Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 12:06

    La revue francophone Annales de Démographie Historique, fondée en 1964 par la Société de Démographie Historique (SDH), est la seule en français dans ce domaine, les histoires de la population et de la famille telles qu'elles se présentent aujourd'hui. Avec des travaux soucieux de leurs méthodes et de leurs catégories d'analyse, des approches largement ouvertes sur l'histoire sociale et l'histoire de la santé, ces Annales sont attentives aux apports de l'anthropologie comme de l'économie.

    Avec deux numéros (copieux) par an, la revue s'attache à chaque fois à une thématique précise, avec des varias et des recensions de bibliographie internationale. Les Annales sont publiées avec le soutien de l'INSH, aux éditions Belin. Dans son numéro 138 d'hiver 2020 (juin 2020), la revue aborde la question de la fécondité en milieu populaire : les exemples belges et français montrent que, si le fort déclin au XIXe siècle a d'abord touché les femmes les plus instruites, il a également affecté tous les groupes sociaux.

  La démographie historique est une discipline avant tout historique et fondée par des historiens français. Si la démographie appartient à la géographie, ce sont les historiens Pierre GOUBERT, Jacques DUPÂQUIER, Pierre CHAUNU, Philippe ARIÈS et Hervé LE BRAS, entre autres, qui ont fondé cette discipline.

Qui ont révolutionné la démographie du passé et dont les travaux inspirent encore les méthodes des historiens et même géographes actuels. Ils permettent de comprendre notamment l'impact des conflits et de l'enrôlement militaire sur la population d'un village, d'une région ou d'un pays. Plus généralement, il s'agit de cerner les facteurs multiples de la fécondité, d'où le caractère multidisciplinaires de ces travaux... 

    Sont à la tête de la SDH actuellement Vyril GRANGE (président), Vincent GOURDON (vice-président) et Isabelle ROBIN et Julie DOYON (secrétaires généraux). La SDH est également à l'origine de nombreuses publications dans sa discipline.

 

Annales de Démographie Historique, www.societededemographiehistorique.fr

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 16:00

   Population & Sociétés, publication mensuelle grand public de l'Institut national d'études démographiques, mis en place en 1968 par Jean BOURGEOIS-PICHAT, successeur d'Alfred SAUVY à la tête de l'INED, se présente comme un bulletin de 4 pages. Dirigé successivement par Pierre LONGONE (1968-1977), Michel-Louis LÉVY (1977-2000) et actuellement par Gilles PISON, ce bulletin constitue pratiquement une référence  très connue en matière de démographie.

    Dans ce bulletin, portant à chaque mois sur une thématique particulière, on ne trouve pas seulement des statistiques sur l'évolution des populations, mais également des études historiques, comme pour le numéro 11 de 2020, portant n°583, "Quand le recensement comptait les Français musulmans", article d'Angéline ESTAFRÉ-DUBLET, Lionel KESZTENBAUM et de Patrick SIMON, et des études d'actualité "Comment voisine-t-on dans la France confinée?" (2020/6).  Disponible sur papier et sous forme électronique, Population & Sociétés est supervisé par une petite équipe de 7 personnes (surtout de l'INED), dont Anne GOUJON (Institut de démographie de Vienne), Bruno MASQUELIER (Université catholique de Louvain) et Clémentine ROSSIER (Université de Genève).

   Rappelons que l'INED, créé en 1945 à l'initiative du pédiatre Robert DEBRÉ (1882-1978); dans la foulée de la mise en application de dispositions préconisées par le Comité français de la libération nationale d'Alger, qui récupère les locaux de la Fondation française pour l'étude des problèmes humains du controversé Alexis CARREL, est chargé d'étudier les problèmes démographiques sous tous les aspects. Ses missions sont redéfinies en 1986, tout en changeant de nom en Établissement Public à caractère scientifique et technologique (EPST), doté alors d'un statut analogue à celui du CNRS : disparition de l'objectif nataliste de 1945 et mise au premier plan du développement et de la diffusion des connaissances démographiques au profit du progrès économique et social en général. L'INED emploie en 2020 environ 200 personnes, dont 60 chercheurs titulaires dans 10 unités de recherche, une trentaine de projets, une bibliothèque... en coopération avec trois autres instituts de recherche en démographie en Europe (Pays-Bas, Allemagne, Autriche). Depuis 2000, l'INED abrite le siège mondial de l'Union internationale pour l'étude scientifique de la population. Ses enquêtes régulières assoient sa réputation scientifique et elle publie, outre Populations & Sociétés, Population, trimestriel, Les Cahiers de l'Ined, collection d'ouvrages, Les Classiques de l'économie et de la population, édition critique d'ouvrages anciens. L'INED publie également des manuels, en particulier un grand traité de démographie en 8 volumes, Démographie : analyse et synthèse, rédigé par une centaines d'auteurs, sous la direction de Graziella CASELLI, Jacques VALLIN et Guillaume WUNSCH (2001-2006)

 

Population & Sociétés, INED, www.ined.fr

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 08:49

  Se présentant comme l'atelier de prospective sur l'Asie, cette revue livre des informations et des analyses importantes au moment où l'axe des relations internationales se déplace vers le Pacifique. Il s'agit de cerner les évolutions politiques, économiques et autres visibles et possibles sur les deux rives de l'océan, les articles se concentrant souvent sur les États-Unis d'une part et sur l'Asie - jusqu'à la Russie d'autre part...

Surtout présent sur Internet, bilingue (français-anglais), Asie 21 "suit en permanence et avec attention l'évolution de cette région, pour y déceler les faits susceptibles d'engendrer des changements significatifs. En bref : le contexte géopolitique de l'intelligence économique dans une vision prospective."

   Asie 21 publie une Lettre confidentielle (Lettre confidentielle Asie21-Futuribles) mensuelle à laquelle sont abonnés des décideurs publics et privés conscients que dans les affaires, l'anticipation est payante. Conçus pour une lecture rapide, ses articles sont courts et structurés (faits/enjeux/commentaires prospectifs). Les sommaires sont consultables en ligne sur le site asie21.com qui offre, par ailleurs, un panorama étoffé du paysage politique et économique asiatique. Pour son n°140 de juin 2020, Asie 21 se demande qui gagnera la bataille du vaccin contre le Covid-19. La province de Hainan a-t-elle vocation à remplacer Hong-Kong dans le rôle de tête chercheuses économique? Que cache la destitution du maire de Kaoshsiung à Taîwan?

Le groupe Asie21 rassemble des "praticiens" de l'Asie, venant d'horizons professionnels divers et pratiquant depuis plus de deux décennies le travail collectif, même si chaque article es signé par son auteur. Plutôt qu'une comité de rédaction, les membres d'Asie 21 - plus d'une vingtaine - réfléchissent collectivement sur un thème ou un autre suivant les numéros, s'adjoignant ad hoc des membres associés ou des collaborateurs extérieurs. On y repère les noms de Jean HOURCADE, Daniel SCHAEFFER, Philippe DELALANDE ou de Laurent AMELOT

Il ne faut pas attendre d'Asie 21 des analyses critiques de la situation politique ou sociale, mais ses analyses stratégiques et géopolitiques sont suffisamment fines pour qu'elles aident à comprendre ce qui se passe dans cette partie du monde, où se manifestent - notamment entre pays asiatiques - de forts antagonismes.

 

Asie21.com, Finaldées EURL, Siège social : 13, avenue Boudon, Paris 75016.

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 13:02

  Journal mensuel dubitatif paraissant à Nice (mais pas seulement), comme il se présente, Mouais se veut informatif, humoristique et critique. Il rassemble les efforts de divers médias locaux (Pilule rouge, Télé Chez Moi, La Marmotte déroutée, Radio chez moi) désireux de créer un journal d'information indépendant et critique, qui se situe très loin du journalisme de préfecture, qui sorte des sentiers battus, aille gratter là où ça démange, et faire du bruit là où le silence devient pesant.

     A travers enquêtes, billets d'humeur, reportage, chroniques, il entend porter la critique loin et fort. Ainsi le numéro 67, de mai-juin 2020, propose de réfléchir à ce que ressemblera Nice après l'ultime déconfinement, "quand l'écologie libertaire aura succédé au capitalisme. Autant de chroniques d'anticipation datées de mai 2025, contant l'autogestion, le salaire à vie, le municipalisme, l'égalité des genres... Ce journal témoigne de la vivacité tenace d'un courant écologique et autogestionnaire qui met au défi tous ceux qui auraient bien aimé mettre dans les archives ces utopies-là. L'équipe du journal revendique fortement le titre de véritable média, opposable à toutes ces vedettes du show biz et de la téléinformation, centré sur les réalités locales et très loin de la pratique de ces journaux aux propriétaires attachés au système capitaliste...

   Sa diffusion compte sur le dynamisme de nombreux relais locaux, lieux de lutte et librairies indépendantes dans la région niçoise. Misant autant sur sa présence sur internet que sur sa parution sur papier, le mensuel se veut un élément de défense de la vie association et des médias alternatifs.

 

 

 

Mouais, Site Internet : Mouais.org

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 13:56

   Délibérée, revue de réflexion critique sur la justice, le(s) droit(s) et les libertés est une revue animée par le Syndicat de la magistrature. Co-éditée par La Découverte, élaborée par un comité de rédaction autonome associant à part égale des magistrats engagés et des personnalités aux parcours variés (sociologues, historiens, militants associatifs, avocats, professeurs de droit, magistrat administratifs), illustrée par ds dessinateurs et ouverte à des contributions diverse, la revue s'adresse à tous ceux qui s'intéressent à la justice. Ses animateurs veulent croiser les regards (praticiens, usagers, observateurs) pour embrasser à la fois la théorie et la pratique, les discours et les institutions, et entendent traiter ces sujets non comme des questions purement techniques, mais comme des éléments et enjeux de société, comme des problèmes politiques.

   Chaque numéro est centré autour d'un dossier, avec une section varia importante. La revue parait trois fois par an et chaque numéro comporte une centaine de pages. Elle aborde tant des sujets spécifiquement français que des questions internationales ou intéressant d'autres pays. Le numéro 8 d'octobre 2019 portait sur la justice environnementale.

    La rédaction en chef et le secrétariat de rédaction est partagé entre Elsa JOHNSTONE, magistrat, juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris et Anne-Laure MADURAUD, magistrat, un temps vice-présidente placée auprès de la Cour d'Appel d'Angers, tous deux membres du Syndicat de la Magistrature. A la tête d'une petite vingtaine de membre d'un comité de rédaction.

    Rappelons que le Syndicat de la Magistrature est un syndicat professionnel de magistrats français, fondé en juin 1968, inspiré des idéaux de mai 1968 et du marxisme. Orienté à gauche, il défend l'indépendance de l'autorité judiciaire et étudie et promeut les réformes nécessaires pour y parvenir. Historiquement, il s'agit du premier syndicat de magistrats créé en France. Il s'inscrit depuis sa création au coeur du mouvement social. Ses membres n'hésitent jamais à entrer dans les polémiques (y compris envers la hiérarchie judiciaire, à commencer par le ministre de la justice) , si cela sert ses objectifs.

 

 

Syndicat de la magistrature, 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris, Site Internet : syndicat-magistrature.org ; revuedeliberee.org

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 12:04

     Considérant que "la bataille de idées n'est pas une bataille abstraite", l'équipe de la jeune revue Lava, contestatrice et militante à gauche de l'échiquier politique entend s'inscrire dans un espace de luttes. "Elle entend, écrivent ses animateurs, offrir un outil intellectuel naviguant à contre-courant du cadre dominant". A travers un site Internet et une revue papier, Lava se donne pour objectif ambitieux de "devenir un carrefour important de la pensée à gauche. Critique sociale et analyse marxiste sur tous les sujets ayant trait à l'émancipation humaine, sont les axes de Lava.

   Depuis printemps 2017 (date de son numéro 1), la revue trimestrielle belge se compose d'articles provenant d'auteurs critiques (jusque là une bonne trentaine...) abordant des sujets divers. Ainsi le (dernier) numéro 13, après un éditorial de Ruben RAMBOER, aborde L'anticapitalisme au temps du COVID-19 (David HARVEY), La pandémie et la fin de l'ère néo-libérale (Atilio A. BORON), Le coronavirus et l'horizon socialiste (Sam GIDIN); Avec le corona, retour au prolétariat (Nic GÖRTZ), Le capitalisme et la pandémie : l'heure des comptes a sonné (Rhadika DESAI), le coronavirus et la prochaine crise de l'Euro (Étienne SCHNEIDER et Félix SYROVATKA)...

  La revue est disponible en français, anglais et néerlandais, n'a que peu de moyens et fait appel aux dons sur ses pages Internet pour vivre.

 

Lava,    Site Internet : lavamedia.be

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 08:26

   Le bisannuel Travail, Genre et Sociétés propose des études sur les relations et les différences entre hommes et femmes dans le monde du travail, et plus largement sur le rôle de la femme en société. Récente, puisque créée en 1999, publiée par les Éditions La Découverte, dans le dynamique lancée par la création en 1995 au CNRS, du groupement de recherche "Marché du travail et genre" (Mage), la revue "s'inscrit dans une double volonté : poser la question de la différence des sexes dans les sciences sociales du travail et inviter à la réflexion sur le travail dans le champ des recherches sur le genre ; décrypter les hiérarchies, divisions et segmentations qui parcourent le monde du travail et poser la question de l'égalité entre hommes et femmes".

    Pour ses animateurs, la revue est "un lieu qui vise à valoriser la recherche en suscitant des confrontations entre chercheurs et chercheuses qui ont des options différentes, voire opposées, mais qui partagent la conviction qu'une lecture sexuée du monde social - et, en particulier, des mondes du travail - a des vertus heuristiques. Cette confrontation repose sur une constante volonté de pluridisciplinarité, comme l'attestent la diversité des appartenances disciplinaires des auteurs ayant publié dans la revue (sociologues, économistes, historiens et historiennes, juristes, philosophes, politologues, psychologues, anthropologues, chercheurs et chercheuses en sciences de l'éducation, musicologues) et sur le recours systématique aux ouvertures internationales. La comparaison internationale permet de resituer les inégalités de sexe dans des configurations sociétales diverses et de repérer des récurrences et des clivages qui réinterrogent les concepts et problématiques. L'Europe occupe une place centrale dans les sommaires de la revue mais, au-delà, des chercheurs et chercheuses de la Chine, de l'Inde, du Brésil, des pays de l'Est, des États-Unis, de Turquie et d'Argentine sont présent." Depuis 2014, une sélection d'articles de la revue est traduite en anglais et accessible sur le site de Cairn international.

   Dans chaque numéro, de plus de 250 pages, aux rubriques habituelles (mutations, critiques, ouvrages reçus, présentation des auteurs, résumés en français et en plusieurs langues) s'ajoutent des dossiers thématiques. Ainsi le numéro 2020/1 (n°43) porte sur le thème Sales boulots, évoquant la condition des travailleurs et travailleuses de secteurs souvent oubliés.

La revue a fêté ses 20 ans le 14 novembre 2019, en Sorbonne. 

   Hyacinthe RAVET est la directrice et Clothilde LEMARCHANT, la directrice adjointe de Travail, genre et sociétés, coordonnant un comité de rédaction d'une vingtaine de personnes (bien étoffé depuis les 7 personnes initiales), et appuyé par un comité scientifique fourni.

Travail, genre et sociétés, Université de Paris - Cerlis, 45, rue des Saints-Pères, 75270 Paris. Site Internet : travail-genre-societes.com

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 11:31

  Le magazine mensuel britannique Prospect couvre un large spectre de sujets, mais met l'accent sur la politique et l'actualité. Classé au centre gauche de l'échiquier politique, il propose des sujets sur la politique britannique, la politique internationale, la psychologie, l'art, la culture, la littérature, la musique, le cinéma et publie des essais sur l'économie, les questions sociales, l'architecture, les médias, la science et les technologies. Le mensuel a également une rubrique "opinions" qui propose des contributions provenant d'un large spectre politique.

   Dirigé par Tom CLARK, le magazine, créé en 1995, appartient à un Groupe, Resolution Group, se considérant comme "non-profit and public interest activities".  Prospect est considéré comme une référence par l'ensemble de l'élite britannique, comme par un public cultivé. Depuis 2004, le magazine se signale pur une série d'articles sur la diversité du Royaume Uni, participant ainsi aux débats sur l'autonomie/indépendance réclamée par plusieurs groupes politiques, que ce soit en Écosse, aux Pays de Galles ou en Irlande, posant la question de l'identité britannique, face à certaines réalités politiques, économiques et sociales. Dans son numéro d'avril 2020, le magazine estime dans plusieurs contributions au le paradoxe du réchauffement climatique, que, malgré ceux qui prônent le nationalisme que ce serait "le seul sentiment populaire capable d'inspirer le sacrifice collectif" requis pour l'objectif écologique.

 

 

Prospect, Londres, Site Internet : prospect-magazine.co.uk

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 12:42

  Le mensuel L'Émancipation syndicale et pédagogique, se présente comme une revue ancienne, parce que, dans la continuité des pionniers du syndicalisme enseignant du début du XXe siècle, il entend poursuivre l'oeuvre de leur revue L'École émancipée, née en 1910. L'équipe de ce magazine entend donc animer une revue de tribune libre et de débat, au service du syndicalisme de lutte de classe, une outil pour les mobilisations et les luttes.

  Il faut préciser que l'École émancipée a été traversée depuis ses origines par d'importantes divisions, dont la dernière la plus remarquable eut lien en 2002, où une nouvelle scission a abouti à la création de l'Émancipation - tendance intersyndicale, suite à un désaccord sur la participation aux exécutifs dans la FSU, elle-même issue de la FEN, où une tendance minoritaire décide de la quitter en 1992.

Au-delà de ces divisions, se perpétue la tradition d'un syndicalisme très offensif sur toutes les questions de l'éducation. Changer l'école, changer la société demeure toujours l'objectif de cette partie des militants dans l'enseignement, très attachée à la laïcité et opposée à toute influence marchande ou religieuse sur l'école. Présents dans l'ensemble des hiérarchies du syndicalisme enseignant, ces militants de l'École émancipée, qui dirige maintenant le mensuel débattent dans un monde en transformation.

   Diffusée notamment, comme l'écrit l'équipe de la revue dans un millier de boites à lettres, L'Émancipation syndicale et pédagogique demeure une revue vivante, agréable à lire, dans une grande diversité d'exposition des points de vue.

Le numéro 6 de février 2020 de l'Émancipation syndicales et pédagogique est largement consacré à la question de la laïcité et à la place des femmes dans les luttes politiques.

 

L'Émancipation syndicale et pédagogique, Colette Mallet, le Stang, 29710 Plogastel-St-Germain. Site Internet ; cnt-f.org

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 16:40

      Projet de revue, dont le numéro 1 est sorti en avril 2020, dont on se demandait s'il allait survivre à la brusque pandémie du coronavirus, lancé par le groupe L'Humanité, se déclinait en un "triptyque interactif" : une revue trimestrielle, une plateforme numérique coopérative et la tenue de colloques. Doté d'un Conseil scientifique auxquels s'associaient dès le début, entre autres, Dominique MÉDA, Bernard THIBAULT et Alain OBADIA, qui veut assurer la liaison entre les travaux de sociologues et les interventions politiques, TAF se proposait de passer au crible le travail et ses réalités, ses mutations et ses permanences, avec l'ambition d'offrir au monde du travail, au mouvement social comme au monde académique, un contenu original et navoteur sur cet enjeu à la fois central et transversal.

Appuyé par une démarche collaborative avec des acteurs syndicaux, associatifs, politiques, avec des intellectuels qui ont fait du travail leur sujet de recherche, ce projet au long court vise à soulever les multiples enjeu du travail, parfois cachés, tout en oeuvrant à son émancipation des logiques aliénantes.

    Le premier numéro de la revue TAF analyse le travail "dans tous ses états", en offrant une large palette d'angles pour donner à voir les réalités du monde du travail, des métiers, et les problématiques générales auxquelles il fait face, comme une première réflexion menée sur un sujet aux infinies potentialités. Disponible en kiosque, la revue est également proposée par abonnement.

   La plateforme numérique (travailleraufutur.fr) a pour vocation, toujours selon les promoteurs du projet, d'accueillir les contributions des syndicalistes, des salariés, des paysans ou des cadres ; de chercheurs, de responsables de "ressources humaines", d'élus comme d'entrepreneurs, ainsi que des dossiers juridiques et des enquêtes, interactive, cette plateforme réclame la participation active de toutes celles et de tous ceux qui désirent s'investir dans cette large réflexion, à partir de leurs propres expériences.

   Il semble, même si sur Internet il y ait encore peu d'interventions, que le projet se maintienne, notamment avec la parution en juin 2020 d'un numéro entièrement consacré au travail des femmes. Et pour la rentrée, un numéro 3 est paru sur Prendre soin au travail, thème brûlant d'actualité à l'heure où, comme l'écrit la rédaction les personnels de santé notamment ont été soumis à de rudes épreuves; alors que les dirigeants du pays discouraient sur leur inutilité sociale et leur individualisme irrépressible : quand la crise sanitaire révèle le travail....

Mené dans des circonstances difficiles, dans un environnement économique tout sauf favorable, TAF,  notamment avec Patrick LE HYARIC (directeur de la publication) et Valère STARASELSKI (coordinateur éditorial) ainsi qu'avec Fabrice SAVEL (coordinateur de la plateforme coopérative), est à l'origine une réponse directe à la disparition possible du journal L'Humanité. Misant sur la qualité et sa police d'écriture confortable, assumant une surcharge d'informations par une présentation relativement claire, TAF veut donner envie de découvrir une par une les différentes données. L'équipe de TAF donne une grande place à la culture et à l'expérience concrète des intervenants (les pages centrales sont entièrement consacrées à des portraits de salariés).

 

TAF, SNH 5, rue Pleyel, immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens