Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:12

    L'homme de télévision Jean-Louis MISSIKA (né en 1951), rédacteur en chef de la revue MédiasPouvoirs et enseignant de la sociologie des médias à l'Institut d'Etudes Politique de Paris, traite dans ce petit livre de la fin des chaïnes de télévision, et de la télévision telle que nous l'avons connue jusqu'ici. Le flot d'images et de sons va s'accroitre mais les télévisions n'en seront plus les principaux producteurs, et même pourraient-elles disparaitre tout à fait. Dans une époque (le livre date de 2006) où Internet bouleverse tout le paysage audio-visuel en France, dans une direction déjà prise aux Etats-Unis, le sociologue français décrit d'abord les étapes de l'histoire de la télévision, s'inscrivant dans la même démarche que Umberto ECCO (La Guerre du faux, Grasset, 1985). Pour ensuite se livre à une réflexion assez profonde, reliée à celle sur l'évolution de la société en général, pour indiquer des lignes de force qui préfigurent l'univers sonore et vosuel de demain. Il réfléchit également sur l'évolution concomittente - tant la télévision et la politique paraissent liées - du système politique, via la représentation que se fait l'opinion publique, les citoyens, de la politique telle qu'elle se présente dans les médias. Il sort de cette manière d'un débat qui oppose les analyses de la diffusion des analyses de la réception qui dominent encore la sociologie des médias. Il opère en tout cas, sans trancher, une mise en perspective très intéressante. La perception des conflits véhiculée par la télévision change et celle des "téléspectateurs" aussi, qui eux-mêmes changent de mentalité (vers un individualisme marqué entre autres. Son analyse se situe bien entendu dans le cadre d'une société où les aspirations à des changements radicaux, voire révolutionnaires, sont plus que jamais éloignées, où la véritable chute des idéologies "communistes" et socialistes induit une certaine vacuité politique. Il n'y a plus de débats fondamentaux mobilisateurs et porteurs, pour la très grande majorité des citoyens.

 

  On retient de ce livre à la fois une rare analyse historique de l'histoire de la télévision en général, entre paléo-télévision, néo-télévision et post-télévision qui tient à la fois des éléments de la production des émissions et de leur programmation par les chaînes de télévision et de la réception, changeante, de ces émissions. Le téléspectateur comme le producteur d'émission change d'une époque à l'autre, dans le choix des oeuvres comme dans leur visualisation. La disparition de la télévision, au sens d'émissions de toutes sortes programmées, avec leurs horaires et leur habillage, par des chaînes bien personnalisées pour faire place à des flots d'images, éclatés entre des producteurs et distributeurs toujours plus nombreux et plus spécialisés, et répartis sur quantité de supports, du plus grand au plus petit format. La consommation télévisuelle devient éclatée, défidélisée dans beaucoup de sens du teme, individualisée au sens où sont prévélégiés de plus en plus la proximité psychologique, l'empathie affective, l'immédiateté et l'éphémère, tout cela dans une parcellisation croissante des centres d'intérêts, dans le temps comme dans l'espace. A des périodes où la télévision pouvait être source de savoirs et d'éveil au monde succèdent des périodes sans doute au contraire de rétrécissement des intérêts. l'auteur se livre à une analyse sociale de l'audiovisuel, parallèlement à son évolution économique, dans une présentation assez fine du destin des chaînes d'une époque à l'autre. Internet prend une place centrale dans cette évolution, le nouveau paysage audiovisuel étant économiquement celui des diffuseurs des télécommunications. Les nouveaux assoiffé d'images (plus nombreux et plus "éparpillés" niveau attention qu'avant) se veulent souvent eux-mêmes producteurs, inondant l'espace des images de leur image et de leurs images, dans une convivialité qui vire souvent à la banalité ennuyeuse...

 

   C'est surtout sur le volet politique, de l'évolution de la télévision par rapport aux luttes politiques et de l'évolution des luttes politiques sous l'effet de l'omniprésence de la télévision, et aujourd'hui, de l'omniprésence d'un flot d'images, très redondantes par ailleurs, que ce petit livre nous donne des clés pour comprendre ses évolutions, notamment institutionnelles, entendons ici les scènes électorales et les présentations publiques. C'est d'ailleurs sur l'évolution de nos démocraties que l'auteur termine son ouvrage. 

"Un jour ou l'autre, écrit-il, Internet deviendra le média dominant, celui auquel la télévision sera asservie en termes de ressources politiques, comme la presse a été asservie par la télévision à la fin du XXe siècle. 

Alors, on pourra mesurer les conséquences de la marginalisation de cet outil de synchronisation et de condensation du débat, pour l'espace public et la vie politique. Pour le moment, nons vivons une sorte de période de transition où les initiatives se multiplient sur Internet et ailleurs pour expérimenter les possibilités nouvelles d'organisation du débat politique et de production d'une information d'intérêt général. Des idées intéressantes, originales, sont mises en oeuvre et explorées. Aucune pensée conceptuelle, semblable, à l'invention de la penny press au début du XIXe siècle, ne pointe à l'horizon - mais quel visionnaire aurait pu percevoir, lors de la parution du premier numéro du New York Sun, en 1830, le potentiel révolutionnaire qu'il véhiculait?

On sent bien que ces nouveaux mégamédias mondiaux qui s'appelles MSM, Google ou Yahoo devraient jouer un rôle éminent ; mais lequel? Sommes-nous face à des institutions politiques privées dont la mission sera de fournir l'information politique de base et d'organiser la délibération dans tous les pays? Auront-elles la légitimité pour le faire? Comment seront-elles régulées? Comment s'articuleront le global et le local? Quelle forme prendra le repréofessionnalisation de l'information dans le nouvel espace public? Comment se construiront les réputations? Toutes ces questions sont encore en gestation parce que la deuxième révolution Internet est en cours, et qu'elle n'a pas encore connu son événement fondateur, révélant sa puissance politique, comme le face-à-face Kennedy-Nixon a révélé, en 1960, celle de la télévision. Dans cet océan d'incertitudes, quelques intuitions semblent tenir à titre provisoire : la télévision, telle que nous l'avons connue, s'éteint doucement, l'information d'intérêt général n'est plus rentable, et de jeunes entrepreneurs s'emparent des technologies pour expérimenter de nouveaux services. On doit espérer que les citoyens auront encore assez de ressources et de vertu pour reconstruire l'espace public dont ils auront besoin. Un espace public décloisonné où information, délibération et mobilisation politiques pourront à nouveau nourrir la vie démocratique.

 

Jean-Louis MISSIKA, La fin de la télévision, Seuil, Collection La République des idées, 2006, 110 pages.

 

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 13:57

       Voilà un ouvrage qui à notre avis marque d'une pierre blanche la réflexion de fond sur l'Empire. L'étude des conditions de leur surgissement, de leur maintien et de leur effondrement dans l'Histoire permet de dégager des constantes qui nous éclairent sur leur nature et leur apport à la civilisation. Le professeur d'histoire médiévale du monde musulman à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense, spécialiste de l'Islam classique nous propose un essai à la fois de philosophie de l'histoire et de synthèse historique. Sa lecture originale place au coeur les questions de la violence et de la paix et oppose le centre pacifique de l'empire et ses marges violentes. Inspirée du grand théoricien siècle Ibn KHALDÛN (1332-1406), cette brève histoire des empires a le grand mérite de nous faire sortir d'une vision trop étatique moderne et occidentale de l'histoire, qui nous fait trop oublier ce qu'elle a de trop récent pour fonder une analyse de longue ampleur. Le système né au XVIIIe siècle surtout n'est qu'une construction bien précise née dans une région du monde (l'Extrême Occident) qui précisément n'a pas connu véritablement d'Empire centré sur elle. L'auteur indique bien que cet Occident échappe à la théorie d'Ibn KHALDÛN, qui connait surtout de grands empires dont il tente de comprendre le fonctionnement et de prédire - pour ce qui est de son époque - leur destin. 

      Pour comprendre comment se forment et s'écroulent les empires, il faut d'abord se départir de la vision d'un monde partagé en Etats-nations. Les empires (d'avant le XIXe siècle en tout cas), et là on utilise une sorte d'anachronisme, sont par essence multinationaux, en fait pour être plus historiquement exact, formés de multiples ethnies et tribus qui peuvent être, d'un bout à l'autre de leurs territoires, être très différents, ce qui se reflète d'ailleurs dans la composition que nous pouvons juger hétéroclite de leurs armées.

 

     L'auteur prend en compte deux mille ans d'empires - au Proche ou en Extrême Orient, soit ceux formés en Chine, en Mongolie, dans l'ancienne Mésopotamie, en Afrique du Nord (Egypte), On y retrouve les empires assyrien, perse, grec, romain, byzantin, chinois (des Han par exemple), mongol, indien... jusqu'à l'Angleterre impériale.

Se dégagent des caractéristiques communes dont l'évolution fonde précisément le destin des empirs :

- des bassins de populations sédentaires, relativement denses, qui concentrent d'ailleurs une grande partie de la population mondiale d'alors ;

- le lien entre une 'asabiya tribale aux pratiques violentes et un bassin de sédentarité. Les empires naissent aux marges immédiates des grandes conceptrations productives et des provinces les plus brillantes ;

- l'étendue sur lequel s'exerce une même autorité politique et fiscale, la religion n'étant pas selon l'auteur un éléments déterminant.

    Il s'agit essentiellement de l'exercice d'une violence sur des population pacifiées, sur lesquels on exerce une fiscalité, tout juste suffisante pour entretenir les armées et ne pas tarir la source des richesses, tout un équilibre dont dépend la vie et la survie des empires. Trop de pression fiscale épuise la puissance que l'on en tire. Les empires qui durent les moins longtemps sont, à l'image de l'empire mongol, ceux qui se contentent de piller et détruite ce qu'ils ne peuvent emporter dans leur capitale...Eminemment destructeurs, ils ne survivent pas à l'émiettement... Une évolution remarquable, toujours selon l'auteur, est la tendance à une pacification des populations auparavant conquérantes, qui s'acclimatent la plupart du temps à une culture bien plus florissante que la leur (Rome et les Mandchous en sont des exemples frappants). Cette pacification tarit l'agressivité des marges conquérantes et affaiblit la résistance aux agressions d'autres ensembles impériaux... qui les remplacent et subissent à leur tour la même évolution...

  "S'il fait n'asigner qu'une seule conclusion à cette courte histoire des empires, c'est sans aucun doute l'expulsion de la violence par le mécanisme impérial qu'il faut en retenir. Tout empire se compose d'une masse sédentaire et productive centrale et d'une marge bédouine - laquelle, surtout au début de l'histoire du processus impérial, peut être abritée par le territoire même de l'empire. Mais dès le Ier siècle à Rome, dès le IIe siècle avant notre ère en Chine, cette marge, aussi nécessaire pourtant à l'équilibre de l'empire que son coeur productif, est solennellement répudiée au-delà d'un limes ou d'une muraille. L'empire n'attaque pas, il défend la prospérité et la civilisation contre les barbares - du moins s'en persuade t-il. L'échange nécessaire qu'il entretient avec le monde barbare, richesse contre violence, est furtif, masqué de bulletins de victoire et maquillé de rituels augustes. (...) L'exaspération du mécanisme d'aliénation de la violence, quand il confine à la ségrégation ethnique, sert l'équilibre de l'empire (...). La séparation des sédentaires et des tribus qui les gardent ralentit ou empêche l'affaiblissement des violences tribales et conserve à leur 'asabiya un tranchant qui prolonge la vie d'une dynastie au-delà des cent à cent cinquante ans qu'Ibn Khaldûn lui assigne." Gabriel MARTINEZ-GROS effectue des caomparaisons entre empires sur cette règle d'aliénation de la violence, qui vaut pour l'Islam comme pour la Chine, même si sa manifestation est un peu plus complexe. L'Islam précisément, là où éclot la théorie d'Ibn Khadûn, constitue une sorte de perfection impériale dans la subtilité de son fonctionnement, ce qui se confirme par la faiblesse des effectifs de la société militaire chargée de contrôler la masse sédentaire.

   L'Europe ne participe pas du système impérial et de celà, selon l'auteur, naît l'extrême originalité de son histoire. Si la Chrétienté européenne, prise globalement, est un empire, qui naît d'ailleurs de l'Empire romain, la réalité des rapports de force donne aux villes un pouvoir bien plus grand que les villes secondaires des empires. La désintégration du pouvoir central se prolonge dans la constitution de puissances rivales, où des dynasties mènent une longue pluriséculaire pour, sans le pouvoir, reconstituer à leur profit, précisément une dynamique d'empire. L'extrême division du pouvoir, l'émergence de sociétés productives, bien au-delà de la simple subsistance, puis la fin de cette règle immuable selon laquelle il faut séparer les fonctions productrices et guerrières, donnent à l'Europe les formes étatiques que nous connaissons. "L'Etat européen, national, "démocratique" et populaire - dont le modèle s'étend désormais sur toute la terre - a aussi paradoxalement tiré de la modestie de ses origines et des limites autrefois posées à ses pouvoirs une puissance qu'aucun empire n'avait jamais atteinte - et que les totalitarismes du XXe siècle manifestent pleinement. Les révolutions techniques et l'énorme accumulation de richesse et de population ont ajouté leurs effets à l'armement des peuples et à l'éradication des poches tribales pour accroître la place de l'Etat dans nos sociétés dans des proportions impensables voici seulement deux siècles."  

    La mondialisation semble, pour l'auteur, revitaliser les théories d'Ibn Khaldûn sur les empires, avec d'immenses espaces sédentaires aux marges desquelles s'agitent de "nouveaux barbares". C'est même à l'intérieur même des pays industrialisés en crise constante que se créent des 'asabiya modernes, poches de pauvreté ou de misère dans lesquelles peuvent encore puiser des Etats, éléments violents qui peuvent les aider à conquérir, maintenir des positions bien au-delà de leurs frontières légales, dans un monde qui recrée d'une certaine manière la distinction entre producteurs et guerriers (avec notamment l'abandon quasi général de la conscription). Par là les réflexions de Gabriel MARTINEZ-GROS peuvent être rapprochées de celles, différentes sans doute mais à bien des égards complémentaires, d'Alain JOXE sur la persistance de l'existence d'empires (à propos de l'empire américain notamment).

 

Gabriel MARTINEZ-GROS, Brève histoire des empires, Comment ils surgissent, comment ils s'effondrent, Seuil, collection La couleur des idées, 2014, 220 pages.

Partager cet article

Repost0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 12:57

    Dans ce livre copieux mais néanmoins agréable à lire, le professeur émérite de droit public et de science politique à l'Université Paris-Didero, se livre à une exercice malheureusement peu prisés par les élites intellectuelles à l'heure actuelle, une tentative de dessiner les contours de ce que pourrait être un "fédéralisme" (même si elle déconseille d'utiliser le terme) à l'échelle du monde. S'appuyant de manière critique notamment sur l'expérience de l'Organisation des Nations Unies et de l'Union Européenne, Monique CHEMILLER-GENDREAU estime que la souveraine et l'Etat puisse être utiles à la solution des nombreux problèmes mondiaux et à l'établissement de la paix.

 "A l'échelle internationale, les relations sont intenses, qu'il s'agisse des relations entre Etats, des relations de marché ou d'autres relations directes entre les humains. Toutefois, la société mondiale ne forme pas une communauté politique.Elle ne connait pas de mécanismes permettant d'exposer les conflits et de dégager un agir politique à ce nouveau. Le droit international y est dévalorisé par son échec à garantir la paix en régulant les violence et par la quasi-inexistence de mécanismes de responsabilité. Les limites prétendument apportées à la violence par les droits de l'homme et par le droit humanitaire en cas de conflit armé rstent essentiellement incantatoires. le droit étant la double du politique, il n'y a pas à s'étonner que le droit international (régissant les rapports entre les Etats) soit réduit à des effets de tribune et privé d'inefficacité, et que le droit international (celui qui régit les relations économiques et commerciales) soit négocié dans des cabinets d'avocats d'affaires où la transaction prévaut sur les principes. 

Dans ce contexte, la paix est pensée comme une suspension, une limitation de la guerre, et non comme un principe politique à l'échelle universelle. (...)".

  Il s'agit de trouver une nouvelle forme de communauté où la capacité politique d'agir est restaurée à tous les niveaux, locaux, régionaux et internationaux. 

 

   Son livre est diviés en deux grandes parties : la critique des institutions actuelles, une critique économique et sociale (peu de liberté et très peu justice) et une critique juridique puis un ensemble de propositions concrètes pour avance vers cette communauté mondiale. L'auteur, dans la première partie, de son aveu la plus facile, reprend un ensemble d'analyses déjà bien présentées ailleurs sur les limites de l'Etat (devenu complètement poreux) de la souveraineté (obsolète dans un monde aux interrelations infinies), avec la constation en forme d'état des lieux de ce que le capitalisme laisse dans pratiquement toutes les sociétés, une crise constante, un délabrement accéléré des services publics et des infrastructures de santé, de transports, d'éducation...  Il estime en fin de compte que démocratie et capitalisme demeurent irréconciliables.

  Après avoir exposé pourquoi il y une irréductibilité semblable entre souveraineté de l'Etat d'une part et paix et démocratie d'autre part, Monique CHEMILLIER-GENDREAU fait dans la deuxième partie un ensemble de propositions concrètes : il s'agit de renouveler le pacte politique, pour un autre commencement.

 

 Il s'agit de renouveler à la fois le rapport entre les hommes et la relation entre eux et la nature. Dans les deux domaines, le politique et le juridique qui lui est lié doit prendre en compte le changement global en cours, l'entrée dans une ère "anthropocène". A défaut d'une pensée théorique et globale à construire, il est nécessaire d'xaminer la place des micro-tentatives qui se définissent elles-mêmes comme des projets pour changer le monde, à savoir les multiples oppositions alter-mondialistes, les mises en place de micro-crédit, la montée en puissance des énergies renouvelables, l'agriculture biologique, les budgets participatifs, les unines ou les plantations autogéres, le covoiturage, les banques solidaires, les filières courtes pour les produits frais, la couverture maladie universalle, la mixité scolaire, ect... Un consensus commence à se dessiner chez les penseurs, notamment de la mondialisation, sur le fait que le modèle à l'oeuvre est dans une impasse et qu'un nouveau monde est possible. Il faut affronter la difficulté de la nouveauté radicale à un double niveau.

"Au premier niveau, l'exigence, l'exigence de valeurs proprement humaines requiert des modalités de contrôle incessant du pouvoir politique par le peuple. c'est la démocratie "insurgeante", celle qui ne se confond jamais avec un ordre établi, celle qui se manifeste lorsque le peuple, compris comme communauté du multiple, se dresse contre l'expression de la dominante, à savoir l'Etat. Mais ce peuple n'est pas assimilable à une société civile réconciliée et l'insurrection est l'état d'alerte du peuple lorsqu'il n'accepte ni l'Etat tel qu'il s'est construit, ni l'Ett tel qu'il cherche à se moderniser, ni le compromis de l'Etat démocratique qui conduit le peuple multiple à entrer en sommeil". A cet égard, l'auteur estime que tout le système électoral actuel, basé sur des consultations à intervalles courts et déléguant simplement les responsabilités, mène à des politiques à courte vue où dominent la perspective de la réélection.

Il s'agit de prendre en compte les multiples appartenances des individus aux multiples communautés. il s'agit de prendre un compte la nouvelle altérité qui émerge de l'évolution même du monde, dans la mise en relation à de multiples niveaux de multiples communautés. Et ceci à l'aide d'un droit, d'un appareil juridique qui ne fige pas la société dans un ordre un monde, ce qui est une gageure, surtout exprimée par un juriste.

"A un second niveau, celle des échelles, il s'agit de réinventer le cosmopolitisme comme rapport politique au monde. Dans cette conception du politique, le monde est commun parce qu'il est divisé. Il y a là une nouvelle synthèse du singulier et de l'universel, sans appropriation de l'universel par l'une des singularités, aucune singularité ne se fondant dans une autre. Approche très ancienne des rapports politiques entre les hommes, le cosmopolitisme a deux sens complémentaires. Il est la doctrine politique de ceux pour qui l'humanité est une, pour qui le souverain de la terre est le genre humain. Dès lors, la citoyenneté cosmopolitique consiste en des manières d'être sopi et d'être au monde. On rejoint alors la cosmopolis stoïcienne. Puis le cosmopolitisme a fini par désigner la doctrine de ceux qui prétendent à un droit de citoyenneté universelle et s'opposent donc aux clôtures et autres obstacles aui leur interdiraient d'être chez eux en tout point de la terre."  

"L'altérité élargie à l'universel évacue la notion d'ennmi. Là est le plus radicalement nouveau et le plus difficile  de ce que nous avons à penser. Cette rupture est celle qui permettra d'ouvrir enfin la voie à la production d'une norme universelle du juste, élaborée contradictoirement, réélaborée en permanence et conditionnant les évaluations du juste émise par la diversité des groupes."

C'est entre autres par ces considérations que l'auteur effectuent des propositions, notamment sur le plan du droit. IL y a tout un droit international, notamment, à élaborer pour tenir compte de l'évolution de la planète. "Repenser le politique requiert de repenser le droit. Les sources et le fondement du droit, le rôle des juges, la question de la rsponsabilité nécessitent une approche renouvelée, non pas en fournissant une sorte de modèle "clef en main", mais en reprenant le débat sur le droit à la lumière de l'exigence d'émancipations."

 

Monique CHEMILLIER-GENDREAU, de la guerre à la communauté universelle. Entre droit et politique, Fayard, 2013, 390 pages.

 

 

Partager cet article

Repost0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 15:30

           Dans l'histoire humaine, les grands mouvements de tout ordre, sociaux, économiques, politiques et idéologiques restent grandement déterminés par le développement des pandémies, bien au-delà de l'issue de conflits à l'intérieur même du groupe humain. L'histoire de la peste de Jean VITAUX, médecin gastro-entérologue, le montre amplement.

   Il s'agit ni plus ni moins que des trois plus grandes pandémies dont on peut avoir connaissance dans de nombreux détails, soit des témoins de leur temps, soit des grandes enquêtes scientifiques bien après (épidémiologie historique, archéologie...). Rares, ces pandémies orientent ensuite la marche des civilisations.

D'abord par l'hécatombe elle-même, qui frappe toutes les classes sociales, toutes les catégories religieuses et qui détruit pratiquement les institutions du moment, ensuite par les terribles leçons que les contemporains en tirent, puis ensuite par le renouvellement des populations qui tranche avec la simple perpétuation des traditions, quels soient culturelles, économiques ou politiques.

Ces trois pandémies de peste, celle de Justinien (VIe siècle), celle dite de la peste noire de 1347 qui tue entre le tiers et la moitié de la population européenne et celle entre le XIXe et le XXe siècle, frappent lontemps de vastes régions et longtemps encore après ici ou là, de sorte que l'on pourrait parler de continuité dans le développement de la maladie, entre montée et pic d'épidémie, décroissante et résurgences périodiques, souvent aux mêmes endroits... La peste noire fut le moment où les quatre cavaliers de l'Apocalypse (Mort, guerre, famine et peste) semblaient annoncer la fin des temps. Ces pandémies ne frappent pas seulement l'Occident chrétien. L'Islam est particulièrement touché, la pandémie étant à l'origine sans doute du déclin de la civilisation du Croissant au Moyen Orient. Les territoires chinois, même si l'historiographie est moins présente dans nos esprits, sont touchés d'une manière semblable. Aujourd'hui encore, même si les agents de la maladie sont identifiés (seulement depuis 1894 et 1898) et les moyens de soigner opérationnels, le monde n'est pas à l'abri d'une autre épidémie. 

    Les circonstances du développement de la peste sont très liées au commerce et à la guerre, et parfois des imépratifs commerciaux brisent les mesures de quarantaine mises en place dans ces cas-là. Sans doute ces pandémies, avec celles moins importantes d'autres maladies, sont-elles l'illustration d'un aveuglément des humains qui se combattent par des méthodes (jets de cadavres par-dessus les murailles, développement de la recherche d'armes biologiques) qui favorisent le développement d'autres espèces, dans les confllts croisés interspécifique et intraspécifique. Et pour ajouter à la confusion d'un combat qui fait des millions de victimes à chaque fois, la peste semble souvent prendre fin par l'activité d'autres bacilles que les siens... Transmis par la puce du rat (de certains rats) à l'homme, les bacilles responsables mènent à la fois une véritable invasion dans les corps humains avant d'être eux-mêmes vaincus par d'autres bacilles sans doute moins nocifs. 

 

    A la question de l'avenir de la peste, le docteur VITAUX n'est guère optimiste pour l'espèce humaine. "La peste est une antrhopozoonose qui ne peut être éradiquée. En effet, il existe de nombreux réservoirs de rongeurs sauvages, souvent commensaux de l'homme, comme le rat noir et le surmulot. Malgré toutes les tentatives de dératisation, l'extraordinaire prolificité des rats, leur intelligence et le développement de résistances aux méthodes de dératisation font que l'on peut seulement contenir leur nombre et en limiter la prolifération, sans aucun espoir d'éradication de cette espèce honnie des hommes. Il persistera donc toujours un réservoir  de rongeurs potentiellement contaminables par le bacille pesteux.

Il est aussi impossible de se débarrasser des puces. Si l'hygiène corporelle a beaucoup diminué leur nombre dans les pays modernes, le parasitisme par les puces reste très fréquent dans tous les pâysoù l'accès à l'hygiène n'est pas aisé et où la promiscuité est importante. D'autre part, on peut difficilement lutter contre les puces des animaux sauvages, surtout si, comme les rongeurs, ils sont rarement visibles. Enfin, les insectes finissent pas très bien résister aux pesticides (encore un mot formé par peste!), comme on l'a vu avec les poux sur lesquels le DDT est devenu inefficace. Il faut ausi prendre en compte la toxicité, pour l'homme et l'environnement, de ces insecticides.

La rémanence du bacille pesteux dans la nature (même en l'absence d'auteurs hôtes) est considérable. Alexandre Yersin, à Hong Kong en 1894, avait déjà retrouvé des bacilles de la peste vivant dans le sol des maisons où des habitants étaients morts de la peste. Le bacille pesteux peut survivre un an chez la puce Xenopsylla cheopi, ce qui explique bien la transmission de la peste par des ballots de tissus infectés. (...).

Si la peste murine est donc très difficilement éradicable, la peste humaine peut sans doute revenir sous la forme de cas sporadiques ou de petites épidémies limitées, sylviatiques ou rurales, voire urbaines. Les précautions d'hygiène, les campagnes de dératisation ainsi que l'absence de contact avec les rongeurs sauvages peuvent en limiter fortement le nombre. Mais l'altération des conditions sanitaires et surtout les guerres sont susceptibles de favoriser la résurgence de tels foyers de peste. peut-on encore connaitre de grandes pandémies de peste? Cela est théoriquement possible, en raison des concentrations urbaines de plus en plus importantes sur la planète, car ni le rat, ni la puce de rat, ni le bacille de Yersin ne peuvent être éradiqués. La limitation de telles épidémies serait assurée par l'utilisation de traitements antibiotiques adaptés et d'une antibioprophylaxie prophylactique, ainsi et toujours que par des mesures de quarantaine efficces (et respectées!), mais le risque est le développement de souches ultra-virulentes du bacille de Yersin, et surtout leur résistance éventuelle aux antibiotiques car les bactéries du genre Yersinia sont très rapidement évolutives et toujours susceptibles de se transformer par mutations. Toutes ces voies ont malheureusement été testées dans des expériences de guerre bactériologique... heureusement rarement utilisées."

   De plus, rappelle l'auteur dans sa conclusion, "l'histoire des pandémies de la peste, même si elle est de mieux en mieux connue, contient de nombreux points obscurs : on ne sait pas pourquoi, par exemple, la pandémie se déclenche, ni surtout pourquoi elle s'arrête tout aussi brutalement. Les fins de la première et de la deuxième pandémlie sont datées avec précision (767 et 1720), sans que l'on en connaisse les causes, qui ne peuvent être médicales. Les travaux des archéologues et les paléozoologues nous ont permis de savoir que le rat noir existait dès l'Antiquité en Europe, mais il nous est impossible de connaitre le moment où il a été remplacé par le surmulot, et également de savoir quelles étaient les puces du rat en cause lors de ces deux pandémies anciennes. Il est possible, mais on ne peut le prouver, que la ligne d'arrêt de l'épidémie de Marseille en 1720 soit liée à la concurrence du surmulot, car, dans les conditions actuelles, la puce du rat noir Xenopsylla fasciatus ne vit pas en milieu tempéré, cependant le climat était plus chaud pendant l'optimum climatique. En rvanche, le peu d'impact de la troisième pandémie en Europe s'explique sans doute par la résistance du surmulot face à la peste : Rattus norvegicus est moins sensible que Rattus rattus à la peste ; sa puce, Nosopsyllus fasciatus, se bloque peu et est un moins bon vecteur de la peste que la puce du rat noir Xenopsylla cheopis ; enfin, il est immunisé en grande partie par une maladie voisine bénigbe due à Yersinia pseudotuberculosis. Ces faits sont totalement indépendants de l'homme et de la médeci,e. On note cependant souvent une coïncidence entre les épidémies de peste, les guerres et les famines."

  En sa dernière phrase (A quand la quatrième pandémie de peste?), l'auteur estime que le conflit interspécifique examiné ici a de beaux jours devant lui. Il est vrai que la perte de vitesse des services hospitaliers et médicaux en Occident et encore plus dans le reste du monde, la multiplication des échanges commerciaux non surveillés et l'augmentation des migrations (notamment illégales donc non contrôlés sur le plan sanitaire) humaines, l'accroissement du nombre de foyers de guerre dans le monde, le réchauffement climatique lui-même, constituent de bons facteurs pour la peste.

 

Jean VITAUX, Histoire de la peste, PUF, 2010, 200 pages.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 13:52

           Loin de cautionner une ambiance répandue dans les médias sur l'existence d'un consensus de plus en plus large sur les dangers climatiques actuels et les solutions à y apporter, Razmig KEUCHEYAN (né en 1975), sociologue et militant de la gauche radicale suisse, maitre de conférences à l'Université Paris-Sorbonne IV, analyse les réalités des positions et des activités des différents acteurs sur la question. Qu'ils s'agissent de catastrophes écologiques immédiates ou des tendances à long terme, nous sommes encore loin d'une action concertée sur les plans nationaux, régionaux ou internationaux, qui réunirait, à travers plusieurs programmes d'ampleur variables, industriels, financiers, gouvernements et citoyens... L'essai du membre du Groupe d'Etude des Méthodes de l'Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMAS) s'attaque à cette idée humaniste reçue. Il n'y a pas, selon lui, de consensus environnemental.

 

           Son analyse part de l'"hypothèse exactement inverse (...). Si l'on prend au sérieux l'idée que le changement climatique est induit, depuis le milieu du XVIIIe siècle, par le développement économique, et que ce développement a pour nom "capitalisme", il est peu probable que les oppositions de classe puissent être transcendées avant qu'une solution à la crise environnementales soit trouvée. Il est peu probable, en d'autres termes, que rassembler l'espèce autour d'objectifs communs soit une condition de la résolution de cette crise. celle-ci suppose peut-être au contraire la radicalisation de ces oppositions, c'est-à-dire la radicalisation de la critique du capitalisme. Un se divise en deux, en matière environnementale comme en d'autres".

    Partant de cette hypothèse, il examine un certain nombre de situations : l'humanité ne subit pas uniformémement les conséquences de la crise écologique. "Tout comme il existe des inégalités économiques ou culturelles, on en trouve dans le rapport des individus ou groupes d'individus à la nature, aux ressources qu'elle offre aussi bien qu'à l'exposition aux effets néfastes du développement : pollution, catastrophes naturelles ou industrielles, qualité de l'eau, accès à l'énergie... Dans certains cas, les inégalités environnementales résultent de l'action de l'Etat, dont les politiques sont loin d'être neutres en la matière (...). Dans d'autres, elles sont le fruit de la logique du marché livrée à elle-même. Dans d'autres encore, elles sont la résultante de logiques économiques et politiques inextricablement mêlées. L'"intersectionnalité" entre la race, la classe et le genre, qui fait l'objet de nombreux travaux à l'heure actuelle (l'auteur fait référence à ceux d'Alexandre JAUNAIT et de Sébastien CHAUVIN, voir Revue française de science politique, volume 62, n°1, 2012), doit ainsi être complétée par une quatrième dimension, qui vient la compliquer, la nature. Celle-ci possède elle-même une ontologie (politique) hautement problématique, qui ne se conçoit elle-même que dans un rapport dialectique avec les trois autres." L'auteur entend se concentrer sur la question du racisme environnemtal, c'est-à-cire "que l'intersection de la "nature" et de la race". Ce phénomène ne se comprend toutefois qu'à la condition de prendre en considération l'ensemble des inégalités à l'oeuvre au sein du système". Razmig KEUCHAYEN ne vise ici pas seulement la "question raciale" encore vive aux Etats-Unis par exemple, mais aussi toutes les activités qui font des classes pauvres ou minoritaires les victimes principales des nuisances environnementales. 

      Pour l'auteur, la financiarisation et la guerre sont les deux solutions que le capitalisme, depuis qu'il existe, applique aux situation de crise. Il tente par là d'atténuer les conséquences sociales des inégalités qu'il engendre. "En générant du capital "fictif", la finance permet de reporter dans le temps, et donc d'atténueer provisionoirement, les contradictions inhérentes à la production capitaliste (comme l'a illustré récemment le mécanisme des subprimes). La guerre est quant à elle le fruit des inévitables conflits que génèrent périodiquement ces contradictions. L'amenuisement des opportunité de profit, la nécessité d'assurer le contrôle sur l'extraction et la circulation des ressources, mais aussi l'accroissement de la contestation du système, tendent à conférer à la conflictualité politique un caractère plus aigu. En détruisant (littéralement) du capital, la guerre permet aussi de relancer l'accumulation sur de nouvelles bases." Ces deux solutions sont également mises en oeuvre, et c'est le principal objet de cet ouvrage de le montrer, par le capitalisme en réponse à la crise écologique. "La financiarisation et la militarisation sont, en d'autres termes, les deux réactions du système face à cette crise."

Dans son chapitre sur la financirisation de la nature, l'auteur décrit l'assurance des risques climatiques, une des formes principales selon lui, que revêt aujourd'hui la finance environnementale. "On assiste à l'heure actuelle à une prolifération des produits financiers "branchés" sur la nature ou sur la biodiversité : marchés carbone, dérivés climatiques, obligations catastrophe... Ces produits visent à amortir ou gérer les turbulences économiques et sociales qui découlent de la crise écologique. Ils ont toutefois également pour objectif d'en tirer profit. Ils participent de la financiarisation du capitalisme en cours (...). "De la part du capitalisme, la nature est aujourd'hui l'objet d'une stratégie d'accumulation."

Dans un chapitre sur les "guerres vertes, ou la militarisation de l'écologie", l'auteur indique comment s'imbrique de manière croissante l'écologie et la guerre. "L'exploitation de la nature influence l'évolution des conflits armés. La crise environnementale à laquelle elle donne lieu suscite d'ores et déjà un survroît de catastrophes naturelles, la raréfaction de certaines ressources, des crises alimentaires, une déstabilisation des pôles et des océans, et des "réfugiés climatiques" par dizaine de millions à l'horizon 2050. En résulte des guerres vertes ou guerres du climat, qui sont la traduction dans l'ordre guerrier de la crise écologique. L'Etat en général, et les armés en particulier, sont en première ligne pour gérer cette "externalité négative" très particulière que sont les conflits armés. (...)." 

 

   L'auteur fait oeuvre non seulement d'analyse qui s'appuie sur de nombreux "incidents" et de nombreux faits,  sur de nombreuses luttes sociales centrées sur l'environnement, mais également de futurologie critique. Son livre fait figure de grande pierre dans le champ de la connaissance de la conflictualité issue de la crise écologique.

 

Razmig KEUCHEYAN, la nature est un champ de bataille, Zones (label des Editions La Découverte), 2014.

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 13:52

    Livre un peu oublié aujourd'hui et pourtant à l'origine de bien des vocations militantes ou politiques, oeuvre phare de l'écologie surtout dans le monde anglo-saxon, cet ouvrage du journaliste et écrivain britannique Gordon Rattray TAYLOR (1911-1981) a souvent des allures prophétiques par rapport aux changements climatiques actuels. Même si sa tonalité est parfois moraliste et sensationnaliste, et si son auteur affiche par ailleurs surtout des positions "réactionnaires" (rappelons simplement que sur le plan scientifique, l'auteur est lamarckien et anti darwinien, dans un livre de 1983), Le jugement dernier offre un tableau d'ensemble des dégâts environnementaux causés par les industrialisations jusqu'à la fin des années 1960.

Ce tableau est apocalyptique dans de nombreux chapitres et les histoires "navrantes" se multiplient dans les autres. Il considère tout au début du livre les hommes d'ailleurs comme des microbes, à la population se développant anarchiquement et trop rapidement pour que la catastrophe démographique n'intervienne pas à un moment ou à un autre. Mais il met moins l'accent sur l'explosion démographique ou les impasses énergétiques que sur les multiples pollutions dévastatrices. Au-delà des pollutions visibles (le smog par exemple), il analyse les super-pollutions moins visibles, qui agissent en profondeur sur l'état de l'atmosphère, des océans et des terres émergées. Il considère les résultats des progrès techniologiques comme une victoire à la Pyrrhus sur la nature, voire contre la nature, qui se paie tôt ou tard au prix très élevé. Il s'alarme dans l'ensemble de l'ouvrage de la lenteur de la prise de conscience des autorités politiques et des entreprises, par rapport à la vitesse à laquelle ces dégâts prolifèrent. "Le temps est l'ennemi. la question posée n'est pas "comment faire?", mais "Pourrons-nous faire quelque chose dans le temps qui nous reste?" On peut même se demander s'il n'est déjà pas trop tard. A entendre des remarques distillées dans les réunions consacrées au changement climatique actuel, qui posent la même question aujourd'hui, on ne peut que frémir. On ne peut pas dire, vu le détail des descriptions que l'auteur fait des dynamismes atmosphèriques que ces responsables ou l'opinion publique n'ont pas été prévenus. 

 

    Dans le chapitre 3, où il pose la question du devenir climatique, Eère glacière ou chaleur mortelle?, il décrit les multiples signes, rapprochés de ce que l'on savait déjà des mécanismes des grands changements dans le passé, qui indiquent des modifications en profondeur du climat terrestre. Au chapitre suivant, ce sont des descriptions de la manière dont "la nature rend les coups", lorsque l'homme influe sur l'équilibre des espèces animales et végétales. La suite est à l'avenant : "Le dernier râle", "New look pour polluants", "expirez, n'inspirez pas!" "Le cinquième facteur" (il s'agit de la radioactivité) distillent des avertissements appuyés sur des recherches scientifiques, et émaillés parfois d'humour passablement noir. Ce sur la limite de population, son effondrement à venir, l'existence d'une planète archi polluée et le cauchemar technologique que termine ce livre.

    Pour Gordon Rattray TAYLOR, auteur d'une quinzaine de livres sur l'évolution humaine (dans ses nombreux aspects), "la crise devant laquelle l'homme se trouve est, en fait, une crise triple. d'abord une crise des valeurs. Ce qui est en jeu, ce sont deux vues diamétralement opposées quant à la façon dont l'homme devrait vivre. Jusqu'ici il était admis que la conception matérialiste - soutenue autant par la droite que par la gauche - devrait prévaloir. Soudain il apparait qu'elle ne le peut pas. le choix qui se pose alors est soit de faire une sélection intelligente parmi les dons de la technologie, et s'en servir pour enrichir l'existence humaine, soit d'aller au suicide. C'est le fait que toutes les factions des pays occidentaux sont à égalité portées au matérialisme qui provoque le sentiment de désespoir et d'impuissance qui est celui de tant de gens aujourd'hui.

Comme les lemmings, l'homme fonce vers la rive lointaine du fleuve. Il n'a pas l'intention de se suicider. Aura-t-il l'intelligence de faire demi-tour? La leçon qu'enseigne l'histoire est que l'homme n'évite jamais les catastrophes, il passe simplement son temps à s'en remettre. Il est difficile de douter que l'histoire doive se répéter.

Ensuite, nous passons par une crise d'incohérence. Comme l'a dit un observateur britannique : "On a envie de demander, à la fin, jusqu'à quel degré de folie peut aller le monde? Jamais des esprits rationnels ne créeraient des conditions dans lesquelles leur nourriture et leur eau seraient constamment polluées, leurs enfants blessés et tués, et tout leur environnement rendu de plus en plus infect pour l'oreille, l'oeil et le nez - non par suite d'échecs, mais par leurs efforts mêmes et leurs soit disant progrès. (...)" 

C'est là le point crucial : la société est trop vaste, donc trop impersonnelle, et incohérente. Il est donc impossible de légiférer de façon efficace. (...).

Enfin, c'est une crise de responsabilités.

L'homme a atteint un tournant de son histoire. Jusqu'ici il vivait dans un environnement qui s'optimisait tout seul. Les processus naturels lui fournissaient l'oxygène et l'eau, un sol fertile, de l'espace pour se déplacer et même des joies esthétiques, sans qu'il ait besoin d'intervenir ou de faire preuve de prévoyance. Maintenant, le voilà parvenu au point où ces processus naturels autonomes ne peuvent plus faire face à ses exigences. Il n'est donc plus question de savoir s'il veut prendre les choses en main : il est obligé de le faire. A l'avenir, l'homme devra décider s'il veut un climat plus chaud ou plus froid, et de combien de degrés; de quelle pureté il demande à l'eau et à l'air; quelle fertilité il attend du sol; quel taux de maladies et de mortalité il souhaite. Et bien d'autres choses encore.

C'est une grave responsabilité. Il est loin d'être évident que l'homme possède les connaissances nécessaires, ou le bon sens politique voulu pour exercer convenablement ce pouvoir - c'est-à-dire assurer à l'humanité une vie au moins aussi satisfaisante que celle de l'ancien système. En fait, il est parfaitement possible qu'il exerce son pouvoir suffisamment mal pour provoquer, dans une mesure données, un désastre. (...)". Pessimiste hier de bout en bout, ce livre devient réaliste avec ce que nous subissons déjà de nos jours. Et si cela ne suffisait pas, la dernière remarque rappelle tous les scénarios d'ingénierie climatique envisagés par de nombreuses entreprises et laboratoires scientifiques d'Etat pour parer à une catastrophe de plus en plus annoncée...

 

Gordon Rattray TAYLOR, Le jugement dernier, Calmann-Lévy, 1970, 290 pages. Traduction française du livre anglais paru en 1970, The Doomesday Book : Can the World Survive?

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:33

  Sous titrée Tirage au sort et politique d'Athènes à nos jours, ce qui précise déjà le propos, la Petite histoire... que le chercheur au CRESSPA et codirecteur du département de sciencepolitique de l'Université Paris VIII présente s'inscrit dans une recherche très actuelle sur la démocratie. A l"heure où s'étiole peu à peu la démocratie représentative et où se trouve éloignée les perspectives d'une démocratie populaire, au vu de l'évolution globale des forces politiques dans le monde, Yves SINTOMER s'inscrit dans tout un courant novateur de la pensée actuelle, qui recherche les voies d'un renouvellement de la démocratie. Le tirage au sort a déjà une longue histoire politique, de l'Athènes de PÉRICLÈS à la Colombie britannique de 2010, en passant par l'usage de la Florence du XVe siècle. Malgré le dénigrement qu'endure les propositions de jurys citoyens tirés au sort pour une "surveillance populaire" (très précisément la proposition de Ségolène ROYAL en 2006) ou le tirage au sort en général lorsqu'il est évoqué, souvent théoriquement, l'auteur étudie une procédure et une pratique politiques que sans doute beaucoup considèrent comme dénuées de valeur. 

 

   Pourtant comme l'écrit l'auteur dans son Introduction, "l'actuel déficit de légimité qui frappe la représentation politique impose de revenir aux sources de l'éxpérience démocratique et d'analyser avec précision les dynamiques contemporaines les plus prometteuses (l'auteur rappelle les exemple de la Colombie Britannique, de l'Ontario, de l'Islande...). Celles-ci ont-elles quelque chose à voir avec les pratiques anciennes, comme celles de la République de Florence de la Première Renaissance? Pour en juger, il convient de se débarrasser des routines qui paralysent trop souvent la réflexion intellectuelle et l'action politique. Il faut s'interroger sans préjugés : l'idée de réintroduire le tirage au sort en politique constitue-t-elle une voie prometteuse pour les démocraties contemporaines, en particulier pour composer des jurys évaluant l'action des élus et pour trancher sur des questions controversées de politique publique? De telles instances participatives pourraient-elles constituer une source de démocratisation, un point d'appui pour une opinion publique plus éclairée et pour une action publique plus responsable - bref, pour une dynamique qui irait à rebours du "populisme" et de la "démocratie d'opinion"? Quels en seraient les conditions? Quels seraient les défis à affronter?" C'est à ces questions que l'auteur tente de répondre, en effectuant un parcours historique et une analyse théorique du tirage au sort.

 

    Constatant pendant ce parcours que l'instauration du tirage au sort se généralise dans le monde judiciaire (en France pour les jurys d'Assise par exemple) alors qu'il est abandonné ailleurs, et vu la floraison d'expériences récentes (dans la deuxième moitié du XXe siècle et dans le XXie commençant), Yves SINTOMER, après s'être demander comment dans ces pratiques, "on domestique le hasard", analyse ensuite les logiques mêmes du tirage au sort. Il reprend partiellement, dans une Postface, les démarches de Marc BLOCH (lLes Rois thomaturges, Gallimard, 1983), Aby WARBURG (Essais florentins, Klincksieck, 1990) et de Carlo GINZBURG (Le Sabbat des sorcières, Gallimard, 1992), "tout en ayant conscience des apories d'une approche philosophique purement spéculative qui ne tiendrait pas compte des contextes socio-historiques ou de la variation des techniques. Il demande d'ailleurs de ne "pas jeter aux orties les explications les plus abstraites", comme celles de Jacques RANCIÈRE (La Haine de la démocratie, La Fabrique, 2005). "Formellement, le propre du tirage au sort, quels que soient les domaines dans lesquels on y a recours et quelles que soient les logiques en fonction desquelles on l'utilise, est de mettre sur un pied d'égalité les personnes (ou les solutions) entre lesquelles on procès à un choix aléatoire. Procéder à un tirage au sort au sein d'un groupe de personnes (qui peut être fort restreint) pour désigner un porte-parole ou un dirigeant, c'est accepter qu'aucune des personnes ne peut prétendre pouvoir a priori représenter ou gouverner le groupe plus légitimement que les autres".

Tout au long de cet ouvrage, nous pouvons constater le nombre assez important d'expériences, comme de commentaires des auteurs les plus divers et les plus connus sur ce sujet. 

 

    Même si au bout de l'ouvrage, le lecteur n'est pas convaincu, toujours a-t-il le loisir de comprendre comment dans l'histoire cette procédure a été utilisée. Cela permet de dépasser le cadre de polémiques où pointent toujours une certaine méfiance envers les non professionnels de la politique, qui serait devenue un domaine où seuls des experts peuvent décider dans des situations devenues de plus en plus complexes, ou souvent pésentées comme telles. Toujours est-il qu'expérimenter des formes de démocratie devient urgent au vu de la déliquescence accélérée de la démocratie de type parlementaire et de l'extension de pratiques comme de la valorisation de théories de plus en plus ouvertement anti-démocratiques. 

 

Yves SINTOMER, Petite histoire de l'expérimentation démocratique. Tirage au sort et politique d'Athènes à nos jours, La Découverte/Poche, 2013, 290 pages.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 13:01

   Docteur en philosophie, diplômé de chinois aux langues orientales, enseignant à l'université depuis 1988, memebre du Centre de recherches sur l'Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (CREOPS), Ivan P KAMENAROVIC est bien placé pour faire comprendre la différence de perceptions du conflit en Extrême-Orient et en Extrême-Occident. Les perceptions occidentales et chinoises diffèrent si fortement qu'il est parfois difficile d'effectuer des traductions simples et directes sur des notions qui structurent les mentalités, à savoir la compréhension de soi et du monde (l'individu et le monde), la conscience-même de soi... L'auteur s'attache précisément à établir les différences et les similitudes des philsoophies qui de manière directe éclairent bien des aspects des philosophies politiques possibles aux extrémités du continent euroasiatique.

 

   Le conflit, qui imprègne si fortement la philosophie occidentale n'a pas la même résonnance dans la philosophie chinoise, comprise comme un ensemble qui couvre plusieurs sensibilités spitituelles, du taoïsme au bouddhisme, et où le confucianisme opère, même lorsqu'une pensée est censée se contruire contre lui, un prisme de compréhension obligatoire.

L'auteur dans son introduction nous dit qu'"il nous a paru intéressant, en raison de la place si importante qu'elle occupe en même temps dans nos mentalités et dans notre civilisation, de nous pencher sur la notion de "conflit". Voici en effet un mot qui ne présente pas de signification si philosophiquement élaborée qu'elle puisse engendrer des difficultés de compréhension ou d'interprétation. néanmoins, si bien que son utilisation soit si fréquente en Occident, il n'est guère possible de trouver un équivalent chinois qui rend compte de la résonnance à la fois positivie et négative (...) qu'il a pour une oreille occidentale." "Ce que nous allons tenter de faire, c'est de montrer à quel point une notion qui peut apparaitre au premier abord comme universelle reçoit en réalité des significations et des valeurs qui trouvent leur origine dans la civilisation au sein de laquelle elle s'est développée, en rapport aussi bien avec d'autres notions, éléments, conditions, qu'avec différentes manières de les relier les uns aux autres. En  Chine comme en Occident, en Australie comme en Afrique, la violence, la brutalité, l'animosité, la contradiction existent et prennent des formes dont certaines sont spécifiques tandis que d'autres son universelle. le conflit existe donc bel et bien en Chine et en Occident, mais il vient chaque fois s'insérer dans un tout, un horizon mental donné au sein duquel la place qu'il occupe, ce qui veut dire la signification, la valeur et l'image qui lui correspondent diffèrent profondément d'une civilisation à l'autre."

 

   L'auteur définit dans un premier temps des caractéristiques de la perception occidentale du conflit. Ainsi, une tradition qui remonte à HÉRACLITE d'Ephèse, contemporain de CONFUCIUS (551-497 av JC), accorde au conflit une valeur centrale, incontournable, quasiment intrinsèque à l'existence humaine. Toutes choses qui constituent le monde se trouvent placés sous le signe du combat, du conflit. L'individu se forge à travers lui et n'est considéré que pour autant il sait se constituer une personnalité, une place dans le conflit avec les autres. Par ailleurs, est posée une séparation radicale entre Dieu et les hommes, puis entre la nature et les hommes. Les chrétiens en particulier, sont complices, dès qu'ils naissent du crime le plus abominable qui se puise se concevoir, le déicide. De manière générale, le Fils doit s'affronter obligatoirement au Père et se n'est qu'en passant par ce conflit qu'il peut exister. La figure du Héros tient en Occident une grande place, contrairement en Chine, où n'existe pas cette césure entre le monde visible et le monde invisible, entre l'Esprit et la Matière. La Chine ignore aussi cette conception qui veut, qu'à chaque combat de grande ampleur, à chaque conflit, s'oppose le Bien et le Mal, au niveau individuel comme au niveau collectif. La conception de l'Individu isolé dans le monde, qui s'affirme d'ailleurs par et dans le conflit aves les autres, est caractéristique également de l'Occident : le Moi constitue à la fois un point de départ (depuis PLATON au moins) et un point d'arrivée (l'existentialisme, le personnalisme) : le processus d'individuation est le processus essentiel de la vie humaine. 

   En Chine, le conflit est plutôt regardé comme le lieu même du désordre, l'occasion où s'expriment des facteurs qui tendent à s'opposer au cours naturel des choses,  et une telle tendance est vaine par excellence, car la force des mouvements qui font vibrer le monde est trop grande pour qu'ils puissent se trouver dérangés plus d'un instant.

L'auteur, pour mieux se faire comprendre, passe lpar l'opposition des mentalités sur la médecine. La médecine occidentale intervient lorsque des pathologies, des anomalies, des conflits biologiques apparaissent dans l'organisme. La médecine chinoise, elle, même si elle y intervient également, se préoccupe beaucoup plus de sauvegardé les conditions , les flux et les équilibres vitaux, qui gardent en bonne santé.  Il s'attache à faire comprendre tout au long de l'ouvrage une notion difficile en Occident, le yin et le yang, souvent mal traduits, précisément élément essentiel de la conception chinoise de l'harmonie qui règne et qu'il faut préserver entre l'homme et la nature, le premier n'étant jamais conçu en dehors du deuxième. 

  Cette position philosophique a des incidences directes sur la société, au quotidien comme dans les circonstances exceptionnelles, où tout doit être fait pour garder le cours naturel des choses, où, sur le plan politique, il s'agit toujours de trouver le dirigeant qui respecte et favorise, avec compétences, ce court des choses, social, politique, cosmologique. Au coeur de maintes oeuvres - la Grande Etude, le Mémorial des rites, Pirntemps et Automne (de Lü BUWEI) ou encore les Entretiens de CONFUCIUS, au centre des réflexions de maints auteurs classiques et modernes, de CONFUCIUS à Kang KOUWEI (Le Livre de la Grande Concorde) se trouve les questions de la Discorde et de la Concorde où il s'agit toujours de trouver les voies et les moyens de l'entente et d'écarter les obstacles qui peuvent conduire au conflit. Même dans les traités sur l'art de la guerre, la réflexion se porte toujours sur l'observation et utilisation des circonstances ou des terrains pour gagner à coup sûr. 

 

    Approfondissant dans une deuxième partie la problématique du Moi et les différentes de perception de la personne, l'auteur apporte des éléments qui font souvent défaut lorsqu'un Occidental aborde l'histoire ou la philosophie chinoises. Cela permet de comprendre mieux par exemple les conditions des Révolutions chinoises, aux tonalités bien différentes de celles de l'Occident, même si encore une fois la cruauté, la haine, l'acharnement à détruire l'adversaire existent aussi bien là-bas qu'ici. Si en Occident, les révolutions les plus violentes sont parfois nécessaires pour faire évoluer l'humanité, suivant une philosophie très répandue et pratiquement consensuelle, en Chine, il s'agit par les révolutions de remettre les choses là où elles doivent être de tout temp, celles-ci étant autant d'échecs. Il est préférable, de très loin, de faire des passations de pouvoir (vaincre sans combattre, de remplacer un empereur par un autre (sans remettre en cause le système impérial), de rectifier des dénominations, par l'attente de circonstances les plus favorables... "Combat en Occident, écrit Ivan KAMENAROVIC dans sa conclusion, se troucera être un principe de fécondation réciproque d'opposés complémentaires. Là où il y a culture de l'affrontement règne la culture de l'observation-observance du sens profond des choses, ce qui conduit à la transparente activité du non-agir. Là où l'homme est écartelé entre Hant et Bas (entre Ciel et Terre), il fait partie d'une trinité." Sans juger aucunement les mérites des deux mentalités, l'autent entend simplement montrer comment les gens vivent sur des bases différentes.

 

   Voilà un petit livre, très lisibles, très documentés (avec une bibliographie et un index général très utiles) qui permet de comprendre que lui d'être universelle, la notion de conflit diffère d'une culture à l'autre. Précieux quand notre monde change, au point sans doute de faire balancer les pôles de la puissance : la Chine pourrait bien être demain le centre du monde.

 

Ivan P KAMENAROVIC, Le conflit, perceptions chinoise et occidentale, Les Editions du Cerf, La nuit surveillée, 2008, 150 pages environ.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 18:12

   Les regards que portent Claude MOSSÉ, professeure émérite à l'Université de Pars VIII, spécialiste de l'histoire de la Grèce antique, sur la démocratie athénienne resituent non seulement la problématique historique d'un système démocratique ancien, mais également le chemin parcouru jusqu'à par cette problématique. Un parcours qui va de l'invention au rejet, de l'oubli à la renaissance, puis à sa consécration jusqu'à devenir le critère obligé dans le concert des nations. 

    Ce n'est pas seulement un essai d'histoire qui nous est proposé là, mais bien une mise en perspective de la crise de la démocratie contemporaine, qui sucite actuellement une floraison d'études, même dans un contexte de recul de l'étude des langues anciennes, sur la démocratie athénienne. 

 

    Se pencher sur ce que nous savons de la réalité du fonctionnement de la démocratie dans cette cité - dont l'histoire est la moins mal connue - c'est bien entendu puiser aux sources antiques qui permettent de voir revivre les réformes de SOLON, CLISTHÈNE, EPHIALTE ET PÉRICLÉS. C'est aussi mettre en relief un certain nombre de conditions pour qu'un tel système existe et vive. En revisitant les écrits de PLATON et d'ARISTOTE (notamment la Constitution d'Athènes), en s'appuyant sur les nombreuses inscriptions mises à jour lors de différentes fouilles archéologiques, on peut reconstiter ce fonctionnement très élaboré, et même complexe, évolutif au gré des différentes crises politiques. "...aussi bien les textes littéraires que les inscriptions témoignent de la réalité de ce rôle essentiel de l'assemblée du peuple dans les prises de décision engageant la politique de la cité. On entrevoir également la manière dont se déroulaients les assemblées. Au Ve siècle, ce sont les prytanes de tribu en exercice qui formaient le bureau de l'assemblée. Ils étaient présidés par l'épistrate, désigné par tirage au sort pour une durée limitée à une nuit et un jour. Au IVe siècle, une modification intervient dans le fonctionnement de l'assemblée : le bureau était désormais constitué par neuf proèdres tirés au sort parmi les tribus qui n'exerçaient pas la pyrtanie, et présidés par un épistrate. C'est à ces proèdres que les pyranes de la tribu en exerecice remettaient l'ordre du jour de la séance. (...)."

 

      Tout l'intérêt de cet ouvrage réside dans l'enchainement des filiations intellectuelles des penseurs qui ont lu les auteurs antiques, les ont étudiés, les ont fait traduire, les ont conservés, tout en critiquant le plus souvent la démocratie, mais toujours en gardant en permanence à l'esprit les argumentations de siècle en siècle. Ce qui fait que lorsqu'on arrive vers l'époque moderne, tout le corpus est présent pour d'autres élaborations sur la démocratie, qui vont bien plus loin que les auteurs grecs et latins. Ainsi, à une déjà bonne longueur de la chaine, lorsque Moses FINLAY, formé dans l'environnement de l'Ecole de Francfort, s'attache à une étude sur la démocratie antique et la démocratie moderne (depuis 1962, avec Athenian Demagogues, dans Past and Present), il y a déjà un grand corpus d'observations et d'informations qui permet de se livrer à une critique de l'éxégèse antérieure. En mêlant problématique politique et problématique économique, on en arrive à une vision crédible et qui,  en tout cas , a encore de nos jours un retentissement considérable. Cette étude, publiée en français en 1976 (Démocratie antique et démocratie moderne), est suivie de contributions - qui renforcent ou rejettent les thèses de FINLAY - dans plusieurs pays, qui elles-mêmes font rebondir des débats que, malheureusement la faiblesse des sources, ne permettent pas d'aller au-delà du cas d'Athènes et sans doute laissent ouverts beaucoup de questions sur la réalité de la démocratie athénienne même, sur l'ampleur de la participation du "peuple", sur la teneur des décisions réelles prises par l'assemblée, sur les liens entre citoyenneté et statut économico-social. Cela révèle en tout cas, au moment où la démocratie "moderne" elle-même est remise en cause ouvertement ou indirectement, combien les questions posées par le système athénien aux athéniens demeure vivaces pour nous.

 

  Dans la conclusion de l'auteure, nous pouvons lire qu'au terme de ce parcours à travers les représentations de l'expérience athénienne élaborée au cours des siècles, plusieurs conclusions peuvent être tirées : l'esclavage sépare irrédiablement la société athénienne de la nôtre, mais aussi la nature même de la société, des échanges, la place de la guerre, de la religion. "... ce qui me semble être la leçon la plus passionnante de cette expériences athénienne, c'est, comme l'attestent les lois ou décrets qui nous sont parvenus, si la décision était celle de la majorité, elle était aussitôt acceptée comme émanant du démos unanime. Une leçon à laquelle devraient peut-être réfléchir les hommes politiques d'aujourd'hui quant à la possibilité de trouver, à partir du "modèle" athénien des solutions aux dérives de la démocratie actuelle... Peut-on parvenir à ce qui s'était imposé dans cette petite cité pendant deux siècles : permettre à tous de s'exprimer sur des problèmes dont la complexité n'a fait que s'accroitre? Diverses solutions ont été imaginées, plus ou moins utopiques (...). (...) ce qui s'avère aujourd'hui comme un fait dont on commence seulement à mesurer les conséquences découle des progrès de l'informatique. On a pu constater récemment le rôle joué par les téléphones portables dans le déclenchement des mouvements populaires (révolutions arabes, manifestations en Grèce ou en Espagne, agitation étudiante au Canada). Mais il est encore difficile de mesurer l'impact de cette diffusion accélére de l'information sur l'efficacité ou les dangers qui présente cette forme de participation active au fonctionnement de la vie politique. On le voit bien, on est loin de notre "modèle" athénien. Et pourtant, après deux mille cinq cent ans, il continue de faire rêver les hommes d'aujourd'hui."

 

Claude MOSSÉ, Regards sur la démocratie athénienne, Perrin, 2013.

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 12:49

       Dans cet ouvrage de 2005, d'une dizaine de contributeurs, se trouvent éclairés et discutés les fondements d'une grande partie la philiosophie politique européenne.  Dans leur introduction les deux directeurs d'un Colloque organisé au Goethe Institut de Paris en novembre 1998 indiquent que "si la tâche des politiques est de garantir la compatibilité des éléments du corps social, sinon leur cohésion, elle implique que l'on prenne au sérieux le risque d'une anarchie des corps dans un état de nature qui n'est oar hypothèses soumis à aucune règle."

Il faut remarquer en passant que dans note monde actuel, au moment où les Etats perdent la faculté de remplir cette tâche, aucun organisme (supranational ou de gouvernance "privée" mondiale) ne semble en mesure de s'opposer au développement de situations qualifiées précisément d'état de nature. Mû par une idéologie, finalement assez naïve, que le libre jeu des concurrences permettra le maintien de cette cohésion, les acteurs sociaux dominants semblent avoir "oublié" tout un pan de la phisilohie politique européenne... Non qu'un débat ait lieu sur l'existence de cet état de nature qu'il faut maîtriser selon cette philosophie politique - de toute façon, les acteurs économiques dominants n'ont cure d'un tel débat, si même ils en connaissent l'existence... - mais qu'en définitive, tout se passe, comme si l'on désirait que le libre jeu économique permette à lui seul d'éviter des confrontations de plus en plus brutales...

"La pensée fait-elle atre chose, poursuivent nos auteurs, quand elle entreprend de connaitre la nature, que de la soumettre à des lois? La raison est confrontée à un monde fait d'incohérences, de querelles incessantes, que ce soit dans la société elle-même, avec les guerres civiles, ou entre les nations, qui n'ont de cesse de se faire la guerre, ou dans le domaine de la science, où l'on s'attendrait pourtant de voir triompher la concorde. Comment, dans de telles conditions, la raison n'aspirerait-elle pas à se donner à elle-même des lois pour faire régner la paix? Chez Hobbes comme chez Kant, le projet politique de mettre fin à la violence arbitraire n'est pas sans rapport avec le projet théorique d'un ordre du savoir : fonder la science, c'est en effet aspirer à garantir la connaissance face à l'arbitraire et à la contingence.

Comme Hobbes, Kant philosophe à partir du spectacle désolant de la guerre, non seulement celui des incessantes guerres lancées avec plus ou moins de succès par Frédéric II, qui entrainent des déplacements incessants de frontière entre les empires autrichiens, et russes (...), mais aussi celui du "champ de bataille" de la métaphysique dont les conflits semblent appelés à s'éterniser. A moins, peut-être, d'instaurer prochainement un "traité de paix perpétuelle en philosophie", comme Kant en a formé le voeu? Ce traité est-il toutefois séparable d'une "paix perpétuelle" entre les nations? Il y aurait de l'arbitraire à vouloir séparer kes dimensions métaphysique et juridico-politique de philosophies qui font de la paix leur idéal régulateur, de l'établissement de limites leur condition de possibilité, et de la constitution de disciplines leur mode opératoire. la discipline permet, en effet, de diviser les difficultés, de séparer les pouvoirs et de civiliser les corps. Un même désir d'apaisement rationnel des forces violentes de la nature, - désir sans doute aveugle sur sa propre violence - s'exerce chez ces philosophes dits classiques.

La violence fait peur : sous la forme du sédie incessant de puissance, visible dès l'enfance, devenant une méchanceté adulte de puer robustus. Il y a là un excès que Hobbes a rigoureusement décirt, et dont Kant a méthodiquement pris la mesure, l'un et l'autre avec un égal effroi. Comment dès lors éviter le déchainement aveugle de la logique de puissance? Comment tirer parti de l'énergie ainsi déployée? Comment, à partir de cette "insociable sociabilité", tisser un lien social qui soit capable de ménager tout à la fois la sécurité et la liberté?"

     Dans cette perspective qui concerne tous les conflits possibles, pas seulement les guerers entre nations, mais aussi les guerres civiles engendrées par des pratiques économiques injustes, mais aussi les "dérives" de la puissance économique, il s'agit d'arbitrer et de critiquer. Abitrer, c'est-dire médiatiser. l'arbitre est d'abord un médiateur, mais un médiateur qui assure (ou qui fait référence à quelque chose qui l'assure) et garantit la justice aux parties en conflit. Quelle justice?, quelle méthode d'arbitrage? C'est aussi l'objet de la pensée de Hobbes comme de Kant. Par d'arbitrage sans justice et pas de justice sans arbitrage... Une médiation qui réussit à maintenir simplement l'ordre social est-elle possible? Bien entendu, plus une société est injuste, plus elle a besoin de médiation pour se maintenir. Mais cette médiation-là est-elle viable sans la justice? La pensée de Hobbes commme de Kant ne semble-t-elle pas se centrer sur l'efficacité de l'arbitrage proprement dit, plutôt que sur une véritable justice? La pensée politique, surtout celle de Hobbes n'est-elle pas plus attentive aux conditions de garantie des jugements rendus, celle que seule peut assurer le souverain? N'y-a-t-il pas un choix sous-jacent qui préfère l'ordre à la justice? Comme pour contrebalancer ce choix, critiquer semble un impératif pour prévenir les dérivies mêmes du souverain. Pour Kant, il semble que ce soit la cas (bien plus que pour Hobbes... même si Kant s'y refère). Reproduisons ici, comme les deux auteurs de cette Introduction ce passage de la Critique de la raison pure :

"Sans (la critique et son tribunal) la raison demeure en quelque sorte à l'état de nature et elle ne peut faire valoir ou garantir ses assertions et ses prétentions qu'au moyen de la guerre. La critique, au contraire, qui tire toutes ses décisions des règles fondamentales de sa propre institution, dont personne ne peut mettre en doute l'autorité, nous procure la tranquillité d'un état légal où nous avons le devoir de ne pas traiter notre différend autrement que par voie de procédure. Ce qui met fin aux querelles dans le premier état, c'est une victoire dont se vantent les deux partis et qui n'est ordinairement suivie que d'une paix mal assurée établie par l'intervention de l'autorité publique, mais dans le second, c'est une sentence qui, atteignant à la source même de disputes, doit amener une paix éternelle. Ainsi, les disputes interminables d'une risons purement dogmatique nous obligent à chercher enfin le repos dans quelque critique de cette raison même et dans une législation qui s'y fonde. Ainsi que Hobbes l'affirme, l'état de nature est un état d'injustice et de violence, et l'on doit nécessairement l'abandonner pour se soumettre à la contrainte de la loi qui ne limite notre liberté que pour qu'elle puisse coexister avec celle de tout autre et par là même avec le bien général."

 

    Les différentes contributions, réparties en trois parties, Discipliner, Arbitrer et Critiquer, s'efforcent d'apporter des éléments à ce débat essentiel. 

Martine PÉCHARMAN examine le problème du principe des jugements pratiques : Kant critique d'un illusion de Hobbes. Denis THOUARD effectue une comparaison entre les anthropologies du rire et la subjectivité chez Hobbes et chez Kant. Michèle CRAMPE-CASNABET analyse le concept de discipline chez ces deux auteurs.

Reinhard BRANDT se penche sur la problématique du jus ommium in ommio et ommes de Hobbes et sur la théorie kantienne de la possession de l'arbitre d'une autre personne dans le droit du contrat. Tom SORELL analyse le châtiment dans une perspective kantienne. Ian HARRIS compare la communauté chez les deux auteurs. Simone GOYARD-FABRE examine les fondements rationnels du droit politique selon Hobbes et selon Kant.

Gérard RAULET discute du Contrat social, de la citoyenneté et de la souveraineté selon Kant. Pierre-Henri TAVOILLOT analyse L'insociable sociabilité et les principes de la nature humaine chez les deux penseurs politiques. Karlfriedrich HERB examine L'avenir de la République, Sur la lecture contractualiste de l'histoire chez les deux auteurs. Bernd LUDWIG analyse La critique de l'ontologie traditionnelle par Hobbes et Kant.

 

     Luc FOISNEAU, chargé de recherche au CNRS (Maison française, Department of Politic and International Relations, Université d'Oxford), spécialiste des questions de la souveraineté et de la mondialisation et Denis THOUARD, chargé de recherche au CNRS également (Lille, UMR "Savoirs et textes", Munich SFB "Frühe Neuzit"), spécialiste de la question de la subjectivité et de l'interprétation, offre là un éventail de réflexions presque incontorurnables dans le domaine de la philosophie politique.

 

Sous la direction de L FOISNEAU et de D THOUARD, Kant et Hobbes, De la violence à la politique, Librairie Philosophique J. Vrin, 2005.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens