leur trajectoire précoloniale, coloniale puis postcoloniale, sont exacerbées par les politiques économiques qui prévalent depuis une trentaine d'années. A côté d'autres phénomènes (migrations, fondamentalismes, économie informelle...), ils jettent un éclairage sur la face sombre des processus de modernisation en cours au Sud. En d'autres mots, ils nous rappellent que la mondialisation est un jeu gagnants-perdants et que ces derniers ne sont pas distribués uniformément entre les pays et à l'intérieur de ceux-ci.

- A un certain nombre de conditions, ces mouvements constituent de puissants vecteurs de changements sociaux et politiques, dans la mesure où ils permettent à des groupes qui souffrent d'un déficit de représentation politique au sein d'Etats "importés" de faire exister leurs problèmes sur la scène publique. Tantôt ces changements s'imposent avec beaucoup de visibilité, pensons aux pays d'Amérique latine où de puissants mouvements populaires ont favorisé une ensemble de réformes sociales, économiques et constitutionnelles de grande ampleur, tantôt ils sont plus diffus, plus subtils, mais tout aussi déterminants, en témoignent les modifications dans les conceptions populaires du pouvoir qui font suite aux mobilisations en Guinée, au Burkina Faso ou en Egypte.

- Départissons-nous cependant du biais " mouvementiste"" consistant à parer les mouvements sociaux de toutes les vertus et à tracer une frontière étanche entre ces derniers et la sphère institutionnelle, lieu supposé de tous les dévoiements. Les mouvements populaires ne sont pas nécessairement progressistes, ils adoptent parfois des stratégies corporatrices et sont eux-mêmes souvent le théâtre de luttes d'influence au sein desquelles les ambitions personnelles ou organisationnelles pèsent davantage que le débat stratégique. Car le mouvement social, par  la visibilité et la reconnaissance qu'il offre à ses leaders, est aussi un tremplin de choix pour se lancer dans une carrière politique. Un regard un tant soit peu attentif constatera d'ailleurs que les allers-retours entre le "social" et le "politique", souvent légitimes, sont la règle plus souvent que l'exception."

Le sociologue pointe cette diversité, la multiplication des conflits socio-environnementaux, la criminalisation de la contestation sociale... en Amérique Latine (mouvements populaires face aux partis de gauche), en Afrique (faiblesse chronique des sociétés civiles),  dans le Monde arabe (retours de bâton contre les mobilisations démocratiques), en Asie (multiplication des contestations à la base et régressions démocratiques), avant de mettre en garde contre un certain altermondialisme aux accents souverainistes.

 

    Chaque année, un nouvel Etat des résistances nous est proposé, avec la volonté constante, tout en restant dans une optique engagée, d'inspiration plutôt marxiste, de prendre du recul par rapport à des enthousiasmes médiatiques ou des jugements hâtifs, qu'ils soient positifs ou négatifs. Cette série de livres, chaque fois de plus de 200 pages aux articles très fortement annotés, à la bibliographie abondante (qui facilite bien des recherches), fait partie d'une collection des Editions Syllepses, "Alternatives Sud", qui compte également des livres centrés sur des problématiques générales (Evasion fiscale et pauvreté, L'aide européenne, Contre le travail des enfants, Agrocarburants : impacts au Sud?...) ou des régions ou pays (Le brésil de Lula, le "miracle" chinois vu de l'intérieur). 

 

Etat des résistances dans le Sud, 2007 (décembre 2006), Etats des résistances dans le Sud 2008, Points de vue du Sud (janvier 2008), Etat des résistances dans le Sud - 2009 (décembre 2008), Etat des résistances dans le Sud - 2010 Monde arabe (2009), Etats des résistances dans le Sud Afrique (décembre 2010), Amérique Latine : Etats des résistances dans le Sud (décembre 2011), Tricontinental/Editions Syllepses

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 09:31

    A partir d'une expérience douloureuse en territoire irakien (2006), la rédactrice en chef au journal Mariane tente de comprendre pourquoi les conflits les plus meurtriers dans la seconde partie du XXème siècle mettent aux prises les deux principales tendances de l'Islam. Sous ce titre racoleur (que nous pouvons regretter) figure une analyse historique de l'antagonisme entre sunnisme et chiisme qui explique (seulement en partie selon nous) l'acharnement de leurs combats. 

     L'intervention américaine en irak a allumé la mèche de l'affrontement entre ces deux branches de l'Islam et le feu s'étend du Liban au Pakistan, du Maghreb à l'Indonésie ; à partir de ce constat, Martine GOZLAN remonte aux origines de la religion musulmane et précisément aux circonstances de la succession du Prophète. Pour elle, le champ de bataille des enfants de Mahomet est le miroir des maux qui accablent leurs sociétés, des révolutions sans cesse trahies aux humiliations toujours renaissantes. La prétention de l'Occident à résoudre ce malheur par la force des armes ne fait que l'aggraver.

 

        Dans une présentation équilibrée des (més)aventures des uns et des autres, des griefs des uns envers les autres, la mise en relief de l'existence peut-être de deux Islams, qui mêle les conflits politiques préexistants à l'Islam à des interprétations contradictoires du message coranique, à l'utilisation large de la violence pour imposer des points de vue, constitue sans doute une vision éclairante des malheurs présents. Au coeur de la réalité des cultes contrastés (l'un sombre et austère, l'autre chatoyant et exubérant), dans l'atmosphère des cérémonies qui vivifient la mémoire des deux camps, nous pouvons saisir, grâce à la prose dynamique de l'auteur, toute la portée dramatique du conflit, dans le vécu quotidien. Les débats sur le libre arbitre, la prédestination, l'action d'Allah dans le monde recouvrent en partie les préférences pour le changement ou pour la tradition. Dépassant une certaine caricature imposée par une propagande outrancière venant du régime wahhabite (dont l'idéologie est pourtant très tardive, du XVIIIème siècle) de l'Ararbie Saoudite, l'auteur montre bien ce que disent les chiites et ce que disant les sunnites. Les premiers font référence à un Iman caché et à un Islam révolutionnaire, les deuxième à une doctrine établie une fois pour toutes et à une aversion pour le changement. A travers l'évocation de deux lignées opposées de savants, à travers souvent la mobilisation des catégories les plus pauvres et les plus vulnérables idéologiquement des populations, l'auteur, à la suite d'Henri CORBIN (En Islam iranien, Gallimard, 1991) pose la question de savoir s'il y aurait face à face une pensée ouverte, le chiisme, et une pensée fermée, le sunnisme. Beaucoup en tout cas voient dans la fermeture de l'ijtihad, l'interprétation du coran, par le sunnisme largement dominant, une des causes lointaines de la stagnation intellectuelle arabe jusqu'à la Nahha, la renaissance des Lumières au XIXème siècle en Egypte. "La rupture entre l'Islam iranien et l'Islam arabe avait définitivement éteint les derniers foyers d'effervescence intellectuelle, favorisés par la cohabitation tumultueuse des deux grandes courants ennemis dans les grandes villes de l'empire, pouvons-nous lire. Le conflit politique entre les fidèles d'Ali et les tenans des premiers califes était, en effet, à la fois tragique et fécond : il avait poussé les uns et les autres à produire arguments et contre-arguments. La séparation historique, en brisant cette diversité, sonna le glas de la recherche dans le monde sunnite. Les deux continents spirituels allaient vertigineusement s'éloigner l'un de l'autre."

   Les deux tendances s'éloignent à ce point - plus les heurts violents se multiplient, plus les deux cultures s'installent dans leur isolement - que ce ne sont plus les fondements de chaque foi qui s'affrontent, mais les divers remparts, anti-chiites pour les uns, anti-sunnites pour les autres, qui en deviennent les principales composantes. A un point tel que Martine GOZLAN discute d'un néo-chiisme et d'un néo-sunnisme, l'un et l'autre ayant trahi les fondements de ses origines. 

   A cela s'ajoute les enjeux géopolitiques des grandes puissances, avec notamment la présence du pétrole au Moyen-Orient, les unes et les autres utilisant des factions d'une tendance ou d'un autre au gré de leurs manoeuvres politiques. Est pointée particulièrement du doigt, la politique des Etats-Unis du début des années 2000, qui en Irak et en Afghanistan, mais pas seulement, a jeté de l'huile sur le feu d'une manière méthodique, dans le cadre d'une stratégie du chaos, bien mise en évidence par ailleurs par des auteurs comme Alain JOXE. 

 

     Martine GOZLAN, dans sa conclusion écrit qu'en dépit des apparences, l'embrasement qui gagne le monde musulman n'est pas strictement... musulman. "Son objet millénaire ne constitue en réalité qu'un alibi, un cache-sexe destiné à dissimuler le corps nu et malade des nations. Nations qui, précisément n'en sont pas." Elle y introduit un peu abruptement - sans doute parce qu'elle fait référence à ses précédent livres (L'Islam et la République, Belfond, 1994 et Pour comprendre l'intégrisme islamique, Albin Michel, 2002... ), des considérations sur la structure des Etats musulmans, où un hiatus (ethnique, de tendance religieuse) existe entre la classe dirigeante et une grande partie, voire de la majorité de la population, hiatus fait de discriminations sociales (voire fiscales). La formation d'une Nation exige un minimum de "vouloir vivre ensemble", d'équité et de justice, or dans ces Etats, la Nation est issue de processus de colonisation et de décolonisation où les Occidentaux se sont souvent appuyés sur des minorités opprimées pour imposer leur domination, puis ensuite leur hégémonie. A partir du moment où la Nation n'existe pas vraiment à l'intérieur d'un Etat, il suffit de peu de choses pour que les violences politiques et religieuses se déchaînent.

 

     L'éditeur présente ce livre de la manière suivante : "L'intervention américaine en Irak a allumé la mèche de l'affrontement entre les deux branches de l'Islam et le feu s'étend du Liban au Pakistan, du Maghreb à l'Indonésie : il est temps de comprendre ce qui différencie les sunnites, tenants de la tradition, et les chiites, en attente du Messie caché. A quand remonte la rupture? Peut-on parler de deux Islams? Comme l'Irak est-il devenu le coeur de ce conflit? Pourquoi la discorde gagne t-elle tout le monde musulman? Conjuguant l'histoire et sa connaissance du Moyen Orient contemporain, Martine Gozlan apporte des réponses claires à des questions essentielles. Pour elle, le champ de bataille des enfants de Mahomet est le miroir des maux qui accablent leurs sociétés, des révolutions sans cesse trahies aux humiliations toujours renaissantes. La prétention de l'Occident à résoudre ce malheur par la force des armes ne fait que l'aggraver. Car toute option guerrière contre l'Islam attise les haines entre les deux Islams. Il en fut ainsi hier, quand on s'attaqua au sunnisme irakien. Il en sera ainsi demain, si on s'attaque au chiisme iranien..."

 

    Martine GOZLAN, grand reporter, est aussi l'auteur d'autres ouvrages : L'Islam et la République (Belfond, 1994), Pour comprendre l'intégrisme islamiste (Albin Michel, 1995 et 2002), Le Sexe d'Allah (Grasset, 2004), Le Désir d'Islam (Grasset, 2005), L'imposture turque (Grasset, 2011)...


 

Martine GOZLAN, Sunnites, chiites, Pourquoi ils s'entretuent, Seuil, 2008, 175 pages.

Repost 0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:26

         Loin du mythe de Pasteur apportant au monde qui n'attendait qu'un sauveur de ce genre la connaissance des causes de toutes les maladies, le philosophe et sociologue des sciences propose, à partir d'un travail surtout fondé sur la lecture et l'analyse des revues médicales françaises entre 1870 et 1914, montre comment la bactériologie et la société française se sont transformés ensemble. L'invention proprement politique d'une science, d'un savant et d'une époque se trouve mis en évidence. Pasteur apparaît, dans les détails de son travail sur les microbes, comme un remarquable sociologue et comme un fin politique, puisqu'il parvient à ajouter les microbes au corps social. Dans cette étude classique en histoire sociale des sciences, Bruno LATOUR invite à revenir sur la division entre rapports de force et rapports de raison, entre politique et savoir. 

         A partir de ses laboratoires, où seuls un appareillage sophistiqué permet de voir et de comprendre les bactéries, Pasteur et ses collègues introduisent un bouleversement du métier de médecin, dans le mouvement ample de l'hygiénisme. La découverte de l'existence de ces micro-organismes et de leurs actions sur les corps, de leur responsabilité première dans les épidémies, fait d'abord penser, si l'on lit les Annales de l'Institut Pasteur, à l'éradication prochaine des maladies, donc à la disparition pure et simple de la fonction médicale. Avec l'auteur, nous pouvons suivre toute l'histoire de cette pasteurisation de la société, non comme le triomphe de laborantins sur tout le corps médical, mais comme le progressif passage d'un marché entre des médecins de toute façon indispensable à la diffusion des techniques de vaccination et des biologistes convaincus et convainquant de cette révolution scientifique. Après de longues batailles intellectuelles rapportées par les revues médicales (dont deux grandes rivales) contre les principes mêmes de cette pasteurisation, ce marché, qui transforme la déontologie médicale (qui passe d'une relation stricte entre médecin et malade à une relation entre trois acteurs, l'Etat et les deux premiers, pour le contrôle des populations et des personnes à risques), permet à cette profession d'obtenir que l'Etat "déparasite" la France, des pharmaciens, des charlatans et des bonnes soeurs. Et dans la foulée d'organiser une formation médicale scientifique, qui débouche sur un monopole d'exercice de la médecine.... L'auteur situe exactement la date de cette dérive : "La dérive ou le déplacement pastorien passant des vaccins aux sérum via l'immunologie, offre aux médecins à partir de 1894 un moyen de continuer leur métier traditionnel d'hommes qui soignent, mais avec une efficacité renforcée par le pastorisme. Ils y gagnent, au prix d'un petit équipement de laboratoire, les moyens d'assurer le diagnostic et de traiter la diphtérie. Les pastoriens offrent alors aux médecins l'équivalent de la variation de virulence que les hygiénistes avaient aussitôt traduit en "milieu contagion". Dès qu'ils peuvent continuer de faire ce qu'ils faisaient, les mêmes médecins qu'on disait étroits et incompétents se mettent aussitôt en mouvement , preuve exemplaire de la fausseté du modèle diffusionniste." Conclusion de cette "révolution" qui se résume finalement en une évolution : "Après 50 années de travaux en laboratoire, après 30 ans de déclarations fracassantes sur la disparition des maladies infectieuses et la fondation de la nouvelle science médicale, on a ajouté à la pratique médicale quelques lignes au milieu des pages et des pages de ce qu'on faisait avant. La coupure épistémologique radicale est une fine indentation dans la pratique du plus grand nombre". Ce n'est d'ailleurs qu'une fois le monde médical transformé que la coercition peut s'exercer sur des populations réticentes au contrôle sanitaire

     Avec la réserve qu'il faut se garder de fonder une analyse sociologique uniquement à partir des différents acteurs et de ce qu'ils vivent - car après tout, tout de même, le monde après la pastorisation a vraiment changé - les hommes savent qu'ils doivent compter sur ces acteurs microscopiques dans la longue chaînes des conflits - l'étude du professeur à l'École des mines de Paris, indique que dans le mouvement entre les acteurs, s'agissant de la santé, n'est pas simplement l'assimilation progressive de nouvelles découvertes scientifiques par la société, mais souvent au contraire, un jeu de rapports de force parfois très complexe. Loin d'être la marche progressive de la raison qui transforme la société, l'histoire des sciences - comme le montre cette portion d'histoire de la médecine - est souvent faites de heurts, où la contingence - des événements hors du champ de la découverte scientifique considéré, d'ordre politique, voire même politicien, joue un grand rôle. 

   L'auteur tente de systématiser les enseignements de cette analyse historique, qui vient après un certain nombre d'ouvrages sur "la science en action", dans une deuxième partie du même livre intitulée Irréductions. Petit précis de philosophie (sans prétention) dans lequel l'auteur se propose de pratiquer, au lieu des réductions qu'impose la division entre science, nature et société, des irréductions. Il s'agit surtout de ne pas analyser les choses uniquement d'après le résultat final. Les lignes des rapports de forces ne convergent pas tous obligatoirement vers une conclusion nécessaire. L'objectif de ces irréductions doivent permettre, dans l'esprit de l'auteur, de rendre les sciences et les techniques moins opaques et peut-être moins périlleuses.

 

Bruno LATOUR, Pasteur : guerre et paix des microbes, suivi de Irréductions, La Découverte/Poche, collection Sciences humaines et sociales, 2001, 346 pages.

Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 08:39

              Ce livre du rédacteur en chef adjoint du mensuel Alternatives économiques effectue un survol très clair et précis d'une grande partie de l'histoire financière de l'Occident, à travers ses crises, et précisément de cinq crises représentatives du fonctionnement du capitalisme financier. A travers la description de la spéculation sur les tulipes dans les années 1635 en Hollande, de l'entreprise aventureuse de John LAW sous le règne de Louis XV en France, de la panique de 1907 aux Etats-Unis et enfin de la crise de 1929, l'auteur dégage les caractéristiques d'une crise financière, qui se retrouvent dans la crise des subprimes des années 2000. Il détaille les tenants et aboutissants de la crise financière que nous vivons aujourd'hui jusqu'aux plans de désendettement engagés sous l'égide de l'Union Européenne et de l'administration OBAMA. Sans concession aucune, Christian CHAVAGNEUX expose, aux meilleures sources, les différents conflits qui opposent aujourd'hui les marchés aux Etats, après que ceux-ci se soient rendus compte du caractère évanescent d'un auto-contrôle de la finance mondiale.

 

    On se rend compte à quel point la destruction dans les années 1980-2000 des différentes barrières  à l'instabilité financière établies après la crise de 1929 aux Etats-Unis et en Europe mène la planète au bord du gouffre. Et aussi de la virulence des conflits entre les administrations d'Etat, lorsqu'au sein de celles-ci existent encore la notion d'intérêt général, et des différentes institutions privées financières. Encore actuellement, une grande partie des institutions bancaires privées refusent toute idée de réglementation, à tel point qu'il est difficile de faire la différence entre un comportement financier et un comportement de malfaiteur... tant les multiples voies illégales sont fréquentées pour échapper à tout contrôle. Tout en gardant un ton finalement mesuré - l'auteur ne dénigre pas entièrement les tentatives du G20, pointant de façon équilibrée ses forces et ses faiblesses - il déroule sous nos yeux les logiques infernales à l'oeuvre. 

Au centre de son ouvrage, travaux d'historiens économiques à l'appui -  parfois issus du milieu même des banques et parfois même encore en exercice dans les institutions bancaires internationales (Charles KINDLEBERGER, Hyman P MINSKY, Joseph STIGLITZ...) -, l'auteur s'efforce de répondre simplement à la question : Qu'est-ce qu'une crise financière? Au départ, une simple perte d'équilibre, des innovations non contrôlées (armes de concurrence massive, systématiquement établies pour naviguer par beau temps, avec une grande capacité à offrir des services de contournement réglementaire), dont les fameux produits dérivés, puis une déréglementation subie ou voulue, la course aux profits financiers débouchant sur des bulles de crédits, une mauvaise gouvernance des risques (notamment avec des mécanismes d'assurances qui n'assurent rien), avec des fraudes organisées, qui multiplies les liens entre criminalité et finance où les paradis fiscaux, finalement en grand nombre, jouent un rôle, avant l'éclatement de la crise, alimentée par des inégalités économiques fortes, le tout avec la participation d'économistes (souvent de l'ensemble des économistes) aveugles au désastre pourtant annoncé par quelques voix marginales discordantes. Avant que plus ou moins tardivement, les autorités politiques se décident à intervenir, mettant en place quelques réglementations dont les effets (comme en 1929) peuvent être durables ou finalement de peu d'importances car ne mettant pas en cause les structures qui permettent ces crises. Si les Bourses se calment un petit moment après la crise financière, comme en 2008 (faillite de Lehman Brothers), les opérateurs reprennent ensuite leurs (mauvaises) habitudes. "Mais une bulle, écrit l'auteur, ne s'arrête pas avec la maîtrise de la panique de court terme. L'étape suivante est décisive : les autorités publiques vont-elles ouvrir les chantiers permettant d'établir et de mettre en oeuvre à moyen terme les nouvelles régulations susceptibles de réduire fortement la probabilités de nouvelles crises? Ou bien les nouvelles régulations discutées ne sont-elles que des faux-semblants qui n'empêcheront pas de relancer la fuite en avant?" 

 

     Cette question est actuellement cruciale dans la nécessaire régulation, car depuis 2008, le système financier va de crises en crises continuelles, se déplaçant de secteur à secteur et de régions à régions. Le Forum de stabilité financière, devenu Conseil de stabilité financière met depuis sur la table "un document très complet, qui n'ouvre pas moins d'une dizaine de chantiers de régulation. Un document (qui date du 10 octobre 2008) peu commenté à l'époque, mais qui contient déjà pratiquement tous les grands sujets et propositions discutés les mois suivants. Le G20 de Londres d'avril 2009 va ensuite marquer une rupture dans le discours d'acceptation de la logique d'autorégulation des marchés. En plus du communiqué général habituel de ce genre de réunion, les pays du G20 livrent en effet une "Déclaration sur le renforcement du système financier" (voir www.g20.org), très technique, détaillée, longue de six pages et qui fixe un objectif très ambitieux : "Toutes les institutions, tous les marchés et tous les instruments d'importance systémique devront faire l'objet d'un niveau adéquat de régulation et de surveillance." Le texte pose les principes d'un changement majeur du rôle des Banques centrales, appelées à développer les outils et politiques à même de contrer l'instabilité financière. Il réclame la mise en oeuvre d'un contrôle serré de la distribution de crédits par les banques, pour qu'elles arrêtent de nourrir les bulles. Il veut encadrer les marchés des produits dérivés, ces innovations financières qui mettent souvent le feu à la finance. Il exige une régulation des fonds spéculatifs. Il s'attaque aux paradis fiscaux. Les principes de régulation ainsi dessinés ont été de nouveau validés au G20 de Pittsburgh de septembre 2009. Ils ont servi de base à quasiment toutes les politiques discutées dans les mois qui ont suivi, aux Etats-Unis, en Europe, au Royaume-Uni, etc. Un processus qui est loin d'être terminé car on discute encore des modalités concrètes d'applications de la nouvelle loi de régulation financière Dodd-Frank, votée le 21 juillet 2010 aux Etats-Unis, tandis que la Commission Européenne n'a fini de mettre sur la table l'essentiel de ses propositions de régulation qu'à l'été 2011 et qu'il reste encore de très long mois avant de les mettre en oeuvre. On n'aura une vision à peu près définitive et claire du paysage de la nouvelle régulation financière mondiale postsubprimes qu'aux alentours de 2013, certaines parties ne devant être entièrement finalisées qu'en 2018-2019." L'auteur donne un avis plutôt favorable à l'esquisse, tout en pointant de nombreux faiblesses majeures, et nul doute que de nombreuses péripéties vont se jouer jusqu'aux échéances fixées, riches en sinueuses manoeuvres, car ce qui est en jeu, c'est ni plus ni moins la future géopolitique financière et notamment les nouveaux rapports de forces entre institutions publiques et institutions privées, les unes et les autres jouant soit au niveau national ou régional ou encore multinational. Entre les marchés et les Etats, à la lecture de ce livre, c'est bel et bien une grande et vaste partie de bras de fer qui est en train de se jouer.

 

   Ajoutons qu'en fin d'ouvrage, l'auteur évoque le lancement le 30 juin 2011 de Finance Watch, "un pôle européen d'expertise, de communication et de lobbying pour faire contrepoids aux banques", créé par près de trente associations de la société civile européenne.

 

    L'éditeur présente cet ouvrage (en quatrième de couverture) de la manière suivante : "La finance a pris une place démesurée dans nos économies et ses dérapages pèsent lourdement sur l'emploi et le bien-être des populations partout dans le monde. Mais il n'est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l'instabilité financière, afin d'apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D'où l'intérêt de revenir sur les grandes crises du passé. Tel est le propos de ce livre aussi enlevé que pédadogique, où l'auteur fait le récit des plus exemplaires d'entre elles et de leurs issues : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du XVIIe siècle ; la façon dont l'Ecossais John Law a créé la première bulle boursière de l'histoire dans la France du Régent ; la crise financière de 1907, qui a conduit à la création de la banque centrale des Etats-Unis. Et il revient de manière originale sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a usé de toute son habileté pour imposer les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité. Ainsi dessine ainsi une "économie politique des bulles" dans laquelle s'inscrit parfaitement le dérapages des subprimes. On comprend mieux alors les mécanismes économiques en jeu dans les crises financières. Mais aussi le rôle joué par les inégalités sociales, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques. Disposer d'un tel schéma des crises permet de juger les multiples chantiers ouverts par le G20, leurs avancées et leurs faiblesses."

  Etienne PERROT, dans sa e-revue de culture contemporaine, en janvier 2012, écrit : "Comme en écho à la Brève histoire de l'euphorie financière (Seuil, 1992) de John Kenneth Galbraith parue voici une vingtaine d'années, cette Brève histoire des crises financières innove sur deux points. D'abord là où Galbraith ne voyait qu'un effet de l'outil principal financier (le levier) combiné avec la naïveté des intervenants sur les marchés, Christian Chavagneux introduit l'analyse du système économico-politique dans son ensemble. Ensuite, là où Galbraith ne voyait que le fruit accidentel du jugement faussé des spéculateurs, Christian Chavagneux voit une seule et même logique, qui se répète et s'amplifie au rythme de la mondialisation : l'innovation financière engendre la course à un profit ciblé qui favorise une création de monnaie de crédit gonflant une bulle qui finit par éclater, freinant - parfois bloquant, comme en octobre 2008 - le système des paiements, le commerce, la production et l'emploi. Christian Chavagneux souligne la difficulté pour les régulateurs de débusquer les risques systémiques et la nécessité d'imposer un ordre dans cette boite noire qu'est la gouvernance des banques. C'est bien vu. Mais quel programme!"

 

Christian CHAVAGNEUX, journaliste économique français, est également l'auteur d'autres ouvrages : Ghana, une révolution de bon sens : économie politique d'un ajustement structurel (Khartala, 1997) ; L'économie politique internationale (La découverte, Collection Repères, 2010) ; Les dernières heures du libéralisme, la mort d'une idéologie (Perrin, 2001) ; avec Ronen PALAN, Les paradis fiscaux (La Découverte, collection Repères, 2012) ; avec Jacques MISTRAL, Peut-on réguler la finance internationale? (dans L'Etat pyromane, Delavilla, 2010)...

 

Christian CHAVAGNEUX, Une brève histoire des crises financières, Des tulipes aux subprimes, Editions La Découverte, collection Cahiers libres, 2011, 235 pages. 

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 10:00

             Cet essai de la professeur à l'Université Paris-Diderot, psychanalyste français membre du IVème Groupe qui dirige la revue Topique, déjà auteur de nombreux ouvrages, notamment sur la sublimation, la cruauté et la paranoïa, traite de l'acte criminel. De tout acte criminel, que celui-ci soit légal ou illégal, malgré les différences sociales existantes entre l'un et l'autre. C'est l'occasion de faire le point sur des notions aussi contestées que la pulsion de mort et la pulsion de vie, dans un style non spécialiste, même si l'on ne peut pas faire l'impasse sur le langage psychanalytique.

 

         Comme l'écrit l'auteur dans son Introduction, "Donner la mort est aussi métaphysiquement impensable que donner la vie. Dans les deux cas, l'individu se hausse au niveau d'un processus biologique qui lui échappe et auquel il est lui-même soumis comme le maillon d'une chaîne dont il connaîtra jamais ni l'origine ni la fin. Le don de vie vient de surcroît à l'issue d'une rencontre sexuelle sans en être nécessairement le but, et la mort peut être donnée involontairement, par imprudence ou concours de circonstances malheureux, voire par incompétence. En revanche, l'acte par lequel un être humain supprime intentionnellement la vie de son semblable l'installe dans une toute-puissance qui donne le vertige. Tuer par accident ou accepter d'aider à mourir qui le demande relèvent de tout autres questionnements que ceux soulevés par le fait de prendre délibérément sa vie à un autre." Elle écarte le suicide de son champ de réflexion et n'entend pas revenir non plus sur le phénomène génocidaire. Elle estime, qu'à côté du droit et de la réflexion collective emprunte de perplexité devant l'acte criminel, "la psychanalyse peut apporter des éléments de compréhension sur la paralysie de la pensée que genère le crime en vue de contribuer ainsi à le réintégrer dans l'humain et favoriser l'empathie nécessaire pour juger et, le cas échéant, pour assumer la défense ou pour soigner. Le paradoxe du crime est en effet d'apparaître au sujet policé par la civilisation comme un acte inimaginable et non plus comme le résultat d'une pulsion. Or, si l'on fait l'hypothèse que l'homicide est aussi fondamentalement inscrit dans la nature humaine que la pulsion sexuelle, se dessine du même coup la nécessité d'interpréter ce qui nous sépare ainsi de nous-mêmes au point que nous avons le sentiment d'une incapacité à l'entendre. C'est donc la représentation que l'on peut se donner de l'homicide davantage que l'homicide lui-même qui sera ici interrogé afin de faire advenir du jugement étayé sur de la compréhension conformément au but de la civilisation de dépasser les impasses du refoulement par le jugement et éventuellement la sublimation. 

 

       Sophie de MIJOLLA-MELLOR propose dans son livre trois figures, (au sens de A WARBURG, dans Essais florentins, Klincsieck, 1990), "trois images qui ont un contenu émotionnel permettant d'y rattacher des faits devenant dès lors pensables" : tuer pour un identité ; tuer pour survivre et tuer par ivresse de la toute-puissance (hubris). "envisagés sous l'angle de la criminalité individuelle, ces modèles ne recoupent pas des diagnostics psychopathologiques, ils visent au contraire à dépsychiatriser l'approche que nous pouvons avoir du meurtrier en rappelant le point de vue de la psychanalyse qui en fait d'abord le sujet d'une histoire dont les déterminations psychiques sont dans une certaine mesure possibles à entendre dans leurs différentes dimensions, topique, dynamique et économique. Mon propos n'est donc pas de reprendre les classifications qui sont connues, mais d'essayer de dégager au-delà des traits cliniques récurrents une réalité humaine partageable. le diagnostic est toujours une mise à distance impliquant une coupure entre la maladie et la santé, le pathologique et le normal. Il faut à l'inverse trouver ce qui peut nous permettre de résoudre pour nous-mêmes l'énigme que nous posent ces crimes qu'ils soient individuels ou collectifs. Il est aussi possible d'envisager l'hypothèse que les diverses motivations, lorsqu'elles ne sont pas de nature utilitaire, n'en constituent en fait qu'une seule sous la forme d'une tentative pour s'identifier à la mort elle-même. Devenir la mort, être celui qui la donne peut alors fantasmatiquement protéger le sujet d'en être la victime. En ce sens, il n'y aurait aucune pulsion spécifique poussant au crime, mais une "solution" proche d'un délire pour échapper à l'agresseur en s'identifiant à lui. Par ailleurs, et sans en confondre des registres fondamentalement différents, j'ouvrirais aussi cette dimension de l'homicide au vécu du combattant en temps de guerre, qu'il s'agisse de conflits organisés régulièrement, d'actes terroristes, de massacres à visée idéologique ou de guerres dites "justes". Ainsi que cela a été souvent souligné, c'est l'indifférence à la mort de masse acquise au cours des combats de la Première Guerre et plus encore la technicisation de la guerre qui cessait d'être un combat d'homme à homme qui a contribué à poser en Europe les bases de la barbarie génocidaire ultérieure." 

   Au bout de son étude longue, à partir de considérations sur les parricides, les matricides et les infanticides, et dans l'analyse des positions des criminels, des victimes et des témoins des crimes, qu'ils soient individuels ou collectifs, qui remet à jour également la question de la finalité de la guerre et le problème du Mal de manière générale, l'auteur pose la question de l'utilité d'une notion telle que la "pulsion de mort" pour penser le meurtre. En fait, la psychanalyse "ne dispose donc pas d'une notion simple qui expliquerait le pourquoi de la destruction, qui nous permettrait de dire pourquoi les crimes se commettent et les combats, voire les massacres se mènent. En revanche, les deux figures de la pulsion de vie et de la pulsion de mort sont présentes simultanément dans toute ce qui a été évoqué à propose de la mort donnée comme le double visage de Janus : à la destruction organisée, méthodique et efficace ou à la violence sous des formes plus primaires de l'attaquant vont répondre chez la victime la désorganisation, la déliaison, le champ de ruines, la débandade et ce, jusqu'au moment où la position aura changé et où l'attaquant devra à son tour se soumettre à un plus fort. La pulsion de destruction, comme lutte active et obstinée pour venir à bout de la vie, et sa forme originaire inverse comme pulsion de mort autodestructrice ne peuvent qu'aller indéfiniment de pair. Toutefois, la pulsion de mort devenir pulsion de destruction ressemble alors à s'y méprendre à l'affirmation dionysiaque de la vie. La vie dans son affirmation narcissique se construit  ainsi aux dépens de la soumission de l'autre et, dans les cas que nous avons évoqués, de sa mort."

Une fois réaffirmé ce postulat, dont nous avons déjà dit qu'il ne nous semblait pas forcément le plus opératoire pour comprendre ce qui se passe dans la personne humaine, de l'existence de ces deux pulsions, on peut s'interroger, comme le fait l'auteur que l'existence d'autres voies "pour l'expression de ces mêmes pulsions qui passeraient par la sublimation du narcissisme identitaire". Elle met en avant le cosmopolite qui "multiplie et annule simultanément les cités d'appartenance, et en s'appuyant sur l'aptitude de la pensée à se mettre à l'écart de ce qui est proche en réalité ou en nostalgie, il ouvre à une dimension qui s'attache au-delà des instances particulières des objets de l'expérience, à la recherche d'universaux qui sont par définition, hors de toute localisation concrète." Se situant dans une tradition à laquelle se rattache aussi bien ARISTOTE (la vie du penseur est une vie d'étranger) que Hannah ARENDT, auxquelles les problématiques évoquées au dernier chapitre sont bien familières, l'auteur estime que "le seul moyen pour passer de la puissance originelle à la force collective est la préservation  du multiple dans l'unique, soit une coexistence des contraires qui ne se fait pas sans conflits mais ne nécessite pas ce recours à la force qui risque fatalement de se transformer en violence. L'équivalent d'un chois sublimatoire individuel pour un état devrait se penser dans les termes où il est renoncé à la réalisation immédiate d'un but pour y parvenir par une voie mieux mesurée quant à ses conséquences. Sur le plan politique, toute la question de la dynamique de sortie de crises est ici concernée. Le développement économique en remède à la violence sociale, le respect des différences au lieu des crispations communautaires en serait des exemples. Qu'il s'agisse de l'individu ou du collectif, le mouvement sublimatoire est toujours celui qui, au lieu d'aller vers une satisfaction immédiate aux conséquences auto- et hétérodestructrice, se porte vers l'invention d'autres espaces de réalisation des mêmes buts".

 

     Ce livre, encore une fois écrit dans un langage très accessible qui n'en fait pas un ouvrage réservé au cercle même élargi des connaisseurs en psychanalyse, permet de réfléchir - et cela est toujours nécessaire dans un monde qui privilégie précisément trop l'immédiat, l'apparence et la vitesse - à ces forces individuelles et collectives qui poussent à la destruction de la vie d'autrui. Son abord passe bien entendu par la compréhension de nombreux récits de "cas", qu'il soit psychanalysés ou non, comme il est coutume dans la pratique de cette discipline. 

 

Sophie de MIJOLLA-MELLOR, La mort donnée, Essai de psychanalyse sur le meurtre et la guerre, PUF, collection Quadrige Essais/Débats, 2011, 330 pages.

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 14:19

             Parmi les nombreux textes disponibles pour le public sur le conflit en psychanalyse, nous avons une nette préférence pour les écrits qui s'entourent d'une certaine rigueur, venant des psychanalystes eux-mêmes ou de pratriciens e, psychologie ou en psychanalyse plutôt que pour ceux qui, dans une volonté parfois sensationnaliste, figurent dans les revues de vulgarisation, ou pire parfois, dans la presse généraliste. Le numéro (de mars 2005) de la collection des Débats en psychanalyse qui porte sur le conflit psychique en est un exemple : sous la direction de Bernard CHERVET, Laurent BANON-BOILEAU et de Marie-Claire DURIEUX, s'expriment un certain nombre d'approches théoriques et de perspectives cliniques. Le conflit psychique, comme ils le présentent, "est l'un des organisateurs majeurs de la psyché. Il se présente cliniquement le plus souvent selon une opposition entre deux termes, expression manifeste d'un autre conflit sous-jacent plus fondamental : celui entre une tendance à éteindre la pulsion et un impératif à l'investir selon diverses modalités. En 1924, Freud écrit à son propos : moi-ça (névroses de transfert), moi-surmoi (névroses narcissiques), moi-monde extérieur (psychoses)", mais il reconnaît aussitôt que le conflit ne peut être réduit à une telle lutte entre instances. En 1937, il invite à une révision de la conception du conflit psychique au regard de la dualité pulsionnelle et de l'existence d'une "tendance au conflit". La constitution du conflit psychique devient dès lors centrale ainsi que sa qualité et la préoccupation technique de le faire advenir sur la scène du transfert. "Les adversaires, souligne Freud, ne se trouvent pas plus l'un face à l'autre que l'ours blanc et la baleine. Une vraie solution ne peut intervenir que lorsque les deux se retrouvent sur le même terrain". La diversité des situations thérapeutique abordées dans cet ouvrage (de la cure classique à la cure de l'enfant, en passant par des situations non-névrotiques) va permettre un enrichissement de ce concept fondamental dans la théorisation de la pratique psychanalytique."

 

  Après une avant-propos de Bernard CHERVET sur la "tendance au conflit" entre nécessité et impératif, ce numéro de débats de psychanalyse se partage entre Approches théoriques et Perspectives cliniques. 

 Pour les approches théoriques, Michèle PERRON-BORELLI pose des éléments sur les conflits psychiques et la dynamique de la cure, tandis que Claude LE GUEN approche les fonctions du conflit freudieu. Nous aurons l'occasion de voir plus tard les aspects dynamiques de la cure et nous proposons de nous arrêter pour l'instant aux fonctions du conflit freudien, tel que l'expose Claude LE GUEN

"A suivre le parcours de Freud, le conflit se révèle être un parfait exemple du cheminement de sa pensée, partant de la pratique et s'appuyant sur elle pour l'analyser, l'étendre et en faire la théorie. Ainsi, au départ, le conflit est d'abord un constat clinique, celui-ci fut-il partiellement erroné (c'est l'époque où Freud pense que le conflit est spécifique de l'hystérie) ; très vite, il lui fait le "psychiser" et en venir à l'idée d'une organisation par des "forces en conflit", ce qui va le ramener à celle d'énergie. Faire coexister les deux s'avère bientôt une gageure, ce dont témoignait déjà le rejet en 1895 du modèle mécaniste de l'Esquisse lorsqu'il vint buter sur le déplaisir et le refoulement. Le dilemme ne pourra être dépassé qu'en intégrant dans un seul ensemble : le conflit et l'énergie, la contradiction et l'énergétique, le moi et la pulsion. Vaste tâche qu'il poursuivra jusqu'à sa dernière oeuvre en 1938, jusqu'à l'Abrégé de psychanalyse.  Avec constance et très tôt, donc, alors même qu'il ne lui a pas encore attribué le statut d'instance, Freud désigne le moi comme lieu et produit du conflit avec la pulsion, comme de celle-ci avec la réalité : nous pourrions dire, tout aussi bien, que le conflit est fonction de la relation du moi à la pulsion. (...) (...) la topique est elle-même un produit conflictuel : dans sa première forme (conscient-préconscient-inconscient), la distinction de la conscience par rapport à l'inconscient est produite par le conflit entre le besoin et la frustration ; dans la seconde (moi, ça, surmoi), la différenciation du moi d'avec le ça résulte du conflit les principes de plaisir et réalité. En fait, "ces lieux" du conflit le représentent puisqu'ils sont eux-mêmes reconnus et déterminés comme des champs où s'exercent les forces pulsionnelles ; ce sont même les questions ainsi posées qui conduisent à remplacer la première topique par la deuxième et à faire du moi le noeud conflictuel par excellence et le noyau défensif - participant donc largement de l'activité inconsciente. Si "la théorie du conflit est assez clairement posée, elle n'en comporte pas moins certains points délicats qui appellent discussion.

Ainsi l'idée d'un "conflit psychique" entre instances apparaît, à strictement parler, plutôt approximative puisque (...) le moi étant la partie organisée du ça, et justement organisée par le conflit, il "serait tout à fait injustifié de se représenter le moi et le ça comme deux camps opposés" (Inhibition, symptôme et angoisse). Mais s'il n'y a pas de conflits dans le ça (La question de l'analyse profane), les désirs qui en émanent n'en suscitent pas moins des conflits dans le moi dès lors qu'ils vont à l'encontre d'autres désirs, voire d'exigence de la réalité ; aussi, s'il y a bien conflit entre la motion pulsionnelle inconsciente et le moi, il n'y a pas, au sens strict, conflit entre le moi et le ça. En revanche, à la suite de tout un travail d'"roganisation" conflictuelle, va apparaître la troisième instance, le surmoi qui, de par sa genèse même, est un produit du conflit, imposé au moi et par lui, du ça avec la réalité ; ce n'est qu'avec lui que l'on peut véritablement parler d'un "conflit entre instances" (inhibition, symptôme et angoisse). l'idée de conflits pulsionnels" découle de la notion de "forces qui s'opposent". Présentes dès 1895, explicitée en 1905, elle sera réaffirmée en 1920 avec la nouvelle dualité des pulsions ; s'il n'y a rien à rejeter dans l'ancienne formule qui explique les psychonévroses par un conflit entre pulsions du moi et pulsions sexuelles (Au-delà du principe du plaisir) (...), il convient néanmoins de tenir compte de la nouvelle opposition posé en 1920. Pour rcentrer les termes ultimes du conflit, il faut conserver une dualité (Eros et pulsion de mort) ; en situant deux termes opposés (Le moi et le ça), elle se justifie d'abord par la nécessité de maintenir un conflit au moteur même du processus pulsionnel ; cela revient, de fait à corriger et compléter l'énergétique par le conflictuel. 

Pour bien situer les choses il faut tenir compte de deux données : nous n'avons affaire qu'avec les "représentants" de la pulsion, et la notion de pulsion elle-même ne saurait comporter d'opposition. (...) il peut alors être affirmé (...) que les oppositions entre représentations sont l'expression des combats entre les différentes pulsions (Le trouble psychogène de la vision, 1910) (Freud écrit que), plutôt que le qualitatif (les différentes pulsions...), "le facteur quantitatif se montre décisif pour le conflit ; dès que la représentation choquante en son fond se renforce au-delà d'un certain degré, le conflit devient actuel et c'est précisément l'activation qui entraîne le refoulement" (Le refoulement, dans Métapsychologie, 1915). pourtant, se fondant sur la pratique qui l'a conduit à élaborer l'opposition ça/moi, il va bouleverser progressivement cette attribution, jusqu'à en venir à valoriser le qualitatif dans le conflit. Il va, en effet (...) finir par introduire cette "nouveauté" qu'est la notion d'une "tendance au conflit" qui vient non seulement s'ajouter à la situation, mais le fait de façon indépendante de la quantité de libido ; cela présuppose l'intervention d'une part d'agression libre - et il est bien certain que cela devrait aboutir à "réviser tout ce que nous savons du conflit psychique" (L'analyse avec fin et l'analyse sans fin, 1937). On peut dès lors considérer que le conflit est l'essence même de la fonctionnalité psychique. 

En fait, (...) Freud aurait pu ajouter "qu'il n'y a rien qui soit aujourd'hui à rejeter de l'ancienne formule" - et que les deux énonciations sont moins contradictoires qu'il y parait au premier abord. Comme en 1914 le facteur quantitatif demeure une condition nécessaire en 1937, mais il s'avère qu'elle n'est pas suffisante ; deux facteurs qualitatifs doivent s'y ajouter : - l'un portant sur ce que l'on pourrait qualifier de "part la plus qualitative de l'économique", à savoir l'activité libre de l'énergie, - l'autre concernant "la nature même de la pulsion" qui est ici l'agression. Le conflit, à ne plus se borner à exprimer un débordement et un excès quantitatif, prend une véritable fonction de principe moteur : il représente bien, en lui-même, une 'tendance indépendante". Insistons : si c'est bien en fonction de la pulsion, c'est d'abord par le moi, pour le moi et dans le moi, que le conflit peut être compris ; il ne peut l'être, tout comme ses produits que sont l'angoisse et le refoulement, que par ses lieux et ses conditions d'apparition, ainsi que par l'énergie liée qui se trouve libérée à ces occasions. C'est là ce qui permet de situer les psychonévroses (comme les défenses qui les suscitent) en fonction du conflit en les liant au moi : il en vas ainsi dès "la névrose de transfert, cet objet d'étude spécifique de la psychanalyse, qui reste le résultat d'un conflit entre le moi et l'investissement libidinal d'objet" (Au-delà du principe du plaisir). En revanche, cette "partie du ça qui a été modifiée sous l'influence directe du monde extérieur" et qui s'efforce de mettre le principe de réalité à la place du principe du plaisir (...), le moi donc, résulte directement du conflit entre ces deux principe, comme de son dépassement. Il s'agit bien là, pour Freud, de la psychanalyse en tant que pratique, tout autant que de sa théorie : "La psychanalyse est un outil qui doit donner au moi la possibilité de conquérir progressivement le ça" (le moi et le ça) ; ou, comme il le reformuler dix ans plus tard : "Là où était du ça doit advenir du moi. Il s'agit là d'un travail de civilisation" (Nouvelles conférences sur la psychanalyse).

Mais, pour Freud, qu'est donc le conflit? De lui, on pourrait presque dire, comme de la pulsion ou de l'inconscient, que ne s'en connaissent guère que les effets : angoisses, symptômes, inhibitions et, avec ceux-ci, les refoulements et les autres défenses, qui sont déjà des tentatives de dépassement ou de résolution des conflits. ceux-ci impliquent directement la force pulsionnelles et les contre-forces qu'elle a suscitées lors de précédents conflits durant sa propre histoire (Métapsychologie). Nous devons considérer que le conflit est l'élément moteur du psychisme comme la raison de ses défenses ; il est ce qui fait produire un travail à l'énergie : telle est sa fonction.

Sans doute est-ce en raison de son "essentialité" que, depuis des dizaines d'années, il se retrouve quelque peu négligé dans les travaux des analystes, la plupart se consacrant surtout à ses produits et ses effets. Chez Freud, il perdure et se renforce, il reste une nécessité ; il n'en demeure pas moins que les orientations en sont remaniées au fur et à mesure de l'évolution théorico-pratique. Dans les débuts, il assurait une fonction déductive : "Nous constatons un conflit, quelles vont être les conséquences?" Sa fonction apparaît ensuite inductive : "Le refoulement peut se comprendre par le conflit dont il n'est finalement que le résultat", opérant par et dans l'après-coup. Etant d'abord une nécessité méthodologique pour rendre compte du fonctionnement mental, sa forme devra être réaménagée selon les réélaborations, depuis l'opposition entre pulsions du moi et pulsions sexuelles jusqu'à celle entre pulsions de vie (Eros) et pulsion de mort. Certes, "le facteur quantitatif se montre décisif pour le conflit" (Métapsychologie), mais (...) l'introduction du ça et du moi conduit à l'idée d'une tendance au conflit indépendamment de la quantité de libido (...). Comme l'angoisse (...), le conflit opère toujours dans le moi, mais celui-ci "est identique au ça dont il n'est qu'une partie spécialement différenciée" (inhibition, symptôme et angoisse) ; redisons que le moi est le produit du ça et de son lieu conflictuel - devenu moi justement pour cela. Mais de quoi le conflit peut-il être indépendant? Du quantitatif, sans doute, mais encore? Freud parle de "tendance indépendante" et pour lui, même si le quantitatif demeure premier dans la pratique, dans le principe il reste subordonné au qualitatif, l'accumulation quantitative permettent de provoquer le saut qualitatif ; en déplaçant l'essence du conflit sur le qualitatif, Freud le postule déterminé qualitativement, avant toute variation quantitative - et nous retrouvons ici encore la fonction majeure du conflit qui est de déterminer le fonctionnement psychique. Mais voilà qui n'est pas sans conséquence sur ce qui peut varier : ce sont les variations elles-mêmes qui vont devenir dépendantes du conflit - ce qui revient à considérer que le conflit forme et produit l'histoire individuelle. On retrouve ainsi la question concomitante de l'angoisse et du refoulement ; d'ailleurs le renversement de leur rapport se produit en 1926, dans le mouvement même qui restitue le conflit : "C'est l'angoisse qui produit le refoulement et non pas, comme je l'ai jadis pensé, le refoulement qui produit l'angoisse" (Inhibition, symptôme et angoisse). L'angoisse est le signe, le représentant du conflit : le refoulement en est le produit, voire le dépassement - et les caractères proprs au conflit devraient se retrouver, ne fut-ce qu'en partie, dans ses productions ou, plus exactement, dans ce que le moi produit pour se protéger de certaines de ses conséquences. Il s'agit là, bien sûr, des défenses : toutes les défenses sont défenses contre le conflit, chacune recourant à un procédé propre, qui la spécifie (...). "Lorsque le moi a réussit à se défendre d'un motion pulsionnelles dangreuse, par le processus du refoulement par exemple, il a bien inhibé et affecté cette partie du ça, mais en même temps il lui a conféré une certaine indépendance et renoncé à une part de la propre souveraineté" (toujours Inhibition...). Cette indépendance que le moi confère à "une partie du ça" représente de fait la "tendance indépendante du conflit" ; latente, elle va maintenir active la tendance conflictuelle, permettant au conflit de ressurgir selon l'occasion (généralement traumatique). Cette indépendance a d'ailleurs une autre conséquence : "Nous pressentons qu'elle ne va pas de soi, qu'il n'est peut-être même pas habituel, que le refoulé subsiste ainsi inchangé et inchangeable" (toujours Inhib...) ; hypothèse aux lourdes implications mais sur laquelle Freud ne reviendra pas. Pour ici et pour le moment, ce qui nous importe c'est que la relative indépendance du conflit, acquise par le refoulé, qui peut l'autoriser à se changer dans l'inconscient.

Omniprésent dans la conceptualisation freudienne, le conflit apparaît prééminent dans nombre de notions, même si parfois son attribution peut poser problème. Cela s'illustre par l'ambivalence que Freud référe explicitement au conflit (...), mais dont la conflictualité apparaît parfois ambiguë ; il la définit en effet en fonction du but, l'objet demeurant le même et n'apparaissant ambivalent qu'au travers des projections. C'est ce qui peut faire du complexe d'Oedipe, avec ses deux objets, le champ exemplaire de l'ambivalence qui s'y révèle autant comme évitement que comme représentation du conflit. Ainsi, "chez le petit enfant coexistent pendant longtemps des attitudes affectives ambivalentes à l'égard des personnes qui lui sont le plus proches, sans que l'une d'elles perturbe l'autre dans son expression. Si cela aboutit finalement à un conflit entre les deux, celui-ci se règle par le fait que l'enfant change d'objet, déplace l'une de ses motions ambivalentes sur un sujet substitutif" (Psychologie des foules et analyse du moi) ; dans ce temps précoce de l'Oedipe, l'ambivalence permet de contourner le conflit. Mais, tout aussi bien, le petit Hans "se trouve dans l'attitude oedipienne de jalousie et d'hostilité envers son père, qu'il aime cependant de tout son coeur,  du moins tant que sa mère n'entre pas en ligne de compte pour causer la discorde : un conflit d'ambivalence, un amour bien fondé et une haine non moins justifiée, dirigés tous deux vers la même personne. Sa phobie doit être un essai de solution de ce conflit. De tels conflits d'ambivalence sont très fréquents" (Inhib toujours...). Cette fois, l'ambivalence représente le conflit, voire le suscite, mais c'est là un temps second par rapport au premier temps d'ambivalence sans conflit ; qui plus est, ce deuxième temps prépare la résolution du conflit (par la phobie, en l'occurrence) - ce qui conduit Freud à préciser et à compléter ainsi son commentaire tardif (1926) sur le petit Hans : "La formation substitutive (le cheval) a deux avantages manifestes : en premier lieu, elle évite un conflit d'ambivalence car le père est en même temps un objet aimé ; et en second lieu elle permet au moi de stopper le développement d'angoisse" (Inhib toujours). le changement d'objet a permis de résoudre le conflit. L'ambivalence peut être tout aussi bien agent du conflit que moyen de l'écarter parce qu'elle implique des temps différents (...) ; elle est "un héritage archaïque" qui reproduit les conflits de l'histoire mais n'est pas en lui-même conflictuel. Sa position en fonction du moi fait que le conflit ne peut se jouer que dans l'actualité d'un affrontement pulsionnel, fût-il prédéterminé de par la fonction de la pulsion. L'apparente contradiction que nous offre ainsi l'ambivalence témoigne aussi de deux niveaux de l'approche métapsychologique, plus encore que de deux moments de l'élaboration théorique : elle est dépassement de l'opposition du quantitatif et du qualitatif. Ce que le présupposé de la prévalence du quantitatif avait dissimulé à Freud en 1915-1916, il saura le reconnaître en 1926 : "se libérant de cette obsession de l'économique" (Inhib toujours), il peut maintenant reconnaitre l'essence du conflit. Il y a donc une certaine ambiguïté dans la conflictualité de l'ambivalence ; mais avec la notion (pourtant voisine) de couples d'opposés, la référence conflictuelle devient de plus en plus précaire dans la mesure où ces couples renvoient aussi bien à des oppositions formelles et symptomatiques qui supposent qu'une solution a été apportée au conflit (ainsi du voyeurisme/exhibitionnisme), qu'à d'autres fondamentales et structurelles qui sont l'essence même du conflit (tels Eros/pulsion de mort). Cela fait que l'on a parfois l'impression que, bien plus que d'une notion, il s'agit-là d'une description, d'une "expression" qui tend à recouvrir un fourre-tout ; dans de tels couples, le qualitatif "oppositionnel" semble suggérer un conflit - mais n'est-ce pas une fausse impression?

Certes, dès son apparition en 1905, le terme de couples d'opposés se trouve lié aux mouvements pulsionnels - et il le restera avec Eros et pulsion de mort . C'est dire qu'il s'agit d'un concept dynamique impliquant des forces, y compris dans les opposés actif/passif. Mais l'opposition de ces forces n'est pas fortuite puisqu'elle est prédéterminée par leur nature commune ; elle construit une situation d'équilibre (fût-il précaire) qui pourrait correspondre au "moment du couple" selon les physiciens, fournissant ainsi les différents tableaux pathologiques ou normaux. Nous pouvons remarquer que nous retrouvons, encore une fois, le modèle en oeuvre dans le refoulement tel qu'il conjugue l'attraction et la répulsion. On voir là clairement toute la différence entre un couple d'opposé et un conflit pulsionnel : l'opposition des forces y produit un équilibre, et non pas un déchirement (comme dans le clivage par exemple) ; cela tient à ce que l'opposition ne se produit pas entre deux pulsions, mais à l'intérieur d'une même pulsion. En dépit de l'opposition des directions, la satisfaction pulsionnelle demeure la même ; le but peut changer, comme il le fait avec l'ambivalence mais pas l'objet qui demeure. Il convient donc de se méfier des mots : il ne saurait suffire de constater une opposition pour rencontrer un conflit. Pourtant et tout aussi bien, l'opposition peut être à l'oeuvre dans les conflits eux-mêmes, dès lors qu'ils prennent une autre dimension. Dans un premier temps, collant à la métaphore, Freud attribue au conflit un sens quasi guerrier, considérant par exemple, qu'il en va dans les conflits psychiques comme avec une armée qui - pour reprendre son image - ne saurait engager le combat que lorsque ses forces sont en nombre suffisant, même si l'état de tensions persiste longtemps (Métapsychologie) ; c'est là effectivement une situation "armée" fort éloignée de la complémentarité du sadisme et du masochisme, et qui ressort, pour l'essentiel, d'une logique du quantitatif. Mais, dans un deuxième temps de son élaboration, il abandonne la métaphore et, avec elle, le quantitatif : d'abord, et dorénavant, le conflit désigne la combinatoire d'oppositions structurelles nécessaire à toute vie, voire à l'inanimé et à la nature elle-même. Les effets de destruction propre au conflit se dépassent alors eux-mêmes pour assurer la perpétuation de la vie jusqu'à son extinction (Abrégé de psychanalyse) - et même en deçà : "L'analogie de nos deux pulsions fondamentales, outrepassant le domaine des choses animées, nous entraîne dans le région de l'inorganisme jusqu'au couple d'opposés qui règne : l'attraction et la répulsion". Les couples d'opposés rejoignent ainsi la fonction organisatrice du conflit. 

Nous avons pu remarquer qu'il fallait savoir distinguer opposition et conflit ; nous devons ajouter qu'en langue freudienne le conflit n'est pas la guerre (même s'il peut parfois le devenir, ou l'avoir été). Avec le conflit, Freud a opéré comme avec d'autres constats qui, lorsqu'il les rencontra, lui apparurent d'abord comme des gênes fâcheuses, voire des obstacles au traitement ; puis il sut les élaborer, les conceptualiser jusqu'à découvrir leurs vertus constructives, voire thérapeutiques - passant ainsi des conflits au conflit. Il procéda de la sorte avec le transfert comme avec le traumatisme, pour ce citer que ceux-là. C'est ce qui m'a conduit à parler ici des fonctions du conflit."

 

      Dans les perspectives cliniques, Emmanuelle CHERVET avec Règle fondamentale et dramatisation du conflit psychiques, Pierre DECOURT, avec Discussion du texte de Emmanuelle Chervet, Catherine KRIEGEL avec "Je ne vois pas d'où je meurs", Bernard VOIZOT avec De l'agir au souvenir. La figuration des conflits dans le travail de construction en analyse, Jean-François DAUMARK avec Il est bien difficile de dire du mal d'un analyste, Sylvie DREYFUS avec Le conflit psychique. Discussion du texte de François Daumark, Bernard CHERVET avec Du conflit de négation au conflit de mise en latence, Marie-France DISPAUX avec Le calme et le rien ou la vie et l'autre, Denys RIBAS avec A propos du texte de Marie-France Dispaux, Françoise MOGGIO avec Les petites voleuses, expérience du conflit dans la psychanalyse de l'enfant, François DUPARC avec Transitions, traversées et voies de traverse. De l'objet anti-conflit à l'objet symbolique et Annette FRÉJAVILLE avec Plaidoyer pour un peu de conflit entre les réalités interne et externe, fournissent la majeure partie des réflexions de ce numéro de débats en psychanalyse.

 

Rappelons que ce numéro fait partie d'un des derniers des Débats de psychanalyse créés en 1995, à l'initiative des Monographies de Psychanalyse, avant leur fusion en 2005 avec les Monographies de la Psychanalyse elles-mêmes crées en 1988, à l'initiative de la Revue Française de Psychanalyse. Figurent comme fondateur des monographies et Débats de psychanalyse, Claude LE GUEN et comme directeur Claude JANIN. Des informations peuvent être obtenues sur le site officiel de la Société Française des Psychanalystes. Il s'agit de la tendance freudienne de la psychanalyse française, pour autant que cette dénomination conserve aujourd'hui un sens autre qu'historique. 

 

  L'éditeur présente ce numéro de la manière suivante : "Le conflit psychique est l'un des organisateurs majeurs de la psyché. Il se présente cliniquement le plus souvent selon une opposition entre deux termes, expression manifeste d'un autre conflit sous-jacent plus fondamental : celui entre une tendance à éteindre la pulsion et un impératif à l'investir selon diverses modalités. En 1924, Freud écrit à son propos : "Il y a trois grands types de maladies suivant les instances en conflit : moi-ça (névroses de transfert), moi-surmoi (névroses narcissiques), moi-monde extérieur (psychoses)", mais il reconnaît aussitôt que le conflit ne peut être réduit à une telle lutte entre instances. En 1937, il invite à une révision de la conception du conflit psychique au regard de la dualité pulsionnelle et de l'existence d'une "tendance au conflit". La constitution du conflit psychique devient dès lors centrale ainsi que sa qualité et la préoccupation technique de le faire advenir sur la scène du transfert. "Les adversaires, souligne Freud, ne se trouvent pas plus l'un face à l'autre que l'ours blanc et la baleine. Une vraie solution ne peut intervenir que lorsque les deux se retrouvent sur le même terrain".

La diversité des situations thérapeutiques abordées dans cet ouvrage (de la cure classique à la cure de l'enfant, en passant par des situations non-névrotiques) va permettre un enrichissement de ce concept fondamental dans la théorisation de la pratique psychanalytique."

 

    Bernard CHERVET, Psychanalyste, Membre titulaire formateur de la Société psychanalytique de Paris, Président de la SFP depuis 2011, est aussi l'auteur d'autres ouvrages : La compulsion à répétition (PUF, 2011), Le rêve et la séance (avec Christine JEAN-STROCHLIC, PUF, 2007)....

     Laurent DANON-BOILEAU, Psychanalyse et Linguiste, ainsi que romancier, est l'auteur d'autres ouvrages : Les troubles du langage et de la communication chez l'enfant (PUF, 2009, 2011), L'enfant qui ne disait rien (Odile Jacob, 2010, réédition de l'ouvrag publié chez Calmann-Lévy en 1995), La naissance du langage dans les deux premières années (avec Mireille BRIGAUDIOT, PUF, 2002, 2009), La parole est un jeu d'enfant fragile (Odile Jacob, 2007), Le sujet de l'énonciation, psychanalyse et linguistique (Ophrys, 1987, 2007), Les troubles du langage et de la communication chez l'enfant (PUF collection que-sais-je?, 2004), Des enfants sans langage, de la dysphasie à l'autisme (Odile Jacob, 2002), Grammaire de l'intonation, l'exemple du français (avec Mary-Annick MOREL, Ophrys, 1998), Du texte littéraire à l'acte de fiction (Ophrys, 1995), Énonciation et référence (Ophrys, 1992), La Stupeur (Seuil, 1979)...

    Marie Claire DURIEUX est également l'auteur d'Intedit et tabou (PUF, 2006), de Otto Kernberg (PUF, 2003), de La vie amoureuse (PUF, 2001)....

 

Les débats de psychanalyse (publication de la Société Psychanalytique de Paris), Le conflit psychique, sous la direction de Bernard CHERVET, de Laurent DANON-BOILEAU et de Marie-Claire DIRIEUX, PUF, 2005, 190 pages. 

 

Complété le 29 janvier 2013

Repost 0